Annibal de Ceccano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annibal de Ceccano
Biographie
Naissance v. 1282
Ordination sacerdotale 1er juin 1326
Décès 17 juillet 1350
à Monte Cassino (Italie)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
18 décembre 1327
par le pape Jean XXII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Laurent in Lucina
Cardinal-évêque de Frascati
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 5 mai 1326
Fonctions épiscopales Archevêque de Naples (Italie)

Blason

Annibal de Ceccano ou Annibal Caetani de Ceccano (v.1282-1350), archevêque de Naples, cardinal au titre de Saint-Laurent in Lucina puis cardinal-évêque de Frascati (1327-1350).

Biographie[modifier | modifier le code]

Annibal était le fils du comte Bérard II de Ceccano et de Pena Caetani, sœur du cardinal Giacomo Stefaneschi. Venu à Paris, en 1308, pour faire ses études à la Sorbonne, il sortit de l’Université avec une maîtrise de théologie et un doctorat en droit canon[1].

Une brillante carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Son oncle se chargea de lui obtenir nombre de bénéfices avec dispense de résidence. Ce qui lui permit d’être chanoine de chapitres cathédraux à Ferentino, Veroli, Alatri, Braga, Viseu, Arras, Reims et Paris. Il reçut le diaconat en 1318 et devint proviseur de la Sorbonne deux ans plus tard[1].

En 1323, il fut fait chanoine de la basilique Saint-Pierre de Rome. Placé sur le siège archiépiscopal de Naples par Jean XXII, le 5 mai 1326, il dut être ordonné prêtre le 1er juin. À la fin de l’année 1326, il eut l’honneur d’être nommé chanoine et archidiacre de Beaune mais dut patienter dans sa résidence napolitaine encore un an[1].

Il arriva à Avignon pour recevoir la pourpre cardinalice des mains de Jean XXII lors du consistoire du 18 décembre 1327. Fait cardinal au titre de Saint-Laurent in Lucina, il devint cardinal-évêque de Frascati en 1333[1].

Un prince de l’Église fastueux et opulent[modifier | modifier le code]

Ce fut l'un des premiers cardinaux d'Avignon à posséder trois résidences. Outre sa Livrée avignonnaise, il possédait Gentilly et un Hôtel à Villeneuve-lès-Avignon.

Le cardinal de Ceccano se rendit célèbre en offrant à Clément VI le Magnifique un repas qui, grâce au récit d’un Florentin anonyme, est entré dans les annales de la gastronomie. Le 21 avril 1343, dans son palais de Gentilly, près de Sorgues, il régala le pape et sa suite avec neuf services de trois plats[2].

Au cours du repas se déroulèrent tournoi, combat à l’escrime et danses. Puis avant le service des vins de Beaune, de Saint-Pourçain, de la Rochelle et du Rhin[3], il fit présenter deux arbres, l’un d’argent avec pommes, poires et raisins ; l’autre vert, portant des fruits confits.

Le cardinal-légat de Clément VI[modifier | modifier le code]

Sous le pontificat du Magnifique, il fut chargé de plusieurs importantes légations. En 1342, en compagnie du cardinal Pierre des Prés, il tenta d’obtenir une trêve entre les rois de France et d’Angleterre. En 1347, il rejoignit Charles de Luxembourg, qui venait d’être élu empereur du Saint-Empire romain germanique en lieu et place de Louis de Bavière destitué par Clément VI[1].

Il revint à Naples, au cours de second trimestre 1348, en compagnie du cardinal Guy de Boulogne, pour tenter de mettre un terme au conflit entre la reine Jeanne et son cousin le roi Louis Ier de Hongrie qui voulait venger l’assassinat de son frère André[1].

Le pape l’envoya à nouveau en Italie le 15 janvier 1349. Dans un premier temps, le cardinal entreprit de délimiter les frontières entre les États pontificaux et la Lombardie des Visconti[1].

Puis il fut le légat pontifical lors du jubilé de Rome en 1350. Au cours de son pèlerinage aux quatre basiliques majeures, il manqua d’être tué par deux viretons d’arbalètes qui transpercèrent son chapeau cardinalice. Ce qui valut une excommunication à Cola di Rienzo désigné comme le commanditaire de l’attentat[1].

Une mort suspecte[modifier | modifier le code]

Annibal de Ceccano décéda, le 17 juillet 1350, au château Saint-Georges, près de Monte Cassino. Ses proches parlèrent aussitôt d’enherbement (empoisonnement). Son corps, embaumé et revêtu de froc des franciscains, fut transféré à Rome. Le cardinal fut inhumé en la chapelle des saints Laurent et Georges de la basilique Saint-Pierre dans la tombe de son oncle Stefaneschi[1].

Sa livrée avignonnaise[modifier | modifier le code]

Livrée Annibal de Ceccano, actuelle Médiathèque Ceccano

Situé dans le centre d’Avignon, près de la place Saint-Didier, c’est une des rares Livrées cardinalices, toujours surmontée de sa tour, ayant subsisté jusqu’à nos jours. Lors de sa venue dans la cité papale en 1376, Catherine de Sienne et sa suite s’y installèrent. Un collège y fut fondé dès 1564. L’astronome Athanase Kircher (1602-1680) fit construire son observatoire dans la tour. Après la Révolution, le collège fut transformé en caserne puis en lycée en 1810.

Une intelligente restauration a permis de retrouver sur les murs de la Livrée les blasons armoriés frappés de l’aigle blanc des Ceccano et des fasces rouges et blanches supportant des petites lunes des Stefaneschi. C’est aujourd’hui le siège de la très moderne Médiathèque Ceccano.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Salvador Miranda, Cardinal Annibal de Ceccano, University Park, Miami, FL 33199, 2009
  2. Archives d'État de Florence, fonds del Bene, liasse n° 49, pièce 385.22
  3. Les vins des papes d'Avignon ou de leurs cardinaux ont varié en fonction des goûts de chaque pontife. Mais d'une façon générale, ils provenaient soit de la vallée du Rhône et de la Provence, soit de la Bourgogne, pour les rouges, ou du Languedoc et de la Catalogne pour les vins muscats

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Girard, Évocation du vieil Avignon, Les Éditions de Minuit, Paris, 1958.
  • Guillaume Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV, Revue d’histoire ecclésiastique, T. XLVI, 1961.
  • M. Dykmans, Les palais cardinalices d’Avignon, Mélanges de l’École Française de Rome, Vol. 83, no 2, 1971.
  • M. Dykmans, Le cardinal Annibal de Ceccano (v.1282-1350). Étude biographique et testament du 17 juin 1348, Bulletin de l’institut historique belge de Rome, XLIII, 1973.
  • G. de Loye, Réceptions du pape Clément VI par les cardinaux Annibal Ceccano et Pedro Gomez à Gentilly et Montfavet (30 avril-1er mai 1343) d’après une relation anonyme contemporaine, Avignon au Moyen Âge, Institut de recherches et d’études du bas Moyen Âge avignonnais, Avignon, 1988.
  • H. Aliquot, Avignon, de Montfavet à Villeneuve. Vie et Patrimoine, Éditions École Palatine, 2004.
  • H. Aliquot et Cyr Harispe, Avignon au XIVe siècle. Palais et décors, Éditions École Palatine, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]