Agglo Pays d'Issoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agglo Pays d'Issoire
Agglo Pays d'Issoire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Forme Communauté d'agglomération
Siège Issoire
Communes 90
Président Jean-Paul Bacquet
Date de création
Code SIREN 200070407
Démographie
Population 54 809 hab. (2013)
Liens
Site web http://capissoire.fr/
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté d'agglomération Agglo Pays d'Issoire est une structure intercommunale française, fonctionnelle depuis le , située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) du Puy-de-Dôme, dévoilé en octobre 2015, proposait la fusion des huit communautés de communes du Pays d'Issoire - Val d'Allier Sud : Ardes Communauté[Note 1], Bassin minier Montagne, Coteaux de l'Allier, Couze Val d'Allier, Issoire Communauté, Lembron Val d'Allier, Pays de Sauxillanges et Puys et Couzes. Cette fusion aurait constitué une structure intercommunale de 92 communes, dont 44 en zone de montagne, pour une population municipale de 54 626 habitants en 2012[1].

Ce nombre de communes est ramené à 90 après constitution de deux communes nouvelles : Aulhat-Saint-Privat et Flat formant Aulhat-Flat, tout comme Nonette et Orsonnette, formant Nonette-Orsonnette depuis le . Ce projet est confirmé en mars 2016[2].

La création de la communauté d'agglomération a été autorisée le 14 novembre 2016[3]. La fusion de ces huit communautés de communes est prononcée par l'arrêté préfectoral no 16-02779 du 6 décembre 2016 et entraîne par ailleurs la dissolution des syndicats intercommunal à vocation sociale de la région d'Issoire et mixte pour l'aménagement et le développement du Pays d'Issoire Val d'Allier Sud ; la structure intercommunale prend le nom de « Agglo Pays d'Issoire »[4].

Avec la transformation de Clermont Communauté en communauté urbaine (Clermont Auvergne Métropole), la communauté d'agglomération autour d'Issoire est la seule du département (Riom Limagne et Volcans, pourtant plus peuplée, reste une communauté de communes).

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération « Agglo Pays d'Issoire » est située au sud du département du Puy-de-Dôme. Elle se situe sur les contreforts du massif du Sancy à l'ouest et du Livradois à l'est[2].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération regroupe 90 communes, toutes situées dans l'arrondissement d'Issoire.

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées par un arrêté du préfet de région du 21 décembre 2016 afin que chaque établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [5]. Les communes de Parent et Plauzat sont passées à cette date de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui d'Issoire[6].

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Issoire
(siège)
63178 Issoiriens 19,69 14 578 (2014) 740
Antoingt 63005 Antoinais 7,83 386 (2014) 49
Anzat-le-Luguet 63006 66,56 184 (2014) 2,8
Apchat 63007 Apchatois 35,86 165 (2014) 4,6
Ardes 63009 Ardoisiens 16,59 517 (2014) 31
Augnat 63017 Augnatois 9,54 155 (2014) 16
Aulhat-Flat 63160 12,78 911 (2014) 71
Auzat-la-Combelle 63022 12,74 2 099 (2014) 165
Bansat 63029 Bansatois 10,31 248 (2014) 24
Beaulieu 63031 8,65 404 (2014) 47
Bergonne 63036 Bergougnoux 5,75 348 (2014) 61
Boudes 63046 Boudigans 7,92 279 (2014) 35
Brassac-les-Mines 63050 Brassacois 7,20 3 294 (2014) 458
Brenat 63051 Brenatois 8,83 607 (2014) 69
Le Breuil-sur-Couze 63052 Breuillois 5,94 1 061 (2014) 179
Le Broc 63054 17,45 666 (2014) 38
Chadeleuf 63073 Chadeleufois 5,70 420 (2014) 74
Chalus 63074 Chalusiens 6,58 177 (2014) 27
Chaméane 63078 Casaméniens 10,91 149 (2014) 14
Champagnat-le-Jeune 63079 9,39 135 (2014) 14
Champeix 63080 Champillauds 12,12 1 314 (2014) 108
La Chapelle-Marcousse 63087 19,72 68 (2014) 3,4
La Chapelle-sur-Usson 63088 6,78 65 (2014) 9,6
Charbonnier-les-Mines 63091 Charbonniers 3,36 906 (2014) 270
Chassagne 63097 16,06 72 (2014) 4,5
Chidrac 63109 Chidracois 3,57 482 (2014) 135
Clémensat 63111 Clémensatois 3,21 115 (2014) 36
Collanges 63114 Collangeois 4,45 147 (2014) 33
Coudes 63121 Coudois 4,66 1 194 (2014) 256
Courgoul 63122 Courgoulois 8,44 74 (2014) 8,8
Creste 63127 4,36 54 (2014) 12
Dauzat-sur-Vodable 63134 14,99 88 (2014) 5,9
Égliseneuve-des-Liards 63145 8,35 140 (2014) 17
Esteil 63156 Esteillois 4,55 65 (2014) 14
Gignat 63166 Gignatois 3,49 244 (2014) 70
Grandeyrolles 63172 Grandeyrollais 5,28 56 (2014) 11
Jumeaux 63182 Jumeaudois 7,13 672 (2014) 94
Lamontgie 63185 Lamontgeois 7,09 631 (2014) 89
Ludesse 63199 Ludessois 8,47 485 (2014) 57
Madriat 63202 Madriatois 4,69 120 (2014) 26
Mareugheol 63209 Mareugheolois 7,54 187 (2014) 25
Mazoires 63220 42,19 98 (2014) 2,3
Meilhaud 63222 Meilhaudois 4,47 567 (2014) 127
Montaigut-le-Blanc 63234 22,26 837 (2014) 38
Montpeyroux 63241 3,29 346 (2014) 105
Moriat 63242 Moriatois 10,81 367 (2014) 34
Neschers 63250 Neschersois 9,78 925 (2014) 95
Nonette-Orsonnette 63255 10,65 542 (2014) 51
Orbeil 63261 Orbeillois 9,65 861 (2014) 89
Pardines 63268 Pardinois 5,18 254 (2014) 49
Parent 63269 Parentais 3,76 812 (2014) 216
Parentignat 63270 3,71 503 (2014) 136
Perrier 63275 Perriérois 6,37 888 (2014) 139
Peslières 63277 Pesliérois 6,86 70 (2014) 10
Plauzat 63282 Plauzatois 13,01 1 583 (2014) 122
Les Pradeaux 63287 Pradelais 5,54 329 (2014) 59
Rentières 63299 15,59 116 (2014) 7,4
Roche-Charles-la-Mayrand 63303 16,22 44 (2014) 2,7
Saint-Alyre-ès-Montagne 63313 41,07 137 (2014) 3,3
Saint-Babel 63321 Saint-Babelois 19,31 939 (2014) 49
Saint-Cirgues-sur-Couze 63330 1,54 352 (2014) 229
Saint-Étienne-sur-Usson 63340 15,58 284 (2014) 18
Saint-Floret 63342 12,16 263 (2014) 22
Saint-Genès-la-Tourette 63348 18,49 177 (2014) 9,6
Saint-Germain-Lembron 63352 Lembronnais 15,70 1 921 (2014) 122
Saint-Gervazy 63356 Saint-Gervaziens 14,23 317 (2014) 22
Saint-Hérent 63357 12,79 103 (2014) 8,1
Saint-Jean-en-Val 63366 Jeanvalaisiens 12,09 358 (2014) 30
Saint-Jean-Saint-Gervais 63367 14,39 121 (2014) 8,4
Saint-Martin-des-Plains 63375 Saint-Martinois 3,87 143 (2014) 37
Saint-Martin-d'Ollières 63376 14,47 147 (2014) 10
Saint-Quentin-sur-Sauxillanges 63389 Quentinois 8,25 106 (2014) 13
Saint-Rémy-de-Chargnat 63392 6,21 552 (2014) 89
Saint-Vincent 63403 5,84 413 (2014) 71
Saint-Yvoine 63404 Saint-Ygognaires 8,89 571 (2014) 64
Saurier 63409 8,36 250 (2014) 30
Sauvagnat-Sainte-Marthe 63411 6,41 498 (2014) 78
Sauxillanges 63415 Sauxillangeois 24,90 1 225 (2014) 49
Solignat 63422 Solignatois 11,07 485 (2014) 44
Sugères 63423 Sugeriens 20,64 611 (2014) 30
Ternant-les-Eaux 63429 3,59 44 (2014) 12
Tourzel-Ronzières 63435 Tourzelois 11,77 251 (2014) 21
Usson 63439 Ussonnais 5,43 271 (2014) 50
Valz-sous-Châteauneuf 63442 Castelvalzois 5,14 54 (2014) 11
Varennes-sur-Usson 63444 6,15 273 (2014) 44
Vernet-la-Varenne 63448 35,10 703 (2014) 20
Verrières 63452 3,28 75 (2014) 23
Vichel 63456 Vichelois 5,71 327 (2014) 57
Villeneuve 63458 4,23 163 (2014) 39
Vodable 63466 Vodablois 11,68 202 (2014) 17

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération siège à Issoire[4].

Les élus[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est gérée par un conseil communautaire composé de 126 membres représentant chacune des communes membres.

Leur répartition a été fixée par l'arrêté préfectoral prononçant la création de cette structure intercommunale[4] :

Délégués
Nombre de délégués Communes
24 Issoire
5 Brassac-les-Mines
3 Auzat-la-Combelle, Saint-Germain-Lembron
2 Champeix, Plauzat, Sauxillanges
+ communes nouvelles d'Aulhat-Flat et de Nonette-Orsonnette
1 Autres communes

Présidence[modifier | modifier le code]

Le président de la communauté d'agglomération, Jean-Paul Bacquet, ainsi que quatorze vice-présidents (dont une femme), ont été nommés le 9 janvier 2017[7].

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce des compétences qui lui sont déléguées par les communes membres.

Elle exerce, en lieu et place des communes membres, six compétences obligatoires[4] :

  • développement économique : actions de développement économique (création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activité industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, portuaire et aéroportuaire ; politique locale du commerce et soutien aux activités commerciales d'intérêt communautaire ; promotion du tourisme ;
  • aménagement de l'espace communautaire : schémas de cohérence territoriale et de secteur ; documents d'urbanisme ; création et réalisation de zones d'aménagement concerté ; organisation de la mobilité ;
  • équilibre social de l'habitat : programme local de l'habitat ; politique du logement d'intérêt communautaire ; actions et aides financières… ;
  • politique de la ville : diagnostic de territoire et définition des orientations du contrat de ville ; animation et coordination de dispositifs contractuels ;
  • aménagement, entretien et gestion des aires d'accueil des gens du voyage (compétence déjà exercée par les deux anciennes communautés de communes Bassin minier Montagne et Couze Val d'Allier[2]) ;
  • collecte et traitement des déchets ménagers et assimilés ;

quatre compétences optionnelles[4] :

  • création, aménagement et entretien de la voirie et des parcs de stationnement d'intérêt communautaire ;
  • protection et mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie ;
  • construction, aménagement, entretien et gestion d'équipements culturels et sportifs d'intérêt communautaire ;
  • création et gestion de maisons de services au public ;

ainsi que plusieurs compétences facultatives dans les domaines de l'agriculture, du tourisme, dans certains domaines annexes aux compétences obligatoires[4].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération applique la fiscalité professionnelle unique.

À sa création, elle se dote d'un budget principal et de vingt budgets annexes issus de six des huit anciennes communautés de communes[4].

Projets[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À l'exception de la commune de La Godivelle, qui a rejoint la communauté de communes du Massif du Sancy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) – Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 décembre 2016).
  2. a, b et c « Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) – Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 décembre 2016).
  3. « Intercommunalité : avis favorable pour la création de la communauté d'agglomération Pays d'Issoire », Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 décembre 2016).
  4. a, b, c, d, e, f et g Direction des collectivités territoriales et de l'environnement – Bureau du contrôle de légalité – Intercommunalité, « Arrêté prononçant : - la création d'une communauté d'agglomération par fusion des communautés de communes : « Bassin Minier Montagne », « Lembron Val d'Allier », « Ardes-Communauté », « Puys et Couzes », « Issoire-Communauté », « du Pays de Sauxillanges », « des Coteaux de l'Allier », « Couze Val d'Allier », ET la dissolution des syndicats : « Syndicat intercommunal à vocation sociale de la région d'Issoire », « Syndicat mixte pour l'aménagement et le développement du Pays d'Issoire Val d'Allier Sud », à la date du  » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-059, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 décembre 2016), p. 104-124.
  5. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 15 mars 2017).
  6. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 15 mars 2017), p. 211-214.
  7. « Jean-Paul Bacquet, président de l'Agglo Pays d'Issoire », La Montagne,‎ , p. 11 (éditions du Puy-de-Dôme).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]