Dondon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dondon
Administration
Pays Drapeau d’Haïti Haïti
Département Nord
Arrondissement Saint-Raphaël
Démographie
Population 31 469 hab. (2009)
Densité 261 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 32′ N 72° 14′ O / 19.533, -72.233 ()19° 32′ Nord 72° 14′ Ouest / 19.533, -72.233 ()  
Altitude 564 m
Superficie 120,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Dondon

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Dondon

Dondon (Dondon en créole haïtien) est une commune d'Haïti située dans le département du Nord et dans l'arrondissement de Arrondissement de Saint-Raphaël.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Dondon est située dans le massif du Nord. Son altitude varie entre 390 mètres pour les villages de Grand Gilles et Brostage, et jusqu'à 1028 mètres pour le village de Haut-du-Trou.

La rivière Bouyaha traverse la commune de Dondon.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune est peuplée de 31 469 habitants[1](recensement par estimation de 2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier colon européen établi à Dondon est le flibustier-chirurgien André Minguet : Jean-Baptiste du Casse, gouverneur de Saint-Domingue, lui accorde le 11 septembre 1698 la concession "du lieu appelé vulgairement le Trou du Dondon, borné des montagnes qui forment le Cap, et de l'autre côté des montagnes des savanes du Grand Fond et du Limbé, et de la rivière du Pimentier, pour y élever des bestiaux." [2].

La paroisse catholique de Dondon a été créée en 1727 et consacrée à saint Martin de Tours[3].

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est composée de 5 sections communales :

  • Brostage
  • Bassin Caïman
  • Matador
  • Laguille
  • Haut du Trou

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale repose sur la culture du café, du cacao, du citron vert et de la canne à sucre.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • La Voûte à Minguet est une grotte, lieu de culte des Taïnos à l'époque précolombienne, et aujourd'hui lieu de culte vaudou. Moreau de Saint-Méry la décrit et rapporte qu'elle fût la première habitation du flibustier Minguet à Dondon[4]. Il faut dire également qu'il y a environ dix grotte dans cette commune. telles que, Voute des Dames, Grotte Marc Antoine, Voute la fumée, Cadelia y compris les grottes qu'on n'a pas encore donné un nom. Aux cotés des Grottes, il y a d'autres sites tels place nègre a matador, un prion a Brostage, et bien d'autre encore.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)
  2. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p.251
  3. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p.259
  4. Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), p.265-266

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l'isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer, 1984), pp. 251–271.

Liens externes[modifier | modifier le code]