Montpon-Ménestérol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montpon-Ménestérol
Montpon-Ménestérol
Le pont sur l'Isle de la route départementale 708.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes Isle Double Landais
(siège)
Maire
Mandat
Rozenn Rouiller
2020-2026
Code postal 24700
Code commune 24294
Démographie
Gentilé Montponnais
Population
municipale
5 602 hab. (2018 en augmentation de 1,95 % par rapport à 2013)
Densité 121 hab./km2
Population
agglomération
11 595 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 36″ nord, 0° 09′ 36″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 130 m
Superficie 46,34 km2
Unité urbaine Montpon-Ménestérol
(ville-centre)
Aire d'attraction Montpon-Ménestérol
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Montpon-Ménestérol
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Montpon-Ménestérol
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Montpon-Ménestérol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montpon-Ménestérol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montpon-Ménestérol

Montpon-Ménestérol est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. De 1790 à 2015, la commune a été le chef-lieu du canton de Montpon-Ménestérol, puis en 2015, son bureau centralisateur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

L'Isle au barrage de Ménestérol.

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Résultat actuel de la fusion de trois anciennes communes, la commune de Montpon-Ménestérol s'étend sur 46,34 km2 [1], sur les deux rives de l'Isle.

En amont et au nord-est de Montpon, l'Isle et son affluent le Babiol servent de limite naturelle entre la commune et celles de Saint-Laurent-des-Hommes et Saint-Martial-d'Artenset. En aval et à l'ouest, l'Isle, son affluent la Duche et son sous-affluent la Petite Duche séparent naturellement la commune de Ménesplet et Le Pizou.

Toute une partie nord de la commune, limitrophe de Saint-Barthélemy-de-Bellegarde et d'Eygurande-et-Gardedeuil, se trouve en zone boisée, dans la forêt de la Double.

Montpon-Ménestérol est traversée dans le sens est-ouest par la ligne SNCF Lyon - Bordeaux, l'autoroute A89 avec l'échangeur no 12 implanté sur le territoire communal, et la route départementale 6089 (l'ancienne nationale 89). De plus, Montpon-Ménestérol est desservie par plusieurs autres routes départementales : RD 3, RD 9, RD 11, RD 708 (l'ancienne route nationale 708) et RD 730 (l'ancienne route nationale 730).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Montpon-Ménestérol est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Montpon-Ménestérol, une agglomération inter-départementale regroupant 7 communes[2] et 11 595 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpon-Ménestérol, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2007 pour l'Isle dans le Montponnais, impactant ses rives jusqu'à un kilomètre et demi de largeur sur le territoire communal, au sud-ouest de Barbaroux, ainsi que la partie aval de son affluent la Duche (les deux derniers kilomètres), en limite du Pizou[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montpon pourrait provenir de l'occitan « mont pau », tiré du latin « mons pavonis » signifiant le mont des paons[9]. Toutes les formes anciennes concordent, ainsi que la prononciation actuelle, l'origine du toponyme vient bien du paon[réf. nécessaire], oiseau totémique objet de culte chez les latins (il est associé à la déesse Junon). Il est attesté aussi comme surnom latin, Pavo, -onis.

En occitan, la commune porte le nom de Mont Paun e Menestairòu [mũm’paw] [menɛjtɛj’rɔw][10]. Ménestérol, en occitan Menestairòu vient du bas-latin monasteriolum (prieuré, petit monastère).

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1736, on trouve les noms de Ménesterol et Montpon, puis Ménesterol de Montpon. Ensuite, sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, on relève Montpont[11], Meneysteriol[12] et Montignac sur Vauclaire[13].

Lors de sa création, la commune principale porte le nom de Monpon, puis Monpont jusqu'en 1925[14]. Sur un mur latéral du bâtiment de la gare ferroviaire, on trouve encore aujourd'hui une plaque indiquant l'entrée en gare de « Monpont ».

Par ordonnance du , Montignac et la section de Ménestérol, distraite de Monpont, forment la commune de Ménestérol-Montignac[15],[Note 3]. Monpont devient Montpon-sur-l'Isle par décret du . Montpon-sur-l'Isle et Ménestérol-Montignac fusionnent enfin sous le nom de Montpon-Ménestérol, par arrêté préfectoral du .

Sous l'Occupation, Montpon était un lieu de passage de la ligne de démarcation[16] sur la ligne de chemin de fer Coutras-Périgueux, d'après le témoignage de l'avocat Maurice Garçon[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Montpon-Ménestérol (appelée Montpon à l'époque) est le chef-lieu du canton de Montpon qui dépend du district de Mussidan jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux. La commune changeant de nom, le canton en fait autant en 1925 (canton de Montpon-sur-l'Isle) puis en 1964 (canton de Montpon-Ménestérol)[14].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton qui devient plus étendu lors des élections départementales de mars 2015[18]. La commune en est le bureau centralisateur.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1995, Montpon-Ménestérol intègre dès sa création la communauté de communes Isle et Double. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes Isle Double Landais dont elle est le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 5 000 et 9 999 habitants au recensement de 2017, vingt-neuf conseillers municipaux ont été élus en 2020[19],[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1800 1808 Jean Baptiste Lamarque   Notaire royal puis impérial
         
1947 mars 1983 Jean Lagoubie    
mars 1983 mars 1989 Jean Lovato RPR Député (1973-1974), conseiller général (1967-1979 et 1985-1992)
mars 1989 mars 2008 Pierre Fauret RPR puis UMP  
mars 2008[Note 4] juillet 2020 Jean-Paul Lotterie PS[21] Directeur d'hôpital
Conseiller général du canton de Montpon-Ménestérol (2004-2015)
Conseiller départemental du canton de Montpon-Ménestérol (depuis 2015)
Président de la CC Isle Double Landais (depuis 2015)
juillet 2020[22] En cours Rozenn Rouiller DVG  

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Montpon-Ménestérol relève[23] :

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué trois fleurs à la commune[24].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1965, les communes de Montpon-sur-l'Isle et de Ménestérol-Montignac étaient indépendantes. Le , les deux communes fusionnent sous le nom de Montpon-Ménestérol[25].

Avant la fusion des communes de 1965[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Montpon, puis Montpon-sur-l'Isle
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
1 3041 5001 4601 2951 3251 4291 530
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
1 6641 5641 8031 9142 0602 0122 241
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
2 2312 3852 2542 2432 4862 3792 397
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 2742 4602 5152 6342 8372 8183 220
En 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[14].)

Après la fusion[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1968. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27].

En 2018, la commune comptait 5 602 habitants[Note 5], en augmentation de 1,95 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
5 8635 9395 7425 4815 3855 5855 4655 4665 602
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2017, la population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 75 ans (19,1 %) est en effet largement supérieur au taux national (9,3 %) et au taux départemental (13,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Son taux (53,1 %) est supérieur d'un point et demi au taux national (51,6 %) et au taux départemental (51,8 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2017, la suivante :

  • % d’hommes = 46,9 % ;
  • % de femmes = 53,1 %.
Pyramide des âges à Montpon-Ménestérol en 2017 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ans ou +
3,6 
14,1 
75 à 89 ans
18,8 
22,1 
60 à 74 ans
22,2 
21,8 
45 à 59 ans
19,9 
14,4 
30 à 44 ans
13,5 
12,5 
15 à 29 ans
10,0 
14,0 
0 à 14 ans
11,9 
Pyramide des âges du département de la Dordogne en 2017 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ans ou +
2,7 
10,3 
75 à 89 ans
13,4 
22,2 
60 à 74 ans
22,1 
21,5 
45 à 59 ans
21,0 
15,8 
30 à 44 ans
15,2 
13,8 
15 à 29 ans
12,0 
15,3 
0 à 14 ans
13,6 

L'agglomération et l'aire urbaine[modifier | modifier le code]

D'après le zonage 2010 de l'Insee, l'unité urbaine de Montpon-Ménestérol (l'agglomération) regroupe sept communes : quatre en Dordogne : Montpon-Ménestérol, Ménesplet, Moulin-Neuf, Le Pizou et trois en Gironde : Gours, Porchères et Saint-Antoine-sur-l'Isle[31].

Avec 11 595 habitants, c'est en 2017 la troisième agglomération de la Dordogne[32], après celles de Périgueux et Bergerac.

Elle s'étend d'est en ouest sur une quinzaine de kilomètres, le long de l'Isle.

L'aire urbaine comprend les mêmes communes[33].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Au mois de mars, l'Amicale philatélique et cartophile organise une bourse multicollections (34e édition en 2018)[34].

Le Salon des Arts, créé dans les années 1960 par Jehan Eyere et Roger Chapelet et qui réunissait les artistes peintres de la région perdure de nos jours sous la forme d'« Ombres et Couleurs »[35].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi est analysé ci-dessous selon qu'il affecte les habitants de Montpon-Ménestérol ou qu'il est proposé sur le territoire de la commune.

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2015[36], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 1 960 personnes, soit 35,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (363) a augmenté par rapport à 2010 (320) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 18,5 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

Au , la commune offre 2 651 emplois pour une population de 5 466 habitants[37]. Le secteur administratif (administration publique, enseignement, santé, action sociale) prédomine avec 42,5 % des emplois mais le secteur tertiaire est également très présent avec 33,4 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale Total
Nombre d'emplois 75 450 116 884 1 125 2 651
Pourcentage 2,8 % 17,0 % 4,4 % 33,4 % 42,5 % 100 %
Source des données[37].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 524 établissements[38], dont 341 au niveau des commerces, transports ou services, 80 relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, 60 dans la construction, 28 dans l'industrie, et 15 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[39].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, deux situées à Montpon-Ménestérol se classent parmi les cinquante premières en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016[40] :

  • la Société Montpon distribution (hypermarché) : 29e avec 32 363 k€ ;
  • Kimo (fabrication d'instrumentation scientifique et technique) : 30e avec 31 921 k€.

En termes de chiffre d'affaires à l'exportation, tous secteurs confondus, ces deux entreprises se classent parmi les cinquante premières de la Dordogne[41] :

  • Kimo 13e avec 9 115 k€ ;
  • Prunier manufacture 21e avec 3 261 k€.

Parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, six sociétés implantées à Montpon-Ménestérol se classent parmi les cinquante premières de leur secteur d'activité en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016 :

  • dans l'industrie, Kimo se classe 10e[42] ;
  • dans le commerce, Société Montpon distribution se classe 14e[43] ;
  • dans le secteur agroalimentaire[44] :
    • Prunier manufacture (aquaculture en eau douce) est 23e avec 5 036 k€ ;
    • La Saucisserie d'Aquitaine (préparation industrielle de produits à base de viande) est 24e avec 3 974 k€ ;
  • dans le BTP, Doyeux sablières montponnaises (travaux de terrassement spécialisés ou de grande masse) est 25e avec 4 122 k€[45] ;
  • dans les services, Kimo gestion finance (activités des sociétés holding) est 37e avec 3 588 k€[46].

Installée le long de l'Isle, la société Prunier manufacture SAS produit en 2010 cinq tonnes de caviar dont 80 % est exporté. C'est le producteur français le plus important sur un seul site[47].

Implantée en 1979, la société Kimo, fabricant d'appareils de mesure de niveau européen[48], rachetée par Sauermann en 2015, emploie 352 salariés à Montpon-Ménestérol[49].

Le groupe Terreal y dispose d'une usine de production de tuiles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Les orgues de l'Auditorium San Francisco : trois orgues historiques du XVIIIe siècle, un napolitain, et deux espagnols, propriétés de l'organiste international Francis Chapelet. Les orgues des églises de Montpon et de Ménestérol[52].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Pignot, considéré comme le doyen des Français en 1906.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montpon-Ménestérol Blason
Écartelé, au 1, d'azur semé de fleur de lys d'or, au 2, de gueules à la herse sarrazine d'agent, au 3, de gueules à trois lionceaux couronnés d'or, au 4, contre-écartelé au 1 et 4, d'or à trois pals de gueules, au 2 et 3, d'or à deux vaches de gueules passant l'une sous l'autre, sur le tout d'azur au paon rouant d'argent sur un mont de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James Cabirol, Montpon-Ménestérol Tome 1, 2002
  • Jean-Claude Faure (illustrations d'Alain Bougouin), Des gens bien de chez nous, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Si l'apport de Ménestérol à la nouvelle commune semble de l'ordre de 800 habitants au recensement de 1831, il n'y a pas de baisse concomitante de la population de la commune de Montpon, ce qui laisse à penser que Ménestérol n'était peut-être pas incluse dans Montpon avant 1824, voire était une commune indépendante.
  4. Le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le 19 juin 2008 l'élection de mars 2008 de Jean-Paul Lotterie. Celui-ci a fait appel de cette décision auprès du Conseil d'État (journal Sud Ouest édition Périgueux, du 20 juin et du 3 juillet 2008) qui a annulé le 2 février 2009 la décision du tribunal administratif et ainsi validé l'élection de Jean-Paul Lotterie (journal Sud Ouest édition Périgueux, du 3 février 2009).
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Montpon-Ménestérol sur le site de l'Institut géographique national. Consulter le lien [archive].
  2. « Unité urbaine 2020 de Montpon-Ménestérol », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 1er décembre 2020)
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  7. PPR inondation - 24DDT20050002 - Montponnais - Isle, DREAL Aquitaine, consulté le 27 mars 2019.
  8. [PDF] Rivière Isle basse - Montpon-Ménestérol - Plan de prévention du risque inondation p. 2, DREAL Aquitaine, consulté le 27 mars 2019.
  9. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  10. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 3 novembre 2018.
  11. « Montpont » sur Géoportail (consulté le 2 août 2016).
  12. « Meneysteriol » sur Géoportail (consulté le 2 août 2016).
  13. « Montignac sur Vauclaire » sur Géoportail (consulté le 2 août 2016).
  14. a b c et d « Notice communale de Montpon-Ménestérol », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 19 mars 2013) Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Cassini » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  15. Notice de Ménestérol-Montignac, Ldh/EHESS/Cassini, consultée le 4 novembre 2017.
  16. http://memoires-resistances.dordogne.fr/dossiers-ressources-documentaires/1009-ressources-documentaires/217-la-ligne-de-demarcation-et-les-communes-de-dordogne-presse.html
  17. Maurice Garçon, Journal (1939-1945), Fayard, Belles Lettres, , p.354
  18. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 août 2015).
  19. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 7 septembre 2020.
  20. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 4 novembre 2020.
  21. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 16.
  22. Florence Desmaison, « Le nouveau Conseil installé », Sud Ouest édition Dordogne, 6 juillet 2020, p. 28.
  23. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 janvier 2021).
  24. Site des villes et villages fleuris, consulté le 16 décembre 2020.
  25. Code officiel géographique du Lardin-Saint-Lazare sur le site de l'Insee, consulté le 19 mars 2013
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « POP T0 et POP T3 - Population par grandes tranches d'âge et par sexe et âge (Montpon-Ménestérol) », sur le site de l'Insee (consulté le 18 novembre 2020)
  30. « POP T0 et POP T3 - Population par grandes tranches d'âge et par sexe et âge (Dordogne) », sur le site de l'Insee (consulté le 18 novembre 2020)
  31. Unité urbaine 2010 de Montpon-Ménestérol (00354), Insee, consulté le 4 novembre 2020.
  32. Dossier complet - Unité urbaine 2010 de Montpon-Ménestérol (00354), Insee, consulté le 4 novembre 2020.
  33. Aire urbaine 2010 de Montpon-Ménestérol (360) , Insee, consulté le 4 novembre 2020.
  34. « Bourse multicollections à Montpon », Sud Ouest édition Dordogne, 1er mars 2018, p. 20.
  35. a et b « Hommage à Jehan EYERE », Le Petit Doubleaud no 324,‎ juillet et août 2019.
  36. Dossier complet - Commune de Montpon-Ménestérol (24294) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2018.
  37. a et b Dossier complet - Commune de Montpon-Ménestérol (24294) - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2018.
  38. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 décembre 2018).
  39. Dossier complet - Commune de Montpon-Ménestérol (24294) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2018.
  40. « Chiffres d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 28.
  41. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  42. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.
  43. « Commerce », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 40.
  44. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  45. « BTP », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 37.
  46. « Services », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 39.
  47. Julie Martinez, « Les perles noires de l'Isle », Sud Ouest édition Périgueux, 24 décembre 2010.
  48. Hervé Chassain, « Un fleuron vendu pour se développer », Sud Ouest édition Dordogne, 9 mai 2015, p. 14.
  49. « La qualité de l'air surveillée », Sud Ouest édition Dordogne, 7 novembre 2016, p. 13.
  50. « Chartreuse de Vauclaire », notice no PA24000087, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 juillet 2016.
  51. Notice no PA00082705, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 juillet 2016.
  52. a et b Site des orgues de Montpon Ménestérol
  53. « Le doyen de tous les Français », Revue illustrée du Tout Sud-Ouest, no 11, novembre 1906.
  54. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4)
  55. Gillot et Maureau, Résistants du Périgord, éd. Sud Ouest, 2011.