Guy de Chauliac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guy de Chauliac

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Guy de Chauliac, d'après un tableau de l'école de médecine de Paris

Nom de naissance Guy de Chauliac
Alias
Guy Poret de Chauliac
Guido de Cauliaco
Naissance vers 1298
Chaulhac
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Médecin, chirurgien
Autres activités
Chanoine

Guy de Chauliac, ou Gui de Chauliac, ou encore Gui de Chaulhac, né vers 1298 à Chaulhac et mort le 23 juillet 1368 est un chirurgien français. Il est connu également sous le nom italianisé de Guido de Cauliaco. Il est l'auteur d'un traité de chirurgie Chirurgia Magna publié en 1363.

Il est considéré comme le père de la chirurgie médicale, profession alors réservée aux barbiers. D'abord chanoine au cloître de l'église de Saint-Just, il devint ensuite médecin auprès de la papauté d'Avignon. Il a ainsi été le médecin des papes Clément VI, Innocent VI et Urbain V.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy de Chauliac

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Guy de Chaulhac naît vers 1298 sur les monts de la Margeride, à Chaulhac en Gévaudan, dans une famille modeste. Les informations concernant sa jeunesse sont du coup très faibles. Une légende s'est alors formée autour de ce vide. Il y est dit qu'une jeune fille noble de la baronnie de Mercœur, dont Chaulhac faisait partie, se serait cassé la jambe, et que cette fracture ne guérissait pas. Après avoir consulté une sorcière qui leur conseille un jeune garçon doué, la jeune fille est donc montrée à Guy qui parvient si bien à la soigner qu'elle ne tarde pas à remarcher. La châtelaine de Mercœur aurait alors payé les études du jeune Guy.

Il a sans doute commencé ses études au Malzieu, puis à Mende auprès du collège de chanoines. Là aussi la légende se mêle aux faits avérés, mais il est dit que c'est son instructeur au Malzieu qui lui aurait indiqué Toulouse pour continuer ses études.

Guy de Chaulhac commence ses études de médecine soit à Toulouse, soit à la faculté de Montpellier. Il écrit lui-même dans la Grande Chirurgie qu'il a eu pour maître Nicolas Catalan de Toulouse, mais aucune date de son passage dans la ville rose ne semble conservé. À Montpellier, il a pour maître Raymond de Molières. Il devint maître de médecine en 1325, la maîtrise s'obtenant après une licence en six ans et des voyages pour parfaire son art.

Il continue, à partir de 1326, son apprentissage à Bologne puis à Paris, où il se parfait dans ses connaissances en anatomie. En 1348, le pape Clément VI autorise l'autopsie publique des pestiférés afin d'essayer d'arrêter ce fléau. Cette mesure permet à Guy de Chauliac d'être parmi les précurseurs de la dissection (humaine) dans le but médical.

Les années d'errances[modifier | modifier le code]

Après Paris, les sources concernant Guy de Chauliac sont plus vagues. Il semble qu'il ait beaucoup voyagé, gagnant sa vie au fil des opportunités comme nombre de médecins à cette époque. À partir de la fin de ses études en 1330, il faut attendre 1342 pour que l'on retrouve trace de Guy de Chauliac dans des écrits.

Le chanoine auprès des Papes[modifier | modifier le code]

Vers 1344 il devient en effet chanoine au monastère Saint-Just, près de Lyon. Il accède même à la prévôté de l'église. Médecin du monastère, il est habilité à pratiquer la chirurgie dans l'infirmerie du couvent.

Les papes Innocent IV, puis Clément V ont été évêques de Saint-Just. C'est peut-être pour cela que Guy de Chaulhac est appelé à se rendre à Avignon en 1348 pour aider à lutter contre la grande épidémie de peste.

Guy de Chaulhac arrive donc au Palais des Papes afin de soigner les malades de la peste. Cependant, son dévouement au contact permanent de la maladie lui fait la contracter. Il se soigne lui-même en testant sur lui des méthodes chirurgicales. Il pratique ainsi l'incision des bubons qui lui apparaissent.

Il devient alors le médecin des Papes. Durant son séjour à Avignon, quatre d'entre eux furent ses patients : Benoît XII[réf. nécessaire], Clément VI (8e médecin en 1342), Innocent VI (2e médecin en 1352) et Urbain V (1er médecin en 1362). Il aurait, par exemple, trépané Clément VI pour le soigner de céphalées[1].

En 1353 il est fait chanoine avec prébende de Reims par Innocent VI, poste qu'il cessera d'honorer en 1359 pour rejoindre Saint-Just où il vient d'être fait prévost du Chapitre.

En 1367, Urbain V, lui aussi gévaudanais, le fait chanoine de Mende.

Sa disparition[modifier | modifier le code]

Le il meurt sur la route reliant Avignon et Lyon, dans un lieu qui n'a pas été retenu. Il est alors inhumé au cimetière des prêtres de Saint-Just.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Considéré comme le plus grand chirurgien du Moyen Âge, il laisse des écrits qui témoignent d’une intelligence pratique comme d’une grande érudition. Il publie en 1363 son important traité de Grande Chirurgie Chirurgia Magna qui est une adaptation de Inventorium sive Collectorium artis chirurgicalis medicinae déjà publié en 1340. Cette œuvre sera connue dans tout le monde latin sous le surnom de Guydon ou Guidon en référence à son prénom[2]. Son livre a été traduit dans toutes les langues et sera partout l'ouvrage classique par excellence.

Postérité[modifier | modifier le code]

Un hôpital du centre hospitalier universitaire de Montpellier porte aujourd'hui son nom[N 1]. Il en est de même du centre hospitalier régional de Mende. Son nom est également donné à une rue de Montpellier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Trépanation : étude de cette pratique chirurgicale au Moyen Âge, Cécile Giraud, visible sur (fr) anthropologie-et-paleopathologie.univ-lyon1.fr
  2. "Le Traité du grand Guidon" est consultable en ligne chez Gallica: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53726b.image.f1

Liens externes[modifier | modifier le code]