Jean Boudet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boudet.

Jean Boudet
Jean Boudet
Le général de division comte Jean Boudet. Gravure par Jean, Paris, XIXe siècle.

Naissance
Bordeaux, France
Décès (à 40 ans)
Moravské Budějovice, République tchèque
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Grade Général de division
Années de service 1784-1809
Commandement 4e division du IVe corps d'armée
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Toulon
Marengo
Essling
Wagram
Distinctions Comte de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de l'Ordre de la Couronne de Fer
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 16e colonne.

Jean Boudet, né le à Bordeaux et mort le à Moravské Budějovice, en République tchèque, est un général français de la Révolution et de l’Empire. Il est inhumé à Bergerac en Dordogne[1]. Une grande partie de sa carrière militaire se déroula outre-mer (Guadeloupe, Haïti...).

Biographie[modifier | modifier le code]

Du sous-lieutenant au général de division[modifier | modifier le code]

Boudet commence sa carrière militaire en 1784, en qualité de sous-lieutenant dans la légion de Maillebois. Il est ensuite dragon au régiment de Penthièvre le 22 octobre 1785. Il obtient son congé le 10 avril 1788 et se retire dans sa famille à Bordeaux. Lors de la formation des gardes nationales, il entre comme lieutenant dans le 7e bataillon de volontaires de la Gironde le 5 août 1792, avant de recevoir son brevet de capitaine le 18 octobre 1792. Il se distingue par une rare bravoure au combat de Château-Pignon, le 6 juin 1793.

Il assiste au siège de Toulon et à la guerre de la Vendée en 1794. Le 21 avril, il part de l'île de Ré pour la Guadeloupe avec le grade de lieutenant-colonel, aux côtés de Victor Hugues. La Guadeloupe est alors occupée par les Anglais. Il débarque à la Pointe des Salines et s'empare du fort Fleur d'épée et de la ville de Pointe-à-Pitre, vigoureusement défendus par l'ennemi. Ce fait d'armes lui vaut d'être nommé chef de brigade le 18 juin 1794. Le 14 décembre 1795, il devient général de brigade et commandant en chef de l'armée de Guadeloupe. Il se marie le 28 décembre 1794 à Pointe-à-Pitre avec Marie Joseph Elisabeth Augustine Darboussier.

Il achève la conquête de l'île par une série de succès. Il est élevé au grade de général de division le 20 octobre 1796, sur recommandation des directeurs Victor Hugues et Lebas. C'est Boudet qui, à la tête de quelques dragons, réprime la rébellion de Lamentin en décembre 1797. Au bout de deux ans, après avoir mis l'île en état de défense, il revient en France en avril 1799 pour prendre part à la campagne de Hollande, sous le commandement du général Brune. Après le 18 brumaire, il entre dans l'armée de réserve sous les ordres du général Berthier, destinée à partir pour l'Italie. Chef de l'avant-garde lors de la seconde campagne d'Italie de Napoléon Bonaparte, il s'y distingue à la tête de sa division par plusieurs actions d'éclat, particulièrement à Lodi et à Marengo, où il est blessé.

L'expédition de Saint-Domingue[modifier | modifier le code]

À peine les pourparlers de paix avec l'Angleterre signés à Londres le 1er octobre 1801, il est désigné pour participer à l'expédition en préparation pour Saint-Domingue. Comme plusieurs autres chefs de cette expédition — comme Edme Étienne Borne Desfourneaux ou Donatien-Marie-Joseph de Rochambeau —, il est choisi pour son expérience coloniale. Il est donc placé le 8 octobre à la tête des troupes réunies à Rochefort, qui forment le noyau de sa division lors de l'expédition de Saint-Domingue pour écraser la révolution haïtienne.

Il quitte Brest le 11 décembre 1801 et débarque le 5 février 1802 à Port-au-Prince. Traitant les habitants avec égards, quelle que soit leur couleur, il y est bien accueilli. Opérant isolément du reste des troupes de Leclerc, il s'empare tout aussi facilement de Leogane le 11 février, mais suit ensuite la piste sanglante de Dessalines jusqu'à Saint-Marc le 25 février, puis à la Crête-à-Pierrot. Montant à l'assaut de cette redoute le 11 mars, il y est blessé d'un coup de mitraille au talon et doit abandonner le commandement de sa division, qui passe sous l'autorité de Rochambeau. Pendant ce temps, à la Guadeloupe, le gouvernement provisoire de Magloire Pélage, souhaitant prouver sa fidélité au gouvernement de métropole, demande au général Leclerc de lui envoyer le général Boudet pour prendre le commandement de l'île en attendant que Paris y envoie officiellement un nouveau gouverneur. Boudet reste très apprécié des habitants de la Guadeloupe depuis ses précédents séjours dans l'île.

Il quitte donc Saint-Domingue pour la Guadeloupe le 21 avril 1802. Cependant, l'expédition du général Antoine Richepanse atteint cette île avant lui le 6 mai. La politique brutale de son commandant met immédiatement le feu aux poudres, engendrant l'insurrection de Louis Delgrès et ses compagnons. La présence de Boudet le 28 mai devenant inutile à la Guadeloupe, il retourne rapidement à Saint-Domingue où il est placé à la tête de la division du Nord en septembre. Leclerc le renvoie finalement en France le 28 septembre pour informer le premier Consul de sa situation dramatique. C'est une mission de confiance, donnée à un officier dont il loue les mérites. Pourtant, plus tard, Leclerc l'accuse dans sa correspondance de s'être enrichi de manière malhonnête pendant son séjour à Saint-Domingue.

Général de l'Empire[modifier | modifier le code]

De retour en France, le général Boudet est accueilli en héros. Il est d'abord nommé au commandement de la 1re division d’infanterie du corps du général Victor le 26 octobre 1803, en Hollande, avant de passer peu après au corps du général Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont-Marmont au camp d'Utrecht le 5 février 1804. Il fait la campagne de 1805 sous ce général, puis est envoyé à l’armée d’Italie en 1806. En 1807, il est en Allemagne et prend part au siège de Kolberg sous les ordres de Murat. Après la paix de Tilsitt, il s'empare également de la forteresse de Stralsund. En récompense de ses services, Napoléon Ier lui confère le titre de comte de l'Empire en 1808, auquel s'ajoute un revenu de 30 000 francs sur la Poméranie suédoise.

Boudet prend garnison dans les villes hanséatiques. Il est aux premières loges pendant la campagne d'Autriche de 1809, à la tête de la 4e division du IVe corps d'armée du maréchal Masséna. Le général Boudet assiste à la prise de Vienne, puis s'illustre lors de sa défense acharnée du village d'Essling les 21 et 22 mai 1809, en transformant en bunker inexpugnable le grenier à grain de la ville. De l'aveu de l'Empereur lui-même, c'est à la conduite du général Boudet que les Français eurent la victoire d'Aspern. Il perd toutefois son artillerie lors de la bataille de Wagram le 6 juillet et s’attire de vifs reproches publics de Napoléon. Selon les versions, il meurt de désespoir ou se suicide peu après cette humiliante entrevue le 14 septembre 1809.

Considérations[modifier | modifier le code]

D'après l'historien haïtien A. Beaubrun Ardouin, peu suspect de francophilie, le général Boudet fait preuve durant la campagne de Saint-Domingue d’une humanité rare envers les soldats ennemis ou prisonniers, forçant le respect de ses adversaires.

Décorations[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Hommages, honneurs, mentions…[modifier | modifier le code]

Pensions, rentes[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

« Écartelé: au 1, Comtes militaires; au 2, d'argent, à une montagne de sinople, sommée de murs incendiés de gueules jetant de la fumée de sable, et senestrée d'un palmier de sinople; au 3, d'argent, à un canon sur son affût de sable, posé sur une terrasse de sinople et adextré d'une mer d'azur; au 4, de gueules, à un vol d'argent.[2],[3] »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Jean Boudet », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, [détail de l’édition]
  • Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux de la Révolution et de l'Empire, t. 1
  • Beaubrun Ardouin, Étude sur l'histoire d'Haïti, t. 5.
  • Maurice Begouën-Demeaux, Mémorial d'une famille du Havre : Stanislas Foäche (1737-1806), t. 5
  • Laura Virginia Monti, A calendar of Rochambeau's papers at the university of Florida Libraries
  • Jan Pachonski et Reuel K. Wilson, Poland's Caribbean tragedy: a study of Polish legions in the Haïtian war of Independance, 1802-1803.
  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion-d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Tome 3, Bureau de l’administration, , 529 p. (lire en ligne), p. 36.

Notes et références[modifier | modifier le code]