Limonade (Haïti)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Limonade (homonymie).
Limonade
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Nord
Arrondissement Cap-Haïtien
Démographie
Population 50 150 hab. (est.2009)
Densité 380 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 40′ N 72° 07′ O / 19.66, -72.11 ()19° 40′ Nord 72° 07′ Ouest / 19.66, -72.11 ()  
Altitude 66 m
Superficie 131,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Limonade

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Limonade

Limonade (Limonad en Créole haïtien) est une commune d'Haïti située dans le département du Nord et dans l'arrondissement de Cap-Haïtien.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune est peuplée de 50 150 habitants[1](recensement par estimation de 2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 24 décembre 1492, lors du premier voyage du Christophe Colomb, son navire amiral, la Santa Maria, fait naufrage au large de la localité de Bord de Mer. Grâce au hommes de la tribu du cacique du Marien Guacanagarix, que Colomb avait rencontré l'avant-veille, la plus grande partie de la cargaison fut débarqué sur la terre ferme.
Dans l'impossibilité d'emmener tous les hommes de son équipage sur les deux navires qui lui restaient, le navigateur prit alors la décision d'implanter le premier établissement européen permanent du continent américain, baptisé la Navidad, localisé sur le site du village d'En Bas Saline.
Sur les 39 hommes laissés sur place dans un petit fortin édifié avec le bois du navire échoué, aucun n'aura survécu avant le retour de Colomb année suivante. La brutalité et l'avidité des nouveaux colons aurait conduit les indiens Taïnos à les massacrer par vengeance.
Des fouilles, effectuées depuis 1979 par les archéologues américains, ont permis de confirmer la présence des colons espagnols sur le site du village d'En Bas saline[2].

Les Espagnols nommèrent ce lieu "Puebla Limon" en raison de la présence de nombreux citronniers.

Vers 1670, le gouverneur général de Saint-Domingue, Bertrand d'Ogeron de La Bouëre, fait exécuter une ordonnance royale donnant l’ordre de construire le quartier du Cap et de Limonade. En 1676, la ville de Limonade, construite par Bertrand d'Ogeron de La Bouëre, recevait ses habitants.

Le 21 janvier 1691, Limonade est le théâtre d'un important affrontement entre Français et Espagnols. En représailles de l'attaque et de la destruction de Santiago (Saint-Yague, dans la partie orientale de l'île) en juin 1690, trois mille Espagnols attaquent les Français. La bataille fait plus de 300 victimes chez les Français, dont Pierre-Paul Tarin de Cussy, gouverneur de l'île de la Tortue[3].

Après le Traité de Rijswick en 1697, par lequel l'Espagne reconnaît l'occupation par la France de la partie ouest de Saint-Domingue, Limonade connaît un développement rapide : les sucreries s'y multiplient, en même temps que commence l'importation d'esclaves d'Afrique[4].

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est composée de la ville de Limonade, du quartier de Bord de Mer de Limonade et de 3 sections communales :

  • Basse Plaine (dont le quartier du « Bord-de-Mer de Limonade »);
  • Bois de Lance
  • Roucou

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Université Roi Henri Christophe, un nouveau campus de l'Université d'État d'Haïti dans l'agglomération de Cap-Haïtien, a été inauguré le 12 janvier 2012 sur la commune[5], après plus de 17 mois de travaux (première pierre posée le 31 juillet 2010[6]). Financé par la République dominicaine, il accueille 10 000 étudiants dans ce qui est considéré comme l'infrastructure universitaire la plus moderne d'Haïti. Celle-ci est composée de plusieurs bâtiments de trois étages comportant : 72 salles de classe pour 30 étudiants chacune, une bibliothèque, des salles de réunions, des laboratoires informatiques, comptables, scientifiques, ainsi que des installations académiques, administratives et récréatives[7].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)
  2. Article du Florida Museum of Natural History
  3. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), pp.189-190.
  4. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p. 191.
  5. « L’Université Roi Henri Christophe inaugurée », sur Radio nationale d'Haiti (consulté le 13 janvier 2012)
  6. « Haïti - République Dominicaine : Pose de la première pierre de l'Université Henri Christophe du Nord », sur Haïti libre (consulté le 1er août 2010)
  7. « Haïti - Éducation : La nouvelle Université sera terminée le 12 janvier 2012 », sur Haïti libre (consulté le 13 janvier 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p. 187-225.

Liens externes[modifier | modifier le code]