Brantôme en Périgord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brantôme en Périgord
Brantôme en Périgord
L'hôtel de ville, ancienne abbaye.
Image illustrative de l’article Brantôme en Périgord
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Maire
Mandat
Monique Ratinaud
2020-2026
Code postal 24310, 24460 et 24530
Code commune 24064
Démographie
Population
municipale
3 694 hab. (2020)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 51″ nord, 0° 38′ 48″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 246 m
Superficie 133,33 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Brantôme en Périgord
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brantôme en Périgord
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brantôme en Périgord
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Brantôme en Périgord
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Brantôme en Périgord
Liens
Site web brantomeenperigord.fr

Brantôme en Périgord est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle a été créée le , sous le statut de commune nouvelle, en regroupant les deux anciennes communes de Brantôme et de Saint-Julien-de-Bourdeilles, puis a absorbé le , six autres anciennes communes : Cantillac, Eyvirat, La Gonterie-Boulouneix, Saint-Crépin-de-Richemont, Sencenac-Puy-de-Fourches et Valeuil[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-12.svg La commune et ses communes déléguées dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique

Au , Brantôme en Périgord est composée des anciennes communes de Brantôme et Saint-Julien-de-Bourdeilles.

Au , son périmètre s'élargit avec l'arrivée de six autres anciennes communes : Cantillac, Eyvirat, La Gonterie-Boulouneix, Saint-Crépin-de-Richemont, Sencenac-Puy-de-Fourches et Valeuil. Avec 133,33 km2, elle devient alors la deuxième commune la plus étendue de la Dordogne, derrière Mareuil en Périgord.

L'altitude minimale, 92 mètres, se situe au sud-ouest, en amont du barrage du Capinet (territoire de Valeuil), là où la Dronne quitte le territoire communal et continue sur celui de Bourdeilles. L'altitude maximale avec 246 mètres est localisée au nord-ouest, au lieu-dit Puyssegné (territoire de Saint-Crépin-de-Richemont).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2019, Brantôme en Périgord est limitrophe de quatorze autres communes, dont Mareuil en Périgord en deux endroits disjoints séparés par la commune de Saint-Félix-de-Bourdeilles.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Brantôme en Périgord est située dans le troisième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de calcaires hétérogènes du Crétacé[2].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire et de roches sédimentaires datant pour certaines du Cénozoïque, et pour d'autres du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée c2b, date du Turonien inférieur à moyen, composée de calcaire graveleux, puis calcaires crayeux bioclastiques à rudistes passant latéralement à des calcarénites. La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de type colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans les feuilles « no 734 - Nontron » et « no 758 - Périgueux (ouest) » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[3],[4] et leurs notices associées[5],[6].

Carte géologique de Brantôme en Périgord.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 92 m et 246 m[7].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [8]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1] et 14 sous-unités[9]. La commune fait partie du Périgord central, un paysage vallonné, aux horizons limités par de nombreux bois, plus ou moins denses, parsemés de prairies et de petits champs[10].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 133,33 km2[11],[Note 2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[14]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[14]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 919 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[18] complétée par des études régionales[19] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Tour Blanche », sur la commune de La Tour-Blanche-Cercles, mise en service en 1967[20] et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[21],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 12,3 °C et la hauteur de précipitations de 964,3 mm pour la période 1981-2010[22]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bergerac », sur la commune de Bergerac, mise en service en 1988 et à 58 km[23], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[24], à 13,1 °C pour 1981-2010[25], puis à 13,3 °C pour 1991-2020[26].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Parc naturel[modifier | modifier le code]

Parmi les huit communes fondatrices de la commune nouvelle, une seule, Saint-Crépin-de-Richemont, fait partie du parc naturel régional Périgord-Limousin[27].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I « landes des Trois Pierres » qui s'étend sur 513 hectares est très marginalement comprise dans le territoire de Brantôme en Périgord (ancienne commune de Saint-Crépin-de-Richemont). Le reste fait partie du territoire de Mareuil en Périgord (anciennes communes de Champeaux-et-la-Chapelle-Pommier et de Monsec). Trois espèces déterminantes de rapaces y ont été recensées : le Busard cendré (Circus pygargus), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus) et le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) et trois autres de plantes : Droséra à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), Narthécie des marais (Narthecium ossifragum) et Trompette de Méduse (Narcissus bulbocodium)[28],[29]. De plus, quatre espèces de mammifères, 50 d'autres oiseaux et 73 autres plantes y ont été recensées.

Toujours sur le territoire de Saint-Crépin-de-Richemont, à environ un kilomètre et demi à l'est des landes des Trois Pierres, au sud du château de Bagatelle, une autre ZNIEFF de type I, la « zone tourbeuse du Bois d'Enfer »[30],[31], est un site de cinq hectares propice à la pousse d'une espèce déterminante floristique : la Droséra à feuilles rondes (Drosera rotundifolia). Dans les années 1990 et 2000, quatre espèces de libellules y ont été recensées ainsi que 39 autres espèces de plantes et deux genres de plantes non détaillés.

Sur le territoire de Saint-Crépin-de-Richemont, sur deux kilomètres en amont du château de la Barde, le Boulou, sa vallée, ses coteaux et la partie aval de ses affluents font partie d'une ZNIEFF de type I « Réseau hydrographique et coteaux du Boulou amont » qui concerne également les deux autres communes en amont, Sceau-Saint-Angel et La Chapelle-Montmoreau[32],[33].

Vingt-deux espèces déterminantes y ont été répertoriées :

De très nombreuses autres espèces animales ou végétales y ont été recensées : six amphibiens, six reptiles, 79 oiseaux, 229 insectes, et dix espèces de plantes.

Le territoire des anciennes communes de La Gonterie-Boulouneix, Saint-Crépin-de-Richemont et Saint-Julien-de-Bourdeilles est arrosé par le Boulou ; sa vallée, la partie aval de ses affluents le Belaygue et le Jallieu, ainsi que leurs coteaux, forment une autre ZNIEFF de type I « Réseau hydrographique et coteaux du Boulou aval », présentant une importante variété faunistique[34],[35].

Trente espèces déterminantes y sont répertoriées :

Deux plantes rares : la Colchique d'automne (Colchicum autumnale) et la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), y sont également présentes.

De très nombreuses autres espèces animales ou végétales y ont été recensées : cinq amphibiens, cinq reptiles, 69 oiseaux, 307 insectes ainsi que 40 plantes.

Ces deux ZNIEFF du Boulou (amont et aval) font partie d'une ZNIEFF de type II plus vaste « Vallée et coteaux du Boulou » représentant la quasi-totalité du cours du Boulou, depuis sa source jusqu'à la route départementale 106, 200 mètres avant sa confluence avec la Dronne[36],[37],[Note 7].

La vallée du Boulou représente « un intérêt national » par la « richesse exceptionnelle » en espèces d'insectes — notamment en Lépidoptères et en Odonates — répertoriées dans ces trois ZNIEFF[36].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Brantôme en Périgord est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 8],[38],[39],[40]. La commune est en outre hors attraction des villes[41],[42].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Brantôme et les bourgs proprement dits des sept autres communes fondatrices, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits détaillés sur les pages suivantes : Brantôme, Cantillac, Eyvirat, La Gonterie-Boulouneix, Saint-Crépin-de-Richemont, Saint-Julien-de-Bourdeilles, Sencenac-Puy-de-Fourches et Valeuil.

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Brantôme en Périgord est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible)[43]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[44].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Côle, la Dronne et le Boulou. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1993, 1998, 1999 et 2007[45],[43]. Le risque inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du plan de prévention des risques inondation (PPRI) de la « vallée de la Dronne », couvrant 19 communes et approuvé le , pour les crues de la Dronne[46],[47].

Brantôme en Périgord est exposée au risque de feu de forêt. L’arrêté préfectoral du fixe les conditions de pratique des incinérations et de brûlage dans un objectif de réduire le risque de départs d’incendie. À ce titre, des périodes sont déterminées : interdiction totale du 15 février au 15 mai et du 15 juin au 15 octobre, utilisation réglementée du 16 mai au 14 juin et du 16 octobre au 14 février[48]. En septembre 2020, un plan inter-départemental de protection des forêts contre les incendies (PidPFCI) a été adopté pour la période 2019-2029[49],[50].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Brantôme en Périgord.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines) et des tassements différentiels[51]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[52]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[53]. 37,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (58,6 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national métropolitain)[54]. Depuis le , en application de la loi ÉLAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 9],[55].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de la nouvelle commune, entérinée par l'arrêté du 14 décembre 2015[56], est effective le , entraînant la transformation des deux anciennes communes, Brantôme et Saint-Julien-de-Bourdeilles, en communes déléguées.

Au , la commune fusionne avec six autres communes pour former la commune nouvelle (élargie) de Brantôme en Périgord[57]. À cette date, les sept communes fondatrices deviennent communes déléguées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

À sa création en 2016, la commune de Brantôme en Périgord dépend de l'arrondissement de Périgueux puis est rattachée en 2017 à l'arrondissement de Nontron[58],[59].

Sur le plan électoral, elle est le bureau centralisateur du canton de Brantôme[60] qui prend le nom de canton de Brantôme en Périgord en 2020, et dépend de la 3e circonscription législative[61].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

À sa création en 2016, Brantôme en Périgord fait partie de la communauté de communes Dronne et Belle[60].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des deux anciennes communes (dix-neuf pour Brantôme et sept pour Saint-Julien-de-Bourdeilles, soit un total de vingt-six)[56]. Le maire de la nouvelle commune est élu début 2016. Les maires des deux anciennes communes deviennent maires délégués.

En janvier 2019, avec l'arrivée de six nouvelles communes, le conseil municipal est composé de 54 conseillers[57] répartis de la façon suivante :

  • 25 pour Brantôme en Périgord (commune de 2016),
  • 7 pour Valeuil,
  • 5 pour Eyvirat et pour La Gonterie-Boulouneix,
  • 4 pour Cantillac, Saint-Crépin-de-Richemont et Sencenac-Puy-de-Fourches.

La population de la commune étant comprise entre 3 500 et 4 999 habitants au recensement de 2017, vingt-sept conseillers municipaux auraient dû être élus en 2020[62]. Cependant, s'agissant du premier renouvellement du conseil municipal d'une commune nouvelle, le nombre de conseillers élus est celui de la strate supérieure (théoriquement vingt-neuf)[63], mais qui ne peut être inférieur au tiers de l'addition des conseillers municipaux élus lors du précédent renouvellement général des conseils municipaux, conformément à l'article L. 2121-2, dans chaque commune regroupée avant la création de la commune nouvelle, arrondi à l'entier supérieur et augmenté d'une unité en cas d'effectif pair[64], ce qui se traduit par 31 conseillers municipaux[65] (détail : 19 conseillers pour 1 commune + 11 conseillers pour 6 communes + 7 conseillers pour 1 commune = 92, divisé par 3 = 30,66, arrondi à l'unité supérieure = 31).

Communes fondatrices[modifier | modifier le code]

Fondée au à partir des deux communes de Brantôme et Saint-Julien-de-Bourdeilles, Brantôme en Périgord s'élargit au par l'adjonction de six autres communes.

Liste des communes fondatrices
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Brantôme
(siège)
24064 CC Dronne et Belle 34,65 2 156 (2015) 62


Saint-Julien-de-Bourdeilles 24430 CC Dronne et Belle 5,95 85 (2015) 14
Cantillac 24079 CC Dronne et Belle 8,12 189 (2016) 23
Eyvirat 24170 CC Dronne et Belle 17,95 292 (2016) 16
La Gonterie-Boulouneix 24198 CC Dronne et Belle 11,79 249 (2016) 21
Saint-Crépin-de-Richemont 24391 CC Dronne et Belle 25,58 222 (2016) 8,7
Sencenac-Puy-de-Fourches 24530 CC Dronne et Belle 10,79 234 (2016) 22
Valeuil 24561 CC Dronne et Belle 18,50 352 (2016) 19

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[66]
(réélue en mai 2020[67]
En cours Monique Ratinaud DVD Avocate
Réélue maire de la commune nouvelle pour le mandat 2019-2020[68]

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Brantôme en Périgord relève[69] :

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Un espace France Services est inauguré fin à Brantôme, place du Champ-de-Foire ; il regroupe des permanences de l'Agence départementale pour l'information sur le logement (ADIL), de l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), de la Caisse d'allocations familiales (CAF), de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), du Centre départemental d'information des droits des femmes et des familles (CIDFF), de la Mutualité sociale agricole (MSA), ainsi que d'un conciliateur de justice[70].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2020, la commune comptait 3 694 habitants[Note 10].

Évolution de la population  [ modifier ]
2017 2018 2019 2020
3 7023 6883 6703 694
(Sources : Insee à partir de 2017[71].)

L'importante augmentation de population constatée entre 2016 et 2017 tient au fait que la première année, seules les anciennes communes de Brantôme et Saint-Julien-de-Bourdeilles sont concernées, alors qu'ensuite le recensement englobe les six autres anciennes communes intégrées en 2019.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018[72], sur le territoire correspondant à Brantôme en Périgord dans sa configuration de 2019, parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentaient 1 560 personnes, soit 42,3 % de la population municipale. Il y avait 173 chômeurs, soit un taux de chômage de cette population active de 11,1 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , sur ce même territoire, il y avait 525 établissements[73], dont 317 au niveau des commerces, transports ou services, 73 relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, 60 dans l'industrie, 46 dans la construction, et 29 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[74].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le secteur industriel, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, la société « Euroflash impression » (fabrication de cartonnages) située à Brantôme en Périgord se classe en 48e position quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 4 347 k€[75].

Installée à Brantôme depuis 1978, l'entreprise « Font Vendôme » fabrique des fourgons aménagés et emploie 270 personnes début 2021, dont une soixantaine d'intérimaires. En 2020, 43 % de sa production a été exportée[76].

Tourisme[modifier | modifier le code]

À compter du et pour une durée de cinq ans, Brantôme en Périgord est déclarée commune touristique, en même temps que cinq autres communes de la communauté de communes Dronne et Belle (Bourdeilles, La Chapelle-Faucher, Mareuil, Saint-Crépin-de-Richemont et Villars)[77].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[12],[13]
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[16].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[17].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. La ZNIEFF de type I du Boulou aval impacte le territoire de Léguillac-de-Cercles sur environ quatre hectares, alors que la ZNIEFF de type II l'impacte sur environ une dizaine d'hectares supplémentaires sur le coteau, au sud et à l'est du lieu-dit les Genièvres.
  8. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune de Brantôme en Périgord (24064) », sur le Code officiel géographique de l'Insee (consulté le ).
  2. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  3. « Carte géologique de Brantôme en Périgord » sur Géoportail (consulté le 13 juin 2022).
  4. « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Brantôme en Périgord », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  5. « Notice associée à la feuille no 734 - Nontron de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  6. « Notice associée à la feuille no 758 - Périgueux (ouest) de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  7. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  8. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  9. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. « Portrait du Périgord central », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  11. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Brantôme en Périgord », sur le site de l'Insee (consulté le )
  12. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  13. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  15. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  16. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  17. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  18. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  19. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  20. « Station Météo-France La Tour Blanche - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  21. « Orthodromie entre Brantôme en Périgord et La Tour-Blanche-Cercles », sur fr.distance.to (consulté le ).
  22. « Station Météo-France La Tour Blanche - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  23. « Orthodromie entre Brantôme en Périgord et Bergerac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  24. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  26. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  27. FR8000035 - Périgord-Limousin, INPN, MNHN, consulté le .
  28. [PDF] « Landes des Trois Pierres », INPN, consulté le 17 février 2021.
  29. Carte de la ZNIEFF 720012866, INPN, consulté le 17 février 2021. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  30. [PDF] « Zone tourbeuse du Bois d'Enfer », INPN, consulté le 26 février 2021.
  31. Carte de la ZNIEFF 720020052, INPN, consulté le 26 février 2021. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  32. [PDF] Réseau hydrographique et coteaux du Boulou amont, INPN, consulté le 11 février 2021.
  33. Carte de la ZNIEFF 720020050, INPN, consulté le 11 février 2021. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  34. [PDF] Réseau hydrographique et coteaux du Boulou aval, INPN, consulté le 15 mars 2021.
  35. Carte de la ZNIEFF 720020047, INPN, consulté le 15 mars 2021. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  36. a et b [PDF] Vallée et coteaux du Boulou, INPN, consulté le 15 mars 2021.
  37. Carte de la ZNIEFF 720020051, INPN, consulté le 15 mars 2021. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  38. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  40. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  42. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  43. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Brantôme en Périgord », sur Géorisques (consulté le )
  44. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  45. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  46. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), liste des risques par communes, pages 111-133.
  47. [PDF]« Plan de prévention du risque inondation de la « vallée de la Dronne » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le )
  48. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  49. « Protection de la forêt contre les incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine, (consulté le )
  50. « Plans Départementaux et Inter-Départementaux de Protection des Forêts Contre les Incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  51. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur www.dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  52. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Brantôme en Périgord », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  53. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  54. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  55. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le )
  56. a et b « Arrêté n° PREF/DDL/2015/0218 portant création de la commune nouvelle de Brantôme en Périgord », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 100-103 (lire en ligne [PDF]).
  57. a et b « Arrêté création commune nouvelle Brantôme en Périgord » [PDF], sur Préfecture de la Dordogne, Recueil des actes administratifs de la Dordogne, (consulté le ), p. 13-17.
  58. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  59. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  60. a et b Commune de Brantôme en Périgord (24064), Insee, consulté le 16 novembre 2017.
  61. [PDF] Circonscriptions législatives 2017, Préfecture de la Dordogne, consultée le 16 novembre 2017.
  62. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 19 septembre 2020.
  63. [PDF] La loi « Communes Nouvelles » expliquée aux élus Qu'est-ce qui change ?, août 2019, p. 3.
  64. Article L. 2113-8 du code général des collectivités territoriales
  65. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 novembre 2020.
  66. Claire Lussac-François, « Monique Ratinaud est élue maire », Sud Ouest édition Périgueux, 11 janvier 2016, p. 19.
  67. Composition du conseil municipal, Brantôme en Périgord, consulté le 8 juin 2020.
  68. Claire Lussac-François, « La commune nouvelle a élu son maire et ses adjoints », Sud Ouest édition Périgueux, 16 janvier 2019, p. 21.
  69. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  70. Serge Simorre, « L'espace France Services a été inauguré », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 16.
  71. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2017, 2018, 2019 et 2020.
  72. Dossier complet - Commune de Brantôme en Périgord (24064) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 11 janvier 2022.
  73. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  74. Dossier complet - Commune de Brantôme en Périgord (24064) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2019.
  75. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.
  76. Grégoire Cherubini, « Font Vendôme file sur la route du succès », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 12.
  77. Préfecture de la Dordogne, « Arrêté no 2016-0159 du prononçant dénomination commune touristique 6 communes membres CC Dronne Belle », Recueil des actes administratifs de la Dordogne normal no 3, août 2016, p. 272-274.