Indigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indigo (homonymie).

Indigo des coloristes et des teinturiers[citation nécessaire]

Composante
RVB (r, v, b) (47, 0, 127)
Triplet hexa. 2F007F
CMJN (c, m, j, n) (98 %, 100 %, 14 %, 5 %)
TSL (t, s, l) (262°, 100 %, 25 %)

Indigo du web

Composante
RVB (r, v, b) (75, 0, 130)
Triplet hexa. 4B0082
CMJN (c, m, j, n) (42 %, 100 %, 0 %, 49 %)
TSL (t, s, l) (275°, 100 %, 25 %)

L'indigo (du latin indicum : de l'Inde, lui-même du grec indikon (ινδικόν)) est une nuance de bleu foncé.

Composition[modifier | modifier le code]

Le bleu indigo véritable (NB1) est à l'origine dérivé de la guède.

Le colorant fut ensuite synthétisé par A. Bäyer en 1880 (PB66) et commercialisé après 1897 par BASF. Malheureusement, n'étant pas permanent, il est tombé en désuétude.

Aujourd'hui, la teinte bleu indigo est fabriquée à partir d'un mélange de pigments bleus (outremer, phtalo) et noir.

La « septième couleur » de l'arc-en-ciel[modifier | modifier le code]

L'indigo est souvent qualifié de « septième couleur » de l'arc-en-ciel situé traditionnellement entre le bleu et le violet. En pratique, l'indigo est difficile à distinguer par l'œil humain pour la simple raison que cette couleur n'existe pas et que l'arc-en-ciel ne comprend réellement que 6 nuances distinctes.

Certaines couleurs franches ne soulèvent aucune ambiguïté. On sait parfaitement ce qu'est un rouge, un jaune ou un vert. Or l'œil humain est peu sensible aux nuances dans la zone du spectre entre le bleu et le violet et il y a donc débat pour déterminer si l'indigo devrait être qualifié de « septième couleur » de l'arc-en-ciel au même titre que le rouge, orange, jaune, vert, bleu et violet.

La seule référence naturelle que l'on ait de l'indigo est la teinture utilisée pour colorer les blue jeans. Or ce colorant n'est pas autre chose qu'une nuance de bleu foncé.

La couleur indigo a été ajoutée par Isaac Newton[1] après qu'il a décomposé avec un prisme la lumière visible qui est en réalité un continuum de fréquences. En fait, les couleurs qu'il a appelées bleu et indigo (cæruleus et indicus en latin) étaient plutôt le cyan et le bleu d’aujourd’hui[2]. Newton aurait volontairement déterminé sept couleurs pour les faire coïncider avec le nombre 7, porteur d'une grande charge symbolique (les sept planètes connues alors, les sept jours de la semaine, les sept notes de musique, etc.).

L'ambiguïté est entretenue par le fait qu'il existe une nuance d'indigo définie comme bleu violacé dans les noms des couleurs utilisées dans le langage HTML : Alors que le colorant indigo est proche du bleu nuit   #191970  , la couleur « web »   #4B0082  , tire plus sur le violet.

Expressions[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isaac Newton, Optice: Sive de Reflexionibus, Refractionibus, Inflexionibus & Coloribus Lucis Libri Tres, Propositio II, Experimentum VII, éd. 1740 :
    Ex quo clarissime apparet, lumina variorum colorum varia esset refrangibilitate : idque eo ordine, ut color ruber omnium minime refrangibilis sit, reliqui autem colores, aureus, flavus, viridis, cæruleus, indicus, violaceus, gradatim & ex ordine magis magisque refrangibiles.
  2. Gary Waldman, Introduction to Light: The Physics of Light, Vision, and Color, 2002, p. 193 :
    A careful reading of Newton’s work indicates that the color he called indigo, we would normally call blue; his blue is then what we would name blue-green or cyan.
  3. Rapport de la Commission d'enquête parlementaire sur les sectes en France, 2006.