Nontron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nontron
Vue générale de la ville de Nontron.
Vue générale de la ville de Nontron.
Blason de Nontron
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
(sous-préfecture)
Arrondissement Nontron (chef-lieu)
Canton Nontron (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord vert nontronnais
Maire
Mandat
Pascal Bourdeau
2014-2020
Code postal 24300
Code commune 24311
Démographie
Gentilé Nontronnais
Population
municipale
3 281 hab. (2011)
Densité 133 hab./km2
Population
aire urbaine
4 817 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 46″ N 0° 39′ 43″ E / 45.5294444444, 0.661944444444 ()45° 31′ 46″ Nord 0° 39′ 43″ Est / 45.5294444444, 0.661944444444 ()  
Altitude Min. 152 m – Max. 308 m
Superficie 24,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Nontron

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Nontron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nontron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nontron

Nontron est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. Chef-lieu du canton de Nontron et de l'arrondissement de Nontron, c'est l'une des trois sous-préfectures du département.

Ses habitants sont appelés les Nontronnais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Quartier Notre-Dame

Chef-lieu (sous-préfecture) de l'arrondissement le plus au nord de la Dordogne, Nontron est au cœur du Périgord vert.

Avec ses paysages variés et une nature préservée, elle se situe au cœur du parc naturel régional Périgord Limousin, presque à équidistance de Périgueux, Limoges et Angoulême. Elle fut pendant très longtemps très enclavée, aucun axe routier important n'y passant, ce qui constitua un frein considérable au développement économique local.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La ville faisant partie géologiquement du Massif central est construite sur le rebord du socle hercynien (paragneiss, granodiorites du Massif de Piégut-Pluviers et quelques lambeaux liassiques), juste au sud commence le terrain calcaire jurassique du Bassin aquitain.

Dans le sous-sol on y trouve comme matières premières des gisements de grès (arkoses du Lias), des roches granitiques (granodiorites) et, dans la partie calcaire, de la pierre blanche à bâtir, castine et pierres à chaux. La nontronite, un minéral riche en fer et appartenant aux phyllosilicates, fut nommée ainsi d'après l'arrondissement de Nontron. Le sous-sol recèle également des minéraux riches en baryum (baryte), manganèse, plomb argentifère (galène), et cuivre.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Bandiat, sous-affluent de la Charente, traverse la commune où il sort du Massif central.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nontron
Le Bourdeix

Saint-Martin-le-Pin
Augignac

Savignac-de-Nontron
Nontron
Saint-Martial-de-Valette Sceau-Saint-Angel Saint-Pardoux-la-Rivière

Toponymie[modifier | modifier le code]

D’après l’historien Ribault de Laugardière, le nom Nontron viendrait de la langue de Tyr, se composant de Nata : « vallée » et Dun : « montagne ». Au cours des siècles l’écriture variait entre Natadun, Nattun, Nantrun, Nontroun, avant l’actuel Nontron. En occitan, la ville se nomme Nontronh[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Place de l'Hôtel de ville en 1925

La ville existait probablement déjà 1 100 ans avant notre ère et fut plusieurs fois ravagée par des envahisseurs, les Sarrasins au VIIe siècle, les Normands au IXe siècle.

Au VIIIe siècle, le castrum gallo-romain est donné par les comtes de Limoges à l’abbaye poitevine de Charroux. Puis, au cours des siècles la ville change plusieurs fois d'appartenance pour devenir, lors de la Révolution, sous-préfecture du département de la Dordogne.

La gare ferroviaire fonctionnait entre 1891 et 1946 pour les voyageurs, et jusqu'en 1970 pour les marchandises.

Une prison militaire fut ouverte de 1940 à 1946 dans les locaux de l'ancienne prison civile. Elle fut le lieu de détention de suspects et de condamnés politiques, principalement communistes ou trotskystes, dont Michel Bloch, le frère de France Bloch-Sérazin qui fut décapitée par les nazis à Hambourg. Sous le Régime de Vichy, quelques résistants y furent également incarcérés[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1977 Henri Laforest Radical  
1977 1995 René Join PS Enseignant retraité
1995 mars 2014 Pierre Giry UMP Assureur retraité
mars 2014 en cours Pascal Bourdeau[3] PS Ingénieur terrirorial
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Actuellement, la commune ne participe plus aux jumelages entre villes. Mais le lycée coopère avec des lycées allemands à Berlin et Hildesheim. Au début des années 1980, il existait un jumelage actif avec Thame dans le comté d'Oxfordshire en Angleterre, des dons de livres à la bibliothèque municipale en témoignent.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Nontron depuis 1793. En 2011, Nontron comptait 3 281 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Nontron[4]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 356 2 809 2 990 2 865 3 246 3 573 3 609 3 692 3 704
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 546 3 581 3 557 3 223 3 427 3 687 4 151 3 585 3 657
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 686 3 426 3 508 3 059 3 112 3 019 2 943 3 204 3 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 593 3 792 3 954 3 850 3 558 3 500 3 465 3 458 3 281
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (35 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (30,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,5 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,3 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 17,3 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 30,7 %) ;
  • 53,5 % de femmes (0 à 14 ans = 13,6 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 17,2 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 38,8 %).
Pyramide des âges à Nontron en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90 ans ou +
3,6 
11,5 
75 à 89 ans
17,0 
18,3 
60 à 74 ans
18,2 
21,0 
45 à 59 ans
17,9 
17,3 
30 à 44 ans
17,2 
15,7 
15 à 29 ans
12,6 
15,3 
0 à 14 ans
13,6 
Pyramide des âges du département de la Dordogne en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
9,7 
75 à 89 ans
13,5 
17,4 
60 à 74 ans
17,7 
22,6 
45 à 59 ans
21,6 
18,8 
30 à 44 ans
18,1 
14,7 
15 à 29 ans
13,1 
16,2 
0 à 14 ans
14,3 

L'agglomération et l'aire urbaine de Nontron[modifier | modifier le code]

L'unité urbaine de Nontron (l'agglomération) regroupe deux communes : Nontron et Saint-Martial-de-Valette[9], soit 4 182 habitants en 2010[10].

L'aire urbaine s'étend sur trois communes supplémentaires : Saint-Front-sur-Nizonne, Saint-Martin-le-Pin et Savignac-de-Nontron[11] et comprend 4 817 habitants en 2010[12].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La mascarade des Soufflaculs, carnaval dont les origines seraient médiévales[13], se déroule dans les rues au mois d'avril depuis 1979[14], attirant des milliers de spectateurs. Les « baboys » sont deux statues monumentales en l'honneur des Soufflaculs. Exceptionnellement en 2012, la mascarade n'a pas eu lieu, pour cause de premier tour d'élection présidentielle[15] et en 2013, faute d'organisateurs[13].
  • La fête du couteau a lieu chaque année le premier week-end d'août. Troisième manifestation d'ampleur nationale après les salons de Paris et de Thiers, la 17e édition rassemblera en 2012 une centaine de couteliers[16].
  • La fête du cheval, qui se tient normalement chaque année fin août, n'a pas eu lieu en 2008[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie : depuis l’époque gallo-romaine et jusqu’au milieu du XIXe siècle, on extrayait du minerai de fer dans le Nontronnais où fonctionnaient beaucoup de forges et de hauts-fourneaux.

Au XXe siècle, on y produisait beaucoup d’articles chaussants. Mais actuellement il ne reste plus que quelques petites usines.

Aujourd'hui, on y trouve des entreprises diverses, allant du luxe (Hermès qui, en 2010, emploie 300 personnes sur place[18]) à l'artisanat, en passant par l'agro-alimentaire. La plupart des commerces se trouvent en centre ville et entourent la Place Alfred Agard (Place de l'Hôtel de Ville). À la périphérie, des supermarchés commencent à s'installer.

Coutellerie[modifier | modifier le code]

La ville est connue pour ses coutelleries. Cette activité existe probablement depuis le Moyen Âge, bien qu'on ne la trouve mentionnée dans un acte qu'en 1653. La « Fête du Couteau » a lieu chaque année un week-end au mois d'août. En 2013, plus d'une centaine d'exposants sont attendus pour la 18e édition[19].

Le couteau Nontron le plus célèbre est un couteau artisanal de poche fermant (n° 25). Son manche est en buis pyrogravé avec une virole en laiton. C'est le plus ancien couteau fermant en France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Nontron, XVIIIe et XIXe siècles, inscrit au titre des monuments historiques en 1984[20]
  • Le Pôle expérimental des métiers d'art regroupe les artisans d'art et les artistes du Nontronnais. Une salle d'exposition, au château, permet aux visiteurs d'admirer les œuvres réalisées.
  • Le jardin des Arts.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional Périgord-Limousin[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1998, le parc naturel régional Périgord-Limousin intègre la commune de Nontron.

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune présente une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I, limitée sur le territoire communal à la vallée du Bandiat[21],[22].

Site[modifier | modifier le code]

Depuis 1944, les immeubles situés le long de l'avenue du général Leclerc, de la rue Carnot, de la rue André Picaud et la partie de la rue de la Croisette proche de l'église font l'objet d'une protection par décret. Site inscrit, les Immeubles de Nontron s'étendent sur près de deux hectares et demi[23],[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ribault de Laugardière, Monographie de la ville et du canton de Nontron, 1888, reprint 1979.
  • Hervé Lapouge, Les Maires de Nontron ou Deux Siècles de vie municipale aux éditions Deltaconcept (Directeur : Jean Jacques Duvoisin [1]) (préface de Frédéric de Saint-Sernin). – Nontron : 2005. [4]-278 p., 21 cm. – ISBN 2-9520843-7-8. – En appendice, choix de documents.
  • Cahiers de doléance du Nontronnais, Lycée de Nontron, 1989.
  • Sous la coordination de Jacques Lagrange, Nontron & le Pays Nontronnais - Éditions Pilote 24 - 1996 - en 2 tomes ("Quinze enfants du pays, parmi les plus titrés, ont livré leurs dernières études sur les différents aspects de leur terre")

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 28 août 2013.
  2. Jean-Jacques Gillot (bulletin trimestriel de la Société historique et archéologique du Périgord, 2e trimestre 2009) et l'ouvrage grand public tiré de sa thèse d'université, Les communistes en Périgord, 1917-1958, Pilote 24 édition
  3. Pascal Bourdeau maire de Nontron, Sud Ouest édition Dordogne du 29 mars 2014, p. 15.
  4. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 14 mars 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Nontron en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de la Dordogne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  9. Insee, unité urbaine 2010 de Nontron, consulté le 29 octobre 2011.
  10. Unité urbaine 2010 de Nontron (24109), sur le site de l'Insee, consulté le 18 août 2013.
  11. Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Nontron, consulté le 29 octobre 2011.
  12. Aire urbaine 2010 de Nontron (610), sur le site de l'Insee, consulté le 18 août 2013.
  13. a et b Hervé Chassain, Soufflaculs : le retour, Sud Ouest, édition Périgueux du 4 avril 2014, p. 24a.
  14. Journal Sud Ouest, édition Périgueux du 17 avril 2009
  15. Jacques Hesault, Pas de mascarade des Souflaculs, Sud Ouest, édition Périgueux du 1er mars 2012.
  16. Hervé Chassain, Encore plus affûtée, Sud Ouest édition Dordogne du 27 juin 2012.
  17. Journal Sud Ouest, édition Périgueux du 19 août 2008
  18. Le nouveau site d'Hermès sera inauguré le 10 juin, Sud Ouest édition Périgueux du 15 mai 2010
  19. Bérénice Robert, Le couteau séduit, Sud Ouest édition Dordogne du 9 août 2013, p. 19.
  20. « Château de Nontron », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 octobre 2011.
  21. Vallées du réseau hydrographique du Bandiat sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 29 octobre 2011.
  22. Carte de la ZNIEFF 27040000 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 29 octobre 2011.
  23. Site inscrit - Immeubles de Nontron sur le site de la DIREN Aquitaine [PDF], consulté le 29 octobre 2011.
  24. Carte du site inscrit 0000448 sur le site de la DIREN Aquitaine [PDF], consulté le 29 octobre 2011.