Veyrines-de-Vergt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergt (homonymie).

Veyrines-de-Vergt
Veyrines-de-Vergt
La mairie de Veyrines-de-Vergt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Communauté d'agglomération Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Jean-Paul Montoriol
2014-2020
Code postal 24380
Code commune 24576
Démographie
Gentilé Veyrinois
Population
municipale
265 hab. (2016 en augmentation de 6,85 % par rapport à 2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 12″ nord, 0° 46′ 17″ est
Altitude Min. 139 m
Max. 254 m
Superficie 11,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Veyrines-de-Vergt

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Veyrines-de-Vergt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veyrines-de-Vergt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veyrines-de-Vergt
Liens
Site web www.veyrines-de-vergt.fr

Veyrines-de-Vergt est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La vallée du Caudeau en limite sud de la commune.

La commune de Veyrines-de-Vergt, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Elle se situe dans la partie sud du Périgord central. Elle est bordée au sud par un affluent de la Dordogne, le Caudeau, qui lui sert de limite naturelle avec Sainte-Alvère puis Saint-Laurent-des-Bâtons. À l'est, c'est le Vern, un affluent de l'Isle, qui la sépare de Cendrieux. La fraisiculture y est une activité importante.

Le territoire communal est desservi par les routes départementales (RD) 42 et 42E2.

L'altitude minimale, 139 mètres, se trouve au sud-ouest, au lieu-dit le Moulin de la Croix, là où le Caudeau quitte la commune pour servir de limite entre celles de Saint-Laurent-des-Bâtons et de Saint-Michel-de-Villadeix. L'altitude maximale avec 254 ou 255 mètres[Note 1] est localisée à l'est, au lieu-dit Chante-Alouette, au nord de la RD 42[1].

Comme d'autres communes sous la même latitude, Veyrines-de-Vergt est traversée par le 45e parallèle nord. Elle est donc située à mi-chemin entre le pôle Nord et l'équateur.

Le village de Veyrines-de-Vergt, à plus d'un kilomètre de la RD 42E2, se situe, en distances orthodromiques, cinq kilomètres au sud-est de Vergt et quinze kilomètres au nord-ouest du Bugue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Veyrines-de-Vergt est limitrophe de trois autres communes.

Communes limitrophes de Veyrines-de-Vergt
Salon
Saint-Michel-de-Villadeix Veyrines-de-Vergt
Val de Louyre et Caudeau

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient, soit de l'occitan veirina désignant une verrerie, soit du latin veterinae, signifiant « bêtes de somme », correspondant à un local où étaient logés les animaux, dans un relais routier[2].

En occitan, la commune porte le nom de Veirinas de Vern[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention connue du site apparait au milieu du XIIe siècle sous la forme Veirinas. Deux siècles plus tard, un château est mentionné sous la forme Castrum de Vitrinis[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Veyrines-de-Vergt intègre dès sa création la communauté de communes du Pays vernois. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe. Elle est elle-même dissoute le et ses communes sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1794 André Teilhiet    
1794 1800 Pierre Gontier    
1800 1803 Pierre Tabanon    
1803 1816 Antoine Teilhiet Lamarias    
1816 1830 Antoine Charbonnier    
1830 1835 Eymerie Tabanon    
1835 1846 J Lacoutaudie    
1846 1848 Jean Labrousse    
1848 1848 Célestin Mirabel    
1848 1870 Hyppolyte François Linarés    
1870 1874 Jean Baptiste Gontier    
mars 1874 janvier 1881 Jacques Linarés (Tuillère)    
janvier 1881 1896 Pierre (Abel) Favareille    
mai 1896 mai 1900 Marcel Serre    
mai 1900 1908 Simon Serre    
mai 1908 décembre 1919 Abel Favareille    
décembre 1919 1943 ou 1944 Louis Gorce    
1943 ou 1944 1944 Délégation spéciale[Note 2]    
1944 avril 1957 Louis Gorce    
avril 1957 mars 1983 Gabriel Lestang    
mars 1983[5] (réélu en mars 2014[6]) En cours Jean-Paul Montoriol SE Agriculteur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les communes du Pays vernois sont jumelées avec la ville canadienne de Saint-Jacques de Montcalm depuis 1996[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Veyrines-de-Vergt se nomment les Veyrinois[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 265 habitants[Note 3], en augmentation de 6,85 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780705698645693663643653660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682670614589602578563528504
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
465387359347328301314272241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
228213175185192176201241256
2016 - - - - - - - -
265--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'ancienne école de Veyrines-de-Vergt.

En 2013, la commune n'a plus d'école. Veyrines-de-Vergt est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec la commune de Vergt au niveau des classes de primaire.

Sports[modifier | modifier le code]

Quelques prix cyclistes ont été organisés dans la commune, notamment le Circuit de la Fraise 1993. Chaque 15 août, jour de la fête votive, a lieu le Prix des Fêtes, organisé par les cercles cyclistes comme le CC Périgourdin, le SC Périgord, la JS Astérienne ou l'ASPTT Périgueux[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Tunnels de fraisiculture le long de la route départementale 42.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[14], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 114 personnes, soit 43,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quatorze) a légèrement augmenté par rapport à 2010 (treize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte trente-trois établissements[15], dont treize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, onze au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans l'industrie, deux dans la construction, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Au sud, la vallée du Caudeau, de ses affluents, et le marais du Petit Mas font partie d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I où deux espèces déterminantes ont été recensées en 2008, une libellule l'Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) et une plante l'Orchis à fleurs lâches (Anacamptis laxiflora)[20],[21]. Lors d'un précédent recensement en 1982, le site était fréquenté par la Loutre d'Europe (Lutra lutra) et le Vison d'Europe (Mustela lutreola)[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Durrens (1921-2002), graveur, avait installé son atelier au lieu-dit les Garissoux, sur la commune de Veyrines-de-Vergt[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon deux sources différentes du Géoportail, la carte indique 255 mètres alors que la boîte « Communes » précise 254.
  2. Délégation spéciale présidée par Émilien Bort.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 255 Chante-Alouette » sur Géoportail (consulté le 30 décembre 2012).
  2. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 423-424.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 avril 2014.
  4. Registres de délibérations communales (période 1871-1983) + document Veyrines de Vergt honore ses maires de la mairie de Veyrines-de-Vergt, vus le 12 juillet 2013.
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 10 septembre 2014.
  6. À Veyrines-de-Vergt, Sud Ouest édition Périgueux du 7 avril 2014, p. 18.
  7. Bernard Vasseur, « Le comité de jumelage du Pays vernois a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 14 juin 2016, p. 19.
  8. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 25 novembre 2016.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Site de la Dordogne Cycliste
  14. Dossier complet - Commune de Veyrines-de-Vergt (24576) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  15. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 février 2019).
  16. Dossier complet - Commune de Veyrines-de-Vergt (24576) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  17. Sud Ouest, édition Périgueux du 18 février 2009.
  18. Veyrines de Vergt sur le site de la Communauté de communes du Pays vernois, consulté le 30 décembre 2012.
  19. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 128-129.
  20. a et b [PDF] Marais du Petit Mas, vallée amont du Caudeau, DREAL Aquitaine, consulté le 12 février 2019.
  21. Carte de localisation de la ZNIEFF 720012836, DREAL Aquitaine, consulté le 12 février 2019. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».
  22. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 351.