Saint-Laurent-des-Vignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent et Vignes.

Saint-Laurent-des-Vignes
Saint-Laurent-des-Vignes
Le village de Saint-Laurent-des-Vignes.
Blason de Saint-Laurent-des-Vignes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Pays de la Force
Intercommunalité Communauté d'agglomération bergeracoise
Maire
Mandat
Jean-Claude Portolan
2014-2020
Code postal 24100
Code commune 24437
Démographie
Population
municipale
886 hab. (2016 en augmentation de 3,99 % par rapport à 2011)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 49′ 05″ nord, 0° 27′ 15″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 59 m
Superficie 8,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Vignes

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Vignes
Liens
Site web saintlaurentdesvignes.com

Saint-Laurent-des-Vignes est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bernaches du Canada au bord d'un plan d'eau de la commune.

Incluse dans l'unité urbaine de Bergerac[1], la commune de Saint-Laurent-des-Vignes se situe en Bergeracois, dans le quart sud-ouest du département de la Dordogne. Elle est bordée au nord par la Dordogne qui la sépare de Prigonrieux.

L'altitude minimale, 12 mètres, se trouve au nord-ouest, au lieu-dit Grand-Castang, là où la Dordogne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Lamonzie-Saint-Martin et Prigonrieux. L'altitude maximale, avec 59 mètres, est localisée au sud, près du lieu-dit le Marsalet, en limite de la commune de Monbazillac.

Le village de Saint-Laurent-des-Vignes, à l'écart des routes principales mais à environ un demi-kilomètre au nord de la route départementale (RD) 14, se situe, en distances orthodromiques, cinq kilomètres au sud-ouest de Bergerac.

Le territoire communal est traversé au nord par les RD 936 et 936E1, et bordé au sud-est par la RD 933.

Villages, hameaux, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg de Saint-Laurent-des-Vignes proprement dit, la commune est composée d'autres villages ou hameaux : les Cabanes - Carbonnière - les Doris - la Foncalpre - Gabanelle - Grand Castang - Grands Champs - les Haons - Labarthe - Malpas - la Marche - les Martras - le Paillet - la Peyrette - le Poncet - Rabier - le Rauly Bas - Saint-Cernin - Saint-Laurent - les Seguinots - Sénissonnes - le Terrible, ainsi que du lieu-dit : le Biquaro[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-des-Vignes est limitrophe de cinq autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Laurent-des-Vignes
Prigonrieux Bergerac
Lamonzie-Saint-Martin Saint-Laurent-des-Vignes
Pomport Monbazillac

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2006 pour le Bergeracois, donc pour les zones basses du territoire de Saint-Laurent-des-Vignes incluant les parties aval du ruisseau de Gabanelle en limite de Bergerac, sur ses 500 derniers mètres, et de deux autres cours d'eau : les 300 derniers mètres d'un ruisseau vers le Paillet et les 500 derniers mètres du ruisseau en limite de Lamonzie-Saint-Martin[3],[4].

De plus, la commune est incluse dans le territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bergerac — composé de 22 communes : 15 en Dordogne et 7 en Gironde — dont la validation a fait l'objet en décembre 2014 d'un arrêté du préfet de la région Midi-Pyrénées, responsable du bassin Adour-Garonne[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu figure dans un écrit du XIVe siècle sous la forme Sanctus Laurentius prope Brageriacum, puis Sanctus Laurentius de Vineis, en 1495[7].

En occitan, la commune se nomme Sent Laurenç dei Vinhas[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIVe siècle sous la forme Sanctus Laurentius prope Brageracium (« Saint Laurent près de Bergerac », avant d'être nommé Sanctus Laurentius de Vineis à la fin du siècle suivant[9].

Dans les premières années de la Révolution française, la commune de Saint Cernin de Gabanelle fusionne avec celle de Saint-Laurent-des-Vignes[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Saint-Laurent-des-Vignes intègre dès sa création la communauté de communes de Bergerac Pourpre. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie en 2017.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
8 frimaire An IV An V Pierre Alard   Premier Agent municipal
16 pluviôse An VI An VII Peyrot   Agent municipal
2 messidor An VII An VII Zacharie Dusselle   Agent municipal
An VIII An VIII Boyer   Adjoint ?
An VIII An XI Étienne Vaussanger   Agriculteur maire municipal
An XII 1814 Zacharie Dusselle   Agriculteur
1815 1816 François Eyriniac   Maire de Bergerac
1817 1818 Jean Zacharie Broutille   Adjoint au maire de Bergerac
1818 1824 Élie Grossoleil    
22 février 1825 1826 Mourgue    
8 mars 1826 1831 Vigier    
1832 1835 Mourgue    
25 avril 1835 1838 Boyer    
12 juin 1838 1848 Moulinier    
29 mai 1848 1854 Peytavie    
1855 1860 Élie Grossoleil    
1861 1870 Croux    
1870 1871 Jean Élie Grossoleil    
1871 21 février 1876 Croux    
1876 1879 Élie Grossoleil    
1880 1885 Valleton    
1885 1897 A. du Peyroux   Propriétaire
1886 1902 Jean Martaux   Propriétaire
29 septembre 1902 1912 Pierre Denoux    
8 juillet 1912 1935 Jean Fauvel   Meunier
19 mars 1935 septembre 1955 Michel Durand   Agriculteur
septembre 1955 1970 René Royère    
1971 1977 Jean Royère    
1977 1994 Michel Behague SE Directeur agro-alimentaire
1995 2014 Gilbert Obre SE Retraité agricole
mars 2014[11] En cours Jean-Claude Portolan   Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2016, la commune comptait 886 habitants[Note 1], en augmentation de 3,99 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
317308350361423384368432389
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
362372402400381385387422406
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
416396370405414447536529528
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
525531603709732732852886-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival country en juillet.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[16], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 376 personnes, soit 42,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-cinq) a augmenté par rapport à 2010 (trente-neuf) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 125 établissements[17], dont 74 au niveau des commerces, transports ou services, vingt dans la construction, dix-huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans l'industrie, et six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[18].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Tous secteurs confondus, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, deux situées à Saint-Laurent-des-Vignes se classent parmi les cinquante premières en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016[19] :

  • « Blason d'or SAS » (transformation et conservation de la viande de volaille) se classe 14e avec 43 413 k€ ;
  • « Couleurs d'Aquitaine » (commerce de gros interentreprises de boissons) se classe 49e avec 22 924 k€.

Parmi les cinquante premières entreprises de chaque secteur économique dans le département, classées en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, on trouve trois entreprises implantées à Saint-Laurent-des-Vignes :

  • dans l'agroalimentaire, « Blason d'or SAS » se classe 3e[20] ;
  • dans le commerce[21] :
    • Couleurs d'Aquitaine se classe 26e ;
    • Unidor (commerce de gros interentreprises de boissons) se classe 40e avec 16 234 k€.

Tous secteurs confondus, deux de ces entreprises figurent parmi les cinquante premières de la Dordogne, en termes de chiffre d'affaires à l'exportation en 2015-2016[22] :

  • Couleurs d'Aquitaine, 19e avec 3 473 k€ ;
  • Unidor, 29e avec 1 527 k€.

Fin 2018, le nouveau siège social du Crédit agricole Charente-Périgord est implanté à Saint-Laurent-des-Vignes, transféré depuis le Combal à Bergerac[23] Il emploie 180 salariés[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Laurent-des-Vignes Blason Coupé : au 1er d'azur au gril d'argent, posé en pal, la poignée en bas, accompagné de deux grappes de raisin feuillées d'or brochant en flancs sur le gril, au 2e de gueules à trois lions d'or couronnés, armés et lampassés de sable, accompagnés en chef d'une coquille d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Unité urbaine 2010 de Bergerac, sur le site de l'Insee, consulté le 28 septembre 2013.
  2. « St-Laurent-des-Vignes » sur Géoportail (consulté le 28 septembre 2013).
  3. PPR inondation - 24DDT20050012 - Bergeracois, DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  4. [PDF] Saint-Laurent-des-Vignes - Bergeracois - Plan de prévention du risque inondation (p. 5), DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  5. [PDF] Arrêté no 2014337-0002 portant approbation des cartes des surfaces inondables et des cartes des risques d'inondation pour les territoires à risque important d'inondation du bassin Adour-Garonne, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  6. Plan de zonage du TRI de Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  7. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « SAINT-LAURENT-DES-VIGNES », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 27 juillet 2016.
  8. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 29 mars 2014.
  9. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 336.
  10. Notice communale de Saint Cernin de Gabanelle sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 28 septembre 2013.
  11. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 28 août 2014.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Dossier complet - Commune de Saint-Laurent-des-Vignes (24437) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  17. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 janvier 2019).
  18. Dossier complet - Commune de Saint-Laurent-des-Vignes (24437) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  19. « Chiffres d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 28.
  20. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  21. « Commerce », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 40.
  22. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  23. a et b « Le nouveau siège est opérationnel », Sud Ouest édition Périgueux, 3 novembre 2018, p. 24.
  24. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 154.