Hédi Annabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hédi Annabi

Description de cette image, également commentée ci-après

Hédi Annabi durant une conférence sur la présence brésilienne en Haïti en janvier 2008

Naissance 4 septembre 1943[1]
Drapeau de la Tunisie Tunisie
Décès 12 janvier 2010 (à 66 ans)
Port-au-Prince, Drapeau d'Haïti Haïti
Nationalité tunisienne
Profession diplomate
Formation
Institut d'études politiques de Paris (science politique)
Université de Tunis (langue et littérature anglaises)
Institut de hautes études internationales (relations internationales)

Hédi Annabi (هادي عنابي), né le 4 septembre 1943 et décédé le 12 janvier 2010 à Port-au-Prince, est un diplomate tunisien. Il meurt dans les décombres de l'Hôtel Christopher de Port-au-Prince, à la suite du tremblement de terre qui a frappé la capitale d'Haïti.

Il occupe de 2007 à sa mort le poste de représentant spécial du secrétaire général des Nations unies dans le cadre de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Il a auparavant été secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix de 1997 à 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Au terme de ses études, Annabi obtient un diplôme en science politique de l'Institut d'études politiques de Paris, un diplôme en langue et littérature anglaises de l'Université de Tunis et un diplôme en relations internationales de l'Institut de hautes études internationales de Genève.

Fonctionnaire international[modifier | modifier le code]

Il fait alors son entrée au ministère des Affaires étrangères tunisien, où il sert comme conseiller diplomatique auprès du Premier ministre Hédi Nouira, avant d'être nommé à la tête de l'agence Tunis Afrique Presse en 1979.

Il rejoint l'Organisation des Nations unies en février 1981 en tant que principal officer au bureau du représentant spécial du secrétaire général pour les affaires humanitaires en Asie du Sud-Est, avant d'être nommé directeur de ce bureau. Entre 1982 et 1991, il est étroitement associé aux efforts du secrétaire général et de son représentant spécial pour contribuer à la conclusion d'un accord politique concernant la situation du Cambodge. À la suite de la signature des accords de Paris en octobre 1991, il est impliqué dans les préparatifs pour l'établissement de l'Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (UNTAC). Annabi rejoint le département des opérations de maintien de la paix (DPKO) en 1992 et y devient directeur de la division Afrique entre 1993 et 1997. Il est alors désigné au bureau des opérations du DPKO, comme officer-in-charge, en juin 1996.

Nommé secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix le 28 janvier 1997, il prend la tête de la MINUSTAH le 1er septembre 2007[2].

Disparition[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2010, Haïti est frappée par un violent séisme ; l'Hôtel Christopher de Port-au-Prince, abritant le quartier général la MINUSTAH est dévasté. Selon les informations fournies par Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, Hédi Annabi ainsi qu'une partie du personnel se trouvant à l'intérieur des bâtiments seraient morts[3].

Le président haïtien René Préval confirme la mort de Hédi Annabi le 13 janvier[4], ce que l'Organisation des Nations unies refuse de faire jusqu'au 16 janvier, où sa mort ainsi que celle de son adjoint brésilien sont avérées[5]. La dépouille est finalement rapatriée via New York pour arriver à Tunis le 21 janvier. Il est inhumé le lendemain au cimetière du Djellaz en présence du ministre des Affaires étrangères Kamel Morjane qui prononce l'oraison funèbre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hédi Annabi » (voir la liste des auteurs)