Chancelade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chancelade
Chancelade
Le site de l'abbaye de Chancelade
(avec la chapelle Saint-Jean à gauche).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Pascal Serre
2020-2026
Code postal 24650
Code commune 24102
Démographie
Gentilé Chanceladais
Population
municipale
4 419 hab. (2020 en augmentation de 2,1 % par rapport à 2014)
Densité 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 23″ nord, 0° 39′ 58″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 198 m
Superficie 16,23 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Périgueux
(banlieue)
Aire d'attraction Périgueux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Coulounieix-Chamiers
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chancelade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chancelade
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Chancelade
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chancelade
Liens
Site web Mairie de Chancelade

Chancelade est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est connue des amateurs d'histoire pour l'Homme de Chancelade et pour son abbaye Notre-Dame. C'est une étape de la Via Lemovicensis pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Incluse dans l'unité urbaine de Périgueux, la commune de Chancelade constitue, à l'ouest de Périgueux, sa banlieue immédiate.

Elle est traversée par la voie de chemin de fer Limoges - Périgueux et les routes départementales 1, 2, 710 (l'ancienne route nationale 710) et 939 (l'ancienne route nationale 139). Le territoire communal est parcouru par les sentiers de grande randonnée GR 36, 646 et 654.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Chancelade et des communes avoisinantes.

Chancelade est limitrophe de cinq autres communes. À l'est, le territoire de Coulounieix-Chamiers est distant d'environ 170 mètres et au nord-est, celui de Champcevinel est éloigné de moins de 300 mètres.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Chancelade est située dans le troisième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de calcaires hétérogènes du Crétacé[1].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire datant du Cénozoïque et de roches sédimentaires du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée c2b, date du Turonien inférieur à moyen, composée de calcaire graveleux, puis calcaires crayeux bioclastiques à rudistes passant latéralement à des calcarénites. La formation la plus récente, notée CFvs, fait partie des formations superficielles de type colluvions carbonatées de vallons secs : sable limoneux à débris calcaires et argile sableuse à débris. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « no 758 - Périgueux (ouest) » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[2],[3] et sa notice associée[4].

Carte géologique de Chancelade.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 73 m[5] à l'ouest, en aval du Pas de l'Anglais, là où l'Isle quitte la commune pour servir de limite entre Annesse-et-Beaulieu et Marsac-sur-l'Isle, et 198 m[5] au nord, aux Bois de Chancelade-Ouest[6].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [7]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1] et 14 sous-unités[8]. La commune fait partie du Périgord central, un paysage vallonné, aux horizons limités par de nombreux bois, plus ou moins denses, parsemés de prairies et de petits champs[9].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 16,23 km2[5],[10],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 16,93 km2[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[13]. Elle est drainée par l'Isle, la Beauronne et le Got, qui constituent un réseau hydrographique de 15 km de longueur totale[14],[Carte 1].

L'Isle, d'une longueur totale de 255,29 km, prend sa source dans la Haute-Vienne dans la commune de Janailhac et se jette dans la Dordogne — dont elle est le principal affluent — en rive droite face à Arveyres, en limite de Fronsac et de Libourne[15],[16]. Elle borde la commune au sud et au sud-ouest sur trois kilomètres et demi, face à Marsac-sur-l'Isle.

La Beauronne, d'une longueur totale de 28,16 km, prend sa source dans la commune de Négrondes et se jette dans l'Isle en rive droite à Marsac-sur-l'Isle[17]. En amont de cette confluence, son bras oriental marque la limite avec Périgueux. Elle traverse le territoire communal du nord-est au sud-est sur près de cinq kilomètres.

Le Got, autre affluent de rive droite de l'Isle, arrose l'ouest de la commune sur près de quatre kilomètre et demi dont un kilomètre et demi sert de limite au nord-ouest avec La Chapelle-Gonaguet.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Isle - Dronne ». Ce document de planification, dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[18]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [19].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[20]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[21].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[20]

  • Moyenne annuelle de température : 12,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 933 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[24] complétée par des études régionales[25] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Martin Rib. », sur la commune de Saint-Martin-de-Ribérac, mise en service en 1993[26] et qui se trouve à 24 km à vol d'oiseau[27],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 13,3 °C et la hauteur de précipitations de 914,3 mm pour la période 1981-2010[28]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bergerac », sur la commune de Bergerac, mise en service en 1988 et à 42 km[29], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[30], à 13,1 °C pour 1981-2010[31], puis à 13,3 °C pour 1991-2020[32].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chancelade est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[33],[34],[35]. Elle appartient à l'unité urbaine de Périgueux, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[36] et 65 208 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[37],[38].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Périgueux, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 49 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[39],[40].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (42,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (46,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,9 %), zones urbanisées (34,1 %), zones agricoles hétérogènes (16,8 %), prairies (4,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,6 %)[41].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Logement[modifier | modifier le code]

Début 2021, la commune dispose de 18 % de logements sociaux, taux inférieur à l'obligation minimale de 20 % pour les communes de plus de 3 500 habitants dans l'agglomération périgourdine[42]. Selon le maire Pascal Serre, la barre des 20 % devrait être atteinte en 2026[42].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Chancelade est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible)[43]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[44].

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Périgueux, regroupant 12 communes concernées par un risque de débordement de l'Isle, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[45]. Les événements antérieurs à 2014 les plus significatifs sont les crues de 1783 (15,21 m à l'échelle de crue, la crue la plus importante connue), de 1843 (14,83 m) et de 1944 (14,5 m, 630 m3/s, la crue centennale de référence). Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[46]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1986, 1993, 1998, 1999, 2000, 2007 et 2018[47],[43]. Le risque inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du plan de prévention des risques inondation (PPRI) de l'« agglomération de Périgueux » approuvé le , pour les crues de l'Isle[48], et le PPRI « vallée de la Beauronne et de l'Alemps », couvrant 7 communes et approuvé le , pour les crues de la Beauronne[49],[50]

Chancelade est exposée au risque de feu de forêt. L’arrêté préfectoral du fixe les conditions de pratique des incinérations et de brûlage dans un objectif de réduire le risque de départs d’incendie. À ce titre, des périodes sont déterminées : interdiction totale du 15 février au 15 mai et du 15 juin au 15 octobre, utilisation réglementée du 16 mai au 14 juin et du 16 octobre au 14 février[51]. En septembre 2020, un plan inter-départemental de protection des forêts contre les incendies (PidPFCI) a été adopté pour la période 2019-2029[52],[53].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Chancelade.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines) et des tassements différentiels[54]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[55]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[56]. 78,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (58,6 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national métropolitain)[Carte 4]. Depuis le , en application de la loi ÉLAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 9],[57].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1992, 1995, 2005, 2009 et 2011 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2006[43].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée à Chancelade, en français et en occitan.

En occitan, la commune porte le nom de Chancelada[58].

Histoire[modifier | modifier le code]

Chancelade est connue comme étant un site préhistorique. C'est en 1888 que l'on découvrit un squelette d'homme presque entier ; analysé par l'anatomiste Léo Testut, il devient l'homme de Chancelade, datant de 15 000 à 9 000 ans av. J.-C.[59].

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la paroisse est identifiée sur la carte de Cassini sous le nom de Beauronne de Chancelade.

En 1793, la municipalité de Beauronne prend le nom de Chanselade, rectifié en Chancelade en 1801.

En 1809, la partie Andrivaux de l'ancienne commune de Merlande-et-Andrivaux fusionne avec Chancelade.

Le , un ensemble de carrières souterraines s'effondre sur quatre hectares, engloutissant des maisons et faisant quatorze morts[60].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Chancelade a été rattachée, dès 1790, au canton de Périgueux qui dépendait du district de Perigueux. Les districts sont supprimés en 1795. Le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux en 1800. Celui-ci est scindé en trois en 1973 et Chancelade fait partie du nouveau canton de Périgueux-Ouest[5].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[61]. La commune est alors rattachée au canton de Coulounieix-Chamiers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2000, elle intègre dès sa création la communauté d'agglomération périgourdine. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 3 500 et 4 999 habitants au recensement de 2017, vingt-sept conseillers municipaux ont été élus en 2020[62],[63].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
? 1810 Jean Marquet[Note 10]    
mai 1810 juin 1810 Alexandre Jean d'Anglars (père)[Note 10]   Ancien maire de Merlande-et-Andrivaux
août 1810 avril 1815 Jean Baptiste Alexandre d'Anglars (fils)[Note 11]   Agriculteur ; propriétaire
avril 1815 1815 Étienne Réveilhas (fils)    
1815 janvier 1816 Jean Baptiste Alexandre d'Anglars (fils)[Note 12]    
janvier 1816 mars 1817 Léonard (fils) Gilles-Lagrange[Note 10]   Notaire royal
Capitaine de la compagnie de chasseurs de la garde nationale
mars 1817 (1845 ou 1846) Guillaume Gilles-Lagrange[Note 13]    
janvier 1846 avril 1848 Étienne Réveilhas[Note 11]   Avoué
avril 1848 janvier 1852[Note 14] (Sicaire) Rosane Eimery    
janvier 1852 février 1852 Jean Bardy-Delisle[Note 15]    
février 1852 1859 Charles (ou Albert[Note 16]) Réveilhas (fils)[Note 13]   Avoué
septembre 1859 septembre 1870 (Léonard) Fernand (Gilles-)Lagrange   Notaire
septembre 1870 mai 1871 Jean Bégout    
mai 1871 (1873 ou 1874) (Léonard) Fernand (Gilles-)Lagrange   Notaire
(1873 ou 1874) mai 1888 Jean Bégout   Propriétaire
mai 1888 1904 (Léonard) Fernand (Gilles-)Lagrange   Notaire
mai 1904 1908 Pierre (Hilaire Léon) Gilles-Lagrange   Notaire
mai 1908 mai 1912 Eugène Saumande    
mai 1912 (1917 ou 1918) Joseph de Génis    
(1917 ou 1918) décembre 1919 Jean-Louis Gervaise   Adjoint, faisant fonctions de maire
décembre 1919 février 1939 François Mellet[Note 13]   Propriétaire
février 1939 avril 1939 Jules Reydy   Premier adjoint, faisant fonctions de maire
avril 1939 mai 1945 Jules Reydy    
mai 1945 octobre 1947 Élie Mazière    
octobre 1947 mai 1953 Léon Laroche    
mai 1953 mars 1965 Henri Dupré   retraité SNCF
mars 1965 mars 1989 (Alexis) Robert Sarrette    
mars 1989 octobre 1992 Pierre Vigier[Note 10] PS  
octobre 1992 février 2009 Claude Bérit-Debat[Note 17] PS Cadre de CCI
Sénateur depuis 2008
février 2009 mai 2020 Michel Testut PS Personnel de direction honoraire (Éducation nationale)
mai 2020 En cours Pascal Serre[64] SE Retraité du journalisme et de la communication[65]

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Chancelade relève[66] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[67]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[68].

En 2020, la commune comptait 4 419 habitants[Note 18], en augmentation de 2,1 % par rapport à 2014 (Dordogne : −0,85 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9066797039481 0931 0261 0011 1411 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1641 1811 2361 0961 2271 4171 3841 3491 245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2671 0921 1561 1171 1641 0951 1681 2711 445
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 7802 0022 4203 2973 7183 8654 1264 1744 293
2018 2020 - - - - - - -
4 2574 419-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[69].)
Histogramme de l'évolution démographique

Remarque[modifier | modifier le code]

Les recensements de 1793, 1800 et 1806 n'intègrent pas la partie Andrivaux de l'ancienne commune de Merlande-et-Andrivaux qui fusionne avec Chancelade en 1809.

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de football de la ville est l'Union sportive Chancelade Marsac 24 (USCM)[70], créée en 1962[71].

Le club de judo de la ville est le Judo Club Chancelade.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi est analysé ci-dessous selon qu'il affecte les habitants de Chancelade ou qu'il est proposé sur le territoire de la commune.

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2018[72], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 1 788 personnes, soit 42,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (182) a légèrement diminué par rapport à 2013 (190) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 10,2 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune offre 1 139 emplois pour une population de 4 257 habitants[73]. Le secteur tertiaire prédomine avec 56,5 % des emplois.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 48 154 142 644 151
Pourcentage 4,2 % 13,6 % 12,5 % 56,5 % 13,2 %
Source des données[73].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 290 établissements[74], dont 192 au niveau des commerces, transports ou services, quarante-huit dans la construction, vingt-sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, seize dans l'industrie, et sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[75].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, trois sociétés situées à Chancelade se classent parmi les cinquante premières de leur secteur d'activité quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016 :

  • dans l'industrie[76] :
    • Cetec industrie conditionnement (fabrication d'équipements d'emballage, de conditionnement et de pesage) : 25e, avec 9 857 k€ ; elle se classe également 17e, tous secteurs confondus, parmi les cinquante premières de la Dordogne, quant au chiffre d'affaires à l'exportation, avec 3 847 k€[77] ;
    • Périgord armatures (fabrication d'articles en fils métalliques) : 36e, avec 6 856 k€ ;
  • dans l'agroalimentaire, Les champignonnières de Chancelade (culture de légumes), 26e, avec 3 609 k€[78].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abri de Raymonden (ou Reymonden)[modifier | modifier le code]

La grotte de Raymonden où fut découvert le squelette de l'Homme de Chancelade, lieu classé monument historique depuis 1926[79].

L'abbaye Notre-Dame de Chancelade[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Chancelade.

Abbaye fondée au XIIe siècle, dévastée par les protestants au XVIe siècle, et reconstruite au XVIIe siècle. Elle a été dirigée par Alain de Solminihac (1593-1659), qui en avait hérité de son oncle. Elle est entourée de quatre hectares de parcs et jardins.

Le site comprend l'église paroissiale Notre-Dame, la chapelle Saint-Jean, le logis de Bourdeilles, le logis de l'Abbé ainsi qu'un moulin actionné par l'eau de la Beauronne, qui traverse le domaine.

La Chapelle Saint-Jean située à côté de l'abbaye.

Dans l'église, propriété communale, se trouve une peinture du XVIIe siècle : le « Christ aux outrages » longtemps attribuée à Georges de La Tour et maintenant à rapprocher du hollandais Gerrit van Honthorst. Une maquette représente, à l'échelle 1/100e, les bâtiments conventuels tels qu'ils étaient au moment de la Révolution, en 1789.

Durant l'été, il est possible de visiter une partie des bâtiments conventuels (logis de l'abbé et parc attenant).

Depuis les origines, l'abbaye a été construite et habitée par des Chanoines réguliers de saint Augustin. Le plus célèbre des chanoines de Chancelade a été Alain de Solminihac, béatifié en 1983 par le Pape Jean-Paul II.

À la Révolution, l'abbaye a été vendue comme bien national, et une grande partie des bâtiments a été détruite, les pierres étant vendues à des entrepreneurs de la région.

Depuis 1998, une communauté de Chanoines réguliers de saint Augustin s'est installée de nouveau sur le site à la demande de Gaston Poulain, évêque de Périgueux. Ils assurent quotidiennement l'accueil. Il est possible de se joindre à leur prière, que ce soit pour les laudes (le matin) ou pour les vêpres (soir). Ils ont développé à Chancelade un centre spirituel.

Les carrières de Chancelade[modifier | modifier le code]

La pierre calcaire de Chancelade est blanche, de meilleure qualité que celle des carrières de Périgueux, de couleur gris bleuté. Elle a servi à la construction de plusieurs édifices religieux de la région.

Avec l'arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle, la pierre de Chancelade s'exporta dans tout le Sud-Ouest de la France pour bâtir des ouvrages d'art ferroviaire : maisonnettes, ponts, viaducs, édifices publics, gares. Le Pont de Pierre de Bordeaux compte des pilastres en pierre de Chancelade.

En 1885, l'exploitation de la pierre est à son apogée : les carrières sont exploitées par les sociétés Imbert et Chaigneau. La pierre est encore extraite à de rares occasions : de nos jours, ce sont plus les artistes qui la convoitent. Des champignonnières ont été installées dans une partie abandonnée des anciennes carrières : la société Champidor qui emploie une cinquantaine de personnes y produit annuellement 500 tonnes de champignons de Paris[80].

Autres sites[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Partagée avec les communes de La Chapelle-Gonaguet et Château-l'Évêque, la forêt de chênes de Feytaud, occupe environ 120 hectares dans le nord du territoire communal. Elle est protégée en tant que zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II[82],[83].

Elle héberge deux espèces de rapaces protégées sur le territoire national[84] : la Buse variable (Buteo buteo) et la Bondrée apivore (Pernis apivorus).

Au niveau de sa flore, deux espèces de plantes y sont considérées comme déterminantes : l'Aubépine à deux styles (Crataegus laevigata), et le Groseillier à grappes (Ribes rubrum).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Mercier, « Le gisement du Sorbier », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1941, tome 68, p. 98-106 (lire en ligne)
  • Bernard Reviriego, Chancelade Les chemins de la mémoire, Chancelade, Municipalité de Chancelade,
  • Bernard Reviriego, Le Christ aux outrages de Chancelade, Chancelade, Municipalité de Chancelade,
  • Jean Secret et Bernard Dupré, L'abbaye de Chancelade en Périgord, Fanlac,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[11],[12]
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[22].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[23].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  10. a b c et d Démissionnaire.
  11. a et b Révoqué par arrêté préfectoral.
  12. Appelé aux fonctions de Conseiller de Préfecture.
  13. a b et c Décédé en fonctions.
  14. Conseil municipal dissous par arrêté préfectoral.
  15. Appelé aux fonctions de juge auprès du tribunal de 1re instance de Périgueux.
  16. Charles dans les délibérations communales, Albert dans les actes de la préfecture
  17. Démissionne pour limitation du cumul des mandats. Reste néanmoins premier adjoint.
  18. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Chancelade » sur Géoportail (consulté le 17 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  4. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  2. « Carte géologique de Chancelade » sur Géoportail (consulté le 13 juin 2022).
  3. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Chancelade », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  4. « Notice associée à la feuille no 758 - Périgueux (ouest) de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  5. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  7. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  8. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  9. « Portrait du Périgord central », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Chancelade », sur le site de l'Insee (consulté le )
  11. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  12. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  13. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  14. « Fiche communale de Chancelade », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en région Aquitaine (consulté le )
  15. « Confluence Isle-Dordogne face à la Pêcherie » sur Géoportail (consulté le 26 juillet 2022)..
  16. Sandre, « l'Isle »
  17. Sandre, « la Beauronne »
  18. « SAGE Isle - Dronne », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  19. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  20. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  21. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  22. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  23. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  24. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  25. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  26. « Station Météo-France Saint-Martin Rib. - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  27. « Orthodromie entre Chancelade et Saint-Martin-de-Ribérac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  28. « Station Météo-France Saint-Martin Rib. - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  29. « Orthodromie entre Chancelade et Bergerac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  30. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  31. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  32. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  33. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  34. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  35. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  36. « Unité urbaine 2020 de Périgueux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  37. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  38. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  39. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  40. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  41. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  42. a et b Hervé Chassain, « Un millier de nouveaux logements prévus dans l'agglo », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 14-15.
  43. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Chancelade », sur Géorisques (consulté le )
  44. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  45. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne », sur https://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le )
  46. « Cartographie des risques d'inondations du TRI de Périgueux », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  47. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  48. « Plan de prévention du risque inondation de l'« agglomération de Périgueux » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le )
  49. [PDF]« Plan de prévention du risque inondation de la « vallée de la Beauronne » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le )
  50. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), liste des risques par communes, pages 111-133.
  51. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  52. « Protection de la forêt contre les incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine, (consulté le )
  53. « Plans Départementaux et Inter-Départementaux de Protection des Forêts Contre les Incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  54. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  55. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Chancelade », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  56. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  57. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le )
  58. Le nom occitan des communes du Périgord - Chancelada sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  59. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, p. 155, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3).
  60. Plan de prévention des risques mouvements de terrain et retrait-gonflement des argiles - Rapport de présentation, p. 4, DREAL Aquitaine, consulté le 12 avril 2019.
  61. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  62. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 30 août 2020.
  63. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 octobre 2020.
  64. Tiphanie Naud, « Les premiers maires ont enfilé l'écharpe tricolore », Sud Ouest édition Dordogne-Lot-et Garonne, 24 mai 2020, p. 16.
  65. Nancy Ladde, « L'ancien conseiller enfile le costume de maire », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 17.
  66. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  67. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  68. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  70. USCM 24, site de Marsac-sur-l'Isle, consulté le .
  71. Claude Roumagous, « Le club de football de l'USCM 24 doit célébrer ses 60 ans en 2022 », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 18.
  72. Dossier complet - Commune de Chancelade (24102) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 10 janvier 2022.
  73. a et b Dossier complet - Commune de Chancelade (24102) - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 10 janvier 2022.
  74. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  75. Dossier complet - Commune de Chancelade (24102) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 septembre 2018.
  76. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.
  77. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  78. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  79. « Abri de Raymonden », notice no PA00082471, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. Clément Bouynet, « Le paradis du champignon de Paris », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 14-15.
  81. [PDF] DIREN Aquitaine - Hameau les Andrivaux
  82. [PDF] Forêt de Feytaud, INPN, consulté le 4 février 2020.
  83. Carte de localisation de la ZNIEFF 720012867, INPN, consulté le 4 février 2020. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux limites communales, cliquer à droite sur « Fonds de cartes », déplacer le curseur « Fond Cartographique » complètement sur la droite et barrer le curseur « Orthophotos ».
  84. Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection, Légifrance, consulté le 4 février 2020.
  85. « La culture occitane pleure Joan-Pau Verdier », sur Dordogne libre, Périgueux, (consulté le ).