Secteur tertiaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hypothèse des 3 secteurs : les services produits en 2005[1]

En économie, le secteur tertiaire, parmi les trois secteurs économiques définis dans la comptabilité nationale, est défini par exclusion des deux autres secteurs : il regroupe toutes les activités économiques qui ne font pas partie du secteur primaire ou du secteur secondaire[2]. Il s’agit du secteur qui produit des services.

Dans les pays développés, c’est de loin le secteur le plus important en nombre d'actifs occupés. En 2012, le secteur tertiaire représentait près de 60 % de l'économie mondiale.

Le tertiaire marchand[modifier | modifier le code]

Il est très présent dans les grandes villes où le tertiaire tend à remplacer l'industrie. Il y a par exemple 190 millions de mètres carrés de bâtiments tertiaires en Île-de-France[3] et plus de 850 millions de mètres carrés de surface, dont 99,5 % de bâtiments « existants »[4].
Avec une utilisation croissante de l'informatique et de la climatisation c'est un secteur très consommateur d'énergie (420 kWhep/m²/an en moyenne selon le cabinet Sinteo[4]) qui pourrait selon l'Ademe en économiser une part significative ; Selon une étude de 2012[5], faite à partir de l'analyse d'une centaine de bâtiments d'Île-de-France, 38 % au moins de la consommation énergétique des bâtiments est possible (et plus de 50 % quand il s'agit d'immeubles haussmanniens rénovés avant la mise en place de la RT 1988, ou d'immeubles de bureaux des années 60-70 pas encore énergétiquement rénovés[3].
Suite au Grenelle de l'environnement, un décret « travaux d'amélioration énergétique du parc tertiaire », dans le cadre d'un plan dit Plan Bâtiment Grenelle s'est réuni le 11 octobre 2011 pour présenter l'avancement de ses réflexions. La loi impose en France que « des travaux d’amélioration de la performance énergétique devront être réalisés dans les bâtiments à usage tertiaire ou dans lesquels s’exerce une activité de service public dans un délai de huit ans à compter du 1er janvier 2012[6]. Le parc existant en 2012 devra évoluer d’ici à 2015 ; pour gagner au moins une classe sur l’échelle du diagnostic de performance énergétique ou DPE, ce qui implique une réduction moyenne de 25 % des consommations réelles globales (tous usages). Il y a obligation de résultat, mais choix des moyens, l'isolation par l'extérieur étant. La consommation du bâtiment devrait être communiquée publiquement pour chaque bâtiment tertiaire (déjà imposé pour les ERP)[4]. Un observatoire des performances du parc tertiaire existant pourrait être créé en 2012[4].

Finance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Secteur financier.

Information[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'information.

Le tertiaire non marchand[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Services non marchands.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Cette branche du secteur tertiaire comprend notamment les activités de police, de milice et d'armée assurant la sécurité des biens et des personnes.

Justice[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Justice.

Aux États-Unis, 2% du PIB est obtenu en justice[7].

Bénévolat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bénévolat.

Selon une étude de l’Insee parue en 2004, le bénévolat représentait aux alentours de 1 point de PIB.

Le tertiaire mixte[modifier | modifier le code]

Le tertiaire « supérieur » regroupe les « métiers du savoir » qui fournissent aux entreprises et aux particuliers des prestations intellectuelles complexes. Essentiels au fonctionnement de l’économie et au développement stratégique des entreprises, élément clef du rayonnement et de l’attractivité du territoire, ces métiers constituent également par eux-mêmes un secteur économique majeur, en fort développement[8].

Recherche et éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation.

Poids économique[modifier | modifier le code]

Selon Ken'ichi Ōmae, le secteur tertiaire représenterait « 70% de la force de travail aux États-Unis, 60% au Japon et 50% à Taïwan ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Estimation sur les secteurs par pays selon la CIA
  2. définition, site de l'Insee.
  3. a et b Batiactu, La rénovation tertiaire expérimentée en IDF, 2012-03-12
  4. a, b, c et d Loïs Moulas , Rénovation du parc tertiaire : les préconisations du Plan Bâtiment Grenelle, 2011-10-17
  5. étude ADEME et cabinet Sinteo (mars 2012) «Cartographie énergétique d’un parc tertiaire»
  6. Article L. 111-10-3 de la loi Grenelle portant Engagement National pour l’Environnement
  7. « Les associations deviennent des procureurs », Mériadec Raffray, Perspectives entrepreneurs, juin 2013, p. 12
  8. Le tertiaire supérieur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]