Lembras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lembras
Lembras
Le bourg de Lembras.
Blason de Lembras
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Bergeracoise
Maire
Mandat
Michel Terreaux
2020-2026
Code postal 24100
Code commune 24237
Démographie
Gentilé Lembrasiens
Population
municipale
1 175 hab. (2018 en diminution de 3,13 % par rapport à 2013)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 05″ nord, 0° 31′ 23″ est
Altitude Min. 39 m
Max. 155 ou 163 m
Superficie 10,59 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bergerac (banlieue)
Aire d'attraction Bergerac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bergerac-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lembras
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Lembras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lembras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lembras
Liens
Site web lembras.a3w.fr

Lembras (prononciation API [lɛ̃mbra][1]) est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Caudeau en limites de Creysse et de Lembras.

Dans le quart sud-ouest du département de la Dordogne, en Bergeracois, dans l'unité urbaine de Bergerac, la commune de Lembras s'étend sur 10,59 km2. Son territoire est bordé par les vallées du Caudeau au sud et de son affluent la Seyze au sud-est, et s'étend vers le nord-est en un plateau vallonné occupé par de vastes zones boisées. L'activité agricole y est également représentée, avec une dominante viticole sur des vignobles d'appellations d'origine contrôlée (bergerac et pécharmant).

L'altitude minimale avec 39 mètres se trouve localisée à l'extrême sud-ouest, là où le Caudeau quitte la commune et entre sur celle de Bergerac, au niveau du parc de Pombonne. L'altitude maximale avec 155 ou 163 mètres[Note 1] est située à l'extrême nord-est, au lieu-dit Pinceguerre[2], en limite des communes d'Eyraud-Crempse-Maurens et de Queyssac.

Traversé par la route départementale (RD) 936E1 (ancien tracé de la route nationale (RN) 21 depuis la mise en service en 2010 de la déviation à l'est de Bergerac), le bourg de Lembras est situé, en distances orthodromiques, quatre kilomètres au nord-est du centre-ville de Bergerac, la sous-préfecture.

Le territoire communal est également desservi par la RN 21 à l'est et par les RD 21E1 et 107, cette dernière marquant partiellement la limite ouest de la commune.

À l'intersection de l'actuelle RN 21 et de son ancien tracé, la commune jouit d'une facilité d'accès par rapport aux centres d'emploi du Bergeracois. Cette proximité a fortement influencé son évolution récente vers une vocation résidentielle de plus en plus marquée. La population est bien desservie par la présence dans le bourg de plusieurs commerces de proximité et de services.

En provenance au nord-est de la commune de Queyssac, le GR 654 traverse le territoire communal sur près de six kilomètres, passe dans le bourg de Lembras et continue vers la commune de Bergerac, au sud-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lembras est limitrophe de six autres communes, dont Saint-Sauveur au sud-est, sur un peu plus de 200 mètres.

Carte de Lembras et des communes avoisinantes.
Communes limitrophes de Lembras
Eyraud-Crempse-Maurens
(ancienne commune de Maurens)
Queyssac
Lembras Lamonzie-Montastruc
Bergerac Creysse,
Saint-Sauveur

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lembras est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bergerac, une agglomération inter-départementale regroupant 22 communes[6] et 63 988 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bergerac, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2006, au niveau communal, les sols se répartissaient de la façon suivante : 45,2 % de territoires agricoles, 44,3 % de forêts ou de milieux semi-naturels et 11,1 % de territoires artificialisés[11].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2015 pour le Caudeau et ses rives, impactant le sud de la commune bordé par ce cours d'eau[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Lembras dans sa graphie actuelle apparaît pour la première fois dans un pouillé du XIIIe siècle, puis en 1373 sous la forme Grangia de Lembraco[14],[15]. Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Lembrat[16].

Le nom du lieu correspond à un nom de personnage gallo-roman Lamprus suivi du suffixe -acum, déterminant le « domaine de Lamprus »[14].

En occitan, la commune porte le nom de Lembrac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal comporte plusieurs gisements préhistoriques, notamment au niveau du lieu-dit la Ribeyrie[14], La présence mérovingienne est également attestée par plusieurs tombes découvertes dans ce même secteur de la Ribeyrie.

L'ordre des Frères de l'Hôpital Saint-Jean de Jérusalem, devenu plus tard l'Ordre de Malte, avait placé Lembras sous la protection de saint Jean Baptiste. Ils édifièrent une forteresse à la Ribeyrie. En 1113 s'y dressait le château fort à trois enceintes. Vers 1198, Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, fit démanteler cette forteresse. Appelée « tour Cyrano », une tour du XVe siècle a subsisté[14], à la croisée des chemins de Queyssac et des Greloux, témoin du passé médiéval de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Lembras est rattachée au canton de Bergerac qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[17]. En 1973, ce canton est scindé en deux et Lembras est alors rattachée au canton de Bergerac-2[17].

Lors de l'importante réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014 et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton[18].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Lembras intègre dès sa création la communauté de communes de Bergerac Pourpre. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[19],[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989 mars 2008 Jean Liegey    
mars 2008
(réélu en mai 2020[21])
En cours Michel Terreaux SE[22] Retraité

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Lembras relève[23] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Lembras se nomment les Lembrasiens[24].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2018, la commune comptait 1 175 habitants[Note 4], en diminution de 3,13 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596603573679623614624626643
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
594625608582572578563523554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524500487468459443464501555
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5705977239771 1741 1941 1941 2291 152
2018 - - - - - - - -
1 175--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

AOC[modifier | modifier le code]

Vignes à Lembras.

La commune de Lembras est l'une des quatre communes (avec Bergerac, Creysse et Saint-Sauveur) où est cultivé le vignoble qui produit l'AOC pécharmant[28].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2016[29], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 452 personnes, soit 39,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (cinquante-trois) a augmenté par rapport à 2011 (quarante-cinq) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 84 établissements[30], dont quarante-quatre au niveau des commerces, transports ou services, vingt-quatre dans la construction, sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et quatre dans l'industrie[31].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste[32].
  • La tour Cyrano du XVe siècle[14].
  • Au sud du chevet de l'église, le monument aux morts, œuvre du sculpteur Daniel Dorillac (1883 - 1939), représente un poilu.
  • Un ensemble important de rocaille datant de la fin du XIXe siècle composé d'une rambarde, de troncs d'arbres et de deux fauteuils en haut d'un escalier, est visible à l'extérieur d'une propriété privée (domaine de Bellevue Cottage).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lembras Blason
De sinople à la tour d'argent maçonnée et ouverte de sable, au chef cousu de gueules* à la croix d'argent.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (gueules sur sinople).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux valeurs différentes pour l'IGN, 163 mètres sur la carte et 155 sur son ancien site.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 février 2020.
  2. « 163 » sur Géoportail (consulté le 24 février 2020)..
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Bergerac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  11. Lembras, Agence régionale de la biodiversité Nouvelle-Aquitaine, consultée le 26 février 2020.
  12. PPR inondation - 24DDT20130002 - Le Caudeau, DREAL Aquitaine, consulté le 20 mars 2019.
  13. [PDF] Rivière le Caudeau – Lembras - Plan de prévention du risque inondation p. 6, DREAL Aquitaine, consulté le 20 mars 2019.
  14. a b c d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 199.
  15. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Lembras », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 24 février 2020.
  16. « Lembrat » sur Géoportail (consulté le 24 février 2020)..
  17. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 septembre 2018).
  19. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 5 septembre 2020.
  20. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 29 octobre 2020.
  21. « Ils ont aussi été élus », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 16.
  22. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 5.
  23. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 9 décembre 2020).
  24. Fiche commune Lembras, Union des maires de la Dordogne, consultée le 17 novembre 2016.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. [PDF] Aire géographique AOC pécharmant, INAO, consulté le 23 février 2020.
  29. Dossier complet - Commune de Lembras (24237) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 février 2020.
  30. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 novembre 2018).
  31. Dossier complet - Commune de Lembras (24237) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  32. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 152.