Gélase II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gélase.
Gélase II
Image illustrative de l'article Gélase II
Biographie
Nom de naissance Giovanni Coniulo (ou de Gaète)
Naissance vers 1060
Gaète
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
Précédent Pascal II Calixte II Suivant
Autre(s) antipape(s) Grégoire VIII

Gélase II (Giovanni Coniulo ou Giovanni de Gaète), (né vers 1060 à Gaète, dans l'actuelle province de Latina, dans le Latium, alors dans les États pontificaux, et mort le à l'abbaye de Cluny) était un religieux italien du Moyen Âge, qui fut le 161e pape de l'Église catholique, pendant une année, du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille aisée, il est élevé à l'abbaye du Mont-Cassin, puis entre en 1088 au service d'Urbain II. La même année, il est ordonné diacre. Peu de temps après, Urbain II le nomme cardinal-diacre de Santa Maria in Cosmedin et chef de la chancellerie pontificale.

Après la mort d'Urbain II, il se range aux côtés de Pascal II face à l'antipape Clément III. Il partage sa captivité en 1111, puis le soutient lors du synode du Latran de 1116.

Deux jours après la mort de Pascal II, le , Giovanni Coniulo est élu à Rome sous le nom de Gélase II. Il est aussitôt capturé par le clan Frangipani, puis libéré par la foule menée par le préfet urbain et le clan Pierleoni.

Les troubles empêchent néanmoins sa consécration et il doit quitter Rome au début du mois de mars, poursuivi par les troupes de l'empereur Henri V, lequel exige que la consécration se fasse en sa présence. Face au refus de Gélase II, Henri V suscite l'antipape Grégoire VIII. Gélase II, réfugié dans sa ville natale, se fait ordonner prêtre, puis évêque. Au mois d'avril, il excommunie l'antipape et Henri V.

Il revient à Rome au début de juillet 1118, après le départ d'Henri V, pour trouver la ville aux mains des Frangipani, qui soutiennent Grégoire VIII. Il doit de nouveau fuir et cherche protection en France auprès de Louis VI le Gros. Alors qu'il se dirige vers Vézelay pour rencontrer le roi, il tombe malade et meurt à l'abbaye de Cluny, où il est enterré.

Selon la tradition, il aurait recommandé sur son lit de mort le cardinal Conon de Préneste, légat en Allemagne puis, devant le refus de ce dernier, celui qui devait devenir Calixte II. Sa tombe est profanée durant la Révolution française[réf. nécessaire].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi :

  • Jacques de Guyse, « Histoire du Hainaut, traduite en Français avec le texte en Latin… », volume 12 page 78/533, 3° partie des Annales de Hainaut, Tome II livre XVII°. (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Gélase II Suivi par
Pascal II
Emblem of the Papacy SE.svg
Pape de l’Église catholique
Calixte II

.