Véloroute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Véloroute en Allemagne

Une véloroute est un itinéraire cyclable de moyenne ou longue distance, continu (sans interruption, y compris dans les villes), adapté à la circulation à vélo (sécurité, balisage). En France, une véloroute n'est généralement pas entièrement en site propre : elle est composée d'un mélange de voies partagées avec les modes de transport motorisés et de voies en site propre pouvant être des voies vertes aux caractéristiques elles-mêmes normalisées. La véloroute permet de mettre en place des itinéraires cyclables sur de grandes distances sans devoir tout passer en site propre et en exploitant le réseau de routes secondaires très dense et peu fréquenté.

Définition (France)[modifier | modifier le code]

Une véloroute est un itinéraire pour cyclistes à moyenne et longue distance d'intérêt départemental, régional, national ou européen, reliant les régions entre elles en empruntant tous types de voies y compris partagées avec les véhicules motorisés dans la mesure où elles sont sécurisées. Une véloroute peut comprendre des voies vertes, qui sont des aménagements en site propre réservés aux déplacements non motorisés des cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite et piétons. Une véloroute doit répondre aux caractéristiques suivantes [1] :

  • Continuité : l'itinéraire ne doit pas être interrompu.
  • Sécurité : les cyclistes doivent bénéficier d'un haut niveau de sécurité vis-à-vis des véhicules à moteur. Les routes empruntées doivent avoir un trafic modéré (< 1000 véhicules par jour).
  • Il doit exister un balisage et un jalonnement dédié et uniforme.
  • Services : l'itinéraire doit offrir aux usagers des services tels que des transports en commun à des points clés de l'itinéraire.
  • Entretien : l'itinéraire doit être entretenu en permanence.
  • Facilité : une véloroute doit être adaptée à tous les cyclistes, notamment la déclivité doit être inférieure à 3 % sauf en zone de montagne.
  • Incitatif : l'utilisation d'une véloroute par les cyclistes n'est pas une obligation.


Véloroutes et voies vertes sont deux concepts différents, mais en relation :

  • la fréquentation d’une véloroute s'accroît avec la proportion de voies vertes qu'elle comporte;
  • une voie verte est d’autant plus fréquentée par les cyclistes qu’elle est intégrée à une véloroute[2].

Situation en France[modifier | modifier le code]

Une association d’usagers, l'Association française des véloroutes et voies vertes (AF3V)[3], fait la promotion de ces véloroutes. Soutenue par le ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement , elle met à disposition via son site Internet la liste des véloroutes de France.

Le schéma national véloroutes et voies vertes a été adopté par le Comité interministériel d’aménagement du territoire du 15 décembre 1998[4]. Ce schéma prévoit la réalisation d’un réseau structurant de 7 000 à 9 000 km[5] traversant l’ensemble des régions françaises avec comme objectifs : la création d'emplois permanents dans différents secteurs (loisirs, tourisme, services et aménagement), la revitalisation rurale, l'interconnexion entre les villes et le développement des modes de déplacements non polluants[6]. Le réseau a été pensé de façon à proposer au moins une véloroute par région, à assurer la continuité avec les réseaux européens et à réutiliser des infrastructures existantes (voies ferrées désaffectées, chemins de service le long des canaux et rivières, voies cyclables existantes…). C'est la Mission Nationale Véloroutes et Voies Vertes[7] (MN3V) qui a été chargée par la circulaire interministérielle du [8] de mettre en œuvre ce schéma national.

Avancement du réseau[modifier | modifier le code]

Voies vertes et véloroutes en France, réalisées ou en projet (en 2014)

Le projet de réseau qui n'était encore, il y a quelques années, pour l'essentiel qu'un schéma est désormais en partie une réalité. La situation reste néanmoins contrastée: de grands itinéraires sont en majorité aménagés et bien valorisés, d'autres sont en partie praticables, en cours de réalisation ou font l'objet de projets mais plusieurs parcours restent encore mal définis.

La véloroute EuroVelo 1 est entièrement jalonnée depuis 2012 de l'estuaire de la Loire à la frontière franco-espagnole (Hendaye). En majorité de bonne qualité, cette véloroute comprend environ 80 % de voies vertes mais il reste encore quelques tronçons sur routes à grande circulation sans aménagement cyclable, tronçons ne respectant donc pas les normes du cahier des charges (notamment au nord de Bayonne et de Biarritz à Hendaye)[9].

La véloroute EuroVélo 6 qui relie l'estuaire de la Loire à Bâle par la Loire à vélo, le canal du Centre, le Doubs et le canal du Rhône au Rhin est aménagée dans sa plus grande partie.

L'avenue verte de Paris à Dieppe comprend deux variantes par Gisors et par Beauvais. Cette véloroute comporte plusieurs tronçons provisoires très imparfaits ne respectant pas les normes du cahier des charges (passages sur routes à grande circulation sans aménagement, passerelle avec escaliers, chemins non revêtus, etc.) particulièrement dans la région Île-de-France. L'aménagement du tronçon de 5 km d'accès au centre de la ville de Dieppe est programmé.

La véloroute de l'Entre-deux-Mers qui reliera la côte atlantique (Royan[10] et Lacanau) à la Méditerranée (Sète) est réalisée dans une proportion importante. Elle comprend la plus longue voie verte de France le long du canal de la Garonne et plusieurs voies vertes étendues, de Lacanau à Bordeaux, de Bordeaux à Sauveterre-de-Guyenne, de Toulouse au Seuil-de-Naurouze le long du canal du Midi, de Béziers à Portiragnes également le long du canal du Midi dans le département de l'Hérault. L'aménagement du chemin de halage du canal du Midi dans le département de l'Aude, principale lacune, est en projet[11].

La véloroute du Téméraire Moselle-Saône est également en bonne voie de réalisation [12]

La véloroute Véloscénie Paris-Mont-St-Michel comprend deux longues voies vertes, de Condé-sur-Huisne à Alençon, et de Domfront à Pontaubault, une véloroute de Condé-sur-Huisne à Chartres par Nogent-le-Rotrou se prolongeant dans la vallée de l'Eure au nord de Chartres. Un tronçon central d'Alençon à Domfront dans le département de l'Orne est balisé ainsi que le parcours de Chartres à Versailles. À l'exception de la coulée verte du sud parisien le parcours en Île-de-France est très sinueux, comprend des tronçons difficilement praticables et d'autres non fléchés; il reste donc encore partiellement un projet à long terme[13].

La véloroute ViaRhôna ou EuroVelo 17, bien avancée en 2017, comprend une majorité de voies vertes et encore plusieurs parcours provisoires. La partie au sud de Lyon jusqu'à Givors, non encore réalisée, emprunte une route à grande circulation. La construction devrait prendre plusieurs années[14].

Le projet de véloroute EuroVelo 3 est très contrasté. En grande partie réalisé dans les département du Nord et de l'Aisne, assez bien défini jusqu'au Val-de-Loire, le parcours de la Touraine au Pays basque est en 2013 au stade du schéma[15].

Dans d'autres pays[modifier | modifier le code]

Le National Cycle Network britannique en 2011

En Suisse, la fondation La Suisse à vélo, rebaptisée depuis 2008 « Suisse Mobile », est chargée de développer et d'entretenir le réseau national de véloroutes, ainsi que des itinéraires de randonnée à roller, à vélo, à pied et en canoë.

En région wallonne, le réseau autonome de voies lentes RAVEL comprend 5 itinéraires principaux se développant essentiellement sur les chemins de service des voies navigables et les voies ferrées désaffectées, avec des liaisons sur routes secondaires[16].

En Grande-Bretagne, en 2018 les 246 véloroutes du National Cycle Network représentaient 26.674 kilomètres, dont 32% en voies vertes. Elles avaient en 2017 été utilisées pour 786 millions de déplacements, effectués par 4.4 millions de personnes.

Au Québec, la route verte est un réseau de 5 000 km comprenant une proportion importante de voies vertes en site propre.


Quelques véloroutes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]