Jean-Max Bellerive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Max Bellerive
Jean-Max Bellerive, le 6 février 2010.
Jean-Max Bellerive, le 6 février 2010.
Fonctions
15e Premier ministre d'Haïti

(&&&&&&&&&&&&07061 an, 11 mois et 7 jours)
Président René Préval
Michel Martelly
Prédécesseur Michèle Pierre-Louis
Successeur Garry Conille
Ministre de la Planification, de la Coopération externe, de la Justice et de la Sécurité publique
Président Michel Martelly
Gouvernement Jean-Max Bellerive
Prédécesseur Lui-même (Planification et Coopération externe)
Paul Denis (Justice et Sécurité publique)
Successeur Jude Hervé Day (Planification et Coopération externe)
Josué Pierre-Louis (Justice et Sécurité publique)
Ministre de la Planification et
de la Coopération externe
Président René Préval
Gouvernement Jacques-Édouard Alexis
Michèle Pierre-Louis
Jean-Max Bellerive
Prédécesseur Roland Pierre
Successeur Lui-même
Biographie
Nom de naissance Joseph Jean-Max Bellerive
Date de naissance 1958
Lieu de naissance Port-au-Prince, Haïti
Parti politique Front de l'Espoir

Jean-Max Bellerive
Premiers ministres haïtiens

Jean-Max Bellerive, né en 1958 à Port-au-Prince, est un homme politique haïtien. Désigné Premier ministre le par le président René Préval après le renversement de Michèle Pierre-Louis par le Sénat le 30 octobre 2009, il est investi le 11 novembre 2009. Le 20 mai 2011, le président nouvellement élu, Michel Martelly, nomme à sa place Daniel-Gérard Rouzier dont l'investiture est rejetée le 21 juin par la Chambre des députés. Il est finalement remplacé le par Garry Conille.

Fils d'un médecin haut fonctionnaire de l'organisation mondiale de la santé (OMS), il quitte son pays natal dès son plus jeune âge et entreprend ses études primaires, secondaires et universitaires en Suisse, en France et en Belgique. Diplômé en Sciences politiques et Relations internationales, il décide de rentrer en Haïti en 1986, peu avant la chute de Jean-Claude Duvalier.

Il fait ses premières armes dans le secteur privé, plus particulièrement au niveau des coopératives et est coordonnateur d’une coopérative de pêche basée dans le Sud du pays, « l'Aquinoise », financée par l'Union européenne.

En 1988, il entre au ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales, à titre d'assistant chef de service de l’organisation et méthodes, qu'il quitte en 1990 comme directeur général.

Cette même année, avec quelques amis de la Fonction publique, il fonde Sibel Consult, une agence de gestion et préparation de projets de développement. À ce titre, il collabore avec de nombreuses institutions publiques telles que : le Secrétariat du Tourisme, l'Autorité portuaire nationale (APN), la Banque populaire haïtienne (BPH), le Conseil électoral provisoire (CEP) ou le ministère des Haïtiens vivant à l’étranger. Il travaille également avec certaines des plus prestigieuses entreprises privées installées en Haïti comme, Terminal Varreux, Shodecosa, ELF-Haiti, Vorbe et Fils, radio Liberté, Haitel, Terrabus, Tecina S.A., Marubeni, l'Association des opérateurs de terminaux pétroliers ou Meditel S.A.

Après un bref passage au Conseil électoral provisoire (1999–2000), où il occupera les fonctions de président du Bureau électoral de l'Ouest, il est appelé, entre 2000 et 2006, à occuper les fonctions successives de chef de cabinet du Premier ministre Jean-Marie Chérestal, de conseiller technique principal du Premier ministre Yvon Neptune et de coordonnateur de la Cellule de coordination et de suivi des politiques publiques (CCS), financé par le PNUD, rattaché au Bureau du Premier ministre Gérard Latortue.

Dans le gouvernement de Michèle Pierre-Louis (2008-2009), il devint ministre de la Planification et de la Coopération externe, avant d'accéder lui-même à la tête du gouvernement en novembre 2009.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Précédé par Jean-Max Bellerive Suivi par
Michèle Pierre-Louis
Coat of arms of Haiti.svg
Premier ministre d’Haïti
Garry Conille