Eusèbe (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eusèbe.
Eusèbe
Image illustrative de l'article Eusèbe (pape)
Le pape Eusèbe
Biographie
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
Précédent Marcel Ier Miltiade (pape) Suivant

Blason

Eusèbe est un pape d'origine grecque du IVe siècle. Il n'exerça sa charge d'évêque de Rome que du , date de son intronisation, au , date de son décès. La Légende dorée raconte qu'il baptisa Eusebio di Vercelli (Eusèbe de Verceil[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Eusèbe fut le successeur de Marcellus Ier, en 309 ou en 310. Son règne fut bref. Le Catalogue Libérien ne lui donne qu'une durée de quatre mois, du 18 avril au 17 août, 309 ou 310.

Nous apprenons quelques détails de sa carrière grâce à une épitaphe sur son tombeau fait sur l'ordre du Pape Damase, épitaphe que des transcriptions anciennes nous ont conservée. Quelques fragments de l'original, avec une copie de marbre du VIe siècle, destinée à remplacer l'original après sa destruction, ont été trouvés par Giovanni Battista Di Rossi dans la Chapelle papale, dans les catacombes de Callixte.

Il semble d'après cette épitaphe que les graves dissensions intérieures provoquées dans l'Église romaine par la réadmission de ceux qui avaient apostasié (les lapsi) pendant la persécution de Dioclétien se poursuivirent sous son pontificat. Sur ce point Eusèbe avait maintenu la politique de Marcellus, qui était d'ailleurs celle que l'Église romaine avait adoptée après les persécutions de Decius (250-51) : les apostats ne devaient pas être exclus à jamais de la communion de l'Église, mais d'un autre côté, on ne pouvait les réadmettre qu'après qu'ils se seraient soumis à l'indispensable pénitence (Eusebius miseros docuit sua crimina flere). À cette conception s'opposait à Rome une fraction minoritaire de Chrétiens sous la direction d'un certain Héraclius. Lui et ses partisans recommandaient-ils comme les Novatistes une interprétation plus rigoureuse de la loi ou exigeaient-ils au contraire plus d'indulgence, la chose n'est pas claire. La dernière interprétation, pourtant, est de loin la plus probable et dans cette l'hypothèse Héraclius aurait été le chef d'un parti créé par d'anciens apostats et leurs partisans, qui réclamaient une réadmission immédiate dans le corps de l'Église. Damase évoque par des termes très forts le conflit qui s'est ensuivi (seditio, cœdes, bellum, discordia, lites). Il est probable qu'Héraclius et ses partisans ont cherché à imposer par la force leur admission aux mystères sacrés, à la grande indignation des fidèles rassemblés à Rome autour d'Eusèbe. Tant et si bien que l'empereur Maxence finit par les exiler tous les deux. Eusèbe fut ainsi déporté en Sicile, où il mourut peu après. Miltiade monta sur le trône papal le 2 juillet 311. Le corps de son prédécesseur fut rapporté à Rome, probablement dès 311 et le 26 septembre (selon la Depositio Episcoporum dans le chronographe de 354) fut placé dans un cubiculum particulier des Catacombes de Calliste. Le fait d'avoir fermement défendu la discipline ecclésiastique et d'avoir été banni lui valut d'être vénéré comme un martyr ; dans son épitaphe, le pape Damase honore Eusèbe de ce titre. Sa fête, jadis célébrée le 26 septembre, l'est maintenant le 17 août.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



Précédé par Eusèbe (pape) Suivi par
Marcel Ier
Emblem of the Papacy SE.svg
Pape de l’Église catholique
Miltiade