Formations superficielles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les formations superficielles correspondent à la partie supérieure de la lithosphère et couvrent la majeure partie des terres émergées. L'expression "formations superficielles" est utilisées par les géomorphologues et constitue un marqueur essentiel de la géomorphologie dynamique.

Les matériaux de la surface terrestre sont particulièrement différenciés et évoluent relativement vite à l'échelle des temps géologiques. Ils intéressent le monde agricole et forestier comme support de formations pédologiques - les sols - et tout projet d'aménagement (construction, urbanisation, infrastructures, etc.).

La genèse de ces formations relève de phénomènes de fracturation des roches et de météorisation comme les altérations, arénisation, désagrégation, cryogenèse, etc. associés aux phénomènes internes du globe comme la tectonique (séismes et volcanismes). Les produits de la météorisation sont des altérites, des clastites, des séismites, des volcanites, des organites, etc.

Genèse des formations superficielles[modifier | modifier le code]

Fracturation[modifier | modifier le code]

La fracturation dépend des qualités mécaniques des roches et des phénomènes internes du globe (Cf. failles, diaclases, décompression, etc.).

Météorisation[modifier | modifier le code]

L'ensemble des agents météoriques agissent sur les roches en affleurement : processus de météorisation.

Thermoclastie[modifier | modifier le code]

Cryoclastie[modifier | modifier le code]

Roche fragmentée par cryoclastie en contexte périglaciaire (Islande)

La cryoclastie (du grec ancien κρύος/kruos, froid et κλασις/klasis, briser, rompre) ou gélifraction est un processus de désagrégation des roches en raison de cycles de gel et de dégel de l'eau.

Haloclastie[modifier | modifier le code]

Vasque granitique du littoral corse (Campomoro-Senetosa) : cristallisation de sels

L'haloclastie est un processus de désagrégation de la roche, particulièrement efficace, lié à la cristallisation de solutions salines. ce phénomène s'observe majoritairement en milieux côtiers et désertiques. Les solutions salines pénètrent dans la roche via les fissures, diaclases, anfractuosités. L'évaporation de l'eau permet la cristallisation des sels et les cristaux exercent alors une pression forte sur les parois des pores et fissures de la roche entraînant la désolidarisation des assemblages minéraux.

Les cycles d'humectation et de dessèchement entraînent une rupture mécanique de la roche, grain à grain (alvéolisation) ou par (desquamation). Des modelés particuliers sont associés à ce processus comme les taffonis.

Pédogenèse[modifier | modifier le code]

La pédogenèse est relative à la construction et à l'évolution des sols.

Formations superficielles issues des dynamiques internes[modifier | modifier le code]

Classifications[modifier | modifier le code]

Formations superficielles autochtones[modifier | modifier le code]

Lors de la tectogenese, il se produit les phénomènes de soulèvement ou d'affaissement. Lorsqu'il y a affaissement, on se retrouve alors dans un relief dépressionnaire d'où se trouvent des formations superficielle conservées c'est-à-dire des formations superficielles qui se reposent sur la Roche mère ; Ce sont les formations superficielles autochtones. Les formations superficielles autochtones sont des formations qui évoluent sur place, des formations qui évoluent à partir de la roche.Ils reposent sur la roche mère. Ils peuvent devenir des sols si leur évolution se fait en présence des matières organiques et de l'activité des êtres vivants. La roche sous-jacente c'est la roche mère.

Formations superficielles allochtones[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il y a soulèvement lors de la tectogenese, on se retrouve alors dans un relief en saillie c'est-à-dire une pente. Les formations superficielles allochtones s'y retrouvent. Ce sont des formations qui ne reposent plus sur la roche mère, des formations superficielles non conservées. ces types de formation ont subi et subissent encore des déplacements plus ou moins lointains. Ils ne sont pas des sols ce sont des sédiments tant que dure leur transit (au cours de leur déplacement) ; c'est le phénomène de morphogenèse. Ils peuvent devenir des sols si pedogeneisées après immobilisation et fixées par la végétation ; c'est le phénomène de pedogenése. Dans ce cas la formation devient une roche mère pour ce sol.

Formations superficielles anthropiques[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Formations superficielles glaciaires et périglaciaires[modifier | modifier le code]

Formations superficielles montagnardes[modifier | modifier le code]

Formations superficielles des milieux désertiques[modifier | modifier le code]

Formations superficielles littorales[modifier | modifier le code]

Formations superficielles volcaniques[modifier | modifier le code]

Techniques d'étude[modifier | modifier le code]

L'étude des formations superficielles implique une cartographie détaillée, l'échatillonnage envue de pouvoir connaitre leurs caracteristiques physiques et chimiques.

Ressources en matériaux[modifier | modifier le code]

Risques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]