Arrondissement de Vallières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arrondissement de Vallières
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Nord-Est
Démographie
Population 65 342 hab.
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 26′ N 71° 55′ O / 19.4333, -71.916719° 26′ Nord 71° 55′ Ouest / 19.4333, -71.9167  
Superficie 40 594 ha = 405,94 km2
Subdivisions
Communes Vallières
Carice
Mombin-Crochu

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Arrondissement de Vallières

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Arrondissement de Vallières

L’Arrondissement de Vallières est un arrondissement du Nord-Est d'Haïti. Il a été créé autour de la ville de Vallières qui est aujourd'hui son chef-lieu. Il était peuplé par 65 342 habitants en 2009[1].

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Il comprend trois communes :

Les remaniements géographiques du pays lui enleva la commune de Cerca-la-Source devenue chef-lieu d'un arrondissement homonyme à son tour et passée au Département du Centre dans les années 1980.

Historique[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Vallières existait depuis le fameux décret royale du 29 mars 1713 créant la Région du Nord de Saint Domingue. Parmi les cinq cantons de la région, il faisait partie du canton de Fort Dauphin (Fort-Liberté) qui comprenait cinq paroisses au point de vue administratif. Fort Dauphin, Ouanaminthe, Vallières, Terrier-Rouge et le Trou. Cependant il aurait fallu soixante-neuf (69) ans pour que le Chevalier de Vallières lui reconnait le titre de paroisse administrativement. Voilà pourquoi unanimement sa fondation est reconnue en août 1772. Il avait de grandes rivières, de grands arbres et un environnement sain et la zone était vraiment réposante en ce temps là. Un an plus tard, en 1773, le comte Vincent de Montaché lui administre le titre de paroisse au point de vue ecclésial et choisit le saint diacre Vincent de Saragosse d'Espagne comme saint patron. Nous ne savons pas encore en quelle année qu'il fut proclamé arrondissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'arrondissement est situé dans les mornes du Nord d'Haïti, d'où son nom, la chaîne de Vallières. C'est la partie la plus reculée et enclavée du pays sans aucune infrastructure ni aucun urbanisme. L'arrondissement est bordé au nord par les communes de Sainte-Suzanne et Trou-du-Nord, au sud par les communes de Cerca-Cavajal et Cerca-la-Source (Centre), au sud-ouest par la commune de la Victoire, à l'ouest par la commune de Mont-Organisé et à l'est par les communes des Perches et Fort-Liberté.

Dépourvus de toutes infrastructures et toutes communications en raison de la pauvreté de la zone, les gens n'ont aucune possibilité de pourvoir eux-mêmes à un quelconque développement alors que les gouvernements n'ont jamais rêvé de faire quelque chose. Avec une population estimée à 66 000, tout leur manque.

Au point de vue étatique, l'arrondissement est une circonscription unique avec un député au parlement haïtien et une sous-délégation (représentation du pouvoir exécutif) dans le chef-lieu. Dans les autres communes et quartiers, on retrouve un tribunal de paix avec office de l'état-civil, bureau des contributions, sous-commissariat de police, conseil communal dans les communes. Dans les sections communales, on retrouve un Conseil d'Administration des Sections Communales (CASECS) et un inspecteur des écoles primaires.

Monument[modifier | modifier le code]

Un fort, connu sous le nom de fort Salnave, est situé dans les mornes Nicolo. Selon certaines sources, ce fort aurait été construit sous le gouvernement de Salnave qui croyait à un retour possible des troupes françaises. Depuis ce fort, on peut communiquer directement avec la citadelle Henry, qui elle-même est située sur la chaîne du bonnet à l'Évêque entre les communes Dondon et Milot (Nord). On peut aussi admirer l'océan Atlantique depuis la baie de Fort-Liberté et la République dominicaine à la cime de cette montagne. Certaines institutions l'utilisent comme tour pour placer leur relais de communication pour le nord du pays.

Culture[modifier | modifier le code]

Du point de vue culturel, on retrouve au moins une église catholique dans chaque endroit et quelques sectes protestants. Aujourd'hui, on retrouve une salle de récréation au centre de la commune, dans laquelle les jeunes passent des films téléchargés sur des écrans de Télévison et des bals de salon pour les gens de la communauté. Du même coup, ils sont dotés d'un poste de radio longues waves pour la détente musicale du village avec aussi des informations locales. Dans certains lieux, on peut aussi retrouver un mini-jazz pour la détente des gens de la zone. Un troubadour connu sous le nom de Bambou parce qu'un tronc de bambou leur servait de véritable instrument (sorte de flûte à vent) fonctionne dans presque toutes les sections communales. C'est une musique champêtre qui sème de l'ambiance pour des occasions précises (exemple : rassemblement de plusieurs personnes pour sarcler ou planter une place à semailles).
Centre culturel, cela on n'en parle pas si ce n'est qu'à Carice et à Mombin-Crochu que l'église catholique romaine a mis une salle au service des gens plus connus sous le nom de salle paroissiale. Les fêtes patronales sont les plus grands rendez-vous pour la zone : Vallières, Saint-Vincent (22 janvier), Carice, Sainte-Hélène (18 août), Mombin-Crochu, Vierge Délivrance (Nativite 8 septembre), Bois de Laurence, Sainte-Anne (26 juillet), Grosse-Roche, Saint-Roch (16 août), Laguamithe, Saint Augustin ( 28 Août).
Au fond, on ne rencontre aucun lieu de culte de vaudou dans la zone ; cela ne signifie pas que les gens ne le pratiquent pas mais en cachette pour éviter d'excommunier par l'église catholique romaine. À Vallières, on retrouve aussi une petite Bibliothèque communautaire mis en place par les jeunes de la localité avec le concours d'une ONG.

Éducation[modifier | modifier le code]

Une école primaire dessert chacune des communes et sections communales dans le strict nécessaire avec carence en professeurs, salles de classe, matériels didactiques et pédagogiques. Dans les chefs-lieux de communes, on retrouve un lycée abracadabrant depuis les années 1995 fonctionnant à la douzième heure dans des salles inadéquates faites pour des adolescents et en moyenne le lycée fonctionne après la sortie des classes des enfants du primaire. Avec un corps professoral de 6 à 7 personnes qui utilisent leurs propres moyens le plus souvent pour enseigner en absence d'ouvrages. Bien souvent, ces professeurs viennent enseigner par patriotisme et non pas pour un salaire qui ne vienne rarement dans l'année. Avec le concours d'une ONG, Haïti Solidarity Network of the North East (HSNNE), une école secondaire (Collège Union des Jeunes de Vallières) fonctionne sous la conduite des gens de la localité qui sont plus ou moins éduqués. Écoles professionnelles et métiers étant difficiles à la capitale, on n'en demande pas pour une zone rurale comme Vallières.

Santé[modifier | modifier le code]

Un hôpital-dispensaire financé Par la famille Wisnel fonctionne dans la commune de Vallieres tout comme a Mombin-Crochu avec toutes les difficultés du monde et dans les autres communes et quartiers le plus souvent c'est l'église catholique locale qui les dote d'un petit centre de santé fonctionnant dans deux maîgres chambres. Même avec l'arrivée des médecins cubains, il faut reprendre le dicton du laboureur et ses enfants : « C'est le fond qui manque le moins ».

Économie[modifier | modifier le code]

Vallières a vu fonctionner dans les années 1980 une sorte d'industrie déloyale où des gens des localités avoisinantes venaient à la fouille de l'or. Cette denrée rare a été achetée à prix modique : quarante (40) gourdes /gramme soit 1 $ (US), par un grand don de la ville du Cap pour le compte des Duvalier. Aujourd'hui, on retrouve à Vallières une petite industrie de café, dans laquelle des gens préparent la mise en sachet d'un café grillé réputé meilleur café du pays. Aidé de l'ONG Haiti Solidarity Network of the North East(HSNNE), basée dans l'État de New Jersey, États-Unis d'Amérique. Ce café serait servi chaque matin dans une école de l'État (New Jersey), Our Lady of Mercy Academy dans le village Park Ridge. Cette institution finance aussi un Micro-Crédit pour les gens qui travaillent dans les champs. Certains élèves peuvent aller dans des écoles secondaires et supérieures dans lesquelles ils apprennent la technique agricole (agronomie) avec l'appui de ce dernier. La Grande Rivière-du-Nord qui prend ses sources dans la commune de Vallières ravage les maigres lopins de terre des paysans qui ne vivaient que de ses malheureuses semailles. Comme cela se fait en Haïti, il y a un marché communal dans chacune des zones sus-citées et même dans certaines habitations importantes. Les gens y apportent des denrées et c'est de ces dernières qu'ils espèrent tirer profit pour acheter ce dont ils ont besoin et qu'ils ne cultivent pas. En absence de markets, on retrouve des petites boutiques où les gens plus ou moins aisés vendent des produits industriels. Vallières est à 320 km2 de Port-au-Prince, la capitale ; cependant il faut au moins deux heures pour atteindre la ville du Cap-Haitien et prendre un autobus de là pour atteindre la capitale ; il faut comptabiliser sept heures en moyenne de Vallières à Port-au-Prince. Pas de transport en commun dans la zone, si ce n'est à Carice qu'on retrouve un camion qui voyage au moins deux fois par semaine vers le Cap-Haïtien, plus grande ville du Nord du pays.

Communication[modifier | modifier le code]

Au moins deux ou trois lignes de téléphone desservant les communes fonctionnaient à la normale avant que l'antenne qui leur servait de relais a été porté disparue à la stupéfaction des autorités locales depuis deux ans. Le chef-lieu de l'arrondissement n'a pas de réseau routier avec les autres communes. Un petit sentier escarpé en terre battue qu'il faut serpenter au temps sec dans un 4×4 solide avec de bons axles part seulement de Vallières vers les Perches, commune de Fort-liberté. Le tracé de Carice part vers Mont-Organisé, commune de Ouanaminthe ; celui de Mombin Crochu part vers la Victoire, commune de Saint-Raphael (Nord) ; et celui de Bois de Laurence part vers Hinche, chef lieu de plateau central (Centre), tandis qu'à Laguamithe on peut directement aller à la frontière haïtiano-dominicaine en passant par Cerca Carvajal et Cerca-la-Source.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

. Géographie physique d'Haïti . Diocèse du Cap-Haïtien (Mgr Jean Marie Jean), Ed. des Antilles, 1960 . Archives de la paroisse de Vallières . (HSNNE) Haiti Solidarity Network of North East, site de l'ONG citée . Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique (IHSI) . Bibliothèque Nationale de France (BNF) site www.bnf.fr