Adrien II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adrien II
Image illustrative de l'article Adrien II
Biographie
Naissance en 792
Rome
Décès en 872
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat novembre 867
Intronisation 14 décembre 867
Fin du pontificat 14 décembre 872
Précédent Nicolas Ier Jean VIII Suivant

Adrien II, né à Rome en 792, est le 106e pape, de 867 à 872.

Né à Rome, il est élu en 867, après avoir refusé deux fois le pontificat. Il leva l'excommunication lancée contre Lothaire, roi de Lotharingie, qui avait répudié sa femme ; tint en 869 un concile à Rome contre Photius, patriarche de Constantinople, qu'il fit déposer; eut des démêlés avec l'empereur d'Orient Basile et avec le nouveau patriarche grec au sujet du schisme provoqué par Photius, et quelques différends avec Charles le Chauve, au sujet de la déposition de l'évêque Hincmar de Laon. Il mourut en 872.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un certain Tarare (qui fut plus tard évêque), il fut élu pape le 14 décembre 867, après avoir refusé deux fois le pontificat (après la mort de Léon IV et de Benoît III. Le soutien unanime du peuple romain et du clergé l'empêcha de refuser une troisième fois. Lors de l'élection, quoiqu'ils n'y eurent pas été invités, les envoyés de l'empereur Louis étaient présents ; ils voulurent se plaindre de n'avoir pas été conviés, on leur répondit cependant que cela n'avait pas été fait par mépris pour eux ou pour l'empereur, mais pour éviter que l'on prenne l'habitude d'attendre l'arrivée des envoyés du prince pour procéder à l'élection. Louis fut par ailleurs très satisfait de cette élection. Il réconcilia la papauté avec l'archevêque de Trèves, Theutgaud, et l'évêque d'Anagnia, Zacharie, qui avaient été excommuniés par son prédécesseur.

Pendant les cérémonies du sacre, le duc de Spolète Lambert Ier entra dans Rome pour la piller. Il fut aussitôt excommunié, et l'empereur lui retira son duché. Malgré son âge (il avait plus de soixante-seize ans au moment de son élection), le pape fit preuve d'une vigueur remarquable, notamment en poursuivant la condamnation de Photius, patriarche de Constantinople, qu'il fit déposer et soumettre à la pénitence publique. Il se brouilla toutefois avec l'empereur d'Orient, pour avoir voulu juger des évêques qui avaient suivi Photius, en Carie et en Bulgarie, et qui ne relevaient donc pas de sa juridiction. Il força Lothaire le Jeune à demander un pardon général pour ses errements matrimoniaux. En revanche, après avoir pris le parti de Carloman, révolté contre son père Charles le Chauve, il dut finalement céder devant l'hostilité des évêques de France. Malgré une conception assez large de l'autorité pontificale, il laissa à sa mort un bon souvenir en raison de son désintéressement et de sa générosité pour les plus pauvres.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]