Saint-Babel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Babel
Saint-Babel
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Communauté d'agglomération Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Guy Archimbaud
2020-2026
Code postal 63500
Code commune 63321
Démographie
Population
municipale
940 hab. (2018 en augmentation de 1,18 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 52″ nord, 3° 18′ 02″ est
Altitude Min. 419 m
Max. 800 m
Superficie 19,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Issoire
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Babel
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Babel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Babel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Babel

Saint-Babel est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire communal est couvert par les Bois de la Comté.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Babel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (32,8 %), forêts (32,6 %), prairies (15,8 %), zones agricoles hétérogènes (13,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,4 %), zones urbanisées (2,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Les Bois[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Angélique Ravoux    
mars 2008 En cours
(au 3 septembre 2020)
Guy Archimbaud[9],[10]   Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2018, la commune comptait 940 habitants[Note 3], en augmentation de 1,18 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5811 6241 7441 5961 7201 5681 5191 5821 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5341 4321 4341 3741 3871 3551 3691 4031 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1811 053963815759678619587598
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
618596591624648754821891939
2018 - - - - - - - -
940--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Butte du château (ou butte de l'horloge), située à l'ouest du bourg. Un château s'y élevait, comme l'atteste l'armorial de Guillaume Revel au XVe siècle, il n'en reste cependant aucune trace aujourd'hui. En 1800, la première municipalité y fit bâtir une tour, encore présente de nos jours, pour y abriter une horloge. Une croix fut également élevée quelques décennies plus tard, ainsi qu'une table d'orientation à la fin du XXe siècle[14].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de Saint-Babel ouvre ses portes au public en septembre 2008.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucie-Madeleine d'Estaing de Réquistat Dubuisson (ou du Buisson) (née le au château du Buisson à Saint-Babel), fille de Jean-Dominique Destaing (ou d'Estaing), sieur du Buisson-Auger et châtelain du Buisson, et de Catherine Dabert, et filleule de l'amiral d'Estaing et de Lucie Madeleine d'Estaing[15]. Elle se maria à Jacques Guy (de) Cousin, comte de La Tour Fondue, seigneur de Murol et de Salles, officier au régiment de Bourgogne-infanterie puis maire de Saint-Amant-Tallende. Mère d'Elise (de) Cousin de La Tour Fondue, épouse de Martial Giscard, et dernière du nom d'Estaing, elle fut aussi l'aïeule dont la famille Giscard d'Estaing obtint de relever le nom en 1922 et 23[16]. Elle fut baptisée en l’église de Saint-Babel le par le curé Cheminat .Elle avait pour marraine, par procuration, Lucie Magdelaine d’Estaing (1743-1826) son homonyme, dame de Ravel qui avait été la maîtresse du roi Louis XV dont elle eut 2 enfants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 24 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  10. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 3 septembre 2020).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Sites naturels et panoramas », sur 63321.web63.fr (consulté le 12 novembre 2018).
  15. Michel Sementéry, Les Présidents de la République française et leur famille, éditions Christian,  ; en ligne sur le site des archives départementales du Puy-de-Dôme, vue 143.
  16. Michel Sementéry, op. cit..