Le Bugue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bugue
Le Bugue, au bord de la Vézère.
Le Bugue, au bord de la Vézère.
Blason de Le Bugue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée de l'Homme
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Jean Montoriol
2014-2020
Code postal 24260
Code commune 24067
Démographie
Gentilé Buguois, Buguoises
Population
municipale
2 704 hab. (2014)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 05″ nord, 0° 55′ 40″ est
Altitude Min. 48 m – Max. 245 m
Superficie 28,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Le Bugue

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Le Bugue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bugue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bugue
Liens
Site web site officiel

Le Bugue est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. De 1790 à 2015, la commune était le chef-lieu du canton du Bugue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une maison dans la Grand'Rue.

La commune est implantée dans le Périgord noir sur les rives de la Vézère, près de son confluent avec la Dordogne.

Accès par train (gare du Bugue) et par la route départementale 703 et la route départementale 710.

La ville du Bugue se trouve au confluent de la Vézère et d'un petit affluent, le ruisseau de Ladouch.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Bugue
Journiac Savignac-de-Miremont
Saint-Avit-de-Vialard du Bugue Saint-Cirq
Paunat,
Limeuil
Saint-Chamassy Campagne,
Audrix

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom d'Al Buga[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au confluent du ruisseau de Ladouch et de la Vézère, Le Bugue fut habité dès la préhistoire. En 964, une abbaye bénédictine y fut fondée sous le nom de Saint-Marcel-et-Saint-Salvador (elle a totalement disparu à la fin du XIXe siècle). Le Bugue connut une période de prospérité jusqu'en 1154, date à laquelle le Périgord devint province anglaise : étant souvent ville frontière entre les troupes anglaises et celles du roi de France, la communauté souffrit de sa position. L'une des dates les plus importantes de l'histoire du Bugue reste celle de novembre 1319 quand le roi de France, Philippe le Long, ordonna par acte scellé que le marché soit tenu perpétuellement le mardi, acte toujours en vigueur au XXIe siècle.

Cité commerciale tranquille jusqu'à la Révolution - en dépit de quelques luttes fratricides entre les seigneurs de Limeuil et de Fleurac -, Le Bugue doit une partie de sa renommée au physicien Jean Rey qui découvrit les lois de la conservation de la masse 200 ans avant Lavoisier et inventa le thermoscope, ancêtre de notre thermomètre moderne. La fin du XIXe siècle fut marquée par la construction du pont et l'arrivée du chemin de fer (Ligne de Périgueux à Agen).

En septembre 1939, les habitants de la commune alsacienne de Marckolsheim ont trouvé refuge au Bugue et dans les communes voisines[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune du Bugue est le chef-lieu du canton du Bugue qui dépend du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[3].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[4]. La commune est alors rattachée au canton de la Vallée de l'Homme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2000, Le Bugue intègre dès sa création la communauté de communes Terre de Cro-Magnon. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

De 1983 à 2008, la ville est dirigée par Gérard Fayolle (RPR puis UMP)[5]. Aux élections municipales de 2008, c'est le socialiste Gérard Labrousse qui le remplace[5]. En 2014, la ville passe de nouveau à droite avec la liste de Jean Montoriol (UMP)[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville du Bugue.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1959 1979 Léopold Salme PS Ingénieur des ponts et chaussées, conseiller général
1979 1983 Élie Leymonerie PS Secrétaire de mairie
1983 2008 Gérard Fayolle RPR puis UMP Professeur de lettres retraité, écrivain, conseiller général (1979-1998), président du conseil général (1992-1994), sénateur (1997-1998)
mars 2008 avril 2014 Gérard Labrousse PS Enseignant retraité
conseiller général (2004-2015)
avril 2014[6] en cours Jean Montoriol UMP Médecin hospitalier à la retraite

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le Bugue a le label « station verte de vacances ». Le Bugue a obtenu le 1er prix des Villes fleuries de Dordogne en 2005, 2006, 2007, 2008.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage du Bugue.

Le Bugue est jumelée avec la ville de Marckolsheim (Bas-Rhin) depuis le 3 mai 1986[2] (jumelage impulsé par les maires Gérard Fayolle et Léon Siegel).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants du Bugue sont appelés les Buguois.

En 2014, Le Bugue comptait 2 704 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Le Bugue[7]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 486 2 475 2 481 1 510 2 661 2 437 2 398 2 735 2 904
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 952 2 969 3 005 2 903 2 918 2 722 2 953 2 651 2 640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 872 2 590 2 545 2 146 2 131 2 142 2 242 2 205 2 077
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
2 424 2 741 2 778 2 784 2 764 2 778 2 760 2 695 2 704
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Famille[modifier | modifier le code]

  • Étudiants : 4,89 %
  • Familles monoparentales : 12,08 %

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, les 3e samedi, dimanche et lundi d'août ont lieu les grandes fêtes de la Saint-Louis avec fête foraine, concours de pêche, brocante, défilés de chars fleuris et feu d'artifice.

Tous les ans, au printemps, a lieu la Foire aux fleurs (27e édition en avril 2016[9]).

Chaque année, lors du week-end de la Pentecôte, se déroule le festival BriKaBrak, proposant au jeune public des « spectacles de cirque, de théâtre et de musique » (14e édition en 2017)[10].

La fête de la moto a lieu tous les deux ou trois ans, au mois de mars ou avril. La 13e édition a eu lieu en avril 2014[11].

Le , Le Bugue a organisé la félibrée (fête de l'Occitanie qui a lieu tous les ans début juillet dans une commune de la Dordogne). Elle l'avait également organisée en 1922.

Sports[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV fondé en 1902, Le Bugue athletic club évolue dans le championnat de France de 1re division fédérale depuis 2008 après avoir remporté le championnat de France de 3e division fédérale en 2006-2007. Lors de la saison 2013-2014, le club repart en 4e série sous le nom de rugby club buguois.

Club de tennis du Bugue, « Le Bugue tennis club », comptant 200 adhérents pour la saison 2013/2014 avec une constante augmentation. Évolue en première division du championnat départemental et régional pour l'équipe 1.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2012[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 952 personnes, soit 35,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (167) a augmenté par rapport à 2007 (145) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 17,5 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune offre 1 501 emplois pour une population de 2 695 habitants[13]. Le secteur tertiaire prédomine avec 46,8 % des emplois mais le secteur administratif est également très présent avec 28,7 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 37 165 167 702 431
Pourcentage 2,5 % 11,0 % 11,1 % 46,8 % 28,7 %
Source des données[13].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 411 établissements[14], dont 265 au niveau des commerces, transports ou services, soixante-quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, quarante-trois dans la construction, vingt-quatre dans l'industrie, et quinze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[15].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les cinquante premières entreprises ayant leur siège social en Dordogne, classées en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013, une est implantée au Bugue : Siniht - Intermarché (hypermarchés) qui se classe 28e avec 29 473 k€[16].

Par secteur économique dans le département, on trouve implantées au Bugue :

  • dans le commerce, Siniht - Intermarché à la 14e place[17] ;
  • dans l'agroalimentaire, trois entreprises[18],
    • Établissements Coudeyrat (transformation et conservation de la viande de boucherie), classée 21e avec 5 855 k€ ;
    • Périfruit SA - La Périgourdine de jus de fruits naturels (préparation de jus de fruits et légumes), 35e avec 2 686 k€ ;
    • Établissements Grolière et Fils (préparation industrielle de produits à base de viande), 49e avec 1 855 k€ ;
  • dans le BTP, trois entreprises[19],
    • Entreprise Héraut (construction de routes et autoroutes), classée 19e avec 6 207 k€ ;
    • Jacques Sudrie et Fils (travaux de plâtrerie), 41e avec 3 954 k€ ;
    • Montastier (travaux de terrassement courants et travaux préparatoires), 46e avec 3 705 k€.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Bugue

Les armes du Bugue se blasonnent ainsi : « D'argent aux trois fasces ondées d'azur, à la crosse contournée d'or brochant sur le tout. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 février 2014.
  2. a et b Christian Lacombe, « Trente années de jumelage », Sud Ouest édition Périgueux, 9 février 2016, p. 21.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  5. a, b et c Thierry Dumas, La droite récupère un de ses fiefs, Sud Ouest édition Dordogne du 31 mars 2014, p. 12.
  6. Le Bugue (24) : Jean Montoriol et la droite reprennent la main sur Sud Ouest du 7 avril 2014.
  7. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 12 février 2014)
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Foire aux fleurs », Sud Ouest édition Périgueux, 20 avril 2016, p. 20.
  10. Christian Lacombe, « BriKaBrak réussi », Sud Ouest édition Périgueux, 8 juin 2017, p. 20g.
  11. « La moto en fête au Bugue », Sud Ouest édition Périgueux, 4 avril 2014.
  12. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 18 octobre 2015.
  13. a et b Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 18 octobre 2015.
  14. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 18 octobre 2015).
  15. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 18 octobre 2015.
  16. « Chiffre d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 16.
  17. « Commerce : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 26.
  18. « Agroalimentaire : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 32.
  19. « Bâtiment/Travaux publics : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 36.