Saint-Germain-Lembron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-Lembron
Mairie de Saint-Germain-Lembron.
Mairie de Saint-Germain-Lembron.
Blason de Saint-Germain-Lembron
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Graziella Brunetti
2014-2020
Code postal 63340
Code commune 63352
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
1 921 hab. (2014)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 32″ nord, 3° 14′ 26″ est
Altitude Min. 397 m – Max. 544 m
Superficie 15,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Germain-Lembron

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Germain-Lembron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Lembron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Lembron

Saint-Germain-Lembron est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Saint-Germinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Germain-Lembron est situé dans une cuvette alluvionnaire traversée par un petit ruisseau : le Lembronnais. C'est de ce dernier qu'est issu le suffixe Lembron ajouté au nom de Saint-Germain.

Le cœur du village est situé aux abords de l'autoroute A75 à proximité de la rivière Couze d'Ardes qui se jette dans l'Allier à quelque deux kilomètres en aval sur le territoire de la commune voisine du Breuil-sur-Couze.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Histoire de Saint-Germain-Lembron remonterait à l'époque gallo-romaine, une localité désignée sous le nom de Liziniat (Liziniacus) apparaissant dans certains écrits anciens, cette dernière étant localisée sur le site ou à proximité de l'actuel village. L'une des trois églises, dédiée à saint Germain, abritant une communauté de chanoines depuis la seconde moitié du Xe siècle, a finalement donné son nom au bourg, déjà attesté comme vicus à l'époque mérovingienne[réf. nécessaire].

À partir du XIVe siècle, Saint-Germain-Lembron compte au nombre des treize bonnes villes de Basse-Auvergne.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Liziniac-Lembron[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Anne-Marie Stebernjak    
mars 2008 mars 2014 René Roux[2]    
mars 2014 en cours Graziella Brunetti[3] PG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de jumelage pour la commune de Saint-Germain-Lembron.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 921 habitants, en augmentation de 7,5 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 614 1 706 2 213 1 846 1 983 2 031 2 135 2 181 2 295
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 245 2 217 2 247 2 217 2 098 2 097 2 274 2 181 2 174
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 029 1 870 1 741 1 435 1 358 1 301 1 423 1 402 1 476
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 641 1 720 1 661 1 646 1 671 1 623 1 730 1 853 1 921
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Germain Lembron en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
2,1 
6,5 
75 à 89 ans
12,3 
13,0 
60 à 74 ans
15,7 
24,1 
45 à 59 ans
20,7 
21,7 
30 à 44 ans
19 
13,9 
15 à 29 ans
14 
17 
0 à 14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département du Puy-de-Dôme en 2009 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
6,6 
75 à 89 ans
10,7 
14,6 
60 à 74 ans
15,1 
21,5 
45 à 59 ans
20,9 
20,5 
30 à 44 ans
18,8 
19,5 
15 à 29 ans
18 
16,9 
0 à 14 ans
15,3 

Sports[modifier | modifier le code]

Associations et clubs sportifs de la commune :

  • Le Karaté Club (KCVA) de Saint-Germain-Lembron.
  • Le club du Lembron Volley Ball (club évoluant en UFOLEP).
  • Le Judo Club de Saint-Germain-Lembron.
  • Le club de football de Saint-Germain-Lembron en entente avec le club d'Ardes-sur-Couze.
  • La Licorne, Saint-Germain-Lembron, association de programmation art contemporain, de loisirs partagés, de découverte du patrimoine et de l'environnement, de professionnalisation des assistantes maternelles.
  • L'APE du Lembron, association des parents d'élèves des écoles de Saint-Germain-Lembron
  • Le Club Lembronnais de Gymnastique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Villeneuve se trouve sur le territoire de la commune (Guide Dexia des 10 000 musées).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Commune de Saint-Germain-Lembron sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 23 juillet 2012.
  3. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Saint-Germain Lembron en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2014).
  8. « Résultats du recensement de la population du Puy-de-Dôme en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 avril 2014).
  9. Yves Gomy, « Victor Auzat (1865-1939) ou l’œuvre inachevée... », Nouvelle Revue d'Entomologie (N.S.), vol. 12, no 1,‎ , p. 3-15
  10. Pierre Assouline, Hergé,  ; chapitre 5 : neutre dans la tourmente, pages : 132-133.