Collège des cardinaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Collège des cardinaux ou Collège cardinalice, appelé autrefois Sacré Collège, est l'ensemble des cardinaux de l'Église catholique romaine.

C'est sous le pontificat du pape Eugène III que les cardinaux formèrent en 1150 le Sacré Collège. Au fil des siècles, leur nombre a augmenté passant d'une dizaine à un peu plus de deux cents et leur origine s'est diversifiée avec l'expansion du catholicisme.

Certains cardinaux occupent des positions particulières au sein du Collège cardinalice : son doyen porte le titre honorifique d'évêque d'Ostie ; le camerlingue assure la gestion temporelle du Saint-Siège lors des vacances pontificales ; le protodiacre assure des fonctions cérémonielles comme l'annonce des résultats de l'élection pontificale.

Les événements qui réunissent le Collège cardinalice sont le conclave ou un consistoire.

Depuis le Code de droit canonique de 1983, on ne parle plus de Sacré Collège mais uniquement de Collège des cardinaux (canon 349 et suivants).

Les équilibres entre cardinaux de curie (principalement les cardinaux créés dans l'ordre des cardinaux-diacres) et les cardinaux exerçant des charges d'évêques ou d'archevêques partout dans le monde (cardinaux créés dans l'ordre des cardinaux-prêtres), entre les groupes géographiques ou linguistiques de cardinaux, entre les cardinaux nommés par des papes aux sensibilités différentes, dessinent le visage d'un collège en perpétuelle évolution, au gré des consistoires, des décès et des anniversaires des cardinaux qui, à 80 ans, quittent le collège des électeurs.

Structure du Collège cardinalice[modifier | modifier le code]

Les trois ordres de cardinaux[modifier | modifier le code]

Le cardinal Sarr, archevêque de Dakar, en manteau de cérémonie

Les cardinaux sont traditionnellement répartis en trois ordres, qui établissent entre eux une hiérarchie qui n'est plus aujourd'hui que protocolaire.

Les cardinaux-évêques se voient attribuer l'un des sept diocèses suburbicaires situés autour de celui de Rome : Albano, Frascati, Palestrina, Porto-Santa Rufina, Sabina-Poggio Mirteto, Velletri-Segni et Ostie.

Article détaillé : Cardinal-évêque.

Les patriarches des Églises catholiques orientales qui sont nommés cardinaux ont depuis 1965[1] un statut spécial. Ils ne font pas partie du clergé de Rome et ne reçoivent donc aucun évêché, titre ou diaconie, mais ils conservent leur titre patriarcal. Ils sont cependant intégrés à l'ordre des cardinaux-évêques, quoiqu'au-dessous d'eux hiérarchiquement.

De nos jours, les membres de la curie romaine créés cardinaux le sont généralement dans l'ordre des cardinaux-diacres (on les appelle cardinaux de curie), tandis que les évêques titulaires d'évêchés effectifs sont créés dans l'ordre des cardinaux-prêtres (cardinaux en résidence).

Les cardinaux-diacres peuvent cependant au bout de dix ans opter librement pour l'ordre des cardinaux-prêtres. Ils peuvent en même-temps conserver leur diaconie, qui est élevée pro hac vice au rang de titre, c'est-à-dire qu'ils conservent la même diaconie qui sera considérée comme une paroisse tant qu'ils l'occuperont.

L'ordre protocolaire s'établit ainsi :

  1. le doyen de l'ordre des cardinaux-évêques, qui est également le doyen du Collège des cardinaux ; autrefois doyen d'ancienneté parmi les cardinaux-évêques, il est de nos jours élu par les cardinaux-évêques parmi eux et approuvé par le pape (can. 352-2) ; le cardinal doyen est en même temps, et traditionnellement, évêque d'Ostie ; c'est à lui que reviendrait la consécration épiscopale (avec l'assistance de deux autres évêques, selon la prescription du concile de Nicée), d'un nouveau pape qui ne serait pas encore évêque. C'est le cardinal doyen qui, en cas de vacance du Saint-Siège, convoque et préside le Collège des cardinaux. Il préside également le conclave s'il n'est pas atteint par la limite d'âge.
  2. les cardinaux-évêques dans l'ordre de leur élévation ;
  3. les patriarches des Églises catholiques orientales dans l'ordre de leur création cardinalice ;
  4. le cardinal protoprêtre qui est le doyen d'ancienneté de l'ordre des cardinaux-prêtres ;
  5. les cardinaux-prêtres dans l'ordre de leur création au rang de cardinal ;
  6. le cardinal protodiacre qui est le doyen d'ancienneté de l'ordre des cardinaux-diacres (c'est à lui que revient la tâche d'annoncer au monde l'élection du nouveau pape et son nom de règne, depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre, par la célèbre formule « Habemus papam... » ; c'est aussi lui qui couronnait le pape de la tiare et qui, depuis l'abandon de ce rite du couronnement, pose le pallium sur les épaules du pape lors de sa messe d'inauguration) ;
  7. les cardinaux-diacres dans l'ordre de leur création au rang de cardinal.

Jadis, des laïcs ou de simples clercs ont été créés cardinaux (Mazarin n'a jamais été évêque ni même prêtre). De simples diacres pouvaient être créés cardinaux-diacres, des prêtres cardinaux-prêtres et des évêques cardinaux-évêques. Depuis 1918, tous les cardinaux doivent être au moins prêtres et depuis 1962 tous doivent être évêques, mais des exceptions sont consenties au gré du pape (notamment pour les cardinaux créés après l'âge de quatre-vingts ans). De sorte que depuis bien longtemps déjà, l'appartenance à un ordre cardinalice ne correspond plus au degré du sacrement de l'ordre dont les cardinaux sont effectivement investis.

Les derniers papes en date étaient au moment de leur élection au pontificat :

Pape Élection Fonction Titre
Clément XIII 1758 évêque cardinal-prêtre
Clément XIV 1769 prêtre cardinal-prêtre
Pie VI 1775 prêtre cardinal-prêtre
Pie VII 1800 évêque cardinal-prêtre
Léon XII 1823 évêque cardinal-prêtre
Pie VIII 1829 évêque cardinal-évêque
Grégoire XVI 1831 évêque cardinal-prêtre
Pie IX 1846 évêque cardinal-prêtre
Léon XIII 1878 évêque cardinal-prêtre
Pie X 1903 évêque cardinal-prêtre
Benoît XV 1914 évêque cardinal-prêtre
Pie XI 1922 évêque cardinal-prêtre
Pie XII 1939 évêque cardinal-prêtre
Jean XXIII 1958 évêque cardinal-prêtre
Paul VI 1963 évêque cardinal-prêtre
Jean-Paul Ier 1978 évêque cardinal-prêtre
Jean-Paul II 1978 évêque cardinal-prêtre
Benoît XVI 2005 évêque cardinal-évêque
François 2013 évêque cardinal-prêtre

À ce jour, aucun cardinal-diacre n'a plus été élu pape depuis Léon X en 1513. Cela n'empêche pas qu'à chaque conclave, le nom de plusieurs cardinaux-diacres soient cités parmi les papables. La distinction entre les différents ordres de cardinaux étant d'ailleurs devenue purement formelle, l'élection d'un cardinal-diacre n'aurait aujourd'hui rien de surprenant.

Le dernier non-cardinal élu pape a été Urbain VI en 1378. Cette élection provoqua le Grand Schisme d'Occident : les cardinaux ont prétendu avoir voté sous la contrainte, annulé leur élection, et élu l'antipape Clément VII à sa place. Depuis cette époque, un usage non écrit mais très fermement établi veut que seul un cardinal puisse être élu pape. Mais la constitution apostolique de Jean-Paul II, Universi Dominici Gregis, prévoit formellement, dans son numéro 83, qu'un non-cardinal puisse être élu pape.

Nombre de cardinaux[modifier | modifier le code]

Le nombre de cardinaux a varié au cours de l'histoire. Il a d'abord été restreint aux 25 églises cardinalices de Rome, aux 7 diocèses suburbicaires et aux 6 diaconies palatines et 7 diaconies régionales[2].

Du XIIIe au XVe siècle, le Collège ne dépasse jamais le nombre de trente cardinaux, même s'il existe alors plus de trente paroisses et diaconies qui puissent accueillir un titulaire. Le pape Jean XXII formalise la limite de vingt membres[3]. Lors du siècle qui suit, l'augmentation du nombre de cardinaux est un moyen pour le pape de lever des fonds pour la construction ou la guerre, de créer des alliances européennes et de diluer la force du Collège et le contrepoids spirituel et politique face à la suprématie papale[3].

La capitulation du conclave de 1352 limite la taille du Collège des cardinaux à 20 membres, avec interdiction de création de nouveaux cardinaux si le nombre n'est pas descendu à 16, mais cette capitulation est déclarée nulle par Innocent VI l'année suivante. Le Concile de Bâle fixe la limite à 24[4], de même que les capitulations de 1464[5], 1484[6] et 1513[7].

Le pape Paul IV établit le plafond à quarante membres mais l'accord n'a jamais été mis en pratique[8]. Son successeur immédiat, Pie IV, élève cette limite à soixante-seize[3].

En 1560, Ferdinand Ier de Habsbourg critique la taille et la composition du Sacré Collège et souhaite imposer une limite de 26 membres, au lieu des 60, tandis que les émissaires français penchent pour le chiffre de 24 ; le concile de Trente qui suit ne prend finalement pas de décision sur la formation du Collège[9].

En 1586, par sa constitution Postquam verus, le pape Sixte Quint fixe le nombre de cardinaux à 70 et établit dans la bulle Religiosa sanctorum du 13 avril 1587 la liste des églises de Rome attribuées comme titres cardinalices[10] : 6 cardinaux-évêques, 50 cardinaux-prêtres et 14 cardinaux-diacres.

Cette limite reste en vigueur jusqu'au pontificat de Jean XXIII qui relève ce nombre par trois fois : 75 en 1958, 88 en 1960 et 90 en 1962[3]. Son successeur, Paul VI, augmente la taille du Collège à 105 (1965), puis 120 (1967) puis 136 (1969) et enfin 144 (1973). Toutefois, en consistoire secret (aujourd'hui appelé consistoire ordinaire) en 1973, Paul VI limite le nombre des cardinaux électeurs à 120, en retirant le droit de vote en conclave aux membres du Collège ayant plus de quatre-vingts ans.

En 2015, sous le pontificat de François, le nombre des cardinaux a atteint 227.

Cardinaux électeurs et non-électeurs[modifier | modifier le code]

Depuis Paul VI et le Motu proprio Ingravescentem ætatem confirmé dans la constitution apostolique Romano Pontifici Eligendo du 1er octobre 1975), seuls les cardinaux de moins de 80 ans peuvent voter lors d'un conclave. Cette même constitution limite le nombre des cardinaux électeurs à 120. Cependant, à différentes reprises, Jean-Paul II, Benoît XVI et François ont fait quelques entorses à cette règle.

Date du consistoire Pape Nombre d'électeurs Date de retour aux 120 électeurs
21 février 1998 Jean-Paul II 122 1er mars 1998
21 février 2001 Jean-Paul II 136 4 août 2002
21 octobre 2003 Jean-Paul II 135 10 janvier 2005
20 novembre 2010 Benoît XVI 121 26 janvier 2011
18 février 2012 Benoît XVI 125 26 juillet 2012
22 février 2014 François 122 12 mars 2014
14 février 2015 François 125 ...

Répartition géographique des cardinaux[modifier | modifier le code]

L’Europe en général (et l'Italie en particulier) a longtemps détenu un poids écrasant au sein du Collège des cardinaux, à la fois pour des raisons historiques et pratiques : lors des conclaves du début du XXe siècle, les cardinaux qui résident en Amérique, en Asie ou en Océanie ne peuvent arriver à temps pour participer à l'élection du nouveau pape.

L'Europe détient la majorité des électeurs jusqu'au consistoire du 22 février 2014 : à cette date, 61 des 122 cardinaux électeurs en sont encore originaires. Les Européens deviennent minoritaires dès le 14 mars suivant, lors du 80e anniversaire du cardinal italien Tettamanzi.

Rôle[modifier | modifier le code]

En temps ordinaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Consistoire.

Les cardinaux réunis en consistoire assistent le pape dans ses décisions. Les consistoires peuvent être :

  • ordinaires : où sont convoqués tous les cardinaux, du moins ceux qui sont présents à Rome. Ils traitent des affaires graves, mais qui surviennent assez communément, ou pour accomplir certains actes solennels, en particulier pour la création de nouveaux cardinaux ou pour l'approbation des béatifications et canonisations. Le consistoire ordinaire où sont célébrées certaines solennités peut être public : on y admet des prélats, des représentants de la société civile et d'autres invités[11] ;
  • extraordinaires : où sont convoqués tous les cardinaux lorsque des nécessités particulières de l'Église ou l'étude d'affaires particulièrement graves le conseillent.

En outre, les cardinaux ont des responsabilités dans la Curie romaine, l'administration de l'Église, à la tête des dicastères. Les cardinaux de la Curie, ainsi que le doyen et le vice-doyen, doivent résider à Rome.

Pendant la vacance du Siège apostolique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sede vacante.

Les fonctions du Collège des cardinaux pendant la vacance du Saint-Siège sont définies par la Constitution apostolique Universi Dominici Gregis publiée par Jean-Paul II le 22 février 1996 et modifiée par les motu proprio de Benoît XVI du 11 juin 2007 et du 22 février 2013.

Gouvernement de l'Église[modifier | modifier le code]

Durant la période où le Siège apostolique est vacant, le gouvernement de l'Église est confié au Collège des cardinaux pour expédier les affaires courantes ou celles qui ne peuvent être différées et pour la préparation de ce qui est nécessaire en vue de l'élection du nouveau Pontife. Sont exclues les affaires qui - en vertu de la loi ou de la pratique - relèvent des pouvoirs du seul Pontife romain lui-même ou bien qui concernent les normes pour l'élection du nouveau pape.

Les Chefs des dicastères de la Curie romaine, c'est-à-dire le cardinal Secrétaire d'État, les cardinaux préfets, les archevêques présidents, ainsi que les membres de ces mêmes dicastères, cessent leurs fonctions. Exception est faite pour le Camerlingue de la Sainte Église romaine et pour le grand pénitencier, qui continuent à s'occuper des affaires courantes, soumettant au Collège des cardinaux ce qui aurait dû être référé au Souverain Pontife.

Le cardinal camerlingue, assisté de la Chambre apostolique et avec l'aide des trois cardinaux assistants, veille à l'administration des biens et des droits temporels du Saint-Siège, après avoir obtenu, une fois pour les questions moins importantes et chaque fois pour les plus graves, le vote du Sacré Collège.

Tout le pouvoir civil du Souverain Pontife concernant le gouvernement de la Cité du Vatican revient au Collège des cardinaux ; cependant, celui-ci ne peut porter de décrets qu'en cas d'urgente nécessité et seulement pour la durée de la vacance du Saint-Siège. Ces décrets n'ont de valeur par la suite que si le nouveau pape les confirme.

Élection du pape[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conclave.

Depuis 1059[12] l'élection du Souverain Pontife est réservée au Collège des cardinaux.

Le concile œcuménique Latran III décida en 1179 que la majorité des deux tiers des cardinaux serait dans tous les cas requise.

Grégoire X, en 1274, fit instaurer le conclave par le concile de Lyon II (décret Ubi periculum). Cette procédure fut définitivement adoptée par le pape Boniface VIII.

Le vote à bulletins secrets a été décidé par Grégoire XV, en 1621.

Pie X supprima en 1904 le droit d'exclusive, ou droit de véto, qui était accordé à certains puissances politiques. En outre il décidait que le secret sur les élections papales serait définitivement gardé par tous les participants au conclave, même après l'élection du Souverain Pontife.

Depuis 1975, seuls les cardinaux de moins de 80 ans peuvent voter et le nombre de cardinaux électeurs est limité à 120. Ils doivent élire le pape à la majorité des deux tiers. Depuis 1904, l'élection est secrète, et les cardinaux doivent garder le silence sur ses circonstances sous peine d'excommunication. Le vote a lieu grâce à des bulletins où est imprimé Eligo in Summum Pontificem, c’est-à-dire « J'élis comme Souverain Pontife », le cardinal inscrit ensuite son candidat et scelle son bulletin. L'élection a lieu dans la chapelle Sixtine où les cardinaux sont enfermés. Depuis 1996, ils sont logés dans la résidence Sainte-Marthe (Domus Sanctæ Marthæ), située derrière la salle des audiences. Le résultat des scrutins successifs est annoncé au public par une fumée noire quand le scrutin n'est pas concluant, blanche quand il l'est. En 2005, les cloches de la basilique Saint-Pierre ont sonné pour indiquer l'élection d'un nouveau pape.

À la fin de l'élection, le cardinal Camerlingue de la Sainte Église romaine rédige un compte rendu, approuvé par les trois cardinaux assistants, indiquant le résultat des votes intervenus au cours de chaque session. Ce compte rendu est remis au nouveau pape, puis conservé dans les archives secrètes du Vatican.

Le Collège cardinalice est souverain dans l'élection du Pontife Romain. Il peut choisir librement qui il veut, fût-il non cardinal. Dans les faits, depuis longtemps, le nouveau pape est toujours issu du rang des cardinaux. Quand le nouveau pape est élu et a accepté ses fonctions, le cardinal protodiacre annonce le résultat de l'élection du haut de la loge des bénédictions de la basilique Saint-Pierre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul VI, Motu Proprio Ad purpuratorum Patrum du 11 février 1965
  2. Cardinaux de la Sainte Église romaine « Notes historiques de l’Annuaire Pontifical 2013 » sur le site du Vatican.
  3. a, b, c et d (en) John-Peter Pham, Heirs of the Fisherman: Behind the Scenes of Papal Death and Succession, 2004, Oxford University Press, p. 65, (ISBN 9780195178340).
  4. Salvador Miranda, The Cardinals of the Holy Roman Church: Guide to documents and events, 15th century,«  De numero et qualitate cardinalium », Conseil de Bâle, session 23 du 26 mars 1436, [lire en ligne].
  5. (en) Frederic J. Baumgartner, Behind Locked Doors: A History of the Papal Elections, Palgrave Macmillan, 2003, p. 78–79 (ISBN 0312294638).
  6. (en) Frederic J. Baumgartner, Behind Locked Doors: A History of the Papal Elections, Palgrave Macmillan, 2003, p. 82 (ISBN 0312294638).
  7. (en) Ludwig Pastor, The History of the Popes, K. Paul, Trench, Trübner & Co., Ltd. 1908, p. 19–21.
  8. Encyclopédie catholique, « Cardinal », 1907-1913, [lire en ligne].
  9. (en) Salvador Miranda, The Cardinals of the Holy Roman Church: Guide to documents and events, 16th century (1503–1605), [lire en ligne], 1998–2015.
  10. (la) Salvador Miranda, The Cardinals of the Holy Roman Church: Guide to documents and events, 16th century (1503–1605), 1998–2015, , « Constitutio Religiosa, 13 aprilis 1587 », [lire en ligne].
  11. Code de droit canonique, 1983, can. 353
  12. Décret du Latran du 13 avril 1059 de Nicolas II