Clément VII (antipape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clément VII (homonymie) et Robert de Genève.
Clément VII
Image illustrative de l'article Clément VII (antipape)
Biographie
Nom de naissance Robert de Genève
Naissance 1342
Annecy
Décès 16 septembre 1394
Avignon
Fin du pontificat 16 septembre 1394
Antipape Benoît XIII Suivant
Autre(s) pape(s) Urbain VI
Boniface IX

Blason

Robert de Genève (Château d'Annecy 1342-Avignon 16 septembre 1394) est un prélat savoyard. Il a été le premier des papes d’Avignon du Grand Schisme d'Occident sous le nom de Clément VII, élu notamment par son successeur le futur Benoît XIII, qui a mis à son profit ses compétences juridiques.

Il est le fils d'Amédée III, comte de Genève, et de Mahaut d’Auvergne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Annecy, Robert est successivement évêque de Thérouanne en Artois, de 1361 (il a alors 19 ans) à 1368, puis évêque de Cambrai de 1368 à 1371, quand il est élevé au cardinalat.

Les papes siègent à Avignon. Cinq papes successifs et 80 % des cardinaux sont français[1] (et généralement proches du roi de France) et nomment des français comme légats et gouverneurs des provinces ecclésiastiques d’Italie. Or les Français ne sont pas familiers des affaires italiennes. Grégoire XI commet l’erreur de perpétuer cette mauvaise habitude[réf. nécessaire]. Il entre en conflit avec les Florentins. Poussées par Florence, les villes des États pontificaux se révoltent contre l'administration injuste de légats français.

Au milieu de ces graves troubles Grégoire XI, exauçant les prières pressantes de Catherine de Sienne[réf. nécessaire], décide de replacer le siège pontifical à Rome car la situation en Italie menace de lui échapper[2]. En dépit des protestations de Charles V le roi de France et de la majorité des cardinaux, il quitte Avignon le 13 septembre 1376 et embarque à Marseille le 2 octobre pour l’Italie. Il parvient à Corneto, via Gênes, le 6 décembre. Il y reste jusqu’à ce que les arrangements nécessaires aient été pris à Rome au sujet de son gouvernement et de sa future installation. Le 13 janvier 1377, il quitte Corneto, débarque à Ostie le jour suivant et remonte le Tibre vers le monastère San Paolo, d’où il effectue son entrée solennelle dans Rome le 17 janvier 1377.

Mais son retour vers Rome ne met pas terme aux hostilités. Robert de Genève devenu cardinal est un homme d'action et se charge de mater la rébellion : le terrible massacre de Césène révolte encore plus les Italiens contre la papauté. Les émeutes romaines quasi-continues conduisent Grégoire XI à se retirer sur Anagni vers la fin du mois de mai 1377.

L’accession au titre de pape d’Urbain VI (13781389), successeur à Rome de Grégoire XI (qui avait résidé un temps au Palais des Papes d'Avignon) déclenche le Grand Schisme d'Occident. Urbain VI est un pape très autoritaire. Le collège des cardinaux, dominé par une majorité française, lui reproche alors d’avoir été élu à Rome sous la pression de la population en insurrection.

Soutenus par le royaume de Naples ils organisent un conclave à Fondi, à l'issue duquel ils élisent (le 31 octobre 1378[3]). Robert de Genève qui prend le nom de Clément VII. Il s’installe à Avignon. Le Sacré Collège dénonce la précédente élection d'Urbain VI, l'Église a maintenant deux papes, c'est le début du Grand Schisme. L'Occident chrétien est alors séparé en deux suivant le clivage de la guerre de Cent Ans: alors que l'Angleterre et le Saint Empire maintiennent leur fidélité à Rome, La France, l'Écosse et les États espagnols soutiennent Clément VII.

En Avignon, Clément VII entreprend de lutter contre Urbain VI. Ce dernier perd peu à peu ses alliés, devenant un tyran paranoïaque, allant jusqu'à faire torturer et mettre à mort les cardinaux qui l'avaient élu mais qui songeaient à le remplacer[4].

Mais Clément VII essuie un échec dans le royaume de Naples où la reine Jeanne est assassinée par Charles de Duras, un partisan d'Urbain VI. Le manque d'initiative et d'opportunisme de ses alliés ne lui permet pas de renverser Urbain VI. À la mort de ce dernier le 15 octobre 1389, ses cardinaux lui élisent un successeur, Boniface IX, perpétuant ainsi le schisme.

La confusion des temps profite à Raymond, vicomte de Turenne, seigneur des Baux de Provence, qui emploie des bandes de routiers et écume la région[réf. nécessaire]. Le pape est contraint de lui payer une rançon pour qu'il cesse ses exactions[4].

Le Saint-Suaire de Lirey[modifier | modifier le code]

Au cours de l'automne 1390, Clément VII dut s’occuper d'un suaire que l'on faisait passer pour celui du Christ. Une affaire qui était en train de déclencher un beau scandale en Champagne. Le frère du pape, Aymon, comte de Genève, venait récemment de convoler avec Jeanne de Vergy, la veuve de Geoffroi de Charny[5]. Les premières ostensions du suaire avaient commencé en 1357[6], et s'étaient immédiatement heurtées aux sévères remontrances de Henri de Poitiers, évêque de Troyes, qui les avait interdites[5].

Cette belle-sœur avait demandé et obtenu, en 1389, l’autorisation du pontife avignonnais d’exposer à nouveau dans la petite église en bois de Lirey ce suaire. Elle en faisait faire l’ostension lors de la tenue des six foires de Champagne[5].

Cet accord pontifical avait provoqué de vives remontrances de la part de Pierre d’Arcis, le nouvel évêque de Troyes, qui avait écrit au pape pour porter, respectueusement mais fermement, à sa connaissance que tout le monde dans le diocèse savait que ce suaire était un faux[5]. Il précisait même que son prédécesseur, Henri de Poitiers, avait connu la personne qui avait réalisé cette fausse relique[5]. Assez vexé de s’être ainsi laissé gruger, Clément VII envoya alors une bulle aux chanoines de Lirey leur enjoignant d’expliquer aux pèlerins que « chaque fois qu’ils montreront le suaire à la foule, ils aient soin de dire à haute et intelligible voix que ce n’est pas le vrai linceul de Notre Seigneur, mais une toile peinte qui représente le Christ ». Mais il ordonnait en même temps à l’évêque de Troyes de garder un « silence éternel » sur cette affaire sous peine d’excommunication[7]. L'évêque ne céda pas. Il fit connaître les faits au roi Charles VI. Celui-ci parut convaincu, puisque immédiatement, il envoya un bailli pour se saisir de cette relique au nom de la couronne[7]. Les chanoines de Lirey et leurs paroissiens s'y opposèrent par la force. L'évêque de Troyes, pour faire respecter son autorité et celle du roi, envoya cette fois un mémorandum complet au pape d'Avignon pour lui demander d'interdire l'exposition de ce faux. Il y expliquait :

« Le seigneur Henri de Poitiers, de pieuse mémoire, alors évêque de Troyes, connaissant cela et pressé par de nombreuses personnes pieuses de prendre des mesures... après une enquête diligente et après examen, décela la fraude et comme ledit linge avait été habilement peint ; à savoir que c'était une œuvre de l'art humain et non pas miraculeusement faite et conçue[7]. »

Le pape intervint alors auprès de sa parente pour calmer la tension. Il y resta cependant à Lirey jusqu'en 1418. Le suaire arriva par héritage à Geoffroy II de Charny qui le fit transférer à Saint-Hippolyte de 1418 à 1452. Puis il le légua à sa fille Marguerite. Celle-ci en fit don en 1453 à Louis de Savoie. Conservé à Chambéry, il brûla le 4 décembre 1532. En 1578, la maison de Savoie le fit déposer à Turin où il prit le nom de Saint-Suaire.

Lorsque Clément VII meurt le 16 septembre 1394, il n'aura pas pu réconcilier l'Église divisée, ni prendre un avantage décisif sur son concurrent Urbain VI puis Boniface IX.

Titres[modifier | modifier le code]

  • 1378-1394, pape d’Avignon.
  • 1392-1394, comte de Genève en succédant à son frère Pierre décédé sans postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Moyen Âge en Occident, Michel Balard, Jean-Philippe Genet et Michel Rouche, Hachette 2003, page 285
  2. Vincent Flachaire, Grégoire XI - pape d'Avignon de 1370 à 1378
  3. Alain Hourseau, Autour du Saint Suaire et de la collégiale de Lirey (Aube), Books on Demand France, 2012
  4. a et b Vincent Flachaire, Clément VII - antipape d'Avignon de 1370 à 1378
  5. a, b, c, d et e K. E. Stevenson et G. R. Habermas, op. cit., p. 133
  6. K. E. Stevenson et G. R. Habermas, op. cit., p. 132
  7. a, b et c K. E. Stevenson et G. R. Habermas, op. cit., p. 134

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • É. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, sive collectio actorum veterum, Vol. I et II. Paris, 1693
  • R. H. Bautier, et J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge : Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie, Tomes I à III, C.N.R.S. Paris, 1974.
  • L. Binz, Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève pendant le Grand Schisme et la crise conciliaire (1378 – 1450), Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, XLVI, T. I. 1977.
  • L. Binz, Le népotisme de Clément VII et le diocèse de Genève in Genèse et début du Grand Schisme d’Occident (Colloque d’Avignon 1978), Paris, 1980.
  • M. de Bouard, La France et l’Italie au temps du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1936.
  • H. Bresc, La genèse du Grand Schisme : les partis cardinalices et leurs ambitions dynastiques in Genèse et début du Grand Schisme d’Occident (Colloque d’Avignon 1978), Paris, 1980.
  • M. Bruchet, Robert de Genève, Clément VII, pape d’Avignon, Revue Savoisienne, 1er trimestre, 1897.
  • J. Chantrel, Les papes d’Avignon et le Grand Schisme (XIVe et XVe siècle) T. XV in Histoire populaire des papes, Paris, 1895.
  • F. C. Carreri, Cronicon parvum Avignonense de schismate et beilo (1397 – 1416), Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1916.
  • J. Chélini, L’Église au temps des schismes (1294 – 1449), Paris, 1982.
  • E. Delaruele, avec E. Labande et P. Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire (1378 – 1449), T. XIV, Paris, 1962 - 1964.
  • E. Déprez, Sur les documents relatifs aux rapports de Charles V avec les papes Urbain V, Grégoire IX et Clément VII, Annuaire de l’École Pratique des hautes études, 1898.
  • F. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident (1378 -1409), Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 1966.
  • L. Gayet, Le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1889.
  • Ch. Gil, Jeanne de Naples et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 2001.
  • A. M. Hayez, Clément VII et Avignon, in Genèse et début du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1980.
  • I. Lévi, Clément VII et les Juifs du Comtat Venaissin, Revue des études juives, (janvier – mars), 1896.
  • A. Marini, Periodo avignonese e scisma d’Occidente alla luce di due convegni, Rivista di historia della Chiesa in Italia, XXXV, 1982.
  • Michel Mollat du Jourdin, et A. Vauchez, (sous la direction de) Histoire du christianisme : Un temps d’épreuve (1274 – 1449), T. VI, Paris, 1990.
  • P. Pansier, La chronique avignonnaise de Guillaume Garet, d’Étienne de Governe et de Barthélemy Novarin (1392 – 1519), Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1913.
  • K. E. Stevenson et G. R. Habermans, La vérité sur le suaire de Turin, Éd. Arthème Fayard, Paris, 1981.
  • N. Valois, Le rôle de Charles V au début du Grand Schisme (1378), Paris, 1887.
  • N. Valois, Raymond de Turenne et les papes d’Avignon (1386 – 1408), Annales du Bulletin de la Société d’Histoire de France, 1889.
  • N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1896 - 1901.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]