Île-à-Vache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île-à-Vache
Position de l'île au large des Cayes
Position de l'île au large des Cayes
Géographie
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Localisation Mer des Caraïbes
Coordonnées 18° 04′ 17″ N 73° 37′ 48″ O / 18.071451, -73.630028 ()18° 04′ 17″ N 73° 37′ 48″ O / 18.071451, -73.630028 ()  
Superficie 45,96 km2
Point culminant 150 m
Administration
Département Sud
[[|Arrondissement]] Cayes
Démographie
Population 14 004 hab. (est. 2009)
Densité 304,7 hab./km2
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
Île-à-Vache
Île-à-Vache
Île d'Haïti

L'Île-à-Vache, ou Île-à-Vaches, est une île de la mer des Caraïbes, au sud d'Haiti. Elle est située à 10 km au sud-est de la ville haïtienne des Cayes.

L'Île-à-Vache est à la fois une commune de l'arrondissement des Cayes, dans le département du Sud et une section communale (« Île-à-Vache »).

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île-à-Vache s'étend sur 15 km en longueur d'est en ouest et sa plus grande largeur est de 5 km. Elle couvre une superficie d'environ 45,96 km2.

La partie ouest a une altitude de 150 m, avec plusieurs petits marais dans les vallées. La partie orientale est également marécageuse et possède une lagune avec l'une des plus grandes forêts de mangrove d'Haïti.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune est peuplée de 14 004 habitants[1](recensement par estimation de 2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île fut un repaire de pirates, tel que l'Anglais Henry Morgan au XVIIe siècle.
L'ex-corsaire Laurent de Graff devient ensuite son gouverneur.

En 1698, Jean-Baptiste du Casse, gouverneur de Saint-Domingue, concède l'île-à-Vache à Jean Le Goff de Beauregard. L'île ne fait pas partie de la concession accordée à la Compagnie de Saint-Domingue sur la presqu'île du Sud. Après la mort de Beauregard en 1699, la Compagnie de Saint-Domingue récupère l'île en 1700[2].

Abraham Lincoln, s'il voulait abolir l'esclavage, n'imaginait pas les États-Unis où Blancs et Noirs seraient à égalité, « de par leurs différences raciales »[3]. Si bien que durant la Guerre de Sécession, il étudie plusieurs plans de colonisation, dont le Libéria, jugé trop éloigné, Chiriquí, et finalement l'Île-à-Vache. C'est ici qu'on y déplaça en 1862 quatre cent Noirs, mais ce fut un échec sur toute la ligne : langage, religion, coutumes différentes provoquaient l'opposition des îliens[4]. En 1863 des premières troupes de noirs défendent le Nord durant la Guerre de Sécession, ce qui rend tout projet de colonie noire peu justifiable. L'année de sa mort, le 11 avril 1865, Lincoln prononce un discours électoral dans lequel il émet l'idée du suffrage des noirs.

Projets[modifier | modifier le code]

Depuis l'arrivée de Michel Martelly au pouvoir, celui-ci a déclaré que Haïti est ouvert au business et aussi que le pays est en chantier, de ce fait pour réaliser son projet, son administration se concentre fortement sur cette île et veut faire d'elle la première destination touristique de la Caraïbes et c'est l'un des plus importants et ambitieux chantiers du quinquennat du Président Michel Martelly, évalué à plus de 230 millions de dollars américains.

Le projet, « Destination touristique Ile-à-Vache », auquel s'engagent le Gouvernement Martelly-Lamothe, dans le cadre du plan d'aménagement touristique, mis en œuvre par le ministère du Tourisme, prévoit la tenue d'importants chantiers dont : la construction d'un aéroport international avec une piste de 2,6 km ; la construction de l'axe routier qui y mène; le dragage du port, l'électrification et l'éclairage de toute la zone environnante ; la construction de plusieurs hôtels-resorts (1 000 chambres), de 2 500 villas (condo), d'un Centre communautaire ; d'une radio communautaire ; d'un Centre d'urgence, ainsi que la mise en place d’infrastructures agricoles. C'est ainsi que pour pouvoir prouver que le pays est en chantier que le Premier-Ministre, Laurent Salvador Lamothe a procédé le 1er février 2013 officiellement à la pose de la première pierre de l’aéroport international des Cayes[5], toutes les dispositions sont déjà prises afin de lancer prochainement les travaux de construction d’un autre aéroport international à l’île -à-vache. En revanche, la population ne se sent pas impliquer dans ce projet pour cause, le gouvernement veut s'emparer de leur terrain sans les dédommager. Les Ilavachois(ses) ont peur que l'ile soit divisée en deux, d'un coté les riches et de l'autre les pauvres. La population souhaite que ce projet soit bénéfique pour les îliens. Le leader de la population, Jean-Lamy Matulnes, a été arrêté et mis en prison au pénitencier à Port-au-Prince sans jugement le 26 février 2014, alors qu'il venait de déposer une demande d'autorisation pour une radio communautaire. Cette situation a entrainé une mobilisation internationale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)
  2. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p. 1325.
  3. Another Big Lincoln Lie Exposed
  4. Lincoln's Colonization Efforts
  5. Pose de la première pierre de l'aéroport international des Cayes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p. 1324-1326.