Cours-de-Pile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cours-de-Pile
Cours-de-Pile
Le village de Cours-de-Pile.
Blason de Cours-de-Pile
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Bergeracoise
Maire
Mandat
Didier Capuron
2020-2026
Code postal 24520
Code commune 24140
Démographie
Gentilé Cours-de-Pilois
Population
municipale
1 556 hab. (2018 en diminution de 0,38 % par rapport à 2013)
Densité 144 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 28″ nord, 0° 32′ 47″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 101 m
Superficie 10,81 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bergerac (banlieue)
Aire d'attraction Bergerac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bergerac-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cours-de-Pile
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Cours-de-Pile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cours-de-Pile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cours-de-Pile

Cours-de-Pile est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Dordogne à Cours-de-Pile.

Au sud du département de la Dordogne, en Bergeracois, dans l'unité urbaine de Bergerac[1], la commune de Cours-de-Pile s'étend sur 10,81 km2. Elle est baignée au nord par la Dordogne, et arrosée par deux de ses affluents : le Conneau, et la Conne qui borde le territoire communal à l'ouest, servant de limite avec Bergerac et Saint-Nexans, ainsi que par le Gouzou, affluent de la Conne.

L'altitude minimale, 17 mètres, se trouve à l'extrême nord-ouest, là ou la Dordogne quitte la commune pour entrer sur celle de Bergerac. L'altitude maximale avec 101 mètres est localisée au sud, entre les lieux-dits la Garenotte et Branle[2].

Le bourg, desservi par la route départementale (RD) 37, se situe, en distances orthodromiques, cinq kilomètres à l'est-sud-est de Bergerac et quinze kilomètres à l'ouest de Lalinde.

Au nord-ouest, la commune est desservie par la route nationale 21 (contournement sud-est de Bergerac) et la RD 660E1.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cours-de-Pile est limitrophe de quatre autres communes. Au nord-est, le territoire de Saint-Sauveur est distant de 750 mètres.

Communes limitrophes de Cours-de-Pile
Creysse
Bergerac Cours-de-Pile Saint-Germain-et-Mons
Saint-Nexans

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cours-de-Pile est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bergerac, une agglomération inter-départementale regroupant 22 communes[6] et 63 988 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bergerac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,1 %), terres arables (24,4 %), forêts (11,1 %), zones urbanisées (9,5 %), prairies (8,7 %), eaux continentales[Note 3] (3,3 %), cultures permanentes (3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2008 pour la Dordogne centre concernant donc la zone basse du territoire de Coursde-Pile[12],[13].

De plus, la commune est incluse dans le territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bergerac — composé de 22 communes : 15 en Dordogne et 7 en Gironde — dont la validation a fait l'objet en décembre 2014 d'un arrêté du préfet de la région Midi-Pyrénées, responsable du bassin Adour-Garonne[14],[15].

Un plan de prévention des risques (PPR) industriels a été approuvé en 2011 pour des effets thermique, toxique et de surpression concernant la plate-forme industrielle de Bergerac située en rive droite de la Dordogne et impactant une petite partie nord-ouest du territoire de Cours-de-Pile, au niveau du lieu-dit la Plaine[16],[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Cors de Pilas[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Cours de Pilles[19].

En mai 1944, un détachement du groupement 36 des Chantiers de la jeunesse s'implante sur la commune avant d'entrer en contact avec la Résistance[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2002, Cours-de-Pile intègre dès sa création la communauté de communes des Trois Vallées du Bergeracois. Cette structure intercommunale fusionne avec deux autres pour former au la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 1 500 et 2 499 habitants au recensement de 2017, dix-neuf conseillers municipaux ont été élus en 2020[21],[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1988 ? Annie Sanchette    
         
mars 2001[23]
(réélu en mai 2020[24])
En cours Didier Capuron SE[25] Ingénieur agronome

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Cours-de-Pile relève[26] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Cours-de-Pile se nomment les Cours-de-Pilois[27].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2018, la commune comptait 1 556 habitants[Note 4], en diminution de 0,38 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
546546562624640618629646633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
629691676624604639609574554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
525530529531508535513550540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5726288681 2031 3291 3001 4151 4311 446
2013 2018 - - - - - - -
1 5621 556-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[32], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 712 personnes, soit 44,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (78) a augmenté par rapport à 2010 (52) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 10,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 77 établissements[33], dont trente-sept au niveau des commerces, transports ou services, dix-huit dans la construction, neuf dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et cinq dans l'industrie[34].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cours-de-Pile Blason
D'azur au soleil d'or, accompagné de deux rochers de sable, ombrés d'argent, mouvant d'une rivière du même en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, Unité urbaine 2010 de Bergerac, consulté le 7 avril 2015.
  2. « 101 » sur Géoportail (consulté le 7 avril 2015)..
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Bergerac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  12. PPR inondation - 24DDT20070002 - Dordogne Centre, DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  13. [PDF] Cours-de-Pile - Dordogne centre - Plan de prévention du risque inondation p. 6, DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  14. [PDF] Arrêté no 2014337-0002 portant approbation des cartes des surfaces inondables et des cartes des risques d'inondation pour les territoires à risque important d'inondation du bassin Adour-Garonne, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  15. Plan de zonage du TRI de Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  16. PPR risque industriel - 24DREAL20130012 - PPRT Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  17. [PDF] Plan de prévention des risques technologiques la plate-forme industrielle de Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  18. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 19 février 2014.
  19. « Cours de Pilles » sur Géoportail (consulté le 19 avril 2015)..
  20. Francis A. Boddart, Les chantiers de la jeunesse et la Dordogne, 1940-1944 : de la révolution nationale à la production industrielle, Périgueux, IFIE Éditions Périgord, , 342 p. (ISBN 978-2-916265-18-6), p. 273-274..
  21. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 2 septembre 2020.
  22. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 octobre 2020.
  23. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 17 août 2014.
  24. « Quatrième mandat pour Didier Capuron », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 12.
  25. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 5.
  26. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 15 janvier 2021).
  27. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 7 mars 2015.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. Dossier complet - Commune de Cours-de-Pile (24140) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 septembre 2018.
  33. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 septembre 2018).
  34. Dossier complet - Commune de Cours-de-Pile (24140) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 septembre 2018.
  35. Journal Sud Ouest du 4 juillet 2008
  36. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 152.