Innocent Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Innocent.
Innocent Ier
Image illustrative de l'article Innocent Ier
Le 40e pape Innocent Ier
Biographie
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 22 décembre 401
Fin du pontificat 12 mars 417
Précédent Anastase Ier Zosime Suivant

Blason

Innocent Ier est pape de 401 à 417.

Biographie[modifier | modifier le code]

Innocent succède, selon Jérôme, à son propre père, Anastase Ier le 22 décembre 401. Originaire sans doute d'Albano dans le Latium, peu de choses sont connues de ses jeunes années. Par contre, son pontificat reste l'un des plus importants de cette période tragique où l'Empire romain est en train de vivre ses dernières années en Occident.

Le désastre de la prise de Rome par Alaric Ier le 24 août 410, à l'heure même où à Ravenne le pape discute avec l'empereur Honorius de l'opportunité de faire du chef wisigoth le commandant des forces impériales, est un déclic semble-t-il pour Innocent. Il est clair que le temps est révolu où l'Église s'accommode d'un gouvernement parcellaire où chaque évêque est totalement responsable de son diocèse sans rendre de compte à Rome. Pour Innocent seule une autorité forte, autorité qui n'est plus assurée par l'empire, peut garantir le salut de l'Église. Cette tendance déjà amorcée par ses prédécesseurs, Anastase Ier et surtout Sirice, va s'accentuer sous le pontificat d'Innocent Ier à un point jamais atteint jusqu'à ces jours sombres. Il consolide l'autorité du Pape, renforce les liens avec les évêques d'Occident (Carthage, Tarragone, etc.) mais aussi d'Orient (Thessalonique) et exige que les problèmes de doctrine soient débattus à Rome. Il condamne ainsi vigoureusement le pélagianisme en approuvant les travaux du Concile de Carthage en 416.

Ses relations avec la cour de Constantinople et le patriarche sont fluctuantes. Il refuse un partage de l'autorité avec le patriarche mais entretient de bonnes relations avec Jean Chrysostome pour lequel il intervient en vain lorsqu'en 403 celui-ci est exilé une première fois par les intrigues de l'impératrice Eudoxie.

Il est l'auteur d'une liste de livres canoniques de la Bible incluant tous les livres qui seront finalement retenus au Concile de Trente (source: TOB, introd. à Judith).

Il meurt le 12 mars 417.

Liens externes[modifier | modifier le code]