Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
Port-Sainte-Foy au bord de la Dordogne.
Blason de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Pays de Montaigne et Gurson
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Foyen
Maire
Mandat
Jacques Reix
2014-2020
Code postal 33220
Code commune 24335
Démographie
Gentilé Port-Foyens
Population
municipale
2 503 hab. (2015 en augmentation de 0,24 % par rapport à 2010)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 40″ nord, 0° 12′ 40″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 167 m
Superficie 18,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'unité urbaine de Bergerac. Bordée au sud par la Dordogne, elle est arrosée par un de ses affluents, l'Estrop, qui y prend sa source.

Particularité[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le département de la Dordogne (numéro 24) mais a un code postal commençant par 33 (bureau distributeur : Sainte-Foy-la-Grande en Gironde).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Parmi les dix communes limitrophes de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt, la moitié se trouvent dans le département de la Gironde.

Communes limitrophes de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
Saint-Méard-de-Gurçon Monfaucon,
Le Fleix
Fougueyrolles,
Saint-Antoine-de-Breuilh
Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt Saint-Avit-Saint-Nazaire
(Gironde)
Eynesse
(Gironde)
Saint-André-et-Appelles
(Gironde)
Sainte-Foy-la-Grande
(Gironde),
Pineuilh
(Gironde)

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Lo Pòrt de Senta Fe e Ponchac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1859, les trois communes de Saint-Avit-du-Tizac, Le Canet et La Rouquette ont fusionné sous le nouveau nom de Port-Sainte-Foy, c'est-à-dire le port de Sainte-Foy-la-Grande.

En 1960, les communes de Ponchapt et de Port-Sainte-Foy fusionnent sous le nom de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt.

En eaux profondes, ce petit village de mariniers, pêcheurs, artisans, et commerçants de la vigne et du vin a connu son apogée artisanal et commercial avec l'âge d'or de la batellerie sur la Dordogne.

Une intense vie marinière animait alors quais, chais et entrepôts bordant la rivière. Aujourd'hui, Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt c'est aussi le tourisme et les loisirs : sentiers de randonnées, églises romanes et moulins, deux bases de loisirs nautiques (aviron et canoë-kayak), tennis-club et enfin, Maison du Fleuve et du Vin, Musée de la batellerie avec sa vue imprenable sur la Dordogne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 1995 Élie Philit PS Conseiller général (1982-1988)
1995 2001 Joël Creton PS  
2001 mars 2008 Max Geneste    
mars 2008 (réélu en mars 2014) en cours Jacques Reix SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage à l'entrée de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt.

Drapeau de la France Plobsheim (France).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt sont appelés les Port-Foyens[2].

Jusqu'en 1859, les trois communes du Canet, de La Rouquette et de Saint-Avit-du-Tizac étaient indépendantes. Leur regroupement a donné naissance à la commune de Port-Sainte-Foy.

Avant la fusion de 1859[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Le Canet (Dordogne) et La Rouquette (Dordogne).
Évolution démographique de Saint-Avit-du-Tizac
1800 1806 1821 1831 1836
283298302304289
1841 1846 1851 1856 -
278286306315-
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[3].)

Après la fusion des communes de 1859[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ponchapt.

En 1960, la commune de Ponchapt fusionne avec Port-Sainte-Foy qui devient Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt.

À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt[4]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2015, Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt comptait 2 503 habitants.

Évolution démographique de Port-Sainte-Foy, puis de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1101 1901 1971 3141 3191 3171 3221 4001 489
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 4471 4281 2161 1891 2531 2481 3201 4321 594
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
1 7981 8722 0932 2222 3452 3352 4892 503-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini[3] jusqu'en 1962 puis Insee : 1968-1999[5], 2006[6], 2011[7], 2015[8].)

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Église catholique : messes hebdomadaires[9] à Sainte Foy-la-Grande (tous les dimanches à 11 h) ou à Port-Sainte-Foy
  • Églises protestantes de la fédération protestante de France :
    • Église réformée : cultes hebdomadaires à Sainte-Foy-la-Grande ;
    • Église évangélique tzigane : cultes hebdomadaires.
  • Culte musulman sunnite : hebdomadaire.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi est analysé ci-dessous selon qu'il affecte les habitants de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt ou qu'il est proposé sur le territoire de la commune.

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2015[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 873 personnes, soit 34,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (135) a augmenté par rapport à 2010 (122) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,5 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune offre 984 emplois pour une population de 2 503 habitants[11]. Le secteur tertiaire prédomine avec 42,2 % des emplois mais le secteur administratif (administration publique, enseignement, santé, action sociale) est également très présent avec 33,9 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale Total
Nombre d'emplois 77 116 42 415 334 984
Pourcentage 7,8 % 11,8 % 4,3 % 42,2 % 33,9 % 100 %
Source des données[11].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 228 établissements[12], dont 141 au niveau des commerces, transports ou services, trente-trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, vingt-trois dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, seize dans l'industrie, et quinze dans la construction[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt se blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier et au quatrième contre-écartelé au I et au IV de gueules au lion d'or, au II et au III d'argent plain, au deuxième et au troisième d'or à l'aigle de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 17 mars 2014.
  2. Nom des habitants de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt sur habitants.fr, consulté le 12 décembre 2011.
  3. a et b « Notice communale de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 1er avril 2013)
  4. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 25 novembre 2017)
  5. « Séries historiques sur la population et le logement en 2014 - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) », sur Insee (consulté le 25 novembre 2017)
  6. « Populations légales 2006 - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) », sur Insee (consulté le 25 novembre 2017)
  7. « Populations légales 2011 - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) », sur Insee (consulté le 25 novembre 2017)
  8. « Populations légales 2015 - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) », sur Insee (consulté le 13 avril 2018)
  9. Communauté catholique des deux rives du pays foyen
  10. Dossier complet - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2018.
  11. a et b Dossier complet - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2018.
  12. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 décembre 2018).
  13. Dossier complet - Commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt (24335) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2018.
  14. « Inscription du château de Fauga », notice no PA00083077, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 9 février 2011.