Mareugheol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mareugheol
Un mur d'enceinte du fort villageois de Mareugheol.
Un mur d'enceinte du fort villageois de Mareugheol.
Blason de Mareugheol
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Gilles Roddier
2014-2020
Code postal 63340
Code commune 63209
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 20″ nord, 3° 09′ 58″ est
Altitude Min. 436 m
Max. 762 m
Superficie 7,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Mareugheol

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Mareugheol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mareugheol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mareugheol

Mareugheol est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Mareugheolois et Mareugheoloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un château seigneurial est construit au XIIIe siècle. Des chartes de franchises précisent les droits et les devoirs respectifs des villageois et du seigneur, par la prise en charge de la défense par la collectivité villageoise.

Aux XIVe et XVe siècles, les conflits dynastiques et seigneuriaux comme la guerre de Cent Ans, ainsi les affrontements militaires, les bandes de routiers désœuvrés et âpres au gain, écument les campagnes, terrorisent les populations et aggravent ainsi l'insécurité. C'est dans ce contexte qu'à la fin du XIVe siècle les mareugheolois élèvent un fort, construit en basalte, qui enserre derrière de hautes murailles une soixantaine de maisons ainsi que l'église. L'enceinte, de forme d'un quadrilatère, est flanqué de 4 tours rondes et de 4 portes. L'entrée principale, située au Sud-Est, était défendue par des machicoulis, alors que les 3 autres portes étaient des passages voûtés et étroits faciles à défendre en cas d'attaque.

L'église Sainte-Couronne, d'architecture romane, construite à partir du XIIe siècle, fut initialement la première chapelle de Rigaud d'Aureille, seigneur de Villeneuve-Lembron, dont on voit les armoiries au-dessus de la porte donnant sur le choeur. Elle a abrité, jusqu'à la Révolution un chapitre, de 14 moines, qui avait une maison forte près de l'église.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008   Gérard Robichon    
mars 2010   Henri Savinel    
mars 2014 en cours Gilles Roddier[1]   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 187 habitants, en augmentation de 6,86 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
709 760 676 703 694 677 686 672 629
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
652 557 517 493 501 504 488 516 496
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475 427 361 310 307 305 300 225 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
195 158 127 138 133 160 172 175 187
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un mur d'enceinte du fort villageois.
  • Fort de Mareugheol
Au sud du fertile petit bassin du Lembronnet, Mareugheol possède d'impressionnants vestiges du fort[6] que les habitants ont élevé pendant la période troublée de la guerre de Cent Ans. À l'intérieur, on découvre les étroites ruelles médiévales qui s'organisent, à l'image d'un labyrinthe, autour du bâti très dense du vieux village.
  • Église
L'église Sainte-Couronne, d'architecture romane recèle une étonnante statue de la Vierge Allaitante.
  • Manoir d'Ery
Manoir du XVe siècle[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Publitotal, 1987 (ISBN 2865350703), p. 722.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :