Maurens (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurens.

Maurens
Maurens (Dordogne)
L'église de Maurens.
Blason de Maurens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Statut Commune déléguée
Maire délégué Alain Ollivier
2019-2020
Code postal 24140
Code commune 24259
Démographie
Gentilé Maurençois
Population 1 047 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 05″ nord, 0° 29′ 06″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 185 m
Superficie 22,58 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Eyraud-Crempse-Maurens
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Maurens

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Maurens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Maurens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Maurens

Maurens est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle est intégrée à la commune nouvelle d'Eyraud-Crempse-Maurens en tant que commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La vallée du ruisseau de Ladoux près du lieu-dit le Clos de la Caboussie.

Située dans le quart sud-ouest du département de la Dordogne, en limite du Bergeracois et du Landais, et dans l'aire urbaine de Bergerac, la commune déléguée de Maurens s'étend sur 22,58 km2. Représentant la partie sud et centrale de la commune nouvelle d'Eyraud-Crempse-Maurens, elle est arrosée par le ruisseau de Ladoux et bordée au sud sur plus de deux kilomètres par son affluent le Gaillardet.

L'altitude minimale avec 48 mètres se trouve localisée au sud-ouest, au sud-est du lieu-dit la Sigalière, là où le ruisseau de Ladoux quitte la commune et entre sur celle de Ginestet. L'altitude maximale avec 185 mètres est située à l'extrême nord-est, à l'est du lieu-dit les Quatre Chemins, en limite de Saint-Julien-de-Crempse.

Le bourg de Maurens se situe en distances orthodromiques, neuf kilomètres au nord de Bergerac et quatorze kilomètres au sud-est de Mussidan.

La commune est desservie par les routes départementales (RD) 4, 4E3 qui passe 500 mètres à l'ouest du bourg, et 107.

Entre Saint-Julien-de-Crempse et Queyssac, le GR 654 traverse sur six kilomètres le territoire communal, passant dans le bourg de Maurens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2018, année précédant la création de la commune nouvelle d'Eyraud-Crempse-Maurens, Maurens était limitrophe de sept autres communes. Au nord, le territoire communal est distant de moins de 100 mètres de celui de Beleymas et d'environ 200 mètres de celui de Montagnac-la-Crempse.

Communes limitrophes de Maurens
Saint-Jean-d'Eyraud Saint-Julien-de-Crempse
Laveyssière Maurens Queyssac
Ginestet Bergerac Lembras

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Maurens proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[1] :

  • Alias
  • le Baillard
  • Bardicales
  • la Baysse
  • les Biailles
  • les Bois de l'Homme
  • le Bost
  • le Bost Haut
  • les Brandes
  • le Breuilh
  • la Caboussie
  • Carrière
  • les Cavailles
  • les Cazeilles
  • les Cèdres
  • Charbonnière
  • la Cigalière
  • le Codert
  • Cristefouille
  • le Cros de la Fouine
  • le Fieu
  • Fon Barade
  • Foncaudière
  • la Fontaine du Roc
  • la Fontaine Poussouze
  • la Grimardie
  • le Gros Roc
  • le Haut-Perrier
  • Lacoste
  • Ladoux
  • Lacrose
  • Langeat
  • Lavergne
  • Lescuretie
  • Leymarie
  • Leyvitour
  • le Maine
  • May de Mouyou
  • le Paradis
  • le Perrier
  • le Petit Meynot
  • le Petit Prat
  • les Pichottes
  • le Plantou
  • la Pouge
  • les Prades
  • les Quatre Chemins
  • le Rouquet
  • les Sarrazies
  • le Terme Blanc
  • Toucanne
  • la Tour
  • le Touron
  • Tout Vent
  • Toutifaut
  • Tuilière de Lavergne
  • Vallon des Combes
  • le Villageot
  • les Villes

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu est indiquée dans un pouillé du XIIIe siècle et se réfère à son église, sous la forme Sancta Maria de Marenes[2].

On trouve ensuite les graphies Maurencum en 1365, Maurenxs en 1382, et Mourens en 1680[2],[3].

Le nom de la commune est dérivé du nom d'un personnage germanique, Mauringus, et correspond au « domaine de Mauringus »[3]

En occitan, la commune porte le nom de Maurencs[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Maurens était une châtellenie dépendant de celle de Bergerac[2]. Le château de Maurens qui appartenait à Marguerite de Bergerac a été acquis par Guillaume de Nogaret pour le compte du roi de France[5]. En 1310, Isabelle de Levès cède le château pour trois ans au roi d'Angleterre[5]. En 1344, le château est donné au comte de Périgord[5]. Au XIVe siècle, la châtellenie rassemblait les paroisses de Genestet, Lembras, Maurens, Queyssac, la Veyssière, et partiellement de Campsegret et de Sainte-Foy (actuellement Sainte-Foy-des-Vignes, partagée entre Bergerac et Ginestet)[2].

En 1743 est attesté un château, la « Caboussie d'Aliac », au lieu-dit la Caboussie[6].

Au , la commune fusionne avec Laveyssière, Saint-Jean-d'Eyraud et Saint-Julien-de-Crempse pour former la commune nouvelle d'Eyraud-Crempse-Maurens[7]. À cette date, les quatre communes fondatrices deviennent communes déléguées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Maurens est rattachée au canton de Montagnac qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[8]. Le canton de Montagnac est ensuite renommé en canton de Villamblard l'année suivante, à la suite du transfert du chef-lieu de canton depuis Montagnac vers Villamblard[8].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[9]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Maurens est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[10],[11].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Maurens intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Villamblard. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1805 Jean Leyx    
1805 1813 Jean Doat (jeune)    
1813 1816 Joseph Delex-Lacoste   Adjoint délégué
1816 1822 Montaut   Adjoint délégué
1822 1835 Brouwert    
1835 1848 Philippe Fraigneau    
1848 1869 Henri Monlaud    
1869 1881 Élie Laffaux    
1881 1883 Jean Helies    
1883 1884 Jean Loze    
1884 1885 Charles Lambert    
1885 1892 Pierre Valade    
1892 1908 Ernest Loze    
1908 1932 Pierre Lavandier    
1932 1953 Robert Beneyx    
mai 1953 mars 1963 Louis Pralon    
mars 1963 décembre 1967 Honoré Maumont[Note 1]    
décembre 1967 janvier 1968 Christian Flageat SE 1er adjoint faisant fonctions de maire
janvier 1968 mars 2014 Christian Flageat SE Retraité du bâtiment
mars 2014 décembre 2018 Alain Ollivier DVG  

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Maurens relève[15] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Maurens se nomment les Maurençois[16].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2016, la commune comptait 1 047 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1511 2021 1471 5191 1571 0951 1351 1871 113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0941 0721 0691 0421 0941 0271 080956955
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900904900731765690681682700
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6515935957778718961 0061 0221 037
2013 2016 - - - - - - -
1 0461 047-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire.

Fin 2018, Maurens est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec la commune de Campsegret. Maurens s'occupe de la maternelle, du cours préparatoire et du cours élémentaire (CE1 ; Campsegret accueille les enfants en CE2 et en cours moyen (CM1 et CM2).

Économie[modifier | modifier le code]

Les données économiques de Maurens sont incluses dans celles de la commune nouvelle d'Eyraud-Crempse-Maurens.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, deux sociétés implantées à Maurens se classent parmi les cinquante premières de leur secteur d'activité en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016 :

  • dans le secteur agroalimentaire, l'Union régionale des coopératives agricoles d'élevage du Sud-Ouest de la France (activités de soutien à la production animale), 9e avec 12 040 k€[20] ;
  • dans le secteur des services, la Société coopérative agricole Sorelis (activités de soutien à la production animale), 10e avec 8 875 k€[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Maurens (Dordogne) Blason Coupé émanché : au 1er d'azur à deux roses de jardin d'argent tigées et feuillées du même, celle de dextre posée en barre et celle de senestre posée en bande, au 2e de gueules à trois lions d'or, armés, lampassés et couronnés d'azur[24].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Photothèque[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonctions.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Maurens » sur Géoportail (consulté le 7 octobre 2018).
  2. a b c et d Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Maurens », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 27 juillet 2016.
  3. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 214-215.
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 10 mars 2014.
  5. a b et c Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 173.
  6. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 58.
  7. « Arrêté portant création de la commune nouvelle Eyraud-Crempse-Maurens » [PDF], sur Préfecture de la Dordogne, Recueil des actes administratifs de la Dordogne, (consulté le 30 septembre 2018), p. 42-46
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  10. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  11. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 8 octobre 2018.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 8 octobre 2018.
  14. Période 1800-2014 : document « Maires de Maurens de la Révolution à nos jours » vu le 23 octobre 2018 à la mairie de Maurens.
  15. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 6 octobre 2018).
  16. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 18 octobre 2018.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  21. « Services », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 39.
  22. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 206.
  23. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 169
  24. L'Armorial des villes et des villages de France, consulté le 25 octobre 2018.