Le Fleix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Fleix
Le Fleix
La mairie au centre du Fleix.
Blason de Le Fleix
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Intercommunalité Communauté d'agglomération bergeracoise (nouvelle)
Maire
Mandat
Lionel Filet
2020-2026
Code postal 24130
Code commune 24182
Démographie
Population
municipale
1 488 hab. (2019 en augmentation de 0,07 % par rapport à 2013)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 32″ nord, 0° 14′ 38″ est
Altitude Min. 6 m
Max. 157 m
Superficie 18,05 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bergerac (banlieue)
Aire d'attraction Bergerac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays de la Force
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Le Fleix
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Le Fleix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Fleix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Fleix

Le Fleix est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est connue pour la paix du Fleix qui y fut signée le , au cours des guerres de Religion, et aussi pour être le berceau de la famille de Jacques Reclus.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Plan de 1778.

Commune située dans l'unité urbaine de Bergerac, Le Fleix se trouve sur le bord de la Dordogne en un lieu où la rivière fait une inflexion prononcée. C'est probablement à cette caractéristique qu'il doit son nom qui viendrait du latin « flexus »[1],[2].

Elle est implantée dans une plaine alluviale, bordée au nord et à l'ouest par des collines argilo-calcaires. Ces dernières obligent la Dordogne à effectuer un quasi demi-tour.

En amont de ce méandre, le lit de la rivière, large et peu profond, permettait le passage à gué en période de basses eaux.

Ses coteaux ensoleillés se prêtent particulièrement bien à la culture de la vigne[2].

Affluent de la Dordogne, le Barailler, sert de limite naturelle à la commune au sud-est sur environ 500 mètres, et son affluent, la Gouyne, sert également de limite naturelle au nord-est sur plus de deux kilomètres.

Le Fleix se trouve à l'intersection des routes départementales D20 (de Libourne à Bergerac) et D32 (de Sainte-Foy-la-Grande à Mussidan)[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte du Fleix et des communes avoisinantes.

Le Fleix est limitrophe de quatre autres communes, dont une en Gironde.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Le Fleix est située dans le quatrième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de dépôts siliceux-gréseux et de calcaires lacustres de l'ère tertiaire[3].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire et de roches sédimentaires datant du Cénozoïque. La formation la plus ancienne, notée e6-7, est des argiles à Palaeotherium, des argiles carbonatées silteuses versicolores à niveaux sableux (Bartonien supérieur à Priabonien inférieur continental). La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de type colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « no 805 - Sainte-Foy-la-Grande » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[4],[5] et sa notice associée[6].

Carte géologique du Fleix.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (478 m, à la forêt de Viellecour dans le Nontronnais) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 6 m et 157 m[7].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [8]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1] et 14 sous-unités[9]. La commune est dans le Bergeracois, une région naturelle présentant un relief contrasté, avec les deux grandes vallées de la Dordogne et du Dropt séparées par un plateau plus ou moins vallonné, dont la pente générale s’incline doucement d’est en ouest. Ce territoire offre des paysages ouverts qui tranchent avec les paysages périgourdins. Il est composé de vignes, vergers et cultures[10],[11].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 18,05 km2[12],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 17,99 km2[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[15]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[16].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[15]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 794 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[19] complétée par des études régionales[20] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Port Ste Foy », sur la commune de Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt, mise en service en 1956[21] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[22],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 13,5 °C et la hauteur de précipitations de 802,2 mm pour la période 1981-2010[23]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bergerac », sur la commune de Bergerac, mise en service en 1988 et à 19 km[24], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[25], à 13,1 °C pour 1981-2010[26], puis à 13,3 °C pour 1991-2020[27].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Cygnes sur la Dordogne, en aval du pont.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La Dordogne est un site du réseau Natura 2000 limité aux départements de la Dordogne et de la Gironde, et qui concerne les 104 communes riveraines de la Dordogne, dont Le Fleix[28],[29]. Seize espèces animales et une espèce végétale inscrites à l'annexe II de la directive 92/43/CEE de l'Union européenne y ont été répertoriées[30].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Le Fleix fait partie des 102 communes concernées par la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II « La Dordogne »[31],[32], dans laquelle ont été répertoriées huit espèces animales déterminantes et cinquante-sept espèces végétales déterminantes, ainsi que quarante-trois autres espèces animales et trente-neuf autres espèces végétales[33].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Fleix est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[34],[35],[36]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bergerac, une agglomération inter-départementale regroupant 22 communes[37] et 64 183 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[38],[39].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bergerac, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[40],[41].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (28,3 %), zones agricoles hétérogènes (26,5 %), cultures permanentes (20,5 %), terres arables (11 %), zones urbanisées (6,3 %), eaux continentales[Note 9] (4,3 %), prairies (3,2 %)[42].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2002 pour les zones basses du Fleix le long de la Dordogne, y compris le ruisseau de Peytavit, la partie de la Vieille Gouyne en aval de la route menant de Barrat à la Raufie (les deux derniers kilomètres), et la Gane en aval de Gava (les trois derniers kilomètres)[43],[44].

De plus, la commune est incluse dans le territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bergerac — composé de 22 communes : 15 en Dordogne et 7 en Gironde — dont la validation a fait l'objet en d'un arrêté du préfet de la région Midi-Pyrénées, responsable du bassin Adour-Garonne[45],[46].

Un plan de prévention des risques (PPR) industriels a été approuvé en 2011 pour des effets thermique et de surpression concernant l'entreprise Brézac[47],[48], spécialisée dans les feux d'artifice, implantée un kilomètre au nord-nord-est du centre-ville du Fleix, le long de la route départementale 20.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Lo Flèis[49].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

À l’époque mésolithique, atelier magdalénien sur les coteaux de Gabastou et de Malivert. À l’âge du fer : tumulus au sommet du coteau de l'Ermitage.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Castrum (l'Ermitage) et plusieurs villas (traces à Malivert, la Brûlerie, etc.).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Pierre de Saffarius.

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Plaque en hommage à trois résistants maquisards tués en 1944.
  • 1577 : séjour de Catherine de Médicis et de sa fille Marguerite de Valois dite la « Reine Margot ».
  • 1580 : au château « vieux », conférences préliminaires au traité du Fleix. La paix du Fleix, ou « paix des amoureux », est signée le , et met fin à la septième guerre de Religion[2].
  • 1591 : abandon du château « vieux » à la mort de Germain-Gaston de Foix, marquis de Tranz, et comte de Gurson et du Fleix.
  • 1620-1630 : construction du château « neuf » pour Frédéric de Foix (petit-fils du marquis de Tranz).
  • 1777 : acquisition par Jean-Louis de Rossane, seigneur des Ondes, Monac, ? de la seigneurie du Fleix.
  • 1783 : levée du plan terrier. Indications des Moulins nef, de la Moulinasse, de la Brûlerie, des Faïenceries.
  • 1794 : début de la destruction du château « neuf »[2].
  • 1805 : transformation du pavillon restant du château « neuf » en temple protestant[2].
  • 1857-1858 : construction du viaduc du Mignon (30 arches)[2] pour supporter la route départementale 20.
  • 1861 : construction du port.
  • 1881 : construction de la rampe d'accès au bac.

Le , six Juifs de Sainte-Foy-la-Grande sont arrêtés par des Français portant un uniforme allemand, puis assassinés le lendemain au Fleix, dans le bois de Souléiou[50].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Le Fleix intègre dès sa création la communauté de communes Dordogne-Eyraud-Lidoire. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[51],[52].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1981 ? René Chauvin    
         
  2001 Philippe Averseng    
mars 2001 mars 2008 Jacques Dessaigne    
mars 2008 mars 2014 François Dupuy SE[53] Retraité de la gendarmerie
mars 2014 avril 2016[Note 10] Marie-Claude Serres[54]   Enseignante retraitée
juillet 2016
(réélu en mai 2020)
En cours Lionel Filet   Retraité administration publique

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Le Fleix relève[55] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[56]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[57].

En 2019, la commune comptait 1 488 habitants[Note 11], en augmentation de 0,07 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,88 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3961 1871 1681 2861 6001 5051 5521 5201 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5261 5091 5111 4171 4421 4231 3011 2151 258
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2681 2091 1871 1271 1191 1591 2031 1861 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 1291 2531 2241 2411 2781 3451 4081 4251 487
2018 2019 - - - - - - -
1 4791 488-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[58] puis Insee à partir de 2006[59].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École publique.

Le Fleix compte deux écoles[2] :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Floralies au port du Fleix (en mai ou juin).
  • Fête locale (traditionnellement le 1er week-end d'août).

Sports[modifier | modifier le code]

Le village compte un certain nombre d'associations sportives :

  • Aikido
  • Judo : Judo-club fleixois.
  • Tennis : Tennis-club fleixois.
  • Jeux d'échecs : « La Tour infernale ».

Parmi les infrastructures, on trouve un stade municipal et des terrains de tennis.

Santé[modifier | modifier le code]

Le Fleix présente une offre de soins importante grâce à son Pôle médical et paramédical du Vignoble[61]. Depuis , ce dernier réunit une vingtaine de professionnels de santé : médecins généralistes, kinésithérapeutes, pharmacien, ostéopathe, chirurgien-dentiste, psychologue, pédicure podologue…

Cultes[modifier | modifier le code]

L'intérieur du temple protestant.
  • Église catholique
  • Église protestante - église réformée

Économie[modifier | modifier le code]

Coureau chargé de barriques au port du Fleix en 1913.
L'ancien port du Fleix de nos jours.

Le port fut très actif avec le transport du vin et du bois.

Autrefois tournée vers la rivière, l'économie est maintenant surtout vinicole. On compte notamment la Cave coopérative de l’Union vinicole de Bergerac, ainsi que des exploitations de fruits et légumes.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Nombreux commerces et services de proximité : alimentation générale, pharmacie, boulangerie, boucherie, restaurant, bar-tabac-presse-loto, électroménager, coiffeur, motoculture, garage auto… La ville peut aussi compter sur la présence d'artisans : maçon, électricien, chauffagiste, peintre, entreprise de nettoyage, artificier.

Un marché a lieu chaque jeudi matin[2].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[62], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 609 personnes, soit 40,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (74) a augmenté par rapport à 2010 (57) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 139 établissements[63], dont 72 au niveau des commerces, transports ou services, vingt-sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, dix-sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, douze dans la construction, et onze dans l'industrie[64].

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • Dans le secteur des services, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, la « SARL Brézac artifices » (activités récréatives et de loisirs), implantée au Fleix, se classe 12e avec 7 655 k€, quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016[65].
  • La « Briqueterie Durand Art et Sol » est la dernière tuilerie du département. Labellisée Entreprise du patrimoine vivant depuis 2013, elle est spécialisée dans les carrelages et terres cuites, notamment pour la réfection d'édifices protégés au titre des monuments historiques[66].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il y eut deux châteaux, le château médiéval « dit château vieux » qui fut détruit après 1591, dont il reste un vestige de la muraille, et le château « neuf » construit au XVIIe siècle et qui fut la demeure occasionnelle de Frédéric de Foix. Il fut vendu à la Révolution française, servit un temps de carrière de pierre et finalement en 1805 devint le temple protestant, inscrit au titre des monuments historiques en 1968[67] (dans le pavillon principal du second château) XVIIe siècle. Consacré en 1805. Son état actuel date de 1899.

La commune compte plusieurs autres monuments ou lieux d'intérêt :

  • l'église Saint-Étienne, romane agrandie en 1854 dans le style néogothique ;
  • le viaduc du Mignon (1857-1858) ;
  • le pont sur la Dordogne ;
  • le port est déjà attesté dans la charte de 1403. Son état actuel date de son aménagement en 1861 ;
  • la rue du Port, avec ses maisons anciennes et pittoresques, typiques de la région, et ses trois mystérieux canons plantés dans le sol[2].
  • circuit de visite à pied illustré par un réseau de panneaux historiques en français, anglais, occitan. Par exemple, sur les berges, l'un d'eux est installé près d'une passerelle enjambant un ruisseau ; il rappelle la présence du moulin du seigneur, ou « moulinasse », sans doute construit à l'époque du château « neuf », vendu comme bien national à la Révolution, utilisé jusqu'à la fin du XIXe siècle et depuis réaménagé en logement privé[68].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque en hommage à Jean-Jacques Gourd, Isaac Gourd et Émilie Gourd.
  • Jean-Jacques Gourd (1850-1909), pasteur et philosophe, recteur de l'université de Genève, est né au Fleix. Son père Isaac Gourd fut instituteur dans cette commune de 1844 à 1869. La fille de Jean-Jacques Gourd est la féministe Émilie Gourd (1879-1946). Une plaque commémorative leur rend hommage rue de la Passagère, au croisement avec la rue du Port-et-des-Canons.
  • Jacques Reclus (1796-1882), né au Fleix, est un pasteur protestant.
  • Marie Médard (1921-2013), bibliothécaire et résistante française, a passé son enfance au Fleix, où son père était pasteur protestant.

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Le Fleix fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la croix de sable chargée de cinq coquilles d'argent, et aux deuxième et troisième quartiers de sinople à un chevron diminué d'argent, surmonté d'un pont à quatre arches de même.
Commentaires : Le conseil municipal a adopté les armoiries du Fleix le 20 juin 1997. Le chevron symbolise la courbure de la Dordogne à l'endroit où se trouve Le Fleix, le pont représente le viaduc du Mignon. D'or à la croix de sable chargée de cinq coquilles d'argent est le blason de Jean Ier de Grailly, avec l'accord de sa famille[69].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Th. Pécout, curé du Fleix, Souvenirs Historiques & Biographiques sur la Contrée du Fleix, 1884. Réédition Graphie-service, 24150 Bayac, 1986.
  • Léonie Gardeau, Gurson Montaigne Terres d'Histoire, Éditions du Roc de Bourzac, 1992.
  • Jacques Reix, Gabariers et bateliers de la Dordogne, Fanlac, 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[13],[14]
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[17].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[18].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  10. Décédée en fonctions. Source : V.D., « Marie-Claude-Serres, maire du Fleix, n'est plus », Sud Ouest édition Périgueux, 21 avril 2016, p. 13.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Chevillot et Eneko Hiriart, « L' oppidum gaulois de Malivert (Le Fleix). Nouvelles observations », Documents d'archéologie et d'histoire périgourdines, no 35,‎ , p. 131 (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  2. a b c d e f g h i et j « Historique », sur lefleix.fr (consulté le ).
  3. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  4. « Carte géologique du Fleix » sur Géoportail (consulté le 14 juin 2022).
  5. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune du Fleix », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  6. « Notice associée à la feuille no 805 - Sainte-Foy-la-Grande de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  7. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  8. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  9. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. « Repères géographiques du Bergeracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  11. « Portrait du Bergeracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  12. Insee, « Comparateur de territoire - Commune du Fleix », sur le site de l'Insee (consulté le )
  13. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  14. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  16. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  17. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  18. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  19. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  20. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  21. « Station Météo-France Port Ste Foy - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  22. « Orthodromie entre Le Fleix et Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  23. « Station Météo-France Port Ste Foy - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  24. « Orthodromie entre Le Fleix et Bergerac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  25. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  26. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  27. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  28. - FR7200660 - La Dordogne, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  29. Carte du site « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  30. Espèces, INPN, consulté le .
  31. [PDF] - La Dordogne (Identifiant national 720020014), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  32. Carte de la ZNIEFF « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  33. Espèces, INPN, consulté le .
  34. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  36. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Unité urbaine 2020 de Bergerac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  38. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  39. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  40. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  41. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  42. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  43. PPR inondation - 24DDT20000010 - Le Fleix, DREAL Aquitaine, consulté le 21 février 2019.
  44. [PDF] - Plan de prévention du risque inondation - Le Fleix, DREAL Aquitaine, consulté le 21 février 2019.
  45. [PDF] Arrêté no 2014337-0002 portant approbation des cartes des surfaces inondables et des cartes des risques d'inondation pour les territoires à risque important d'inondation du bassin Adour-Garonne, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  46. Plan de zonage du TRI de Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  47. PPR risque industriel - 24DREAL20130013 - PPRT Brézac Le Fleix, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  48. [PDF] Plan de prévention des risques technologiques entreprise Brezac au Fleix, DREAL Aquitaine, consulté le 19 mars 2019.
  49. Le nom occitan des communes du Périgord - Lo Flèis sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  50. « Sainte-Foy-la-Grande en 1939-1945 », sur Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie (AJPN), (consulté le ).
  51. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 4 septembre 2020.
  52. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 28 octobre 2020.
  53. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 11.
  54. Jacques Boujou, « Marie-Claude Serres élue maire », Sud Ouest édition Périgueux du 31 mars 2014, p. 28.
  55. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  56. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  57. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  58. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  60. Jacques Boujou, « Le directeur a obtenu l'école qu'il souhaitait », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20f.
  61. « Des professionnels réunis au Pôle santé » sur le site de Sud Ouest, le 11 juin 2010.
  62. Dossier complet - Commune du Fleix (24182) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 30 octobre 2018.
  63. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  64. Dossier complet - Commune du Fleix (24182) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 30 octobre 2018.
  65. « Services », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 39.
  66. Titia Carrizey-Jasick, « La dernière tuilerie de Dordogne », Le Mag no 308, supplément à Sud Ouest, 24 février 2018, p. 17-19.
  67. « Temple protestant », notice no PA00082559, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2011.
  68. Panneau historique devant la passerelle, sur les berges, en amont du pont.
  69. Cahier de la commission Municipale Mémoire du Fleix no 1.