Gaston Ouvrard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaston Ouvrard
Description de cette image, également commentée ci-après

Gaston Ouvrard vers 1920

Naissance
Bergerac (Dordogne)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 91 ans)
Caussade (Tarn-et-Garonne)
Profession Compositeur, chanteur et acteur
Films notables Le Tracassin

Gaston Ouvrard, dit simplement Ouvrard, né le [1] à Bergerac, mort le (à 91 ans) à Caussade, est un auteur-compositeur-interprète comique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'artiste Éloi Ouvrard, il devient une vedette du café-concert, et popularise le style comique troupier inventé par son père.

Il a notamment composé la chanson Je n'suis pas bien portant qui aujourd'hui encore fait partie des classiques de l'humour français. Gaston Ouvrard grave ses premiers disques chez Odéon en 1909 ; on retient la chanson C'est mon frère comme un de ses premiers phonogrammes. Il connaîtra un succès croissant en perpétuant le style comique troupier (pourtant tombé en désuétude) que son père, Éloi, avait lancé en 1877 avec la chanson L'invalide à la tête de bois.

Gaston Ouvrard fut très marqué par la Première Guerre mondiale à laquelle il participa comme simple soldat dès août 1914 et servit dans un régiment de dragons. Il fut démobilisé en . Blessé deux fois, il reçoit la croix de guerre avec citation à la fin du conflit. De la Grande Guerre, il garde, par la suite, l'idée de porter l'uniforme (troupier).

Gaston Ouvrard connaît son apogée entre 1925 et 1935, où il grave ses plus grands succès : Elle met des chaussinnettes (1925), Je n'suis pas bien portant (1934), Les Femmes au régiment (1932). Auteur-compositeur-interprète doué d'une diction tout à fait exceptionnelle, on l'entend moins au détour de la guerre ; cependant, il n'est pas inactif. On le voit au cinéma dans Le Tracassin (1962) et il chante encore Je n'suis pas bien portant sur la scène de Bobino en 1971. Il grave son dernier disque en 1966, où il ne fait que reprendre ses succès.

À partir des années 1950, ses disques deviennent très rétros[pas clair]. Alors qu'il doit faire face à des problèmes financiers, il est soutenu par l'association La roue tourne de Paul Azaïs et Janalla Jarnach, qui aide les artistes en difficultés, et dont le parrain d'honneur est Fernandel.

Durant les années 1960, il participe à quelques émissions télévisées. On l'a même vu dans une émission de 1968[2], aux côtés de Claude François et de Roger Whittaker.

Le 29 janvier 1969, il chante Le Soldat sportif dans l'émission Quatre temps[3]. On le revoit ensuite dans l'émission Les dix ans du Palmarès des chansons (1975), présentée par Guy Lux, où il interprète une nouvelle fois Je n'suis pas bien portant. À Guy Lux qui lui demande, sur le ton de la plaisanterie, sans doute préméditée, s'il sera là pour les vingt ans du Palmarès, Ouvrard, alors âgé de 85 ans, répond : « Mais pourquoi pas jeune homme, vous m'avez l'air en excellente santé ! » L'émission est supprimée en 1981, quelques mois avant la mort d'Ouvrard.

Il a chanté sur la scène de l'Olympia à Paris en 1970 en première partie du spectacle de Jacques Martin et les débuts de Michel Sardou.

Il fut, avec Fernandel, le dernier chanteur à s'être essayé au comique troupier. Souvent rééditées, ses chansons font partie du paysage de la chanson française. Il a notamment enregistré chez Odéon, Pathé, Edison Bell Radio, Ultraphone, Eldorado.

Il s'éteint chez lui en 1981, à l'âge de 91 ans. Il est inhumé au cimetière de Carnas, dans le Gard.

Alain Ouvrard[4], petit-fils de Gaston Ouvrard, a repris ses chansons.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ouvrard sur BNF.fr
  2. Vidéo.
  3. Vidéo.
  4. Gaston Ouvrard sur AlainOuvrard.com
  5. Ces chansons qui font l'histoire (Bertrand Dicale), France info. Le Chien de Sacha.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean et Édith Apesteguy, Les Ouvrard père et fils, Bergerac, Centre Jules-Ferry, les Collectionneurs bergeracois, 2010, (ISBN 2915589097 et 9782915589092)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]