Arawaks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Arawak)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le voilier, voir Arawak (ketch).

Arawaks

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Femme arawak, par John Gabriel Stedman (gravure colorée datée de 1818)

Populations significatives par région
Autres
Religions

animisme

Ethnies liées

Caraïbes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Arawaks (Arahuacos en espagnol, Aroüagues dans les écrits français du XVIIe siècle) sont des Amérindiens des Antilles issus de la forêt amazonienne, proches de la culture saladoïde (ce nom est issu du site vénézuélien de Saladero). Le nom d'Arawaks qu'on leur a donné ne désigne pas un peuple en particulier mais une famille linguistique à laquelle se rattachent de nombreuses populations amérindiennes d'Amazonie dont les populations Kali'na ou Caraïbes.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Populations et cultures[modifier | modifier le code]

Roche gravée, art Arawak, Guadeloupe

À la fin du XVe siècle, les Arawaks étaient dispersés en Amazonie, sur toutes les Grandes Antilles, aux Bahamas, en Floride et sur les contreforts des Andes.

Les plus connues des peuplades Arawaks sont les Taïnos qui vivaient principalement sur l'île d'Hispaniola, à Porto Rico et dans la partie orientale de Cuba. Ceux qui peuplaient les Bahamas s'appelaient les Lucayens.

Il s'agit de populations néolithiques pratiquant l'agriculture, la pêche et la cueillette, mais ils produisirent une céramique typique extrêmement décorée par la technique de l'adorno et les peintures blanches, noires, ocre. Les populations amérindiennes des Antilles ne connaissaient pas l'écriture.

Dans leur phase la plus récente (800-900 apr. J.-C.) et aux Petites Antilles, les Arawaks se rattachent à la culture suazoïde, du nom du site de Savane Suazey sur l'île de Grenade. Ceux-ci ont été longtemps désignés sous l'appellation de caraïbe. Ces populations ne sont pas des populations radicalement différentes des populations saladoïdes.

On dit que les Arawaks avaient une doctrine bien particulière quant aux animaux qu'ils tuaient : ils s'excusaient et les remerciaient pour leur viande.

Arrivée des Européens et génocide[modifier | modifier le code]

Les Arawaks sont les premiers Amérindiens à avoir eu un contact avec les Espagnols du XVe siècle, c’est-à-dire Christophe Colomb et son équipage. Le bateau de Colomb arrivait alors aux Bahamas, l'étrange gros navire attirait la curiosité des Amérindiens, qui, émerveillés, s'en allèrent à la nage à la rencontre des visiteurs. Quand Colomb et ses marins débarquèrent, armés de leurs épées, parlant leur étrange langage, les Arawaks leur apportèrent rapidement de la nourriture, de l'eau, des cadeaux. Plus tard Colomb écrira ceci : « Ils nous apportèrent des perroquets, des ballots de coton, des javelots et bien d'autres choses, qu'ils échangèrent contre des perles de verre et des grelots. Ils échangèrent de bon cœur tout ce qu'ils possédaient. Ils étaient bien bâtis, avec des corps harmonieux et des visages gracieux [...] Ils ne portent pas d'armes - et ne les connaissent d'ailleurs pas, car lorsque je leur ai montré une épée, ils la prirent par la lame et se coupèrent, par ignorance. Ils ne connaissent pas le fer. Leurs javelots sont faits de roseaux. Ils feraient de bons serviteurs. Avec cinquante hommes, on pourrait les asservir tous et leur faire faire tout ce que l'on veut. »[réf. nécessaire]

Colomb, fasciné par ces gens si hospitaliers écrira plus tard : « Dès que j'arrivai aux Indes sur la première île que je rencontrai, je m'emparai par la force de quelques indigènes, afin qu'ils apprennent et puissent me donner des renseignements sur tout ce qu'on pouvait trouver dans ces régions. »[1]

Les Arawaks d'Haïti furent réduits en esclavage. Exploités à l'excès, la population de l'île fut réduite de moitié en deux ans (250 000 personnes). En 1515 il ne subsistait plus que 15 000 indiens. En 1650 tous les Arawaks et leurs descendants avaient disparu[2]

Mythes et légendes[modifier | modifier le code]

Les quelques éléments ayant trait aux mythes et légendes du peuple Arawak, ont été rapportés des voyages d'Urbain du Roissey, un corsaire normand. Ce dernier interceptait les galions espagnols dans la Mer des Antilles et se réfugiait sur la rade de Basse-Terre à l'île Saint-Christophe pour réparer des avaries subies pendant ses combats navals. Durant ces périodes de repos forcé, il aimait bien se rendre dans l'île de Saint Martin, qu'il trouvait paradisiaque. Il a rédigé plusieurs notes et a écrit des lettres à son fidèle ami, le sieur Chevalier des Deffends. Il subsiste quelques exemplaires, précieusement conservés dans la demeure familiale de ce dernier.

Les Arawaks ont toujours été très attentifs aux caractères du raffinement, de la beauté et de l'art. Ils vivaient en parfaite harmonie avec la nature, mais étaient aussi de redoutables commerçants. Il semblerait que les Arawaks s'appuyaient sur une autorité matriarcale.

Dans la tradition populaire, le mythe le plus répandu serait celui d'une princesse Arawak, "Momand'Loup", ayant réussi à devenir reine sur le continent des "conquistadors". Toutes les 48 lunes, les Arawaks organisent, entre les différents clans, une épreuve pour élire la meilleure d'entre eux, celle qui représente le mieux leur peuple. Cette élue a alors pour mission de rejoindre une terre étrangère, telle une ambassadrice, et doit créer des liens commerciaux entre cette nouvelle nation et sa patrie d'origine. Urbain du Roissey dans un de ses extraits écrit : « Par hasard, j'assistais en ce jour saint, à l'arrivée de la femme vainqueur de toutes les épreuves, jamais, je n'avais vu autant de visages souriants, et une telle liesse chez les Arawaks, généralement, peu démonstratifs. Elle était petite de taille, mais bien proportionnée et magnifiquement jolie, on devinait sous son pagne, des jambes galbées et musclées. Elle avait hérité d'un visage gracieux. Elle avançait doucement à travers la foule. Elle porta son regard sur moi, un regard débordant d'intelligence et de malice à la fois. Une onde étrange me traversa, et je restais paralysé, comme émerveillé. Je sentis plusieurs fois mon cœur défaillir. Je sus que j'avais devant moi, un personnage extraordinaire, hors du commun. L'avenir me le confirma... »

Ses notes, précises, permettent de suivre l'histoire de "Momand'Loup". On sait qu'elle débarqua à Nantes en 1645, sur un bateau transportant du sucre, des bois précieux et de l'huile de palme utilisée par les savonneries. Dans cette période, la guerre contre l'Espagne, mal comprise et mal acceptée par l'opinion publique, avait entraîné une formidable et impopulaire augmentation des impôts. Des émeutes se produisaient un peu partout, dans les villes et les villages. Les routes n'étaient pas sûres, mais Momand'Loup put compter sur la protection du Chevalier des Deffends. À de nombreuses reprises, ils combattirent dos à dos, en usant assez habilement de leur mousquets. C'est à Nantes que la princesse Arawak rencontra le marquis de Goulaine et en tomba amoureuse. La famille "Goulaine" disposait d'un domaine appréciable de plus de 30 000 hectares. Mathieu de Goulaine, l'aïeul, fut le médiateur entre les rois de France et d’Angleterre qui octroyèrent à sa famille l’insigne faveur d’unir sur leur blason les léopards et les fleurs de lys[3].

Population actuelle et descendants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du journal de bord de Christophe Colomb, cité dans le livre d'Howard Zinn (voir bibliographie)
  2. Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, Agone 2002, p.9
  3. Extrait des légendes Arawak, Lorenzo C.. (voir bibliographie)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jan Rogoziński, A brief history of the Caribbean: from the Arawak and Carib to the present, New York, Facts on File, 1999, (ISBN 0816038112)
  • (fr) Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis : de 1492 à nos jours, Éditions Agone, 2002.
  • Armand Nicolas, Histoire de la Martinique, tome 1. Des Arawaks à 1848, L'Harmattan, 1996
  • Armand Nicolas, Joslen Jonaz, Chez les Arawaks de la Martinique au 5ème siècle, Éditions Nécessité, 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :