Môle-Saint-Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Môle-Saint-Nicolas
Administration
Pays Drapeau d’Haïti Haïti
Département Nord-Ouest
Arrondissement Môle-Saint-Nicolas
Démographie
Population 30 795 hab. (2009)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 48′ N 73° 23′ O / 19.8, -73.383 ()19° 48′ Nord 73° 23′ Ouest / 19.8, -73.383 ()  
Altitude 36 m
Superficie 227,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Môle-Saint-Nicolas

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Môle-Saint-Nicolas

Môle-Saint-Nicolas (Mòl Sen Nikola ou Omol en créole haïtien) est une commune d'Haïti, chef-lieu du département du Nord-Ouest d'Haïti, et chef-lieu de l'arrondissement de Môle-Saint-Nicolas. La ville est située à l’extrême pointe ouest de la presqu’île du Nord d'Haïti.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune est peuplée de 30 795 habitants[1](recensement par estimation de 2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est le , jour de la Saint-Nicolas que Christophe Colomb débarque avec ses hommes pour la première fois dans l'île qu'il baptise « Hispaniola » ("L'espagnole") sur le site de la future commune du Môle-Saint-Nicolas.

Suite à la guerre de Sept Ans, les Français décident de fortifier le site stratégique de la baie du Môle-Saint-Nicolas, excellent refuge qui garde le passage du Vent, constituant un véritable "Gibraltar des Caraïbes". Ainsi, en 1764 une petite ville au plan quadrillé baptisée du même nom que la baie est créée, il s'agit de l'actuel bourg du Môle-Saint-Nicolas.

Le 31 août 1798, le général anglais Thomas Maitland remet les clés de la ville du Môle au général noir Toussaint Louverture lors de la guerre des fortifications (Revirement de Toussaint Louverture), conformément aux négociations conclues lors de l'armistice du 30 mars 1798 qui avait permis de régler les détails de la retraite de l'armée anglaise de Saint-Domingue[2], avant l'entrée triomphale du général noir et de son armée d'ex-esclaves dans Port-au-Prince le 16 mai 1798[3].

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est composée des sections communales de :

  • Côte-de-Fer
  • Mare-Rouge
  • Damé

Économie[modifier | modifier le code]

Actuellement le Môle vit à 60 % de la pêche, à 15 % d’élevage caprin et à 25 % d’agriculture : pistache, maïs, patate, figue, banane, manioc, cocotier, etc.

Sa beauté naturelle, ses plages de sable fins et blancs, sa large baie protégée des vents, son carénage, baignés par une mer claire et bleuâtre, ses coraux où vivent des multitudes de poissons multicolores, son panorama exotique et luxuriant, ses rues tracées au cordeau et ses vestiges coloniaux, sa fine gastronomie, ses grottes, présentent de réelles potentialités touristiques. Ils ne sont pas actuellement mis à profit. Cependant, depuis début 2009, la ville s'organise autour d'une mairie dynamique pour développer un tourisme authentique et prouver au voyageur alternatif qu'Haïti n'est pas seulement le pays le plus pauvre de l'hémisphère nord comme le clame l'imaginaire occidental. À la manière des célèbres démocraties participatives de ses voisines d'Amérique latine, la ville du Môle a réuni toutes les bonnes volontés, collectivités, services déconcentrés, associations, médias de tous bords en un conseil de développement communal qui rêve le Môle de demain et peaufine sa stratégie pour le mettre en action.

L'accès au Môle-Saint-Nicolas se fait par avion, à 30 min de la capitale haïtienne Port-au-Prince, par route, à 8 h de piste de la capitale par des routes aux paysages aussi variés que notre culture, ou par bateau.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)
  2. Saint-Domingue espagnol et la révolution nègre d'Haïti (1790-1822), par Alain Yacou, page 215
  3. http://books.google.fr/books?id=Pp4ZFvCZiOYC&pg=PA215&dq=corsaire++%22toussaint+louverture%22&hl=fr&ei=_tpNTO6LCJiT4gbYs-2ZDA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CFIQ6AEwBzgU#v=onepage&q=corsaire%20%20%22toussaint%20louverture%22&f=false