Uzès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uzès
La cathédrale Saint-Théodorit et la tour Fenestrelle.
La cathédrale Saint-Théodorit et la tour Fenestrelle.
Blason de Uzès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Uzès
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Uzès
Maire
Mandat
Jean-Luc Chapon
2014-2020
Code postal 30700
Code commune 30334
Démographie
Gentilé Uzétiens
Population
municipale
8 626 hab. (2011)
Densité 339 hab./km2
Population
aire urbaine
11 468 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 48″ N 4° 25′ 14″ E / 44.0133333333, 4.4205555555644° 00′ 48″ Nord 4° 25′ 14″ Est / 44.0133333333, 4.42055555556  
Altitude 167 m (min. : 49 m) (max. : 274 m)
Superficie 25,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uzès
Liens
Site web www.uzes.fr

Uzès est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés Uzétiens.

Uzès est qualifiée de premier duché de France, ce titre n’étant lié au duché qu'en raison de l'ordre de préséance dans la hiérarchie de la noblesse, attribuée au duc d'Uzès en 1565 par Charles IX, alors roi de France. Le titre était lié à l'homme et non à ses terres.

Elle est la ville principale de l'Uzège.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Uzès se situe dans un triangle formé par les villes d'Alès, 32 km au nord-ouest, Avignon, 40 km à l'est, et Nîmes, la ville la plus proche à 25 km au sud. Elle se situe également à environ 25 km de Bagnols-sur-Cèze que l'on rejoint par le beau "pays de l'Uzège et à 40 km de la ville médiévale de Sommières au sud ouest. La ville édifiée sur un promontoire est bordée de vignes, d'oliviers et de garrigue.

Arrosée par l'Alzon, elle surplombe la petite vallée fraîche de l'Eure d'où jaillit la source du même nom. C'est d'ici que provenait l'eau alimentant la ville de Nîmes à l'époque romaine. Cette eau était acheminée via un aqueduc de 50 km dont la partie la plus visible est le pont du Gard.


Voies de communication[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare d'Uzès

À l'écart des voies de communication, la gare d'Uzès distante d'environ 1,5 km de la ville (ce qui n'a pas aidé à son développement), en contrebas de la colline vers l'ouest et inaugurée en 1880, est fermée ; cependant la ville est bien desservie par plusieurs lignes d'autocars à destination de Nîmes via le pont Saint-Nicolas, Alès et Avignon via le pont du Gard et Remoulins.

Autrefois Uzès était desservie par une ligne PLM puis SNCF qui reliait Remoulins à Alès, appelée à l'origine « ligne Beaucaire - Le Martinet »). Une jonction permettait également de relier la ligne des Cévennes entre Uzès et la gare de Nozières-Brignon. Mais à l'écart des principales lignes, la ville a toujours souffert de cette carence.

L'ancien bâtiment de la gare, typique de l'architecture normalisée du PLM (1880) est surmonté d'une horloge couronnant sa façade au sein d'un oculus toujours visible. Désaffectée, elle est devenue une propriété privée. Les rails entre Uzès et Remoulins existent toujours mais pourraient être déposés pour laisser la place à une « voie verte » comme cela a été fait entre Caveirac et Sommières en 2006/07. On pourra cependant regretter la disparition de cette ligne à l'heure où l'on parle de remettre en service des liaisons TER entre Nîmes et Pont Esprit d'autant que la démographie d'Uzès, ancienne sous-préfecture, repart à la hausse et qu'une halte au pont du Gard (sur la ligne d'Uzès) ne pourrait qu'être un atout touristique supplémentaire. Construiy en 1667

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Duché

La naissance d'Uzès irait de pair avec la construction du pont du Gard qui amenait l'eau de la fontaine d'Eure jusqu'à Nîmes. Présence très probable d'un oppidum sur le plateau qui accueillera la future cité. Évêché à partir du Ve siècle jusqu'à la Révolution Française. Il fut supprimé en 1817. Successivement vicomté et comté en 1486, elle devint duché en 1565. Elle fut durement éprouvée par les guerres de religion et par la guerre des camisards.

Entre 1795 et 1800, la commune absorbe celle voisine de Saint-Firmin[1] peuplée, selon le recensement de 1793, de 187 habitants ; cette dernière avait porté provisoirement, au cours de la Révolution française, le nom de Firmin-les-Uzés[2].
Uzès elle-même avait été renommée, durant cette période, Uzès-la-Montagne[1].

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.

La restauration de la ville commença en 1965 grâce à l'une des premières création de secteur sauvegardé ( Loi Malraux de 1962 )

Article détaillé : Histoire d'Uzès.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite une usine du confiseur allemand Haribo qui a pris le contrôle de l'entreprise Ricqlès-Zan, la culture de la réglisse étant répandue dans la région. À côté y figure également le musée du bonbon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Uzès

Fascé d'argent et de gueules au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or [3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Uzès.
Maires élus
L'Hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Jean-Michel Chambon de La Tour Montagnard Député du Gard (1789-1791, 1792-1795)
1790 1791 Charles-François de Trinquelague-Dions Droite Député du Gard (1815-1823)
Sous-secrétaire d'État (1816)
1791 1792 De Croy    
1792 1792 De Roche Salel    
1792 1792 Alexis de La Place de Saint-Maximin    
1792 1794 M. Brueys d'Aigaliers David   Baron, Lieutenant des vaisseaux du Roi. Démissionnaire en raison de son age.
1794 17xx M. Charles Maigron   Avocat
An ?   Citoyen Gallias    
An ?   Citoyen Dupuis    
An ?   Citoyen Chazel    
An ?   Citoyen Nanton    
An ?   Citoyen Marcouès    
An ?   Citoyen Peladan    
An ?   Citoyen Odol    
An ?   Citoyen Sautel    
An ?   Citoyen Ardoin    
An ?   Citoyen Guibal    
An ?   Citoyen Nicolas    
An ?   Citoyen Aufan    
An ?   Citoyen Phéline    
An ?   Citoyen Fages    
An ?   Citoyen Chambeiron    
An ?   Citoyen Blancher    
An ?   Citoyen Bonhomme    
1800 1806 Jean François Gaspard d'Arnaud de Valabris    
1806 1816 Silvestre Maifredy de Robernier Bonapartiste  
1816[4] 1816 M. Verdier-Allut    
1816 1819 M. D'Amoreux Saint Ange    
1819 1825 M. Alexis de La Place de Saint-Maximin    
1825 1829 M. D'Amoreux Saint Ange    
1829 1830 M. Jean Pierre Abauzit    
1830 1846 M. Verdier-Allut    
1846 1848 M. Jean Pierre Abauzit    
1848 1848 Albert Ode Républicain  
1848 1852 M. le vicomte de Dampmartin Légitimiste assassiné le 30 Septembre 1852
1852 1853 M. Dussuel   1er adjoint, Assure l’intérim jusqu'au 19 Septembre 1853
1853 1863 M. Jean Chabanon Bonapartiste Docteur en médecine, Membre du conseil général, Chevalier de la Légion d'honneur. A démissionné lors de son dernier mandat. Député du Gard de 1861 à 1863
1863 1881 M. Ivan de Labruguière   A créé en 1876 le Corps des Sapeurs-Pompiers d'Uzès (appelé alors Subdivision de Compagnie des Sapeurs-Pompiers d'Uzès) suite à l'incendie de la Mairie de 1875. Conseiller Général du Gard. Chevalier de la Légion d'Honneur
1881 1888 M. David Mossé Républicain  
1888 1896 M. Henri Abauzit Républicain  
1896 1908 Léonce Pascal Républicain Progressiste Député du Gard (1898-1902)
Conseiller général du canton d'Uzès (1895-1907)
1908 1919 M. Louis-Emmanuel de Crussol d'Uzès Royaliste 14eme Duc d'Uzès. Chevalier de la Légion d'honneur
1919 1928 M. Joseph Lacroix Conservateur Décédés en cour de mandat
1928 1930 M. Henri de Perseval Conservateur Démissionnaire
1930 1944 M. Marcel Martin SFIO Industriel
Conseiller général du canton d'Uzès
1944 1945 M. Adolphe Le Cannelier Mouvement de Libération Nationale Désigné par le Préfet pour diriger la ville. Comité local de Libération
1945 1947 Mme. Jeanne Palanque Parti Radical Elue à 77 ans. C'est l'une des premières femmes maire en France.
1947 1953 M. Lucien Thibault Mouvement Républicain Populaire- Droite modérée Professeur au Collège
1953 1954 M. Louis Alteirac SFIO Décédés en cour de mandat
1954 1971 Georges Chauvin SFIO Conseiller général du canton d'Uzès
1971 1983 André Rancel SFIO puis PS Conseiller général du canton d'Uzès (jusqu'en 1984
1983 en cours Jean-Luc Chapon UDF puis UDI-Rad. Conseiller général du canton d'Uzès (1985-2004)
Président de la communauté de communes de l'Uzège (2002-2008)
Président de la communauté de communes du Pays d'Uzès depuis 2012. Chevalier de la Légion d'Honneur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 626 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 150 6 350 6 287 5 684 6 162 6 856 7 274 7 215 6 934
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 333 6 242 5 895 5 574 5 585 5 449 5 146 4 989 4 819
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 889 5 182 4 804 4 098 4 456 4 212 4 033 4 667 5 222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5 649 6 851 7 078 7 525 7 649 8 007 7 859 7 935 8 339
2011 - - - - - - - -
8 626 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Uzès est classée ville d'art et d'histoire. Son centre est particulièrement bien conservé, offrant aux visiteurs de superbes façades des XVIe et XVIIIe siècles et de nombreux hôtels particuliers (pour une cité aussi modeste prés de 40 bâtiments sont inscrits ou classés au titre des Monuments historiques !). Les rues piétonnes étroites et pavées ramènent à l'époque médiévale, Renaissance et jusqu'au XVIIIe siècle. Sa place aux Herbes, ombragée de platanes, entourée de maisons à arcades, et au milieu de laquelle trône une grande fontaine en fonte ouvragée du milieu du XIXe siècle, est le théâtre d'un marché hebdomadaire du samedi très apprécié, où se mêlent les parfums des herbes aromatiques de Provence et du Languedoc.

Sur la place Albert-Ier, ancienne place du marché au Blé au centre de laquelle se dresse un gracieuse fontaine figurant une monumentale femme à l'antique en fonte de fer, se situe la chapelle des Capucins construite en 1635 sur l'emplacement d'un temple romain dédié à Auguste. Cette chapelle accueillit les sépultures des ducs d'Uzès jusqu'en 1789 et est actuellement le siège de l'office de tourisme.

  • Les châteaux d'Uzès[6]. Uzès conserve un ensemble exceptionnel de trois tours féodales (il y en avait une de plus au Moyen Âge), qui étaient autant de démembrements de la seigneurie originelle, encore représentée par le château du Duché et sa tour Bermonde. La tour de l'Évêché et la tour du Roi, magnifiquement conservées à côté de la tour Bermonde (la plus haute, 42 mètres, au sein du Duché), les enceintes et les logis de ces châteaux urbains, témoignent de la façon dont les seigneuries languedociennes étaient partagées au gré des successions, voyant coexister des tours féodales les unes à côté des autres. La tour de l'Évêché est surmontée d'un campanile abritant la cloche de l’Horloge communale depuis 1836. La tourelle et la structure du campanile en fer forgé dépassent en hauteur le tour Bermonde.
Les châteaux d'Uzès
  • Le Duché : Il s'agit d'un ensemble architectural composite remarquable par la variété de ses styles et des époques de sa construction. On pénètre dans la grande cour par un porche à fronton encadré de deux colonnes en granit. Dans la ligne de mire, on aperçoit directement une grande porte d'époque Louis XIII elle-même encadrée de colonnes en granit surmontées d'une balustrade. L'ensemble des bâtiments est dominé, au sud, par une puissante tour médiévale du XIe siècle, ancien donjon, dite tour Bermonde dont le couronnement a été refait au XIXe siècle (terrasse et échauguettes avaient été rasées à la Révolution). On accède à sa terrasse qui culmine à environ 40 mètres, d'où l'on jouit d'un superbe panorama à 360° sur la cité, au moyen d'un escalier en colimaçon de 135 marches. Le contraste entre ce donjon massif et la façade principale est fort lorsque l'on pénètre dans la cour. Le décor de cette grande façade est d'un raffinement Renaissance extrême avec étagement des trois ordres architecturaux que sont le dorique, l'ionique puis le corinthien réalisée à la demande d'Antoine de Crussol[7]. Des sculptures et trophées complètent le décor. Sans en être absolument certain, le nom de Philibert Delorme a souvent été associé à cette réalisation pouvant être située vers 1550 (dans la région, seule la façade du château Nogaret de Marssillargues dans l'Hérault peut accepter la comparaison). La chapelle en gothique flamboyant du XVe siècle qui lui est accolée au nord fut restaurée au XIXe siècle. Sa haute toiture couverte de tuiles vernissées à la bourguignonne au milieu du XIXe siècle présente, côté nord, le motif du blason de la famille des Crussol. Le premier étage de cette chapelle qui comporte trois niveaux est un oratoire toujours consacré à la riche décoration néogothique en trompe l'œil. Sa voûte, sur croisée d'ogives, possède liernes et tiercerons.

L'intérieur même du Duché possède de nombreuses pièces meublées et collections ouvertes à la visite. On accède ainsi aux appartements ornés de multiples portraits de la famille par un très bel et exceptionnel escalier d'honneur Renaissance à l'italienne, rampe sur rampe, voûté en caissons et à pointes de diamants. Mention spéciale pour le Grand Salon Bleu d'époque Louis XV orné de gypseries, de quatre cheminées d'angle en marbre de Carrare et d'une belle collection de vases blancs et bleus montés en bronze en porcelaine de Chine ; meubles, tableaux, etc. Nombreuses autres pièces d'apparat (pas toutes visibles au public, hélas) et de réception sans oublier la très grande cave. Deux autres tours subsistent au sein de cet ensemble ; la tour dite « polygonale » couverte d'une toiture pointue en tuile vernissées au XIXe siècle, et la tour ronde de la vigie médiévale.

  • Le monument le plus symbolique de la ville, après le Duché et le château des ducs d'Uzès, est la tour Fenestrelle haute de 42 mètres et qui date en partie du XIIe siècle. Sa partie haute fut reconstruite à l'identique au XVIIe siècle après les guerres de religion. Il s'agit d'un clocher de type circulaire unique en France qui rappelle l'architecture lombarde italienne. De style roman, il est dégagé de la cathédrale Saint-Théodorit. Cette tour évoque quelque peu la tour de Pise. Ses nombreuses ouvertures lui donnèrent d'ailleurs son nom. Elle est chapeautée par une toiture conique de tuiles vernissées vertes et jaunes du plus belle effet.
  • La cathédrale Saint-Théodorit. Saccagée au cours des guerres de religion, elle fut rebâtie au milieu du XVIIe siècle. À l'intérieur, remarquer les remarquables galeries en fer forgé qui courent tout le long du premier niveau ainsi que les exceptionnelles orgues 17ème à volets décorés (les seuls encore d'origine en France) d'époque Louis XIV. La hauteur des voûtes de la nef est de 18 mètres. La façade extérieure est un placage un peu lourd de la fin du XIXe siècle. Au sud, sur la petite esplanade plantée de marronniers, outre le joli panorama sur les garrigues environnantes, présence du fameux petit pavillon Racine surmonté d'un dôme.
  • L'ancien évêché : très vaste bâtiment du XVIIe siècle attenant à la cathédrale, il a abrité la sous préfecture et le tribunal jusqu'en 1926. Aujourd'hui y a pris place notamment, après une très importante restauration, le musée municipal Georges-Borias. À voir, entre autres, les fameuses armoires peintes d'Uzès ; la porte monumentale dont le balcon est supporté de deux atlantes.
Hôtel du baron de Castille
  • L'ancien hôtel du baron de Castille construit en 1818 par Gabriel Joseph de Froment Fromentès, baron de Castille, et sa mince et haute colonnade « non canonique », sur la place de l'Évêché, à côté de la cathédrale.
  • L'église Saint-Étienne, construite de 1763 à 1775 sur l'emplacement d'une ancienne église détruite pendant les guerres de religion. Seul demeure de l'ancien édifice le puissant clocher carré dont la terrasse est surmontée d'une tourelle abritant un campanile en fer forgé qui comporte un timbre hémisphérique faisant office de cloche des heures. Son style général est baroque tardif (ou jésuite). Il a un plan en croix grecque avec une belle façade curviligne décorée d'urnes d'où jaillissent des flammes. L'intérieur est très lumineux et possède une gracieuse coupole. Cette église a été restaurée en 2011.
  • L'hôtel de ville du XVIIIe siècle, restauré au XIXe siècle.
  • La médiathèque, aménagée dans une ancienne école catholique, que domine une petite « tourelle-clocher » néo-romane terminée par un dôme surmontée aujourd'hui encore d'une statue de la Vierge.
  • Le jardin médiéval.
  • Le temple protestant. Pendant les guerres de religion, le temple et dix églises furent détruits. Au XVIe siècle, Uzès était la 5e ville protestante du royaume. Au XVIIe siècle, la cathédrale était relevée de ses ruines et accueillait de nouveaux convertis. Les réformés quant à eux, vivaient leur foi dans la clandestinité au risque d'être emprisonnés ou envoyés aux galères. En 1791, ils acquièrent l'ancien couvent des Cordeliers, qui avait été construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle et qui donne sur l'actuelle esplanade à l'ouest de la ceinture des boulevards.
  • Les anciennes casernes de style classique du XVIIIe siècle, abritant aujourd'hui le lycée.
  • L'ancien hôpital général néo classique
  • Les vestiges de l'église romane Saint-Geniest, du XIIe siècle.
  • L'ancien museon di Rodo, célèbre musée de la roue et des véhicules, dont la collection a malheureusement été dispersée depuis, était à Uzès, de même que la fonderie Petavit.
  • Les bâtiments de la manufacture Vincent[8] qui ont abrité un moulin à huile et la dernière filature de soie fonctionnant à Uzès. La sériciculture était florissante au XVIIIe siècle et faisait vivre environ 2 000 personnes à Uzès, spécialisée alors dans la production des bas de soie. L'activité de la manufacture Vincent a débuté au XIXe siècle pour cesser en 1936, suivant le déclin général de l'industrie textile dans la région.
  • La ville abrite aussi un haras national et un centre hospitalier psychiatrique, le Mas Careiron depuis les années 1960.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Uzès compte de nombreuses équipes et infrastructures sportives. L'équipe la plus populaire de la ville est l'Entente sportive Uzès Pont du Gard, club de football évoluant en C.F.A (4e division française), et jouant au stade Pautex.

Autres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lionel d'Albiousse, Histoire de la ville d'Uzès, Uzès : H. Malige, 1903 (VII-403 p.), réimprimé en 1978 (Marseille : Laffitte notice), 1994 (Nîmes, éd. Rediviva notice) et 1998 (Péronnas : les Éd. de la Tour Gile notice)
  • Lionel d'Albiousse, Histoire des ducs d'Uzès : suivie d'une notice sur leur château ducal, Paris : H. Champion, 1887 (XI-344 p.) disponible sur Gallica et site Nemausensis
  • Pierre Pelissero, Uzès, Éditions Ouest-France - Provence - Cote d'Azur, Rennes, 1982
  • Jean-Paul Ayrault, Uzès, un tour de ville - Promenades dans l'histoire, Éditions Inclinaison, 2007
  • Gaston Chauvet, Uzès, en parcourant ses rues et sa campagne, histoires d'autrefois et souvenirs d'hier, Uzès, 1964 notice
  • les « Souvenirs de l'Uzège », association des originaires et amis d'Uzès et de sa région, fondée par Robert Blanc (1955) ; site internet bibliographie et sitographie importantes 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Saint-Firmin sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  3. GASO - Banque du blason - 30334
  4. Maire durant 100 jours.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. Jean Mesqui, Les châteaux d'Uzès, p. 377-411, dans Congrès archéologique de France. 157e session. Gard. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000, (Lire en ligne)
  7. Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, La façade d'Uzès et son projet, p. 439-449, dans Congrès archéologique de France. 157e session. Gard. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000
  8. Base Mérimée : moulin à huile, filature de soie dite filature Vincent, puis Bonnet