Auzat-la-Combelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Auzat
Auzat-la-Combelle
Image illustrative de l'article Auzat-la-Combelle
Blason de Auzat-la-Combelle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Georges Tinet
2014-2020
Code postal 63570
Code commune 63022
Démographie
Population
municipale
2 099 hab. (2014)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 10″ nord, 3° 19′ 26″ est
Altitude Min. 389 m – Max. 705 m
Superficie 12,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Auzat-la-Combelle

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Auzat-la-Combelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auzat-la-Combelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auzat-la-Combelle
Liens
Site web http://www.commune-auzat-la-combelle.fr

Auzat-la-Combelle est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. En 1998, la commune d'Auzat-sur-Allier a été rebaptisée Auzat-la-Combelle. Elle se compose de deux bourgs séparés par l'Allier : Auzat sur la rive droite et La Combelle sur la rive gauche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Auzat-la-Combelle est située au sud d'Issoire, à la confluence de l'Allier et de l'Alagnon.

Le bourg d'Auzat est bâti au bord du lit majeur de l'Allier et subit régulièrement de grandes inondations (la dernière, le 25 novembre 2003, avait recouvert la partie basse du bourg d'Auzat jusqu'à l'entrée du Saut-du-Loup).

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Aubiat
  • le Saut-du-Loup
  • le Théron
  • Tansac

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Six communes sont limitrophes d'Auzat-la-Combelle[1] :

Communes limitrophes d’Auzat-la-Combelle
Nonette-Orsonnette Lamontgie
Beaulieu Auzat-la-Combelle Esteil
Brassac-les-Mines Jumeaux

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Il ne reste du château Cocu (Moyen Âge) que quelques vestiges (tour ronde et mur portant les restes d'une cheminée) sur le piton rocheux en allant vers le lieu-dit le Saut-du-Loup en direction du Breuil-sur-Couze. Une légende raconte qu'une bergère se serait sauvée sur ce piton en esquivant l'attaque d'un loup qui aurait sauté dans le vide emporté par son élan ; donnant ainsi le nom à ce lieu-dit. Une autre explication plus plausible : Saut-du-loup viendrait de « saut de l'eau » en référence à la chute de l'Allier, du fait de l'ancienne barrière rocheuse à l'aplomb du pont sur l'Allier (la trace de l'exploitation de cette barrière est bien visible au tout début de la route d'Orsonnette, mais cela ne précise pas ce que pouvait être la hauteur de la chute).
  • L'histoire d'Auzat et de son château ont été reconstituées par Mme feu Andrée Homette, native d'Auzat, dans un livre Grandeur et misère d'autrefois ISBN 2-9500362-0-1, publié à compte d'auteur en 1984 et illustré de gravures de l'auteur (un exemplaire rare est à la mairie)
  • Le blason moderne, en terme non héraldique, représente de haut en bas : la fertile campagne alluvionnaire de l'Allier, dominée par le château Cocu, l'Allier qui serpente et partage la commune, puis le sous-sol minier rehaussé de la couronne des ducs d'Auvergne.
  • En plus des activités paysannes traditionnelles (culture, élevage), la commune a été le siège de l'extraction du charbon depuis la rive gauche (La Combelle). Ce charbon était d'excellente qualité mais difficile à exploiter (veines profondes de faible taille à couches fractionnées, en partie sous le lit de l'Allier). Cette activité a cessé dans les années 70 lors de la fermeture générale progressive des mines et houillères en France.
  • Au début du XXe siècle, avant l'avènement des transports ferroviaires et routiers, Auzat-sur-Allier a été un port actif sur l'Allier pour l'activité minière de La Combelle : approvisionnement en bois provenant du haut-Allier pour étayer les galeries et livraison en aval du charbon (vers Cournon d'Auvergne). Il subsiste encore, dans Auzat bourg, une partie du bâtiment de la Batellerie d'Auzat avec l'ancre de marine sculptée dans la pierre. Une ancienne ancre a également été trouvée lors de l'extraction de gravier. Elle est exposée à la mairie.
  • Une passerelle suspendue métallique traversait autrefois l'Allier pour relier les deux parties de la commune (au fond de la plaine à hauteur de la Roche en deçà du tunnel du chemin de fer). Elle permettait le passage d'un chariot à cheval et celui des mineurs de la rive droite. Construite par les Houillères, elle est tombée en désuétude avec l'arrêt des exploitations minières. Faute de capacité financière suffisante pour entretenir cet ouvrage rouillé jusqu'à la corde et de peu d'usage, la commune l'a fait abattre dans les années 90. Seul le pont du Saut-du-Loup permet de traverser l'Allier dans la commune.
  • En 1998, les deux noms Auzat-sur-Allier et La Combelle ont été fusionnés en Auzat-la-Combelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Pruneyre    
    Borel    
    Bournerie   Médecin
    Jean-Jacques Gueugnot   Instituteur, directeur d'école à Auzat bourg
mars 1977   Henri Couvert PS Retraité des houillères
    François Bouchet   Instituteur, directeur d'école
    Henri Couvert PS Retraité des houillères
juin 1995   Jean-Pierre Gueugnot PS  
mars 2001 mars 2014 Michelle Fauvergue PS Retraitée
Suppléante du député Jean-Paul Bacquet
mars 2014 en cours Georges Tinet PCF  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 099 habitants, en augmentation de 2,69 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 467 1 351 1 497 1 619 1 750 1 592 1 648 1 600 1 565
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 604 1 663 1 646 1 744 1 598 1 558 1 839 1 515 1 697
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 985 2 204 2 273 2 351 2 907 3 457 3 406 3 325 3 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 215 2 910 2 632 2 468 2 156 2 044 2 035 2 044 2 099
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le 6 mars 2013 : La troisième étape du Paris-Nice (Châtel-Guyon - Brioude) fait l'honneur de traverser Auzat dans le sens Lamontgie Jumeaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Géraud située dans le centre d'Auzat-sur-Allier.
  • Ruine du château Cocu surplombant l'Allier et le bourg d'Auzat-sur-Allier.
  • Ruine d'un moulin à vent sur le plateau entre Auzat-sur-Allier et Lamontgie.
  • Ruine d'une ancienne tuilerie sur le plateau d'Auzat-sur-Allier.
  • Chapelle des Mineurs de La Combelle.
  • Vestiges miniers à La Combelle dont notamment le chevalement des Graves, la Chambre Chaude, une galerie école (école Papillon) et la sirène.
  • Vieux four à pain au hameau d'Aubiat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Clermont (1880-1916), homme de lettres, né à La Combelle.
  • Docteur Bournerie, éminent médecin de campagne et médecin des mineurs, basé au Saut-du-Loup, a légué 1,6 million d'euros à la commune en 2006 pour la construction d'une nouvelle mairie à l'emplacement de l'ancienne devenue inadaptée (en photo).
  • Émile Antonio, ancien footballeur français, né le 22 avril 1928 à Auzat-la-Combelle.
  • Jean-Philippe Robin, athlète handisport originaire de La Combelle, il a notamment remporté en tennis de table une médaille d'argent au jeux paralympiques d'été de 2008 à Pékin et une médaille de bronze par équipe en 2012 à Londres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Auzat
Blason d'Auzat.

Voir ci-dessus le paragraphe histoire-blason en terme moderne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte d'Auzat-la-Combelle sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 26 janvier 2017).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]