Alexandre II (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexandre II et Alexandre.
Alexandre II
Image illustrative de l'article Alexandre II (pape)
Biographie
Nom de naissance Anselme de Lucques
Naissance vers 1010/1015
Milan
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
Rome (Italie)
Précédent Nicolas II Grégoire VII Suivant

Anselme de Lucques est né vers 1010 ou 1015 à Milan et mort à Rome le , élu pape en 1061 sous le nom d'Alexandre II.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Baggio, dans la région de Milan, il est formé à Cluny, aux côtés du cardinal Hildebrand (futur Grégoire VII) puis à l'abbaye du Bec dirigée par Lanfranc. Il commença sa carrière publique par la prédication. En Lombardie, il attaqua les mœurs du clergé, en particulier le mariage des prêtres. L'archevêque Guido, irrité, le dénonça auprès de l'empereur Henri III. Au lieu de le condamner, l'Empereur lui confia la prédication en Allemagne. En 1057, Anselme se vit confier l'évêché de Lucques. Par la suite, il fut nommé légat apostolique à Milan, la première fois en 1057 en compagnie d'Hildebrand, la seconde en 1059 en compagnie de Pierre Damien.

Règne[modifier | modifier le code]

À la mort de Nicolas II, en 1061, il fut élu pape par le Sacré Collège (Élection pontificale de 1061), conformément au décret du feu pape. Une notification fut adressée à la cour de l'Empereur, qui l'ignora. Les cardinaux considérèrent que le privilège de confirmation impérial avait été abandonné. Anselme fut couronné pape sous le nom d'Alexandre II le 30 septembre. Furieux, les Romains, dépossédés de leur ancien droit d'élection, portèrent leurs griefs devant l'impératrice Agnès, régente pour son jeune fils Henri IV. Elle convoqua une assemblée à Bâle qui, en l'absence de tout cardinal, élut un autre pape, qui prit le nom d'Honorius II.

Il condamna la simonie et le nicolaïsme. Il appuya Guillaume le Conquérant dans la conquête normande de la Grande-Bretagne, politiquement et en lui fournissant un étendard consacré ainsi que des reliques sacrées. Il refusa d'autoriser le divorce de Henri IV et le força à reprendre sa femme, Berthe de Saxe. En 1063, il transforma la Reconquista en guerre sainte, par l'octroi d'une indulgence plénière aux soldats qui participeraient à la prise de Barbastro, ville d'Aragon tenue par les Maures.

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Alexandre II (pape) Suivi par
Nicolas II
Emblem of the Papacy SE.svg
Pape de l’Église catholique
Grégoire VII