Lumachelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La lumachelle (lumachella, diminutif de lumaca, « escargot ») est une roche sédimentaire contenant un grand nombre d'organismes fossiles entiers ou brisés accumulés par sédimentation.

Accumulation de bivalves entassés dans du calcaire du Miocène, Var, France.

Les lumachelles se distinguent des récifs formés par des animaux qui sont sédimentés en position de vie.

Lumachelle à Trigonia daedalea du piémont alpin, Muséum de Turin, Italie.

Origine[modifier | modifier le code]

Les lumachelles ont deux origines possibles. La première correspond à une accumulation sur des zones d'une grande productivité biologique (delta, estuaires, lagunes, sources minéralisées) où certaines communautés d'espèces peuvent alors construire d'importants récifs (bioconstruction). À la mort des organismes, leurs coquilles ou carapaces se désagrègent et s'accumulent. La seconde possibilité est un arrêt de la sédimentation. Les coquilles et carapaces tombent toujours au même rythme au fond de l’eau mais comme les argiles ne se déposent plus, elles forment une couche.

Principaux fossiles[modifier | modifier le code]

Les coquilles d'ostréidés (de type gryphées), dont les valves restent parfois jointives, constituent fréquemment des lumachelles.[réf. souhaitée]

Les Toucasia (genre de la famille des rudistes) sont souvent citées parmi les marqueurs de la lumachelle[1].

Parasitisme[modifier | modifier le code]

Dans les lumachelles, les traces de parasitisme des coquillages sont communes. C'est par exemple le cas des huîtres fossiles (Ceratostreon flabellatum ou plus souvent Rhynchostreon suborbiculatum plus petites) souvent percées par des parasites foreurs de type cliones ou gastéropodes prédateurs, alors que les bancs d'huîtres de densité inférieure à 5-10 individus par m² n'étaient pas affectés par ces mêmes parasites[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Boudartchouk, « Lourdes (Hautes-Pyrénées). Massif du Béout », Archéologie médiévale, no 23,‎ , p. 486 - 487 (lire en ligne [sur persee], consulté le 23 mars 2019), p. 486.
  2. Dynamique des paléoenvironnements à huitres du Crétacé supérieur nord-aquitain (SO France) et du mio-pliocène andalou (SE Espagne) : biodiversité, analyse séquentielle, biogéochimie (Thèse de Blaise VIDET ; 11 décembre 2003 ; voir p 191)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]