Télesphore (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Télesphore.
Télesphore
Image illustrative de l'article Télesphore (pape)
Biographie
Naissance ?
Grèce
Décès Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 125
Fin du pontificat 136138 environ
Précédent Sixte Ier Hygin Suivant

Télesphore est le 8e évêque de Rome[1], selon la liste dressée par Irénée de Lyon, de 125 à 136138 environ pendant les règnes des empereurs romains Hadrien et Antonin le Pieux.

Selon la tradition catholique, il est d'origine grecque et se montre d'ailleurs compréhensif avec les Églises orientales qui fixent la fête de Pâques à une date différente de celle fixée à Rome. Selon le Liber Pontificalis, il est mentionné pour avoir été moine anachorète (ou ermite) avant son entrée en fonction. Selon le témoignage d'Irénée[2], il a subi un "glorieux" martyr ; bien que la plupart des papes du début soient appelés martyrs par des sources telles que le Liber Ponificalis, Télesphore est le premier à qui Irénée donne ce titre.

Dans le Martyrologe romain sa fête est célébrée le 2 janvier. Toutefois, ce saint ne serait pas le pape mais un martyr africain inconnu[3]. Les Églises d'Orient le fêtent le 22 février.

L'introduction du Gloria dans la liturgie est attribuée à Télesphore selon Innocent III (mais elle pourrait également être attribuée à Symmachus[4],[5]) ainsi que la coutume de la messe de minuit à la Noël. La célébration de Pâques le dimanche et l'observance d'un jeûne de sept semaines pour le carême sont généralement attribuées à son pontificat, mais certains historiens doutent que ces attributions soient exactes.

Le fragment d'une lettre qu'Irénée a adressée au pape Victor Ier, au cours de la controverse sur Pâques à la fin du IIe siècle, également préservé par Eusèbe, témoigne que Télesphore a été l'un des évêques romains qui ont toujours célébré Pâques le dimanche, plutôt qu'un autre jour de la semaine selon le calcul de la Pâque juive. Cependant, contrairement à Victor Ier, Télesphore est resté en communion avec les communautés qui n'ont pas suivi cette coutume.

L'Ordre du Carmel vénére Télesphore comme un saint patron de l'ordre depuis que certaines sources le décrivent comme un ermite ayant vécu sur ​​le Mont Carmel.

La ville de Saint-Télesphore, dans le sud-ouest de la province du Québec au Canada, est ainsi nommée en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre de Pape apparaît au cours du IIIe siècle: il n'aurait pas été attesté évêque de Rome avant le début du IVe siècle. Philippe Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, Fayard, 2003, s. v. « Pape »
  2. (Contre les hérésies III.3.3)
  3. Calendarium Romanum (Libreria Editrice Vaticana, 1969), p. 112)
  4. Liber Pontificalis - Partie Telesphore
  5. (en) Gloria in Excelsis Deo - Encyclopedie Catholique : Le Gloria est attribué à Telesphore selon Innocent III et à Symmachus, selon d'autres

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Attwater, Donald and Catherine Rachel John. The Penguin Dictionary of Saints. 3e édition. New York: Penguin Books, 1993. ISBN 0-14-051312-4.
  • (en) Kelly, J.N.D. Oxford Dictionary of Popes. (1986). Oxford, England: Oxford University Press.
  • (en) Benedict XVI The Roman Martyrology. Gardners Books, 2007. ISBN 978-0-548-13374-3.
  • (en) Chapman, John. Studies on the Early Papacy. Port Washington, NY: Kennikat Press, 1971. ISBN 978-0-8046-1139-8.
  • (en) Fortescue, Adrian, and Scott M. P. Reid. The Early Papacy: To the Synod of Chalcedon in 451. Southampton: Saint Austin Press, 1997. ISBN 978-1-901157-60-4.
  • (en) Loomis, Louise Ropes. The Book of Popes (Liber Pontificalis). Merchantville, NJ: Evolution Publishing. ISBN 1-889758-86-8