Moriat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Moriat
Moriat
L'église et le château.
Blason de Moriat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Denis Legendre
2014-2020
Code postal 63340
Code commune 63242
Démographie
Gentilé Morian/Morianne (officiel)
Population
municipale
367 hab. (2016 en diminution de 2,91 % par rapport à 2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 21″ nord, 3° 15′ 43″ est
Altitude Min. 419 m
Max. 660 m
Superficie 10,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Moriat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Moriat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moriat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moriat

Moriat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Moriat est accroché aux flancs de la chaux de la Rodde. Il domine une petite plaine alluvionnaire bordée par la rivière Alagnon. De la place du Pouget on peut observer en regardant vers l'est, les monts du Livradois et au premier plan le bassin minier. Au sud-ouest le hameau de Scoularoux est lové entre Caure et Rodde.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les textes anciens, on trouve plusieurs formes : Mauriat, Moriat, De Mauriaco en 1241, Morya au XVe siècle, Morïa (atlas Trudaine), Mauriac en 1790. Orthographié Moriat par décret du 13 novembre 1984.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du château féodal on ne retrouve que le tracé de l'enceinte qui englobait l'église. Le château actuel sur une hauteur est une construction de la fin du XVIe siècle, très restauré au XIXe siècle. Sa porte fortifiée laisse deviner l'ancien pont-levis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1794 Charles Souligoux    
1794 1794 Antoine Combes    
1794 1796 Charles Souligoux    
1796 1798 Pierre Comptour    
1798 1799 Charles Souligoux    
1799 1808 Antoine Combes    
1808 1820 Charles Souligoux    
1820 1830 Charles Hyacinthe Souligoux    
1830 1832 Pierre Girard    
1832 1839 Jean Baptiste Girard    
1839 1848 Charles Hyacinthe Souligoux    
1848 1855 Jean Baptiste Girard    
1855 1863 Charles Souligoux    
1863 1870 Jean Souligoux    
1870 1871 Malon Girard    
1871 1874 Pierre Girard    
1874 1878 Pierre De Chabron de Solilhac    
1878 1893 Pierre Besson Girard    
1893 1896 Jean Comptour    
1896 1908 Michel Delaire    
1908 1912 Joannes Combes    
1912 1913 Antoine Comptour    
1913 1914 Victor Hugon    
1914 1919 Alfred Girard   Délégué en lieu et place de Hugon Marcel, mobilisé.
1919 1925 Victor Hugon    
1925 1929 François Espenel    
1929 1936 Joannes Combes    
1936 1944 Joannes Chabrillat    
1944 1944 Marcel Combes    
1944 1945 Émile Tourette    
1945 1959 Pierre Comptour    
mars 1959 mars 1965 Henri Girard    
mars 1965 mars 2000 Maxime Boudet    
mars 2000 mars 2001 Marie-Joseph Zemliac    
mars 2001 juillet 2007 Bernard Comptour PCF  
juillet 2007 mars 2014 Gilles Rocha    
mars 2014 En cours
(au 9 avril 2014)
Denis Legendre[1]   Responsable d'entreprise

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 367 habitants[Note 1], en diminution de 2,91 % par rapport à 2011 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
642365630633598650638611479
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
678635639642628616650641632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
583536459423376358334338351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
340317329320312339358377362
2016 - - - - - - - -
367--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chaux de la Rodde[modifier | modifier le code]

La chaux de la Rodde est un plateau basaltique de 22 hectares, ancienne coulée de lave de 8 millions d'années, perchée en plateau à 625 mètres d'altitude suite à l'inversion du relief. Sa flore de type méditerranéenne en fait une zone protégée Natura 2000. On y trouve notamment, la spergulaire des moissons, le trèfle pieds d'oiseau, le thèsium étalé, la véronique en épi, la gagée de bohème, la tillée de vaillant et dans sa partie humide, la salicaire à feuilles de thym. Ce plateau atypique est un dortoir pour le busard Saint-Martin et abrite une petite colonie de chiroptères dans un ancien boyau d'extraction du basalte. Le site est propriété de la commune qui en a confié la gestion au Conservatoire d'Espaces Naturels d'Auvergne.

Vue générale.

L'église[modifier | modifier le code]

L'église romane du XIe siècle est dédiée à saint Fiacre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 23 juin 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.