Charles IV du Saint-Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles IV
Portrait de Charles IV (détail du couronnement), par Maître Théodoric
Portrait de Charles IV (détail du couronnement), par Maître Théodoric
Titre
Roi de Germanie
Couronnement à Bonn
Prédécesseur Louis IV du Saint-Empire
Successeur Venceslas Ier du Saint-Empire
Roi de Bohême, Comte de Luxembourg
Couronnement à Prague
Prédécesseur Jean Ier de Bohême
Successeur Venceslas Ier du Saint-Empire
Roi d'Italie
Couronnement à Rome
Prédécesseur Louis IV du Saint-Empire
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Empereur du Saint-Empire
Couronnement à Milan
Prédécesseur Louis IV du Saint-Empire
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Roi de Bourgogne
Couronnement , à Besançon
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Biographie
Dynastie maison de Luxembourg
Nom de naissance Venceslas de Luxembourg
Date de naissance
Lieu de naissance Křivoklát
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Prague
Père Jean Ier de Bohême
Mère Elisabeth Přemyslovna
Conjoint
Enfant(s) Voir section

Armoiries des comtes de Luxembourg Blason des rois de Bohême Armoiries de l'empereur Charles IV
Comte de Luxembourg, roi de Bohême, Empereur des Romains

Charles IV (en allemand : Karl IV, en tchèque : Karel IV., - ) de la maison de Luxembourg est empereur romain germanique de 1355 à sa mort.

Il est le fils de Jean l’Aveugle, roi de Bohême, comte de Luxembourg, et d'Élisabeth de Bohême, héritière par son père Venceslas II de la couronne de Bohême.

Enfance[modifier | modifier le code]

Baptisé Venceslas (Václav en tchèque), il choisit de prendre le nom de son oncle et parrain, le roi de France, Charles IV lors de sa confirmation. Son père, Jean de Luxembourg, en conflit ouvert avec sa mère, Élisabeth de Bohême, décide de soustraire son jeune fils à l'influence maternelle : tout d'abord éloigné au château fort de Křivoklát, il est ensuite envoyé parfaire son éducation chevaleresque à la cour de son parrain Charles IV de France où il arrive le 4 avril 1323 et où il restera sept ans. C'est, grâce à une dérogation du pape Jean XXII, qu'encore enfant, il épouse Blanche de Valois, le , peu après son arrivée en France.

Grâce à cette éducation cosmopolite, il parle couramment cinq langues : le latin, l'allemand, le tchèque, le français et l'italien.

En 1330, il quitte la France avec son épouse, tout d'abord pour son comté de Luxembourg (où reste Blanche de Valois) puis l'Italie.

Accession au pouvoir[modifier | modifier le code]

En 1331, aux côtés de son père, âgé d'à peine quinze ans, il participe à sa première bataille en Italie. De fait, entre 1331 et 1333, date de son retour à Prague, il est régent des seigneuries appartenant à la maison de Luxembourg en Italie.

Dès 1333, à dix-huit ans, outre le margraviat de Moravie qui lui est nominalement attribué en tant qu'héritier de la couronne de Bohême, il est, de fait, le régent du royaume en raison des absences fréquentes de son père, parfois surnommé le « chevalier-errant ».

Charles est élu roi des Romains (rex romanorum) le par cinq prince électeurs avec l’appui de Clément VI (ce qui lui vaut le surnom de rex clericorum) contre Louis IV et couronné à Bonn le . Louis s'était fait beaucoup d'ennemis parmi la haute noblesse allemande bien qu'il disposât de l'appui des villes franches et des ordres de chevaliers (en particulier des chevaliers teutoniques). Charles n’est d’abord considéré que comme un anti-roi, la réalité du pouvoir restant au prince Louis le Bavarois de la maison de Wittelsbach. Une guerre civile menace l'Empire que seule la mort soudaine de Louis IV, en 1347, d’un infarctus lors d’une chasse au sanglier, permet d'éviter ; au terme d'une année de combats ponctuée de multiples intrigues entre ducs et évêques (dont l'élection d’un nouvel anti-roi à la mort de Louis le Bavarois), Charles parvient à contraindre le parti des Wittelsbach à lui remettre la couronne des rois Othoniens.

Entre temps, suite au décès de Jean l’Aveugle à la bataille de Crécy, le , Charles est couronné roi de Bohême . Il devient également comte de Luxembourg et ce jusqu’en 1353 quand il laisse le comté à son demi-frère cadet, Venceslas Ier de Luxembourg. C’est à cette époque qu’il écrit une autobiographie en latin[1], la première autobiographie d'un souverain d'importance dans l'histoire occidentale[2] depuis l'empereur Auguste.

La suite est une formalité issue des limbes féodales du Saint-Empire : il est élu, après avoir éliminé l'opposition menée par son compétiteur Günther von Schwartzburg[3], le , roi de Germanie et couronné le 25 juillet de la même année ; mais le second couronnement à Aix-la-Chapelle (donc cette fois dans la ville héraldique légitime), qui se déroule après un délai convenu entre les parties, a lieu sans que les joyaux aient été remis. En février 1350, Charles doit négocier de nouveau avec l'électeur palatin Robert ; la paix de Bautzen du 14 février 1350 permet de conclure favorablement l'affaire et les reliques sont restituées au nouvel empereur le 4 avril de la même année.

Un mois plus tôt, Charles a dépêché à Munich des émissaires qui le 12 mars 1350 se sont fait remettre le trésor sacré et les regalia, comme cela est consigné dans un acte dressé pour l’occasion. Charles fait porter la couronne et les autres emblèmes sans retard à Prague. Il parade avec au dimanche des Rameaux, le 21 mars 1350, sur le Hradschin, pour les exhiber au peuple. Peu après, il les expédie à Nuremberg, où il tient une Diète d'Empire le 4 avril. Là encore, il se produit devant la population en procession. À chacun des bans d'empire, Charles continuera ainsi de faire montre de son pouvoir.

En 1353, l'official du défunt archevêque de Brandebourg, Dietrich Kagelwit, rejoint sa cour : c'est un conseiller avisé qui redresse les finances du royaume de Bohême. Son ambassade auprès du pape aboutit au couronnement de Charles de Bohême en tant que roi des Romains le , puis empereur romain germanique le 5 avril (jour de Pâques) de la même année, à Rome en l'archibasilique Saint-Jean de Latran par le cardinal d'Ostie.

Le 4 juin 1365, comme son prédécesseur Frédéric Barberousse, Charles relève un titre impérial désuet qui en dit plus sur ses intentions historico-impériales que sur son pouvoir réel en Provence ; il se fait couronner roi d'Arles à la cathédrale Saint-Trophime d'Arles.

Plus tard, en 1373, il obtient la marche de Brandebourg pour son fils Venceslas.

Politique[modifier | modifier le code]

La Bulle d'or[modifier | modifier le code]

la Bulle d'Or de 1356

Un an à peine après son couronnement impérial, c'est à Metz que Charles IV promulgue la Bulle d'or qui codifie les élections impériales et qui est restée en vigueur jusqu'à la dissolution du Saint-Empire romain germanique au début du XIXe siècle.

Les raisons[modifier | modifier le code]

Le milieu du XIVe siècle marque la fin d’une longue période de conflits incertains entre les dynasties allemandes des Luxembourg, Wittelsbach et Habsbourg, conflits attisés par les papes enclins à diviser pour mieux régner. Le summum de cette ingérence avait été atteint en 1343, quand le pape Clément VI a invité les princes-électeurs à se réunir pour remplacer l'empereur Louis IV encore vivant. Qu'un roi des Romains soit élu du vivant de l'empereur est un fait exceptionnel qui témoigne d'une grave crise de pouvoir.

Les princes-électeurs se réunissent le et élisent Charles de Luxembourg, certes petit-fils de l'empereur Henri VII, certes héritier du trône de Bohême, mais en attendant, guère plus que margrave de Moravie, une province mineure de l'Empire même pas allemande. On comprend le surnom de rex clericorum, roi des ecclésiastiques, dont Charles IV hérite de cette première élection.

On comprend mieux, ainsi, cette bizarre deuxième réélection au titre de roi des Romains, en 1349 pour définitivement asseoir sa légitimité. On saisit aussi la décision fondamentale d'organiser institutionnellement l'élection royale : l'empereur convoque la Diète d'Empire qui s'ouvre à Nuremberg le pour mettre de l'ordre dans les institutions et corriger les plus graves de leurs défauts, de ce programme, une partie seulement est réalisée. Les travaux reprirent à Metz, le jour de Noël 1355. Suite à cela, la Bulle impériale est édictée le .

Un code électoral sécularisé[modifier | modifier le code]

Ce code impérial (Kaiserliches Rechtsbuch), appelé communément à partir du XVe siècle « Bulle d'Or », règle minutieusement la désignation du souverain et le statut des princes constituant le corps électoral.

Autrefois étendu à l'ensemble des princes allemands, réduits à dix princes-électeurs dès 1125, le droit de vote est limité aux sept princes qui, dans les faits, l'avaient accaparé depuis le milieu du XIIIe siècle.

Ce collège électoral comprend trois ecclésiastiques : l’archevêque de Cologne, l’archevêque de Mayence et l’archevêque de Trèves ; et quatre laïcs : le roi de Bohême (maison de Luxembourg), le comte Palatin du Rhin (maison de Wittelsbach), le Margrave de Brandebourg (maison de Wittelsbach) et le duc de Saxe (maison de Wittenberg).

Afin d'éviter à l'avenir confusions et disputes, les électorats sont déclarés indivisibles : ils sont transmis par primogéniture en ligne directe et, en cas de minorité, l'oncle le plus âgé du prince voterait à sa place jusqu'à ce qu'il eût dix-huit ans. Si le lignage s'éteignait, l'empereur serait libre d'en désigner un autre à sa guise, sauf en Bohême, où le droit d'élire un nouveau monarque appartient à la diète des États de Bohême.

Trouver des prétextes légaux à la désignation d'un anti-roi n'est plus possible et l'ingérence étrangère en général et papale en particulier est réduite à néant.

Selon les normes électorales fixées par la Bulle d'or, le roi est élu à la majorité des voix du collège électoral, et non plus à l'unanimité afin d'éviter les élections doubles et rivales, sources de guerres civiles[4].

Le candidat élu par les princes-électeurs garde le titre carolingien de « roi des Romains » et devient in imperatorem promovendus soit « devant être promu empereur ».

La bulle reste silencieuse quant à la confirmation par le pape. La dignité impériale étant octroyée par les sept princes-électeurs, ce n'est plus le couronnement (par le pape) qui fait l'empereur, mais l'élection. La puissance impériale se sécularise.

Aix-la-Chapelle est le lieu exclusif du couronnement alors qu'avant, pour se voir confirmer dans son titre impérial, l'empereur devait se rendre à Rome et se faire couronner par le pape en personne ou son représentant. Le pape est dépourvu de la possibilité de refuser de couronner un candidat qui n'aurait pas l'heur de lui plaire. Charles IV qui avait été traité non sans raisons de « roi des prêtres » choisit de régler les problèmes de l'approbation et la confirmation revendiquées par le pape en ne les posant pas. La Bulle passe également sous silence le vicariat auquel le Saint-Siège pouvait prétendre pendant la vacance du pouvoir impérial.

Le rôle des princes-électeurs est également élargi : la Bulle d'or en fait des conseillers qui, une fois au moins par an, délibèrent avec l'empereur des affaires du royaume.

Innocent VI, entouré du cardinal Albornoz et de l'empereur Charles IV, à ses pieds l'archevêque Simone Saltarelli sermonne Michel de Césène et Guillaume d'Ockham

Charles IV assure définitivement l'indépendance du Saint-Empire en fixant, par la Bulle d'or, les règles qui, tout en réduisant les risques de double élection, privent également le pape de toute capacité d'arbitrage entre les élus, donc de choix entre les candidats. Cette situation engendrée par la sécularisation du Saint-Empire ne peut convenir au Saint-Siège et le pape Innocent VI la rejette.

Soutien de la papauté[modifier | modifier le code]

Bulle d'or mise à part, Charles IV montre une grande complaisance envers l'Église, établit en faveur du Saint-Siège des impôts onéreux, affranchit le clergé de toute autorité temporelle et s’attire par là de grandes difficultés. C’est contre cet aspect « clérical » de sa politique que les villes libres de l’Empire formèrent la ligue de Souabe.

En 1347, Charles IV, prince allemand par son père et tchèque par sa mère, tente une œuvre œcuménique au cœur de l’Europe, à la frontière entre les mondes slave orthodoxe et germain catholique, en fondant le cloître d'Emmaüs. Bien que catholique et dépendant de l’ordre de Saint-Benoît, le monastère des emmaüsiens s’est longtemps distingué pour célébrer la liturgie en vieux slave et avoir été un centre important de diffusion et d’éducation du vieux slave et de l’alphabet glagolitique.

Mécène des arts et des lettres[modifier | modifier le code]

Le règne de Charles IV est, sur le plan artistique, le premier âge d’or de la Bohême. Charles IV, roi mécène, fait venir à Prague des artistes de toute l’Europe, qui réalisent des enluminures de manuscrits (Jean de Troppau) ou des peintures sur bois (Nicolas Wurmser). Il fait de son domaine tchèque le cœur artistique et administratif du Saint-Empire.

Chevet de la cathédrale Saint-Guy élevé par Mathieu d'Arras.

Suite à l’élévation de Prague, en 1344, au rang d’archevêché par le pape Clément VI, la reconstruction gothique de la cathédrale Saint-Guy de Prague est entreprise, tout d’abord sous la direction de Mathieu d'Arras puis de l’architecte et sculpteur souabe Peter Parler.

En 1348, il fonde l’université Charles de Prague. Tout d’abord connue comme l’"université de Prague", universita pragensis, elle est la première université du monde germanique, elle prendra par la suite le nom de son fondateur et se nomme désormais Karlova universita. Le 8 avril 1348 marque la fondation de la Nouvelle Ville de Prague qui double la surface de la ville et desserre l’étau des fortifications, permettant l’organisation autour de larges places :

  • Le marché au bétail (l’actuelle "place Charles") qui, avec 80 550 m2, est longtemps restée la plus vaste place urbaine d’Europe
  • Le marché aux chevaux (l’actuelle place Venceslas)
  • Le marché au foin (l’actuelle place Senovážné)

En 1348 encore, la construction du château fort de Karlštejn est entreprise. Retraite impériale, elle est superbement ornée d’un ensemble de tableaux et de fresques gothiques réalisées par maître Théodoric et reste l’un des plus beaux exemples de l’art civil de cette époque.

En 1357, il entreprend la construction du pont Charles, pour relier Malá Strana et le château de Prague avec la Vieille Ville de Prague et ce afin de remplacer un pont plus ancien, en bois, détruit par une inondation en 1342.

Politique impériale et européenne[modifier | modifier le code]

Charles IV conseille son neveu Charles V de France, à Metz, en 1356, lors d’un soulèvement des Parisiens. La visite qu’il rend encore à son neveu en 1378, peu avant sa mort, est splendidement relatée dans les Grandes Chroniques de France.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Charles IV et sa première épouse, Blanche de Valois.

Il se marie quatre fois. En 1329 sa première épouse est Blanche de Valois, demi-sœur de Philippe VI de France avec qui il a deux filles : Marguerite (1335-1349), épouse de Louis Ier de Hongrie puis Catherine (1342-1386), épouse de Rodolphe IV d'Autriche puis d’Othon V de Wittelsbach.

En mars 1349, il épouse Anne du Palatinat (1329-1353), fille de Rodolphe II du Palatinat. Leur fils, Venceslas (17 janvier 1350 - 28 décembre 1351) meurt hélas en bas âge et Anne suit son fils dans la tombe peu de temps après, le 2 février 1353. L’empereur est veuf pour la seconde fois et, âgé de trente-sept ans, n’a qu’une héritière, Catherine, laquelle vit à Vienne à la cour de son fiancé Rodolphe de Habsbourg.

Un remariage est donc impératif et il sera prompt  : le 27 mai 1353, il épouse Anne de Schweidnitz (1339-11 juillet 1362). De cette union naît, tout d’abord une fille, Élisabeth (19 avril 1358-4 septembre 1373), future épouse du duc Albert III de Habsbourg et, enfin, un héritier mâle  :

Anna von der Pfalz.jpg

Venceslas, futur empereur qui restera dans l’histoire comme Venceslas l’Ivrogne.

Dix ans après son troisième mariage et un an après que sa troisième femme fut décédée en couche, Charles IV épouse Élisabeth de Poméranie (1345-1392), la fille de Boguslaw V, le 21 mai 1363. De cette union naissent quatre enfants :

  • Anne (1366-1394), plus tard épouse de Richard II d'Angleterre
  • Sigismond, futur empereur romain germanique, roi de Bohême et de Hongrie, margrave de Brandebourg
  • Jean (1370-1396), qui deviendra duc de Görlitz
  • Marguerite (1373-1410), épouse de Jean III de Hohenzollern, burgrave de Nuremberg

Les quatre épouses de Charles IV sont inhumées auprès de leur mari dans la crypte de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

Anna von Schweidnitz.jpg

Sa sœur aînée, Bonne de Luxembourg, est l’épouse de Jean II de France, le fils de Philippe VI de France.

Postérité[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui les billets de 100 couronnes tchèques sont à son effigie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Monnet, Jean-Claude Schmitt, Vie de Charles IV de Luxembourg, éd. Belles Lettres, 2010, 420 p. (ISBN 2251340602)
  2. Joseph Rovan, Histoire de l'Allemagne
  3. http://de.wikipedia.org/wiki/G%C3%BCnther_XXI._(Schwarzburg-Blankenburg)
  4. Henry Bogdan, Histoire des Habsbourg des origines à nos jours, Perrin 2002, p.41

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Monument de Charles IV à l'allée de la Victoire du Tiergarten, œuvre de Ludwig Cauer
  • Joseph Calmette, Le Reich allemand au Moyen Âge, Payot, Paris, 1951
  • Francis Dvornik, Les Slaves histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine, Seuil, Paris, 1970
  • Jörg K.Hoensch, Histoire de la Bohême, Payot, Paris, 1995 (ISBN 2228889229)
  • Pavel Bělina, Petr Čornej et Jiří Pokorný, Histoire des Pays tchèques, Points Histoire U 191, Seuil, Paris, 1995 (ISBN 2020208105)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]