Bergerac (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bergerac
Bergerac (Dordogne)
Bergerac au bord de la Dordogne.
Blason de Bergerac
Blason
Bergerac (Dordogne)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
(sous-préfecture)
Arrondissement Bergerac
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération bergeracoise
(siège)
Maire
Mandat
Jonathan Prioleaud (DVD)
2020-2026
Code postal 24100
Code commune 24037
Démographie
Gentilé Bergeracois
Population
municipale
26 323 hab. (2021 en diminution de 4 % par rapport à 2015)
Densité 469 hab./km2
Population
agglomération
64 204 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 00″ nord, 0° 29′ 05″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 146 m
Superficie 56,10 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Bergerac
(ville-centre)
Aire d'attraction Bergerac
(commune-centre)
Élections
Départementales Bureau centralisateur de 2 cantons : Bergerac-1 et Bergerac-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bergerac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bergerac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
Bergerac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Bergerac
Liens
Site web www.bergerac.fr

Bergerac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Classée ville d'art et d'histoire, elle est la deuxième ville du département en population, légèrement moins peuplée que la préfecture Périgueux. Chef-lieu de l'arrondissement de Bergerac et bureau centralisateur de deux cantons : Bergerac-1 et Bergerac-2, elle est l'une des trois sous-préfectures du département.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est située dans le Périgord pourpre, sur la Dordogne. Elle est également arrosée par ses affluents le Caudeau et la Conne.

La ville se trouve entre Bordeaux (93 km à l'ouest), Périgueux (48 km au nord), Agen (90 km au sud), et Cahors (110 km au sud-est). Libourne est à 66 km à l'ouest.
Le parc naturel régional des Causses du Quercy est à 110 km à l'est, celui du Périgord-Limousin à 82 km au nord[1].

Avec 56,10 km2, c'est la onzième commune la plus étendue de la Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bergerac est limitrophe de dix autres communes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Bergerac est située dans le quatrième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de dépôts siliceux-gréseux et de calcaires lacustres de l'ère tertiaire[2].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire et de roches sédimentaires datant pour certaines du Cénozoïque, et pour d'autres du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée c5e, date du Campanien 5, des calcaires bioclastiques jaunâtres à rudistes, orbitoides media, Larrazetia, calcaires gréseux jaunes à grands silex versicolores, lumachelles à huîtres. La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de type colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans les feuilles « no 806 - Bergerac » et « no 830 - Eymet » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[3],[4] et leurs notices associées[5],[6].

Carte géologique de Bergerac.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 12 m et 146 m[7],[8].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [9]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1] et 14 sous-unités[10]. La commune est dans le Bergeracois, une région naturelle présentant un relief contrasté, avec les deux grandes vallées de la Dordogne et du Dropt séparées par un plateau plus ou moins vallonné, dont la pente générale s’incline doucement d’est en ouest. Ce territoire offre des paysages ouverts qui tranchent avec les paysages périgourdins. Il est composé de vignes, vergers et cultures[11],[12].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 56,10 km2[7],[13],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 56,6 km2[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[16]. Elle est drainée par la Dordogne, le Caudeau, la Conne, la Gouyne, le Marmelet, le ruisseau de Lespinassat, la Tortefeyssole, le Gaillardet, le ruisseau de Gabanelle et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 80 km de longueur totale[17],[Carte 1].

La Dordogne, d'une longueur totale de 483,1 km, prend naissance sur les flancs du puy de Sancy (1 885 m), dans la chaîne des monts Dore, traverse six départements dont la Dordogne dans sa partie sud, et conflue avec la Garonne à Bayon-sur-Gironde, pour former l'estuaire de la Gironde[18],[19]. Elle traverse la commune d'est en ouest sur plus de huit kilomètres dont un kilomètre, en deux tronçons, en limite de Cours-de-Pile et de Prigonrieux.

Le Caudeau, d'une longueur totale de 38,47 km, prend sa source dans la commune de Veyrines-de-Vergt et se jette dans la Dordogne en rive droite, sur la commune, juste en aval du barrage de Bergerac[20]. Il baigne le territoire communal du nord-est à l'ouest sur huit kilomètres et demi.

La Conne, d'une longueur totale de 22,96 km, prend sa source dans la commune de Faux et se jette dans la Dordogne en rive gauche, sur la commune[21]. Elle arrose le territoire communal sur plus de quatre kilomètres et demi dont deux kilomètres et demi face à Cours-de-Pile.

La Gouyne, d'une longueur totale de 10,21 km, prend sa source dans la commune de Ginestet et se jette dans la Dordogne en rive droite à Prigonrieux, face à Lamonzie-Saint-Martin[22],[23]. Elle marque la limite territoriale sur quatre kilomètres au nord-ouest et à l'ouest entre Bergerac et Ginestet puis Prigonrieux.

Le Marmelet, ou ruisseau de Ladoux dans sa partie amont, d'une longueur totale de 13,4 km, prend sa source dans la commune d'Eyraud-Crempse-Maurens et se jette dans le Caudeau en rive droite sur la commune, 200 mètres en amont de la confluence Caudeau-Dordogne[24]. Il baigne le nord-ouest de la commune sur six kilomètres.

Affluent de rive droite du ruisseau de Ladoux, le Gaillardet borde le nord-est du territoire communal sur 800 mètres face à Eyraud-Crempse-Maurens.

Autre affluent de rive droite du Caudeau, le Tortefeyssole arrose le nord de la commune sur plus de deux kilomètres dont 350 mètres en limite de Lembras.

Deux autres affluents de rive gauche de la Dordogne baignent le territoire communal au sud : le ruisseau de Lespinassat sur cinq kilomètres et, plus à l'ouest, le ruisseau de Gabanelle sur quatre kilomètres dont un kilomètre et demi en limite de Saint-Laurent-des-Vignes.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Dordogne Atlantique ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au sous‐bassin le plus aval du bassin versant de la Dordogne (aval de la confluence Dordogne - Vézère)., d'une superficie de 2 700 km2 est en cours d'élaboration. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[25]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [26].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[27]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Aquitaine, Gascogne, caractérisée par une pluviométrie abondante au printemps, modérée en automne, un faible ensoleillement au printemps, un été chaud (19,5 °C), des vents faibles, des brouillards fréquents en automne et en hiver et des orages fréquents en été (15 à 20 jours)[28].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 781 mm, avec 10,4 jours de précipitations en janvier et 6,7 jours en juillet[29]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 13,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 792,9 mm[30],[31]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[32].

Statistiques 1991-2020 et records BERGERAC (24) - alt : 49m, lat : 44°49'22"N, lon : 0°31'27"E
Records établis sur la période du 01-03-1988 au 02-11-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 1,3 3,7 6 9,6 13,1 14,6 14,3 10,8 8,6 4,7 2,2 7,6
Température moyenne (°C) 5,9 6,5 9,7 12,1 15,8 19,3 21,1 21,1 17,6 14,2 9,2 6,3 13,2
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11,7 15,7 18,2 22 25,5 27,7 27,9 24,4 19,8 13,7 10,4 18,9
Record de froid (°C)
date du record
−10,5
13.01.03
−17,1
09.02.12
−12
01.03.05
−5,1
03.04.22
−1,5
06.05.19
2,9
01.06.06
6,4
15.07.16
4,8
29.08.1989
1,2
25.09.02
−5,5
30.10.1997
−9,8
18.11.07
−12,4
17.12.01
−17,1
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
19,1
02.01.03
25,9
27.02.19
26,6
20.03.05
29,7
24.04.07
33,2
30.05.01
39,5
18.06.22
40,5
23.07.19
41,1
04.08.03
37,5
03.09.05
32,7
01.10.23
24,8
07.11.15
20
08.12.10
41,1
2003
Ensoleillement (h) 82,8 113,6 167,9 183,2 211,2 235,7 256,2 247,1 204,2 144 93,4 82,1 2 021,3
Précipitations (mm) 67 53,2 53,7 76,1 77,4 63,2 57 61,5 66,2 65,2 76,2 76,2 792,9
Source : « Fiche 24037005 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/11/2023 dans l'état de la base


Accès[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Bergerac est située sur la ligne Libourne - Le Buisson qui permet la liaison entre Bordeaux et Sarlat par le TER Nouvelle-Aquitaine. En 2020 près de 200 000 voyageurs ont fréquenté la gare[33].

Aériens[modifier | modifier le code]

L’aéroport de Bergerac-Dordogne-Périgord est relié actuellement à plusieurs villes du Royaume-Uni, à Rotterdam, à Bruxelles-Charleroi et à Porto, essentiellement grâce à des compagnies à bas prix.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La Dordogne est un site du réseau Natura 2000 limité aux départements de la Dordogne et de la Gironde, et qui concerne les 104 communes riveraines de la Dordogne, dont Bergerac[34],[35]. Seize espèces animales et une espèce végétale inscrites à l'annexe II de la directive 92/43/CEE de l'Union européenne y ont été répertoriées[36].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Bergerac fait partie des 102 communes concernées par la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II « La Dordogne »[37],[38], dans laquelle ont été répertoriées huit espèces animales déterminantes et cinquante-sept espèces végétales déterminantes, ainsi que quarante-trois autres espèces animales et trente-neuf autres espèces végétales[39].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bergerac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[40],[41],[42]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bergerac, une agglomération inter-départementale regroupant 22 communes[43] et 64 204 habitants en 2021, dont elle est ville-centre[44],[45].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bergerac, dont elle est la commune-centre[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[46],[47].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (24,6 %), zones agricoles hétérogènes (19,9 %), cultures permanentes (13,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,4 %), prairies (10,1 %), terres arables (9,1 %), forêts (7,9 %), eaux continentales[Note 5] (2,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[48]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Quartiers, villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Bergerac proprement dite, le territoire se compose de quartiers, de villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[49] :

  • l'Alba
  • le Barramier
  • la Beaume
  • Beauplan
  • Beauportail
  • Bel-Air
  • Belle Terre
  • Bellevue
  • le Bernabrot
  • Beulaygues
  • la Beylive
  • Boisse
  • les Bonettes
  • Bonnefond
  • Bordes
  • les Bories
  • le Bourdil
  • Bout des Vergnes
  • Bramefan
  • le Brandal
  • les Brandines
  • le Brenil
  • la Briasse
  • Bridet
  • Brousse
  • la Brunetière
  • Campréal
  • le Carbonnou
  • la Castaniade
  • la Catte
  • la Cavaille
  • Caville
  • Champ Parel
  • la Chancère
  • Chantecaille
  • Clairat
  • Clautre
  • Coly
  • le Combal
  • Condat
  • la Conne
  • Conty
  • Corbiac
  • les Costes
  • Crabol
  • Croux
  • la Croze
  • les Farcies
  • Fargeot
  • la Faurie
  • la Faurille
  • Feyronnie
  • Feyte
  • les Fonts Chaudes
  • Fortespine
  • Franchemont
  • Gala
  • Garrigue
  • la Gelade
  • Georges
  • les Gilets
  • Grand Boisse
  • le Grand Caudou
  • Grand Font de la Conne
  • Grande Gouyne
  • les Grandes Règes
  • les Grands Champs
  • la Graulet
  • les Graves
  • Gueyte
  • Haut Pécharmant
  • Lac de Pombonne
  • Lardeau
  • Lespinassat
  • le Libraire
  • la Madeleine
  • Malaugier
  • Malsarat
  • les Mandrots
  • le Marais
  • les Maurigoux
  • la Mérille
  • la Métairie
  • la Métairie Neuve
  • la Métairie des Vergnes
  • les Meynoudes
  • Mont de Neyrat
  • la Moulette
  • le Moulin Blanc
  • la Mouline
  • la Mouthe
  • Naillac
  • Parc de Pombonne
  • le Paysse
  • Pécharmant
  • la Pélissonne
  • la Pelouse
  • le Penaud
  • Pérenard
  • Petit Boisse
  • le Petit Caudou
  • Petit Chai
  • le Petit Clairat
  • Petit Jaure
  • le Petit Vignal
  • Peyralède
  • le Peyrat
  • Peyrelevade
  • Peyroudal
  • le Pinier
  • Pintouquet
  • Piquecailloux
  • Pique-Marty
  • Planquetorte
  • Podestat
  • Pombonne
  • Pompeyrie
  • Pont Robert
  • le Pont Roux
  • Pont-Saint-Jean
  • Portail Rouge
  • la Pourcale
  • le Prince
  • Puypezac
  • le Relais
  • les Renards
  • la Ressègue
  • Rivière
  • Rooy
  • Rosette
  • Roumanière
  • le Rouveral
  • Rouzade
  • la Sabatière
  • Saint-Christophe
  • Saint-Onger
  • Sainte-Foy des Vignes
  • Salvette
  • les Sardines
  • le Saut
  • le Sérant
  • le Tailladis
  • le Taillis
  • Terme du Rooy
  • la Tilleraie
  • le Tounet
  • la Tour
  • Touterive
  • Toutifaut
  • le Tuquet
  • Valade
  • les Vaures
  • les Vergnes
  • les Versannes
  • Villac.

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bergerac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à trois risques technologiques, le transport de matières dangereuses, le risque industriel et la rupture d'un barrage[50]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[51].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bergerac, regroupant les 22 communes (15 en Dordogne et 7 en Gironde) concernées par un risque de débordement de la Dordogne, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[52]. Les événements significatifs antérieurs à 2014 sont la crue de 1843 (4 100 m3/s à Bergerac, la crue de référence historique de période de retour au moins centennale), les crues de 1912, 1944 et 1952 (période de retour de 50 ans) et les crues de 1982 et 1994 (période de retour de 20 ans). Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[53]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1986, 1993, 1996, 1999, 2006, 2018 et 2020[54],[50]. Le risque inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du plan de prévention des risques inondation (PPRI) de la « vallée de la Dordogne - Bergeracois », couvrant 5 communes et approuvé le , pour les crues de la Dordogne[55],[56] et du PPRI « vallée du Caudeau », couvrant 14 communes et approuvé le , pour les crues du Caudeau[55] ,[57].

Bergerac est exposée au risque de feu de forêt. L’arrêté préfectoral du fixe les conditions de pratique des incinérations et de brûlage dans un objectif de réduire le risque de départs d’incendie. À ce titre, des périodes sont déterminées : interdiction totale du 15 février au 15 mai et du 15 juin au 15 octobre, utilisation réglementée du 16 mai au 14 juin et du 16 octobre au 14 février[58]. En septembre 2020, un plan inter-départemental de protection des forêts contre les incendies (PidPFCI) a été adopté pour la période 2019-2029[59],[60].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Bergerac.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[61]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[62]. 98 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (58,6 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national métropolitain)[Carte 4]. Depuis le , en application de la loi ÉLAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 6],[63].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1992, 2005, 2011 et 2017 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2001[50].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est exposée au risque industriel du fait de la présence sur son territoire de deux entreprises soumises à la directive européenne SEVESO, classées seuil haut : Eurenco, dont les activités sont soumises à autorisation pour le stockage et la manipulation d'explosifs et le stockage d'acides (acide nitrique, acide sulfurique), et Manuco, achetée par le groupe Eurenco[64] et leader mondial pour la fourniture de nitrocellulose énergétique pour les industries de la défense, de la sécurité, de la pyrotechnie et des explosifs civils[65],[50]. Le , quatre déflagrations soufflent un hangar de stockage de nitrocellulose de l'entreprise Eurenco, faisant huit blessés, dont un gravement. Un accident similaire avait eu lieu le où neuf cents tonnes de nitrocellulose avaient pris feu dans plusieurs bâtiments, en faisant un blessé[66]. Le règlement du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de la plate forme industrielle de Bergerac, regroupant les sociétés Eurenco SA, SAS Manuco et Chromadurlin, a été approuvé le [67],[68]. Une commission de suivi de site se réunit périodiquement pour en assurer le suivi[69],[70],[71].

La commune est en outre située en aval du barrage de Bort-les-Orgues, un ouvrage de classe A[Note 7] situé dans le département de la Corrèze et faisant l'objet d'un PPI depuis 2009. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[73].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de ville en français et occitan.

La localité a été successivement mentionnée sous les formes suivantes[74] Brageyrack (1100)[75], Braiaracum (1116)[75], Brajeracum (1122), Bragaac (1198), Brageyriacum (1207)[75], Bragiaracum (1233), Bragayriacum (1238), Brageriacum (1254), Brivairiacum (1254), Berguerac (1379), Braggeriacum et Bragerac (1388), Bragueyrac (1455), Brigrake ou Brygerake (Eulogium)[76], Brageyrac (Froissart), Bregerat en 1608.

Il peut s'agir du dérivé d'un nom de personnage gallo-roman Bracarius accompagné du suffixe -acum[75] indiquant le « domaine de Bracarius ». Le bracarius est à l'origine un nom de métier gaulois, correspondant à un fabricant de braies[75]. Selon Léo Fayolle, Bergerac pourrait être issu du latin berbicaria (bergerie) mais la première syllabe du nom « Bra- » que l'on retrouve dans les différentes appellations du lieu du XIIe au XIVe siècle rend cette hypothèse peu plausible[75]. Une autre possibilité serait que Bergerac a pour origine un nom de personnage germanique « Berger » signifiant montagnard[75].

En occitan, la ville porte le nom de Brageirac[77]. Le linguiste et toponymiste Yves Lavalade cite également la forme Brajairac, conforme à l’étymologie ainsi qu'à la prononciation [brɒtsɒj'ra] pratiquée, entre autres, dans les alentours du village de Domme. Cette seconde graphie est d'ailleurs attestée dans des documents anciens, notamment chez le troubadour périgordin Salh d'Escola[78].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bergerac est situé le long de la Dordogne et son développement est historiquement lié au transport fluvial. En effet, les fleuves ont longtemps été grâce aux gabares le moyen le plus rapide et le plus sûr de faire circuler des marchandises. À la descente, la production viticole de la région est transportée vers Bordeaux et, à la remonte, grâce aux chemins de halage, diverses denrées et des matériaux de construction. Cette activité est conséquente : par exemple, au premier semestre 1859, 60 450 tonneaux de vin partent pour la capitale aquitaine depuis Bergerac et 35 688 au second. Cette tradition de la batellerie décline avec l'apparition du chemin de fer et disparaît dans la première moitié du XXe siècle. Lui succèdent les bateaux-sabliers au milieu du siècle puis le tourisme fluvial depuis la fin du siècle, représenté notamment à Bergerac par des balades à bord de gabares[79].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Carte routière et topographique de Bergerac en 1893.
Bergerac sur la carte de Cassini, levée entre 1762 et 1766 par Pezet et Dalier.
Vestige du bastion des Carmes (1577-1621), place de la République.
  • À Corbiac (à environ 4 km au nord-est de Bergerac, à moins de 200 m du Caudeau qui forme la limite de communes avec Lembras[80]), la pelouse du château est un gisement préhistorique avec quatre couches de Périgordien et une couche sous-jacente de Moustérien de tradition acheuléenne (MTA). La dernière couche déposée (couche supérieure) de Périgordien et celle de MTA sont particulièrement riches. La couche supérieure de Périgordien a livré plus de 12 000 outils en plus des lames[81] (plus de 50 000[82]), nucléus et éclats, à partir desquels François Bordes invente en 1970 le « burin de Corbiac », un burin triédrique sur tranchant[81]. Le site a aussi fourni des lames à encoches proximales ou distales (que Bouyssonie avait prises pour des pendeloques)[82] et les plus grandes pointes de la Gravette connues, à l'époque de la découverte du site[83], dont l'analyse a permis à M. O'Farrell de déterminer des différences notables entre les techniques de chasse du Gravettien et celles de l'Aurignacien[84]. La très grande quantité de pièces lithiques au Périgordien évolué désigne le site comme un atelier de taille du silex, la région étant connue pour l'abondance et la qualité de ses gîtes à silex[85].
  • Les vestiges d'un village néolithique datant de 3 500 à 3 000 ans av. J.-C. sont découverts dans le quartier des Vaures à Bergerac. Plus de vingt habitations sont mises au jour, montrant des plans rectangulaires mais aux extrémités convexes, longues de 15 à 25 m, larges de 4 à 5 m, reposant sur des fondations de bois dont seules subsistent aujourd'hui les traces négatives. Leurs toits, à double pente, étaient probablement réalisés en matériaux végétaux. On y trouve aussi un long four à pierres chauffées de forme et de procédé uniques pour l'époque, notamment en France. Sont également présents des préformes de haches et de haches polies, de grattoirs, de perçoirs, de couteaux, de pointes de flèches tranchantes réalisés dans le silex du Bergeracois, des fragments de céramiques, des meules à grains, des polissoirs et des outils en os[86].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Sur le site du Bout-des-Vergnes, les sépultures d'une nécropole mérovingienne des Ve et VIe siècles sont mises au jour en 2012 lors du chantier de la rocade ouest de Bergerac[87].
  • En 1254, Bergerac accède à l'autonomie communale. De 1322 à 1904, la municipalité siège dans l'ostal Malbec, place de la Halle (actuelle place Malbec), dans un bâtiment détruit en 1908. Le nouvel hôtel de ville est situé rue Neuve-d'Argenson : il est construit à l'emplacement de l'ancienne maison des Dames de la foi, un couvent fondé en 1678 et dédié aux malades, aux pauvres et à l'enseignement, détruit sous la Révolution, remplacé par un hôpital public que fit construire Joseph Lakanal sous le même régime et qui y restera jusqu'en 1895, avant que ses murs n'accueillent depuis la municipalité[88].
  • Situées rue d'Albret, les maisons dites des Consuls sont typiques des édifices bourgeois du XIVe siècle. Leur rez-de-chaussée en arcades servaient d'écuries, d'entrepôts, d'ateliers ou de boutiques, les appartements privés se trouvant à l'étage, sains, confortables et fonctionnels. Les baies qui ornaient ces derniers ont été remplacées au XVIe siècle par des fenêtres quadrangulaires. Le deuxième étage, moins cossu, servait aussi d'appartement, tandis que les combles abritaient logements ou lieux de stockage. Les étages ne disposant pas toujours de cheminée, les cuisines étaient généralement en rez-de-chaussée[89].
  • Le , au début de la guerre de Cent Ans, la ville est prise d’assaut par Henry de Grosmont, comte de Derby.
  • En mai 1472, le roi Louis XI confirme par lettres patentes les privilèges de la ville octroyés par ses prédécesseurs, à la suite de la mort du duc de Guyenne[90],[91].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Le , la statue de Notre-Dame est jetée dans la Dordogne par des protestants avant le passage d'Henri II[92].
  • En 1553, des cultes protestants publics sont attestés dans la ville[92].
  • En 1563, Armand de Piles prend la ville, occupée par une garnison catholique laissée par Montluc ; la garnison et le curé sont exécutés le 12 mars[92].
  • En 1565, Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume[93].
  • En 1567, le pont de Bergerac est détruit pour empêcher les troupes catholiques de passer la Dordogne[92].
  • Fin décembre 1569, Clermont de Piles réussit à reprendre la ville et massacre la garnison catholique.
  • Après le massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, Bergerac rejoint le camp militaire protestant. Au XVIe siècle, les progrès de l'artillerie conduisent un certain nombre de villes à se doter de fortifications bastionnées, dotées de bastions pentagonaux. Au-delà du périmètre de l'enceinte médiévale (XIIIe – XIVe siècle) est donc aménagé à Bergerac le bastion de Bourbarraud, dit bastion des Carmes, entre 1577 et 1621, en pleines guerres de Religion. Un vestige est découvert place de la République en 2007-2008. Il passait sur le canal de dérivation du Caudeau et avait conduit à la destruction du couvent des Carmes (à l'origine situé au milieu de l'actuelle place), ses pierres servant à l'édification des fortifications[94]. Le couvent est reconstruit plus bas, vers 1660 ; entre 1816 à 1866, ses bâtiments accueillent le tribunal de Bergerac, finalement détruits pour bâtir en 1867 le palais de justice qui existe encore de nos jours[95].
  • Le , au cours des guerres de Religion, une trêve est signée à Bergerac : la paix de Bergerac.
  • Le , le roi Louis XIII entre à Bergerac et fait démolir les fortifications de la place de sûreté par les Huguenots. Il s'agit en effet d'une des plus importantes places fortes du Sud-Ouest protestant[94].
  • En 1675, la révolte du papier timbré, révolte antifiscale du règne de Louis XIV, commencée à Bordeaux, s'étend à Bergerac qui connaît deux jours d'émeutes les 3 et 4 mai[92],[96]. Une troupe de cavalerie ramène l'ordre puis quitte la ville à la mi-mai.
  • Le , le temple est démoli[92].
  • Le , les premières compagnies de dragons arrivent à Bergerac pour convertir les huguenots. Les 23, 24 et 25 août ont lieu des dragonnades et des conversions forcées[97].
  • Le , le roi Louis XV cède à titre d'échange à Bertrand Nompar de Caumont, marquis de la Force et de Caumont, l'entier domaine de Bergerac et les châtellenies de Maurens et de Mouleydier avec tous les droits de haute, moyenne et basse justice contre la forêt de Senonches. L'acte est définitivement confirmé par lettres patentes en octobre 1773. Quand les commissaires députés par le roi signifient ce contrat aux consuls de la ville, le , l'émotion est grande. Les notables, les bourgeois et les habitants de la ville s'indignent que le roi ait pu si légèrement disposer d'eux. La jurade du précise qu'elle va s'opposer à la consommation de cet échange. Elle produit des documents rappelant que la ville de Bergerac fait partie du domaine de la couronne qui est inaliénable et rappelle la transaction sous forme de capitulation passée le avec le duc d'Anjou, frère du roi Charles V, et les habitants, les lettres patentes du roi Charles VII, en 1451, pour réunir à nouveau à la couronne la justice de la ville, confirmées par Louis XI en 1470, et les lettres patentes d'Henri IV du confirmant l'union de la ville à la couronne de France. Malgré ces rappels, le , le roi Louis XVI ordonne l'exécution de l'échange. Le marquis de la Force est mort en 1773. La marquise, sa veuve, fait une sommation à la suite du jugement d'un procès le . Les maires et consuls réitèrent leurs protestations le contre un acte contraire aux lois du royaume. Le cahier de doléances du demande la révocation de cet échange. Avec la Révolution, cet échange va disparaître en 1790 en débarrassant la ville de son suzerain et en supprimant les dîmes féodales. Après la suppression de ses droits sur Bergerac, le 7e duc de la Force demande à être indemnisé. La proclamation de la République termine cet épisode[98].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Gare de Bergerac dans les années 1930
(le chemin de fer arrive à Bergerac en 1875).
  • En 1794, les anciennes communes de La Conne, La Madeleine, Saint-Christophe-de-Monbazillac et Sainte-Foy-des-Vignes fusionnent avec Bergerac.
  • Deux moulins, celui de Piles et celui de Bellegarde, se trouvaient autrefois au niveau de la rue des Conférences, où un espace mémoriel a été aménagé près d'un bâtiment qui porte encore sur sa façade des inscriptions commerciales. Les archives ne remontent pas avant le XVe siècle mais l'archéologie permet de dater l'origine de ces moulins aux années 1300, quand le canal du Caudeau fut installé. Ils font partie des quatre moulins que comptait Bergerac avant la Révolution. Une taxe en nature était prélevée chaque année par la municipalité. Jusqu'à la construction de barrages dans la haute vallée, les deux moulins étaient exposés au risque de crue de la Dordogne, qui inondait alors les quartiers bas de la ville. Jusqu'aux années 1760, ils produisent de la farine pour la population bergeracoise puis, intégrés dans une minoterie, se tournent vers l'exportation. En 1834, la minoterie est reconvertie en papeterie et scierie par Chéri Gérard. L'activité de scierie, qui donne lieu à une modernisation du bâtiment, est reprise en 1916 par Louis Bardon et Madeleine de Lespinasse et ferme en 1919[99].
  • Le 9 novembre 1890 est inauguré au sud de la place de la République le monument des « Mobiles de la Dordogne », en mémoire des morts de la guerre franco-prussienne de 1870. Le jour de l'inauguration est choisi en référence à la victoire de Coulmiers, à laquelle participèrent de nombreux Bergeracois. L'un d'eux, l'acteur Paul Mounet, frère du dramaturge Mounet-Sully (à qui une voie rend par ailleurs hommage à Bergerac) servit de modèle au sculpteur Louis Auguste Roubaud pour créer la statue[100].
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, la caserne Chanzy est occupée par les Allemands de fin jusqu'au . Il s'agit d'une place de garnison, aussi utilisée comme lieu d'interrogatoires et de détention des résistants de la Dordogne[101].
  • Le , l'opération de libération des détenus de la prison de Bergerac est préparée dans l'urgence lors d'une réunion au PC du sous-secteur C des Francs-tireurs et partisans à Saint-Jean-d'Eyraud. La Résistance craint que l'occupant n'exécute les prisonniers politiques avant son départ. Participent à la réunion les responsables FTP de la direction du sous-secteur C, le Commissaire aux opérations régionales Édouard Valéry, alias « Lecœur », Pierre Legendre alias « Henri », Pierre Huet alias « Hugues », Roger Faure alias « Jim », le Commissaire aux opérations régionales avec entre autres Michel Schneersohn alias « Michel », responsable du service de renseignement des FTP (service B) pour le sous-secteur. L'opération est un succès. Tous les prisonniers — 89 au total — sont libérés sans effusion grâce à l'efficacité du plan d'action[102].
  • Le a lieu la libération de Bergerac[103].

Vignoble[modifier | modifier le code]

Vignoble de Bergerac.

Le vignoble compte 12 600 hectares pour treize appellations AOC, et une production annuelle de l'ordre de 560 000 hectolitres. Le prix négociant est de 730 euros le tonneau de 900 litres en rouge, un peu plus pour les blancs et le Monbazillac.
Les treize appellations d’origine contrôlée sont les suivantes :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Bergerac est rattachée au canton de Bergerac qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, ce canton dépend de l'arrondissement de Bergerac[7]. En 1973, le canton de Bergerac disparaît et est remplacé par deux autres : Bergerac-1 et Bergerac-2[7]. La commune est alors répartie entre ceux-ci : Bergerac-1 au nord de la Dordogne et Bergerac-2 au sud.

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, les deux cantons sont conservés lors des élections départementales de mars 2015[104]. La commune est toujours partagée entre les deux cantons mais la nouvelle répartition prévoit que la commune s'étend, pour chacun d'entre eux, sur les deux rives de la Dordogne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Bergerac intègre dès sa création la communauté de communes de Bergerac Pourpre. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Pour les élections municipales de mars 2014, cinq listes s'affrontent au premier tour : celle de gauche du maire sortant socialiste Dominique Rousseau, deux listes à droite, d'une part pour l'ancien maire et député Daniel Garrigue (DVD) et de l'autre celle de Carmel Fontana (UMP), une du Front national pour Robert Dubois, et une d'EELV pour Lionel Frel[105].

Au premier tour, Dominique Rousseau arrive en tête avec plus de 34 % des voix exprimées, devant Daniel Garrigue (30 %) et Robert Dubois (près de 17,5 %). Les deux autres listes recueillent 11 % des suffrages exprimés pour l'UMP et 7 % pour EELV[105]. Pour le second tour, Carmel Fontana, qui envisageait dans un premier temps de se maintenir[106], se retire sans donner de consigne de vote[107].

Au second tour, Daniel Garrigue l'emporte avec 46,09 % des suffrages, devant Dominique Rousseau (41,30 %), le Front national faisant moins bien (12, 59 %) qu'au premier tour[105].

Récapitulatif de résultats électoraux récents[modifier | modifier le code]

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e % 4e %
Municipales 2014 PS 34,41 DVD 29,99 FN 17,51 UMP 11,09 DVD 46,09 PS 41,30 FN 12,59 Pas de 4e
Européennes 2014[108] FN 25,32 UMP 21,13 PS 14,69 EELV 9,87 Tour unique
Régionales 2015[109] PS 30,44 FN 27,28 LR 24,93 EELV 5,63 PS 43,89 LR 30,51 FN 25,60 Pas de 4e
Présidentielle 2017[110] EM 23,80 LFI 21,53 FN 20,24 LR 19,24 EM 66,68 FN 33,32 Pas de 3e ni de 4e
Législatives 2017[111] LREM 35,87 LR 15,30 FN 13,90 EELV 13,25 LREM 68,10 FN 31,90 Pas de 3e ni de 4e
Européennes 2019[112] RN 24,50 LREM 21,73 EELV 13,28 LR 7,86 Tour unique
Municipales 2020 DVD 25,85 PS 24,74 DVG 14,84 RN 12,94 DVD 39,06 PS 34,67 DVG 15,45 RN 10,80

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 20 000 et 29 999 habitants au recensement de 2017, trente-cinq conseillers municipaux ont été élus en 2020[113],[114].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1959 1967 Henri Sicard[Note 8] UNR Député (1958-1962)
1967 1975 Louis Pimont SFIO Député (1962-1968 et 1973-1975)
1975 1995 Michel Manet PS Député (1978-1980)
Sénateur (1980-1998)
1995 mars 2008 Daniel Garrigue RPR[115] puis UMP Député (1993-1997 et 2002-2012)
mars 2008 avril 2014 Dominique Rousseau PS[116] Directeur d’établissement social
Conseiller général du canton de Bergerac-1 (1998-2011)
Président de la CC de Bergerac Pourpre (2008-2012)
Président de la communauté d'agglomération bergeracoise (2013-2016)
avril 2014[117] juillet 2020 Daniel Garrigue DVD Conseiller général du canton de Bergerac-1 (2011-2015)
juillet 2020[118] En cours Jonathan Prioleaud DVD[119] Comptable
Conseiller régional (2021-)[120]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2010[121].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneaux des jumelages de Bergerac.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bergerac possède de nombreux établissements éducatifs : 15 écoles (maternelles et élémentaires), 4 collèges, 2 lycées et 9 établissements professionnels. En revanche, aucun établissement éducatif d'enseignement supérieur ne se situe à Bergerac.

Écoles[modifier | modifier le code]

  • Gambetta (maternelle)
  • Pauline-Kergomard (maternelle)
  • Suzanne-Lacore (maternelle)
  • Alba (maternelle et élémentaire)
  • Bout des Vergnes (maternelle et élémentaire)
  • Edmond-Rostand (maternelle et élémentaire)
  • Le Taillis-Naillac (maternelle et élémentaire)
  • René-Desmaison (maternelle et élémentaire)
  • André-Malraux (élémentaire)
  • Jean-Moulin (élémentaire)
  • Les Vaures - Simone Veil (élémentaire)
  • École privée Saint-Jacques et Sainte-Marthe (anciennement Miséricorde) (maternelle et élémentaire)
  • École privée Fénelon-Guy (maternelle et élémentaire)

Collèges[modifier | modifier le code]

  • Eugène-Le Roy
  • Henri-IV
  • Jacques-Prévert
  • Collège privé Sainte-Marthe-Saint-Front

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Lycée public Maine-de-Biran
  • Lycée public professionnel Jean-Capelle
  • Lycée public professionnel Sud-Périgord-Hélène-Duc
  • Lycée privé Sainte-Marthe-Saint-Front

Selon le classement établi par l'Éducation nationale en 2022 concernant le baccalauréat 2021, les résultats des lycées de Bergerac sont les suivants[127] :

  • en enseignement général et technologique, Maine-de-Biran a un taux de réussite de 97 % et le lycée Sainte-Marthe-Saint-Front est considéré comme « sélectif » avec une réussite de 98 % ;
  • en enseignement professionnel, Jean-Capelle a un taux de réussite de 85 %, Sud-Périgord-Hélène-Duc a 81 % et le lycée Sainte-Marthe-Saint-Front est considéré comme « performant » avec 90 %.

Établissements professionnels[modifier | modifier le code]

  • Atelier pédagogique personnalisé (APP)
  • Centre de formation d’apprentis du Grand Bergeracois des métiers traditionnels et de la santé (CFA)
  • Établissement privé Association consulaire et interprofessionnelle de formation permanente (ACIFOP)
  • Établissement privé Centre formation professionnelle sanitaire et sociale en cours d'emploi (CFPSSCE)
  • Établissement privé de commerce et de gestion (EPSECO devenu Talis Business School)
  • LEP agricole de la Brie
  • LEP de l’Alba
  • LEP Jean-Capelle
  • LEP Sainte-Marthe-Saint-Front
  • Lycée des métiers Sud-Périgord Hélène Duc

Santé[modifier | modifier le code]

Au sein de la commune, les habitants peuvent bénéficier de deux centres médicaux principaux : le centre hospitalier Samuel-Pozzi et la clinique Pasteur.

Centre hospitalier Samuel-Pozzi[modifier | modifier le code]

La capacité d'accueil de l'établissement est de 222 lits en hospitalisation complète et 13 places en hospitalisation de jour. Les activités principales sont[128] :

  • Maternité
  • Chirurgie ambulatoire
  • Urgence
  • Médecine de la personne âgée.

Les activités spécifiques sont :

  • Urgences
  • Cardiologie rythmologique

Clinique Pasteur[modifier | modifier le code]

La capacité d'accueil de l'établissement est de 96 lits en hospitalisation complète et 41 places en hospitalisation de jour.

Les activités principales sont[129] :

Les activités spécifiques sont :

  • chirurgie des cancers digestifs ;
  • chirurgie des cancers gynécologiques et du sein ;
  • chirurgie des cancers urologiques ;
  • chirurgie de la hanche ;
  • chirurgie ambulatoire.

Justice[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Bergerac relève[130] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Bergerac[modifier | modifier le code]

Les habitants de Bergerac se nomment les Bergeracois[131].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[132],[Note 9].

En 2021, la commune comptait 26 323 habitants[Note 10], en diminution de 4 % par rapport à 2015 (Dordogne : −0,41 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11 7208 5448 6658 0448 5579 28510 1029 87310 402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10 87512 11612 12311 69913 12015 04214 35314 73515 642
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
15 93615 62316 16217 04116 59317 52018 90222 52523 622
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
25 18527 16527 76426 83226 89926 05327 71627 68727 269
2021 - - - - - - - -
26 323--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[133].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'agglomération et l'aire urbaine[modifier | modifier le code]

En 2010, l'unité urbaine de Bergerac (l'agglomération) regroupe 22 communes[134] : Bergerac, Cours-de-Pile, Creysse, Le Fleix, La Force, Gardonne, Ginestet, Lamonzie-Saint-Martin, Lembras, Mouleydier, Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt, Prigonrieux, Saint-Antoine-de-Breuilh, Saint-Germain-et-Mons, Saint-Laurent-des-Vignes, Saint-Nexans, Saint-Pierre-d'Eyraud, Saint-Sauveur, Pineuilh, Saint-Avit-Saint-Nazaire, Sainte-Foy-la-Grande et Saint-Philippe-du-Seignal. Ces quatre dernières communes font partie du département de la Gironde. Elle s'étend d'est en ouest sur près de 35 kilomètres, le long de la Dordogne depuis Mouleydier jusqu'à Saint-Antoine-de-Breuilh. Avec 64 681 habitants en 2014[135] dont 56 072 en Dordogne, c'est la deuxième agglomération du département après celle de Périgueux.

L'aire urbaine de Bergerac plus étendue, regroupe au total 67 communes[136] et 81 322 habitants en 2014[137], dont 71 485 en Dordogne.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • En février, sur un week-end, bourse d'échanges automobile (48e édition en 2024)[138].
  • Le Salon de la collection se tient chaque année en mars (33e édition en 2023)[139].
  • Le « festival Jazz pourpre » se tient sur trois jours chaque année en mai à Bergerac (19e édition en 2023)[140].
  • La foire-exposition qui avait lieu habituellement les années paires tous les deux ans en août-septembre, se déroule en juin 2015 et attire 26 000 visiteurs[141]. Après une « édition catastrophique » en juin 2016 avec seulement 8 500 visiteurs, la nouvelle édition début mai 2019 a permis d'enregistrer environ 22 000 entrées[142]. N'ayant pas eu lieu en 2021 pour cause de pandémie de Covid-19, une nouvelle édition s'est tenue en mai 2022 avec 200 exposants[143].
  • Les tables de Cyrano rassemblent au mois de juillet en plein air les amateurs de gastronomie locale et de musique de rue[144].
  • Le 10 juillet 2001, Bergerac a accueilli le concert d'Elton John au stade municipal Gaston-Simounet. Seule étape française de sa tournée mondiale, le concert rassembla environ 15 000 personnes.
  • Au mois d'octobre, sur trois jours, festival de musique ancienne « Orgue en fête »[145].
  • Après s'être tenu le 15 août, le « Salon du livre ancien », devenu le « Salon du livre ancien et moderne, et du vieux papier »[146] se déroule depuis 2014 en novembre[147] (22e édition en 2023[148]).
  • La félibrée est une fête populaire occitane organisée chaque année, dans une ville ou un village du Périgord. Bergerac l'accueille en 1906, 1926, 1947, 1948, 1961, 1993 et 2013[149].

Sports[modifier | modifier le code]

Entraînement d'aviron sur la Dordogne à Bergerac.
Le stade Gaston-Simounet.
  • Athlétisme : Bergerac Athlétique Club avec Yohan Durand, vice-champion d'Europe espoirs du 1 500 m en 2007, et champion de France du 5 000 m en 2012
  • Aviron : avec le Sport nautique créé en 1860. 100e titre de champion de France en mai 2012.
  • Ball-Trap : avec le Ball-Trap Club de Bergerac sur le stand de Tir de Faux-Canguilhem. L'activité de Ball-trap est en cours d'extinction à Bergerac à la suite de la fermeture administrative du stand de tir initié par la municipalité de Faux et la décision de la municipalité de Bergerac de ne pas soutenir le projet de mise aux normes.
  • Basket-ball : avec l’USB Basket
  • Escalade, alpinisme, raquettes : avec l’Association sportive de la Poudrerie de Bergerac
  • Escrime : avec l'association des Cadets de Bergerac
  • Football : avec le Bergerac Périgord Football Club en Championnat de France de football de National 2 pour la saison 2021-2022
  • Gymnastique artistique féminine : avec le Stella (FSCF) et les Enfants de France (FFG)
  • Handball : avec le BPPH en National 1 féminin
  • Karaté: avec "OSKCB" (Ohshima Shotokan Karaté Club Bergeracois)
  • Kendo : avec l’Association Go Shin No Yama
  • Natation : avec le Cercle des nageurs bergeracois (CNB)
  • Plongée sous marine : avec l’Association Cyrano Plongée Bergerac
  • Rugby : avec l’US Bergerac en championnat de France de Fédérale 2 pour la saison 2021-2022
  • Tennis : avec le Bergerac US Tennis et le Tennis Club de Bergerac (TCB)
  • Aïkido, boxe française, boxe anglaise, gym tonic, handisport, judo, jujitsu, Racing Car, Randonnée Pédestre, Savate Défense, Taïso, Tennis, Tir, Triathlon avec l’USB Omnisport[150]

Manifestations sportives[modifier | modifier le code]

  • La Grappe de Cyrano est une épreuve d’enduro de niveau international sur deux jours. Elle part d'une ville du Bergeracois ou du Périgord noir et y revient, se tenant depuis 1987 chaque année, en mars, avril ou mai[151]. Bergerac a notamment servi de point de départ et d'arrivée en 2013[152] et 2018[153].
  • La Botte de Cyrano, compétition d'escrime à l'épée dans le centre historique de Bergerac, fin juin (association : Les Cadets de Bergerac, club d'escrime).
  • Bergerac a été deux fois ville étape du Tour de France, en 1961 et en 1994 pour deux étapes contre-la-montre[154]. La seule étape contre-la-montre du tour 2014 a relié Bergerac à Périgueux[155]. La veille, lors de la dix-neuvième étape arrivant à Bergerac, Ramūnas Navardauskas est le premier Lituanien à gagner une étape du Tour de France. Bergerac est la ville d'arrivée de la 10e étape du Tour de France 2017.

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

  • Sud Ouest édition Dordogne (quotidien)
  • L'Écho de la Dordogne (quotidien)
  • Le Démocrate indépendant (hebdomadaire)

Radios[modifier | modifier le code]

Les habitants de Bergerac peuvent écouter plusieurs radios locales :

Ils peuvent également écouter les radios nationales suivantes :

Télévision[modifier | modifier le code]

France 3 Périgords propose un journal local traitant de l'actualité du Périgord dans le 19/20 depuis le Centre départemental de la Communication, sur le quai Saint-Georges à Périgueux. À Bergerac, elle est captée depuis le site d'émission TDF de la Baronnie à Audrix[161].

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Bergerac : intérieur.

Les catholiques de Bergerac relèvent principalement de la paroisse Saint-Jacques-en-Bergeracois, qui s'étend également sur les territoires de quarante communes environnantes, et donc du diocèse de Périgueux et Sarlat.

Protestantisme[modifier | modifier le code]

Islam[modifier | modifier le code]

  • Mosquée de Naillac, impasse Voltaire.
  • Mosquée de la rue Leconte-de-l'Isle.

Économie[modifier | modifier le code]

Bergerac possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne. Le développement touristique constitue depuis plus de 10 ans une priorité avec l’émergence d’une véritable destination : le Pays de Bergerac. La première spécificité en est le tourisme viticole dont le vin de Monbazillac est le plus réputé. Le patrimoine, la rivière Dordogne et les activités de pleine nature complètent une offre touristique très riche. Les touristes étrangers sont en majorité des Anglais, des Hollandais et des Belges notamment grâce au développement de l'aéroport de Bergerac-Dordogne-Périgord qui propose des liaisons quotidiennes vers la Grande-Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas.

Monnaie locale[modifier | modifier le code]

Une monnaie locale, l'Aqui, a été lancée en avril 2018[168],[169].

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi est analysé ci-dessous selon qu'il affecte les habitants de Bergerac ou qu'il est proposé sur le territoire de la commune.

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2018, parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans[170], les actifs représentent 10 434 personnes, soit 38,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (2 034) a diminué par rapport à 2013 (2 335) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 19,5 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune offre 14 621 emplois pour une population de 26 823 habitants[171]. Le secteur tertiaire prédomine avec 44,3 % des emplois mais le secteur administratif est également très présent avec 38,6 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 312 1 430 759 6 482 5 639
Pourcentage 2,1 % 9,8 % 5,2 % 44,3 % 38,6 %
Source des données[171].

Établissements[modifier | modifier le code]

Fin 2018, la commune compte 1 251 établissements actifs employeurs[172], dont 897 au niveau des commerces, transports ou services, 180 relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, 79 dans l'industrie, 74 dans la construction, et 21 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[173].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Une marque d'automobiles bergeracoises a existé de 1901 à 1907, d'abord nommée L'Automotrice (1901–1904), puis Radia (1904–1905) et enfin Baudouin-Radia (1905–1907). Voir en allemand L'Automotrice (de).

Créées en 1874[174], les pépinières Desmartis sont à l'origine du développement de la diffusion du Lagerstroemia comme arbre d'ornement en France à partir des années 1950[175]. L'actionnaire majoritaire, Jardiland, souhaitait se débarrasser de l'entreprise qui a été reprise par deux de ses cadres en août 2014[176]. Un plan social doit réduire les effectifs d'une quarantaine d'emplois par rapport aux 30 saisonniers et 127 salariés[176].

Tous secteurs confondus, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, la société « Bergerac autos » (commerce de voitures et de véhicules automobiles légers) située à Bergerac se classe 42e quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 25 849 k€[177].

Parmi les cinquante premières entreprises de chaque secteur économique dans le département, classées selon le chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, on trouve implantées à Bergerac :

  • dans l'industrie, quatre entreprises[178],
    • Manuco (fabrication de matières plastiques de base), 17e avec 18 486 k€ ;
    • Mary Arm SA (fabrication d'armes et de munitions), 28e avec 9 347 k€ ;
    • Chaudronnerie Lescaut SA (installation de structures métalliques, chaudronnées et de tuyauterie), 39e avec 6 568 k€ ;
    • Taulou (fabrication de moules et modèles), 49e avec 4 160 k€ ;
  • dans le commerce, quatre entreprises[179],
    • Bergerac autos se classe 21e ;
    • SA Cazes (commerce de voitures et de véhicules automobiles légers), 37e avec 18 156 k€ ;
    • Galinats (supermarchés), 44e avec 14 436 k€ ;
    • DNA Dordogne (commerce de voitures et de véhicules automobiles légers), 47e avec 13 225 k€ ;
  • dans les services, quatre entreprises[180],
    • Société clinique Pasteur (activités hospitalières) 6e avec 12 001 k€ ;
    • Fauvel formation (formation continue d'adultes), 9e avec 8 964 k€ ;
    • Société d'exploitation de l'aéroport de Bergerac-Dordogne-Périgord, 15e avec 6 435 k€ ;
    • SELARL imagerie médicale du Bergeracois (activités de radiodiagnostic et de radiothérapie), 31e avec 3 984 k€ ;
  • dans l'agroalimentaire, cinq entreprises[181],
    • Prunidor (transformation et conservation de fruits), 10e avec 9 627 k€ ;
    • Pépinières Desmartis (reproduction de plantes), 12e avec 9 575 k€ ;
    • Périgord viandes (transformation et conservation de la viande de boucherie), 17e avec 6 672 k€ ;
    • Tomates d'Aquitaine SAS (transformation et conservation de légumes), 20e avec 5 690 k€ ;
    • SICA Prunidor (transformation et conservation de fruits), 31e avec 2 609 k€ ;
  • dans le BTP, quatre entreprises[182],
    • ABTP Biard (construction de routes et autoroutes), 9e avec 6 702 k€ ;
    • Maisons côte Atlantique 24 (construction de maisons individuelles) classée 27e avec 3 944 k€ ;
    • Bâti Aquitaine (travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment), 29e avec 3 810 k€ ;
    • J2L (promotion immobilière de logements), 36e avec 3 289 k€.

Tous secteurs confondus, cinq entreprises de Bergerac figurent parmi les cinquante premières de la Dordogne, quant au chiffre d'affaires à l'exportation[183],

  • Manuco, 8e avec 15 285 k€ ;
  • Prunidor, 25e avec 1 948 k€ ;
  • Draper France (commerce de gros interentreprises non spécialisé), 27e avec 1 838 k€ ;
  • Périgord millésimes et terroirs (commerce de gros interentreprises de boissons), 35e avec 1 281 k€ ;
  • LMG (commerce de détail de livres en magasin spécialisé), 44e avec 963 k€.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bergerac dispose de plusieurs cimetières[186] ; les deux plus importants sont ceux de Beauferrier et la Beylive qui s'étendent chacun sur plus de quatre hectares ; trois autres se situent au pont Saint-Jean, à la Conne et aux Marquets, ce dernier datant de 1783 étant le plus ancien. La ville a également deux columbariums (à Beauferrier et la Beylive) et un jardin cinéraire dans ce dernier site[187].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Bergerac compte deux grandes lignées familiales d'horticulteurs, les Desmartis et surtout les Perdoux, ces derniers s'établissant dans la ville à la fin du XVIIIe siècle. Ils acclimatèrent le Lagerstroemia japonica, créèrent des parcs et des jardins et participèrent à la sauvegarde des vieux cépages régionaux après la crise du phylloxéra à la fin du XIXe siècle. Fondateur de la Société française d'ampélographie, Gabriel Perdoux, accompagné de son fils Léopold, implanta en 1914 en Argentine le vignoble du Mendoza[188].

En 1929 est créé le parc municipal Jean-Jaurès[188].

Après avoir obtenu pendant plusieurs années quatre fleurs au Concours des villes et villages fleuris[189], ainsi que la « fleur d'or » en 2014[190], Bergerac suspend sa participation au concours en 2017[191]. En 2013, la ville est classée ville d'art et d'histoire[192].

En mai 2016, la préfecture accorde à Bergerac la dénomination de commune touristique pour une période de cinq ans[193].

La commune de Bergerac a entrepris d'aménager progressivement les berges du Caudeau depuis le parc de Pombonne — qui s'étend sur 55 hectares[194] — jusqu'à sa confluence avec la Dordogne. Commencée en 1995 avec l'aménagement du parc de Pombonne, l'opération foncière consiste à acheter des parcelles aux riverains pour permettre à terme une coulée verte longue de six kilomètres qui se grefferait sur la véloroute 91, projet de 240 kilomètres de long envisagé pour relier Souillac à Libourne, le long de la Dordogne[195].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Par année de naissance :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bergerac Blason
Parti, au 1er d'azur à trois fleurs de lys d'or mises en pal, au 2d de gueules au dragon d'or volant mis en pal[209].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Bergerac
Alias du blason de Bergerac
Parti d'azur semé de fleurs de lys d'or et de gueules à un dragon volant d'or lampassé de gueules posé en pal[208].
azur semé de fleurs de lys d'or ("de France ancien") a été remplacé peut-être abusivement en 1995 par azur à trois fleurs de lys d'or en pal("qui n'est pas de france moderne")

Galerie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux
  • Anne-Marie Cocula-Vaillières, Michel Genty, Jean-Claude Ignace, Léonard Laborie, Yan Laborie, Bernard Lachaise et Serge Maury, ouvrage collectif sous la direction de Michel Combet, Histoire de Bergerac, 2017, Éditions Fanlac, 440 pages, (ISBN 978-2-86577-286-5).
  • Anne-Marie Cocula et Yves Manciet, Bergerac - Histoire en images, Les Dossiers d'Aquitaine, 2013.
  • Robert Coq, Monographie des rues et places de Bergerac, Société historique et archéologique du Périgord, Bergerac, 1970.
  • Annie-Paule Félix et Christian Félix, Bergerac, mémoire en images, éditions Sutton, trois tomes, 1999, 2003 et 2005.
  • Annie-Paule Félix et Christian Félix, Bergerac, les années d'espoir, éditions Sutton, 2010.
  • Yves Korbendau, Bergerac - Patrimoine et Histoire, ACR, 2007.
  • Jacques Louis Lachaud, Bergerac de la préhistoire à nos jours, Imprimerie générale du Sud Ouest, 1987.
Bergerac et la Dordogne
  • Jacques Reix, La Dordogne du temps des bateliers, Fanlac, 1990.
  • Jacques Reix, Gabariers et bateliers de la Dordogne, Fanlac, 2003.
  • Jacques Reix, La Dordogne batelière. Images au fil de l'Onde, Les Dossiers d'Aquitaine, 2010.
Articles spécialisés

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[14],[15]
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  7. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[72].
  8. Démissionnaire.
  9. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Bergerac » sur Géoportail (consulté le 17 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  4. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bergerac », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "itinéraires".
  2. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  3. « Carte géologique de Bergerac » sur Géoportail (consulté le 13 juin 2022).
  4. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Bergerac », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le ).
  5. « Notice associée à la feuille no 806 - Bergerac de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le ).
  6. « Notice associée à la feuille no 830 - Eymet de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le ).
  7. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com.
  9. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  11. « Repères géographiques du Bergeracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  12. « Portrait du Bergeracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  13. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Bergerac », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le ).
  15. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le ).
  16. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  17. « Fiche communale de Bergerac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en région Aquitaine (consulté le ).
  18. « Confluence Dordogne-Garonne au bec d'Ambès » sur Géoportail (consulté le 23 juillet 2022)..
  19. Sandre, « la Dordogne »
  20. Sandre, « le Caudeau »
  21. Sandre, « la Conne »
  22. « Confluence Gouyne-Dordogne au nord de la Bourgatie » sur Géoportail (consulté le 23 juillet 2022)..
  23. Sandre, « la Gouyne »
  24. Sandre, « le ruisseau de Marmelet »
  25. « SAGE Dordogne Atlantique », sur gesteau.fr (consulté le ).
  26. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2
  28. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  29. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  30. « Station Météo-France « Bergerac-Roumanière » (commune de Pays de Belvès) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  31. « Station Météo-France « Bergerac-Roumanière » (commune de Bergerac) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  32. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  33. SNCF, « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com.
  34. - FR7200660 - La Dordogne, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  35. Carte du site « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  36. Espèces, INPN, consulté le .
  37. [PDF] - La Dordogne (Identifiant national 720020014), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  38. Carte de la ZNIEFF « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  39. Espèces, INPN, consulté le .
  40. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  42. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  43. « Unité urbaine 2020 de Bergerac », sur insee.fr (consulté le ).
  44. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  45. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  46. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  47. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  49. « Bergerac » sur Géoportail (consulté le 28 février 2021)..
  50. a b c et d « Les risques près de chez moi - commune de Bergerac », sur Géorisques (consulté le ).
  51. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  52. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Cartographie des risques d'inondations du TRI de Bergerac », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  54. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  55. a et b « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), liste des risques par communes, pages 111-133.
  56. [PDF]« Plan de prévention du risque inondation de la « vallée de la Dordogne - Bergeracois » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le ).
  57. [PDF]« Plan de prévention du risque inondation « vallée de la Beauronne  » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le ).
  58. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  59. « Protection de la forêt contre les incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine, (consulté le ).
  60. « Plans Départementaux et Inter-Départementaux de Protection des Forêts Contre les Incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine (consulté le ).
  61. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  62. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  63. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  64. « annonce l’acquisition de la société Manuco », sur eurenco.com (consulté le ).
  65. « Plans de prévention des risques technologiques autour de sites d'installations classées situées 11 octobre 2022 ».
  66. Rémi Barroux et Anne-Fleur Bost, « A Bergerac, après les explosions sur un site Seveso : « A force de vivre avec, on a oublié qu’on vivait à côté d’un site potentiellement dangereux » », sur www.lemonde.fr, (consulté le ).
  67. DREAL Nouvelle-Aquitaine, « Risques industriels par région et département », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  68. [PDF]DREAL Nouvelle-Aquitaine, « Règlement du PPRT de la plateforme de Bergerac. », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  69. [PDF]DREAL Nouvelle-Aquitaine, « Compte rendu de la réunion du 12 février 2020 de la commission de suivi du site de la plateforme de Bergerac. », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  70. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque industriel.
  71. « Sites classés Seveso seuil haut en Dordogne », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  72. Article R214-112 du code de l’environnement
  73. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  74. J. Castanet, Bergerac résumé historique, 1895
  75. a b c d e f et g Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 51-54.
  76. Eulogium Historiarum sive Temporis)
  77. Le nom occitan des communes du Périgord - Brageirac sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  78. Exemple d’attestation de la forme « Brajairac » (Salh d'Escola ± 1195)
  79. Jacques Reix, La Dordogne batelière. Images au fil de l'Onde, Les Dossiers d'Aquitaine, 2010, p. 5-25, 40-42, 66-69 et 79-80.
  80. « Corbiac, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Les distances à vol d'oiseau se mesurent avec l'outil « Mesurer une distance » dans l'onglet « Outils cartographiques » à droite (symbole de petite clé plate).
  81. a et b [Bordes 1970] François Bordes, « Observations typologiques et techniques sur le Périgordien supérieur de Corbiac (Dordogne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 67, no 4,‎ , p. 105-113 (lire en ligne [sur persee], consulté le ), p. 105.
  82. a et b Bordes 1970, p. 113.
  83. « Interview de René Castanet par Randall White et Serge Maury en 2007 », voir la vidéo no 10 : « Approche des sites de plein air : le cas de Corbiac » - durée : 1'09 [vidéo], sur pole-prehistoire.com (consulté en ).
  84. [O'Farrell 2004] Magen O'Farrell, « Les pointes de La Gravette de Corbiac (Dordogne) et considérations sur la chasse au Paléolithique supérieur ancien », Compte-rendu du XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre, 24-26 novembre 2000 « Approches fonctionnelles en Préhistoire »,‎ , p. 121-138 (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté en ).
  85. O'Farrell 2004, p. 122.
  86. « Bergerac, premier village du Néolithique du Sud-Ouest de la France », communiqué de presse de l'INRAP, (consulté le ).
  87. « Retard pour la rocade Ouest de Bergerac », Sud Ouest édition Dordogne, 23 novembre 2012.
  88. Plaque explicative du parcours historique « Pas de Cyrano », située place Doublet.
  89. Plaque explicative du parcours historique « Pas de Cyrano », située rue d'Albret.
  90. Marquis de Pastoret, Ordonnances des Rois de France de la 3e Race, vol. 17 : Contenant les ordonnances rendues depuis le mois de juillet 1467 jusqu'au mois de mars 1473, Paris, impr. royale, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 494 : Lettres patentes de Louis XI, Saintes, mai 1472.
  91. Marquis de Pastoret, Ordonnances des Rois de France de la 3e Race, vol. 18 : Contenant les ordonnances rendues depuis le mois d'avril 1474 jusqu'au mois de mars 1481, Paris, impr. royale, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 463 : Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, mars 1479 (1478 avant Pâques).
  92. a b c d e et f « Histoire du protestantisme dans la vallée de la Dordogne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). (voir la page sur http://archive.is.)
  93. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, présentation en ligne)., p. 258.
  94. a et b Plaque explicative du parcours historique « Pas de Cyrano », située place de la République.
  95. Plaque historique accrochée au vestige du bastion des Carmes, place de la République.
  96. Charles Durand, « La révolte du papier timbré advenue à Bergerac en 1675 », Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, t. 21,‎ , p. 389-404.
  97. « Histoire de Bergerac »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). La mairie de Bergerac a cru bon de supprimer cette bonne page informative et les informations qui s'y trouvaient ne sont maintenant visibles que sur lecoindescampingcars.fr.
  98. Robert Coq, « L'échange de Senonches (1772) », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 93, no 4,‎ , p. 264 (lire en ligne)
  99. Plaque historique au croisement de la rue de la Mirpe et de la rue des Conférences.
  100. Plaque explicative du parcours historique « Pas de Cyrano », située square des Mobiles.
  101. Jacky Tronel, « Les graffiti des cellules disciplinaires de la caserne Chanzy à Bergerac », prisons-cherche-midi-mauzac.com/, 10 février 2012.
  102. [1]
  103. « Bergerac libérée... il y a 70 ans », francetvinfo.fr, 25 août 2014.
  104. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  105. a b et c « Élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur, (consulté le ).
  106. Émilie Delpeyrat, Fontana et Frel, les deux grands déçus, Sud Ouest édition Périgueux du 25 mars 2014, p. 27.
  107. Émilie Delpeyrat, Garrigue et Rousseau, prêts à disputer la belle, Sud Ouest édition Périgueux du 27 mars 2014, p. 20c.
  108. « Résultats des élections européennes 2014 ».
  109. « Résultats des élections régionales 2015 ».
  110. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 ».
  111. « Résultats des élections législatives 2017 ».
  112. « Résultats des élections européennes 2019 ».
  113. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 28 août 2020.
  114. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 22 octobre 2020.
  115. Fiche de Daniel Garrigue pour la période 1993-1997 sur le site de l'Assemblée nationale, consultée le 16 septembre 2011.
  116. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 5.
  117. « Bergerac : Daniel Garrigue a été élu maire », Sud Ouest, 6 avril 2014.
  118. G. M., « Jonathan Prioleaud élu, Fabien Ruet absent », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, 5 juillet 2020, p. 38.
  119. Daniel Bozec, « Prioleaud, des Jeunes Populaires à la mairie », Sud Ouest édition Dordogne, 29 juin 2020, p. 15.
  120. « Le nouveau Conseil régional », Sud Ouest, , p. 5.
  121. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Bergerac, consultée le 27 octobre 2017
  122. La ville de Repentigny sur le site de la ville de Bergerac, consulté le 25 septembre 2014.
  123. La ville de Faenza sur le site de la ville de Bergerac, consulté le 25 septembre 2014.
  124. Grégoire Morizet, « Une union polonaise », Sud Ouest édition Périgueux, 12 octobre 2017, p. 21.
  125. « Jumelage », Sud Ouest édition Dordogne, 28 avril 2018, p. 13.
  126. Daniel Bozec, « Quand les Allemands sont demandeurs d'un jumelage », Sud Ouest édition Périgueux, 20 août 2018, p. 22.
  127. Clément Bouynet, « Réussite et efficacité des lycées de Dordogne en 2021 », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 12.
  128. Centre hospitalier Samuel-Pozzi sur site de la Haute Autorité de Santé
  129. Clinique Pasteur sur site de la Haute Autorité de Santé
  130. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  131. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  132. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  133. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  134. Unité urbaine de Bergerac (00553), Insee, consulté le 19 janvier 2018.
  135. « Séries historiques sur la population et le logement en 2014 - Unité urbaine de Bergerac (00553) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Insee (consulté le ).
  136. Aire urbaine de Bergerac (109), Insee, consulté le 19 janvier 2018.
  137. Séries historiques sur la population et le logement en 2014 - Aire urbaine de Bergerac (109), sur le site de l'Insee, consulté le 25 janvier 2018.
  138. Nancy Ladde, « Les quatre idées pour bouger ce week-end », Sud Ouest, édition Dordogne, , p. 18.
  139. « Le Salon de la collection en est a sa 33e édition », Sud Ouest, édition Dordogne, , p. 24.
  140. Daniel BozecNancy Ladde, « Dix-neuf ans à se démener pour faire vivre Jazz pourpre », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20.
  141. Pauline Pierri, « Des signaux positifs », Sud Ouest, édition Dordogne, 2 juin 2015, p. 11.
  142. Daniel Bozec, « Aux alentours de 22 000 entrées », Sud Ouest, édition Périgueux, 7 mai 2019, p. 20e.
  143. Grégoire Morizet, « La foire-exposition fait son grand retour », Sud Ouest, édition Dordogne, , p. 18b.
  144. Sud Ouest édition Périgueux, 11 juillet 2009.
  145. « Pour sa 10e édition, Orgue en fête célèbre l'Espagne », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20g.
  146. « L'institution du livre d'antan », Sud Ouest édition Dordogne, 6 novembre 2015, p. 24e.
  147. Pauline Pierri, « Un renouveau pour le Salon du livre ancien », Sud Ouest édition Périgueux, 8 novembre 2014, p. 25.
  148. Marie Lemaître, « Sarah Bernhardt et Mounet-Sully à l'honneur », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20a.
  149. « Félibrée », sur lo Bornat dau Perigòrd (consulté le ).
  150. Sections USB
  151. Site officiel de la Grappe de Cyrano, consulté le .
  152. Titia Carrizey-Jasick, « Cap au Sud, Cap au Nord », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 34-35.
  153. Christian Lacombe, « La Grappe retrouve la vigne », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 36.
  154. « Bergerac dans le Tour de France », sur le site personnel de Joël Rambault (consulté le ).
  155. Adrien Vergnolle, « Vingt ans plus tard, il revient », Sud Ouest édition Dordogne, 24 octobre 2013, p. 11.
  156. Fiche de Radio Orion sur SchooP
  157. Ses studios sont situés rue du Vieux-Puits à Champcevinel, à proximité de Périgueux. Plus d'infos ici : Fiche de Chérie FM Dordogne sur SchooP
  158. Histoire de Bergerac 95
  159. Site web de Radio Vallée Bergerac
  160. Couverture de France Bleu Périgord
  161. Emetteurs TNT dans la Dordogne
  162. Site de la Fraternité Saint-Pierre, diocèse de Périgueux-Sarlat, Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, consultée le .
  163. Valérie Hubert-Cassant, « Bergerac: la Fraternité Saint-Pie X agrandit son école », Sud Ouest, .
  164. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 145.
  165. « Protestants du sud-ouest », sur Protestants du sud-ouest (consulté le ).
  166. « Église évangelique libre Bergerac », sur ÉGLISE ÉVANGÉLIQUE LIBRE DE BERGERAC (consulté le ).
  167. « Vous avez cherché », sur Églises.org (consulté le ).
  168. « Monnaie Locale | Monnaie Aqui | Périgord | Monnaie locale du Périgord », sur aqui (consulté le ).
  169. « L' Aquí : la nouvelle monnaie locale en Dordogne | Montgolfières du Périgord », sur www.montgolfiere-du-perigord.com (consulté le ).
  170. Commune de Bergerac (24037) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4, Insee, consulté le 28 décembre 2021.
  171. a et b Commune de Bergerac (24037) - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 28 décembre 2021.
  172. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  173. Dossier complet - Commune de Bergerac (24037) - Établissements actifs employeurs par secteur d'activité - tableau RES T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 décembre 2021.
  174. Qui sommes nous, sur le site des pépinières Desmartis, consulté le 1er octobre 2014.
  175. Émilie Delpeyrat, Lagerstroemia, une success-story bergeracoise, Le Mag no 127, supplément à Sud Ouest du 6 septembre 2014.
  176. a et b Émilie Delpeyrat, Dans les allées de Desmartis, Sud Ouest édition Dordogne du 11 septembre 2014, p. 14-15.
  177. « Chiffres d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 28.
  178. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.
  179. « Commerce », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 40.
  180. « Services », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 39.
  181. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  182. « BTP », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 37.
  183. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  184. Quai Cyrano
  185. « Église Notre-Dame », notice no PA24000029, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 mai 2012.
  186. Grégoire Morizet, « Comment la Ville gère son parc funéraire », Sud Ouest édition Périgueux, 1er novembre 2016, p. 20.
  187. Pauline Pierri, « Un jardin cinéraire aménagé à la Beylive », Sud Ouest, 17 octobre 2014.
  188. a et b Plaque explicative du parcours historique « Pas de Cyrano », située devant le parc Jean-Jaurès.
  189. Toutes les communes fleuries, Site des villes et villages fleuris, consulté le 21 décembre 2016.
  190. « Les Fleurs d'or », Site des villes et villages fleuris, consulté le 20 décembre 2017.
  191. Daniel Bozec, « La mairie fait une croix sur les quatre fleurs », Sud Ouest édition Périgueux, 26 juillet 2017, p. 23.
  192. Bergerac est classée Ville d’art et d’histoire sur Sud Ouest du 9 décembre 2013.
  193. [PDF] Arrêté n° PREF/DDL/2016/0080 prononçant la dénomination commune touristique à la commune de Bergerac, membre de la communauté d'agglomération Bergeracoise, Préfecture de la Dordogne, 10 mai 2016, p. 128-130.
  194. Hélène Lagardère, « Un grand bol d'air à Pombonne », Le Mag no 434, supplément à Sud Ouest, , p. 22-25.
  195. Grégoire Morizet, « Au milieu coule le Caudeau », Sud Ouest édition Dordogne, 9 janvier 2020, p. 20-21.
  196. a et b Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 9, pages 361 à 363 Chapelle de Béarnès et de Morthon (de la).
  197. a b c et d cimetière Beauferrier de Bergerac
  198. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 673.
  199. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 371-372, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4).
  200. cimetière protestant de Bergerac
  201. Hommage à Catherine Pozzi
  202. « biographie de Jean Bastia », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le ).
  203. Dordogne : le premier album de Kendji Girac bat des records, Sud Ouest, 18 septembre 2014, consulté le 22 février 2015.
  204. a b et c Liste des films tournés sur le site Dordogne Cinéma, consultée le 18 août 2013.
  205. Fiche technique de La Rivière Espérance sur le site Dordogne Cinéma, consulté le 28 janvier 2011.
  206. Laurent Bonamy, Un tournage surtout bergeracois, Sud Ouest édition Dordogne du 1er mars 2013, p. 20a.
  207. Grégoire Morizet, « Marina Foïs et Benjamin Biolay en tournage », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20.
  208. D'azur semé de fleurs de lys d'or, party de gueules au serpent ailé d'or péri en pal dans : Victor Bouton, Nouveau traité des armoiries, ou, La science et l'art du blason expliqués, Paris : Denti, 1887, p. 488.
  209. Depuis 1995, Ville de Bergerac : Armoiries de la ville