Guy Penaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Penaud
Description de cette image, également commentée ci-après
Guy Penaud en 2009.
Naissance
Pau, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Régionalisme[1]
Genres

Œuvres principales

Histoire de Périgueux (1983)
André Malraux et la Résistance (1986)
Dictionnaire biographique du Périgord (1999)

Compléments

Guy Penaud, né le à Pau (Pyrénées-Atlantiques), est un écrivain et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 6 février 1943 à Pau (département des Basses-Pyrénées devenu Pyrénées-Atlantiques en 1969) d'un père périgourdin et d'une mère alsacienne, Guy Penaud fait ses études au collège Saint-Étienne et au lycée Kléber de Strasbourg. Il sert comme parachutiste de choc à Perpignan et à Calvi, avant de faire carrière au sein de la Police nationale[1],[2].

Il commence comme gardien de la paix en septembre 1964. Entre janvier 1965 et avril 1970, il est affecté à la Compagnie républicaine de sécurité no 22 à Périgueux. Il devient, par la suite, officier de police après être sorti major de sa promotion. Il est inspecteur en 1970, inspecteur principal en 1975, puis inspecteur divisionnaire en 1980 à l'antenne périgourdine du Service régional de police judiciaire de Bordeaux. En septembre 1985, il obtient le grade de commissaire de police et devient chef de la Circonscription de Police Urbaine de Bergerac entre 1987 et 1990. Guy Penaud termine sa carrière policière en février 1998 comme directeur départemental de la Sécurité publique du Lot, à Cahors, après avoir été successivement chef adjoint de cabinet du Préfet, adjoint pour la sécurité en Corse (1990-1991), puis chef de la circonscription de Sécurité publique de Compiègne (1991-1995)[1],[2].

Présenté par Jean Secret[2], il est, depuis 1965, membre de la Société historique et archéologique du Périgord[3]. Il est administrateur puis secrétaire-général de l'institution entre 1984 et 1985. Il conseille la société sur la tenue de sa comptabilité et sur les relations presse et médias qu'elle entretient[2].

Il est marié à Jacqueline Penaud[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Guy Penaud est un auteur spécialiste de la Résistance et de l'Occupation[4].

Certains ouvrages de Penaud ont fait l'objet de critiques ou de réserves, comme ci-dessous.

En 1985, la publication de Histoire de la Résistance en Périgord est critiquée par l'ANACR, qui lui reproche d'avoir minimisé les combats de Sainte-Marie-de-Chignac et de Bars[5].

En 1986, il publie André Malraux et la Résistance. Son ouvrage est préfacé par Jacques Chaban-Delmas, et il est utilisé pour des ouvrages plus généraux d'auteurs reconnus, comme celui de Jean-Louis Jeannelle[6], ou celui de Curtis Cate, permettant de combler les lacunes des précédentes biographies[7]. À ce sujet, en 2001, Olivier Todd, dans son propre livre sur Malraux écrit : « En 1986, Guy Penaud avait publié André Malraux et la Résistance, ouvrage qui ébranlait Malraux résistant. La presse appliqua à ce livre la loi du silence, même si Bernard Pivot le montra en fin d’émission. La documentation gênait. Ni historien professionnel, ni membre d’une nomenklatura critique parisienne, l’auteur ne fut pas consulté au moment de la panthéonisation[8] », tout en affirmant plus loin : « L'enquête de Guy Penaud... fondée sur des témoignages accessibles, infirment généralement » la version des faits décrits par Malraux dans ses Antimémoires[9].

En 2006, il publie L'énigme Seznec, ouvrage se voulant « sans parti pris », mais défavorable aux thèses de la manipulation policière ou de l'innocence de Guillaume Seznec dans le meurtre dont il a été reconnu coupable en 1924[10].

Par ailleurs, certains de ses ouvrages ont fait l'objet de recensions favorables, comme mentionné ci-après au regard des ouvrages publiés.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations nationales

Prix littéraires

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Guy Penaud », sur ALCA Nouvelle-Aquitaine (consulté le 1er octobre 2020).
  2. a b c d e et f Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 101, Société historique et archéologique du Périgord, (ISSN 1141-135X, lire en ligne [PDF]), « Séance du mercredi 8 janvier 2003 », p. 23, 26-28.
  3. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 101, Société historique et archéologique du Périgord, (ISSN 1141-135X, lire en ligne [PDF]), « Liste des membres de la société », p. 29.
  4. « Guy Penaud raconte la Résistance », sur SudOuest.fr (consulté le 28 septembre 2020)
  5. Jean-Jacques Gillot, Les communistes en Périgord, 1917-1958, Pilote 24, (ISBN 978-2-912347-72-5, lire en ligne), p. 290
  6. Jean-Louis Jeannelle, Résistance du roman. Genèse de "Non" d'André Malraux: Genèse de Non d'André Malraux, CNRS, (ISBN 978-2-271-07741-7, lire en ligne), p. 47-79
  7. Marius-François Guyard, « Curtis Cate André Malraux », sur gallica.bnf.fr, Revue d'histoire littéraire de la France, (consulté le 29 septembre 2020)
  8. Olivier Todd, André Malraux, une vie, éd. Gallimard, 2001, p. 614.
  9. Olivier Todd, André Malraux, une vie, éd. Gallimard, 2001, p. 647.
  10. Denis Langlois, Pour en finir avec l'affaire Seznec, La Différence, (ISBN 978-2-7291-2172-3, lire en ligne)
  11. « Le trésor de guerre de la Résistance : les milliards du train Périgueux-Bordeaux », sur www.franceinter.fr (consulté le 29 septembre 2020)
  12. Guy Penaud, Les milliards du train de Neuvic, Fanlac, (ISBN 978-2-86577-218-6, lire en ligne)
  13. « Les milliards du train de Neuvic (Guy Penaud) », sur Critique Livre, (consulté le 29 septembre 2020)
  14. « L'inspecteur Pierre Bonny - Le policier déchu de la "Gestapo française" du 93, rue Lauriston », sur La Cliothèque, (consulté le 28 septembre 2020)
  15. Marie-Claire Vitoux, « PENAUD (Guy), Oradour-sur-Glane. Un jour de juin 1944 en enfer: Geste-Editions, 2014 (Témoignage), 348 p. », Revue d'Alsace, (ISSN 0181-0448 et 2260-2941, DOI 10.4000/alsace.2288, consulté le 28 septembre 2020), p. 518–519
  16. Sébastien Bouwy, « Philippe Maine, périgourdin et héros de la Légion Etrangère », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine,
  17. Sébastien Bouwy, « Dordogne : l'historien Guy Penaud publie une biographie de Bernadette Soubirous », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine,
  18. Philippe Poisson, « « Officiers des services secrets anglais face à la police de Vichy en Périgord » de Guy Penaud », sur Criminocorpus, (consulté le 28 septembre 2020)
  19. « Guy Penaud se plonge dans l’arrestation de Jean Moulin », sur Dordogne Libre, (consulté le 30 septembre 2020)
  20. a et b Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 111, Société historique et archéologique du Périgord, (ISSN 1141-135X, lire en ligne [PDF]), « Assemblée générale du 7 mars 1984 », p. 9
  21. a et b Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 133, Société historique et archéologique du Périgord, (ISSN 1141-135X, lire en ligne [PDF]), p. 23 et 28.
  22. Guy Penaud, Petite Histoire - Périgueux, Geste éditions, (ISBN 978-2-367-46098-7), quatrième de couverture.
  23. « Journal Officiel de la République française n°1 du 1 janvier 2006 », sur Légifrance (consulté le 28 septembre 2020).
  24. « Hors-série no 3 : "À la rencontre d'Eugène Le Roy au château de Hautefort" », sur Société d'Art et d'Histoire de Sarlat et du Périgord Noir (consulté le 23 octobre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]