Perrier (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Perrier
Perrier (Puy-de-Dôme)
La route départementale 996 à Perrier en 2013.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Communauté d'agglomération Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Bernard Roux
2020-2026
Code postal 63500
Code commune 63275
Démographie
Population
municipale
889 hab. (2018 en augmentation de 0,91 % par rapport à 2013)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 44″ nord, 3° 12′ 08″ est
Altitude Min. 410 m
Max. 601 m
Superficie 6,37 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Issoire
(banlieue)
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Issoire
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Perrier
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Perrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Perrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Perrier
Liens
Site web www.perrier63.fr

Perrier est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes, limitrophe de la commune d'Issoire.

Ses habitants sont appelés les Perrierois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sud du département du Puy-de-Dôme, la commune de Perrier est traversée par la Couze Pavin, un affluent de l'Allier.

L'altitude minimale, 410 mètres, se trouve à l'est, là où la Couze Pavin quitte le territoire communal et entre sur celui d'Issoire. L'altitude maximale avec 601 mètres est localisée au nord-ouest, sur le plateau de Pardines, en limite de la commune de Pardines.

Établi en rive gauche de la Couze Pavin, le long de la route départementale (RD) 996, le village de Perrier se situe en distances orthodromiques, quatre kilomètres à l'ouest du centre-ville d'Issoire.

Le territoire communal est également desservi à l'ouest par la RD 26.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Perrier
Pardines
Meilhaud Perrier Issoire
Solignat

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Perrier est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Issoire, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 15 710 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (82,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,7 %), zones agricoles hétérogènes (16,8 %), zones urbanisées (9,9 %), forêts (8,4 %), prairies (7,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Perrier-Bielawski1.jpg
Perrier-Bielawski2.jpg
Récits d'un touriste auvergnat, par J.-B.-M. Biélawski-1888

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001[Note 3] En cours
(au 29 août 2020)
Bernard Roux[12] PS puis PRG[13] Retraité France Télécom[14]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 889 habitants[Note 4], en augmentation de 0,91 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443401456451491507514540572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
565563551556570587651702697
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654606545507502424432482516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
608685739767727775814822888
2018 - - - - - - - -
889--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Perrier est connue pour ses grottes troglodytiques, dont une fut habitée jusqu'en 1945.

Son église romane présente un portail dont les vantaux sont ornés de pentures du XIIe – XIIIe siècle[19].

Vestiges de la maison forte de Soriac : représentée dans l'armorial de Guillaume Revel vers 1456, elle fut rachetée à la fin du Moyen Âge par un bourgeois d'Issoire.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gabriel-Pierre-Isidore de Guillaumanches-Duboscage (1766-1836), né au château de Perrier en 1766, marquis de Boscage, lieutenant-colonel du régiment des dragons de Kinebourne, et officier de l’état-major de l'armée du feld-maréchal Souworow, en 1794, 1795 et 1796, précédemment officier supérieur des gardes du corps du roi de France, et colonel de sa cavalerie. Il meurt à Nice en 1836. Publications :
    • Précis historique sur le célèbre feld-maréchal Comte Souworow Rymnikski, Prince Italikski, 1808 ;
    • recherches sur les principes constitutifs de l'état social ;
    • relation de l'éruption du Vésuve en 1822 ;
    • essais philosophiques, physiques, politiques, historiques et législatifs.
  • Jasmine Passion née Sallazard (1897-1959), née à Aix-les-Bains le , danseuse pantomime, épouse Pierre Passion natif de Perrier. Elle meurt le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en mars 2014[11] et en 2020.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 d'Issoire », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 24 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  12. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 29 août 2020).
  13. « Bernard Roux quitte le PS et rejoint le PRG », La Montagne, 10 décembre 2013.
  14. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 31 (édition du Puy-de-Dôme).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Vantaux à pentures de la façade ouest sur la base Mérimée du ministère de la Culture, consultée le 16 janvier 2014.