Boutros Boutros-Ghali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutros et Ghali.
Boutros Boutros-Ghali
بطرس بطرس غالي
Boutros Boutros-Ghali en 2002.
Boutros Boutros-Ghali en 2002.
Fonctions
6e secrétaire général de l'ONU
1er janvier 199231 décembre 1996
(5 ans)
Élection 1981
Prédécesseur Javier Pérez de Cuéllar
Successeur Kofi Annan
1re secrétaire général de
l'Organisation internationale de la francophonie
16 novembre 199731 décembre 2002
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Abdou Diouf
Biographie
Date de naissance 14 novembre 1922 (92 ans)
Lieu de naissance Le Caire (Égypte)

Boutros Boutros-Ghali (en arabe : بطرس بطرس غالي), né le 14 novembre 1922 au Caire en Égypte, est un homme d'État et un diplomate égyptien. Il fut le sixième secrétaire général de l'ONU, de janvier 1992 à décembre 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boutros-Ghali est né au Caire, en Égypte, dans une famille de chrétiens coptes. Il a obtenu une licence en droit de l’université du Caire en 1946 et un doctorat en droit international de l’université de Paris et le diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris en 1949. La même année il devient professeur de droit international et de relations internationales à l’université du Caire, un poste qu'il occupe jusqu'en 1977. En 1965, il devient président de la Société égyptienne de droit international, et en 1975 président du Centre d'études politiques et stratégiques (Al-Ahram).

De 1954 à 1955 il était le bénéficiaire d'une bourse de recherche Fulbright à l’université Columbia, il fut aussi directeur du Centre de recherche de l'Académie de droit international de La Haye de 1963 à 1964, et professeur invité à la faculté de droit de l’université de Paris de 1967 à 1968.

Boutros-Ghali à davos en 1995.

Défenseur du tiers-monde, il est ministre égyptien des affaires étrangères de 1977 jusqu'en 1991. Il prend alors le poste de vice-premier ministre égyptien chargé des affaires étrangères auprès des Nations unies. Alors ministre des affaires étrangères, il est avec son homologue israélien Moshe Dayan, l'un des principaux négociateurs des accords de paix israélo-arabes signés par Anouar el-Sadate et Menahem Begin en 1979. Il est élu au poste de Secrétaire général de l'ONU le 1er janvier 1992 pour un mandat de cinq ans. On retiendra sa contribution essentielle à la doctrine de la diplomatie préventive : l'Agenda pour la Paix. Mais on lui reproche les échecs de la force onusienne en Yougoslavie, au Rwanda et au Sahara occidental. Kofi Annan lui succède au terme de son mandat, le 1er janvier 1997.

Il est nommé Secrétaire général de la francophonie de 1997 à 2002, concrétisant ainsi sa proximité diplomatique avec la France sur la scène internationale. Il est vice-président du Haut Conseil de la francophonie.

Il est président du Curatorium de l'Académie de droit international de La Haye.

En avril 2007, il se voit accorder un doctorat honorifique de la part de l’Université du Québec à Chicoutimi (Canada, Québec, Saguenay). Il participe encore activement aux travaux de l'UNESCO, et en particulier aux Entretiens du XXIe siècle, dirigés par Jérome Bindé.

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009. Il a déclaré à cette occasion : « Je tiens à vous dire combien votre action en faveur de la création du Tribunal Russell sur la Palestine me tient à cœur. Et mon appui vous est acquis dans cette initiative qui cherche à condamner les atrocités commises à Gaza » (Lettre datée du 24 février 2009).

Depuis 2009, Boutros Boutros-Ghali est également membre du jury du Prix pour la prévention des conflits décerné annuellement par la Fondation Chirac.

Son neveu Youssef Boutros Ghali a été inculpé après la révolution égyptienne de 2011 pour divers délits de corruption et détournements de fonds publics. Il est en fuite et fait l'objet d'un signalement transmis à Interpol.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Honorary Doctorates, Prize and Awards, Waseda University, consulté sur www.waseda.jp le 19 septembre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]