Indigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indigo (homonymie).
Seau d'indigo de Guizhou.

Indigo (du latin indicum : de l'Inde, lui-même du grec indikon (ινδικόν)) est un nom de couleur dérivé de celui de la teinture d'indigo, d'une couleur bleu foncé très puissante.

Composition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Indigo (teinture).

Le bleu indigo véritable (NB1) est à l'origine produit à partir de plantes, soit cultivées en Europe comme le pastel des teinturiers ou guède, soit, à partir de l'établissement des empires coloniaux au XVIIe siècle, cultivées en Afrique ou en Asie et appelées indigotiers. On extrait la substance colorante de la feuille, fermentée et hydrolysée, pour obtenir une substance incolore qui, oxydée, donne un pigment insoluble, utilisé dans les beaux-arts. Pour la teinture, on utilise la forme incolore, et l'oxydation, donnant la couleur, s'effectue sur la fibre. Ceci se passe dans la cuve, c'est pourquoi on appelle aussi l'indigo teinture à la cuve (PRV2).

La couleur indigo est celle obtenue à partir de l'indigotier. La teinture obtenue à partir des indigotiers comporte une forme isomère rouge de la matière colorante donnant un bleu tirant sur le violet, alors que celle obtenue à partir du pastel tend plus vers le vert, à cause de la présence de flavonoïdes dans les feuilles. Les couleurs obtenues à partir des plantes étant des mélanges variables, de tous temps on a corrigé les teintes par des mélanges, ce qui rend une définition de la teinte indigo impossible (PRV3).

En 1880, A. Bäyer synthétisa l'indigotine, principe colorant des plantes à indigo. L'indigo synthétique dit bleu d'indanthrone fut commercialisé après 1900 par BASF et amélioré dans les années 1920. Le pigment est cher et réservé à certaines applications comme la peinture automobile. (PRV1).

Aujourd'hui, la couleur bleu indigo est souvent fabriquée à partir d'un mélange de pigments bleus (outremer, phtalo) et noir.

La « septième couleur » de l'arc-en-ciel[modifier | modifier le code]

L'indigo est souvent qualifié de « septième couleur » de l'arc-en-ciel depuis Isaac Newton. Celui-ci distingua, dans le dégradé continu des couleurs de la lumière blanche décomposée par le prisme, sept couleurs : rouge (ruber), doré (aureus), jaune (flavus), vert (viridis), ciel (cæruleus), indigo (indicus) et violet (violaceus)[1].

Cette répartition a été peu comprise par ses successeurs. De nombreux théoriciens jusqu'au XXe siècle ont construit des analogies entre couleurs et musique, et ils ont compris l'analyse de l'arc-en-ciel en sept couleurs comme un parallèle avec le nombre de notes de la gamme musicale.

« Malgré toute notre bonne volonté, nous n'avons pu comprendre l'individualité que la physique attribue à la septième couleur, l'indigo.

Quelle est l'action particulière de cette septième couleur ? Quelle en en est la complémentaire, l'inverse ?

Pour nous, l'indigo n'est qu'une des nombreuses nuances du bleu, comme l'azur, le cobalt, l'outremer, le bleu minéral, etc., etc. »

— Félix Bracquemond, 1885[2].

La couleur indigo de Newton correspond à ce que nous apellerions bleu ou bleu violet, tandis que le cæruleus correspondrait au bleu-vert ou au cyan de l'imprimerie[3].

Nuanciers[modifier | modifier le code]

Les marchands de couleurs pour artistes proposent des indigos : 139 bleu indigo[4] ; 308 bleu indigo[5] ; 308 ton bleu indigo[6] ; 308 bleu indigo[7] ; 322 indigo[8], présentées en mélange avec du blanc pour en apprécier la nuance ; les couleurs pures apparaissent pratiquement noires, et la chromaticité croît lorsqu'on les mélange à du blanc, jusqu'à atteindre un maximum vers 1÷1 et décroître à nouveau (PRV1).

On trouve aussi du papier couleur 140 indigo[9].

En peinture pour la décoration, on trouve indigo 4 indigo 5 indigo 6[10] ; indigo EE106[11].

Indigo du web[modifier | modifier le code]

Indigo (web)

Composante
RVB (r, v, b) (75, 0, 130)
Triplet hexa. 4B0082
CMJN (c, m, j, n) (42 %, 100 %, 0 %, 49 %)
TSL (t, s, l) (275°, 100 %, 25 %)

Les concepteurs anonymes des noms de couleur X11 repris pour les couleurs web semblent avoir cultivé le souvenir de Newton, plutôt que le respect de son travail. Le mot clé « web » indigo renvoie le code   #4B0082  , qui donne un violet-pourpre, un peu au-delà du plus violet des violets de l'arc-en-ciel, qui, s'il pouvait avoir la luminosité nécessaire, donnerait   #460082  [12]. La teinture indigo ne va jamais non plus aussi loin dans le violacé.

Le bleu primaire sRGB des écrans d'ordinateur,   #000080 navy  à la limite des bleus-violets et des violets-bleus selon la norme AFNOR X08-010 « Classification méthodique générale des couleurs »[13], serait sans doute un meilleur candidat pour la couleur indigo selon Isaac Newton.

Expressions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isaac Newton, Optice: Sive de Reflexionibus, Refractionibus, Inflexionibus & Coloribus Lucis Libri Tres, Propositio II, Experimentum VII, éd. 1740 :
    Ex quo clarissime apparet, lumina variorum colorum varia esset refrangibilitate : idque eo ordine, ut color ruber omnium minime refrangibilis sit, reliqui autem colores, aureus, flavus, viridis, cæruleus, indicus, violaceus, gradatim & ex ordine magis magisque refrangibiles.
  2. Félix Bracquemond, Du dessin et de la couleur, Paris, Charpentier,‎ 1885 (lire en ligne), p. 53.
  3. Gary Waldman, Introduction to Light: The Physics of Light, Vision, and Color, 2002, p. 193 :
    « A careful reading of Newton’s work indicates that the color he called indigo, we would normally call blue; his blue is then what we would name blue-green or cyan. »
  4. « Toutes les couleurs de Caran d'Ache », sur carandache.com.
  5. PB60 « Pigment organique “Bleu d’Indanthrone”. Reconstitution par synthèse de l’Indigo d’origine végétale ». « Nuancier pigments Sennelier », sur www.sennelier.fr.
  6. PBk8, PB153, « huiles extra-fine Sennelier », sur magasinsennelier.com.
  7. PB60, PB15:1, Pbk7, semi-opaque. La référence 395, d'une série plus chère, transparente, est bleu d'Indanthrone (PB60) pur. « Nuancier Aquarelle Extra-Fine », sur magasinsennelier.com.
  8. PB15, PB29, PBk7, « Artist's Oil Colour », sur ww3.winsornewton.com.
  9. « nuancier mi-teintes », sur idec.free.fr.
  10. « Nos couleurs », sur duluxvalentine.com.
  11. « Couleurs & harmonies », sur tollens-editeurdecouleurs.com.
  12. Calcul effectué pour une longueur d'onde dominante de 380 nm en convertissant les coordonnées CIE XYZ en coordonnées sRGB, et en ajustant la luminosité et la pureté colorimétrique pour obtenir la même valeur pour les composantes vert et bleu que celle de l'indigo du web.
  13. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 247.
  14. Rapport de la Commissions d'enquête parlementaires sur les sectes en France, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Mollard-Desfour (préf. Michel Pastoureau), Le Bleu : Dictionnaire des mots et expressions de couleur. XXe et XXIe siècles, CNRS éditions, coll. « Dictionnaires »,‎ 2013 (1re éd. 1998).
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC,‎ 1999, p. 381 « Bleu d'indanthrone »
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎ 2001, p. 124 « Colorants bleus ».
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 3, Puteaux, EREC,‎ 2005, p. 17 « Indigo ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]