Nontronnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Périgord vert.
Nontronnais
Image illustrative de l'article Nontronnais
Panorama sur Nontron et la vallée du Bandiat

Pays France
Subdivision administrative Nouvelle-Aquitaine
Subdivision administrative Dordogne
Siège du pays Nontron
Géologie Schiste
Granite
Production fraises
pommes
élevage bovin
Régions naturelles
voisines
Pays de la Vienne
Pays d'Uzerche
Pays de Brive
Périgord noir
Ribéracois
Pays d'Horte et Tardoire
Pays (div. territoriale) Pays Périgord vert
Régions et espaces connexes Périgord vert

Image illustrative de l'article Nontronnais
Localisation du Nontronnais
sur la carte des pays traditionnels du Périgord.

Le Nontronnais est une région naturelle de France située au nord du département de la Dordogne, dans la région administrative Nouvelle-Aquitaine [1]. Elle correspond à la région autour de Nontron avec cette ville au centre. Jules Verne l'a baptisée « Périgord Vert »[2], nom qui a été repris par les organismes touristiques pour désigner la région touristique du Périgord vert. Celle-ci correspond correspond à un espace plus grand que le Nontronnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Nontronnais se trouve à la limite de deux formations géologiques. La limite du socle granitique : la ville de Nontron, le territoire au nord et à l'est de la ville et le sol argilo-calcaire de la vallée du Bandiat à partir de Nontron.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Nontronnais, est situé au nord du département de la Dordogne et correspond en gros à la communauté de communes du Périgord vert nontronnais et la communauté de communes du Haut-Périgord. Il est entouré au nord par le Pays de la Vienne (dans le département de la Haute-Vienne), à l'est par le Pays d'Uzerche et le Pays de Brive, au sud par le Périgord noir et le Ribéracois et à l'ouest par le Pays d'Horte et Tardoire[2].

Micro-pays[modifier | modifier le code]

Le Nontronnais compte quatre micro-pays :

Distinction entre la région naturelle et la région touristique[modifier | modifier le code]

C'est Jules Verne qui, le premier, a donné à ce pays traditionnel le nom de Périgord vert[2]. Cette idée lui est venue en admirant les couleurs vertes des bois et des prairies qui composent ses paysages. Depuis, le département de la Dordogne a repris ce nom pour dénommer sa région touristique nord. Celle-ci, outre le Nontronnais, couvre une petite partie du nord du Périgord central ainsi que le Ribéracois, qui n'a pas la même géologie, ce dernier étant calcaire et appartenait au Périgord blanc[3].

Topographie[modifier | modifier le code]

Le Nontronnais occupe les contreforts du Massif central, ce qui lui a valu la qualification de Périgord limousin. Il présente un relief composé de plateaux ondulés dont l'altitude varie de 200 à 370 mètres. Les vallées de l'Auvézère, du Bandiat, de la Loue et de l'Isle les coupent par des gorges verdoyantes. Le climat, très arrosé (1 000 mm de précipitations par an), permet à la végétation de se développer abondamment. Celle-ci se compose de châtaigniers, d'épicéas, de pins sylvestres, de fougères, de landes à bruyères, d'ajoncs ou de roseaux...

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution française les communes du nord de la Dordogne ne faisaient pas entièrement partie du Périgord. Les paroisses de l'archiprêtré de Nontron dépendaient du diocèse de Limoges. La grande majorité de ces paroisses sont devenues des communes du nouveau département de la Dordogne[4]. Soit : Ajat, Augignac, Busseroles, Champniers et Reillac (devenu Reilhac-et-Champniers en 1805 puis Champniers-et-Reilhac en 1847), la Chapelle-Montmoreau, Connezac, Javerlhac, Saint-Robert (depuis 1823 Javerlhac-et-la-Chapelle-Saint-Robert) Millac, Nontron, Nontronneau, Pluviers, Quinsac, Romain, Saint-Angel, Saint-Barthélemy, Saint-Etienne, Saint-Front-de-la-Rivière, Saint-Martial, Saint-Martin-le-Peint, Saint-Pardoux, Saint-Saud, Teyjac et Varaigne.

Certains auteurs récents limitent le Nontronnais à l'actuelle Communauté de communes du Périgord vert nontronnais[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Lagrange, Nontron et le pays nontronnais, vol. 1, Pilote24, , 251 p. (ISBN 2-9509149-1-8), p. 13
  2. a, b et c Frédéric Zégierman - Le Guide des pays de France, Sud, Fayard, 1999
  3. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Dictionnaire des pays et provinces de France, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, , 349 p. (ISBN 978-2-87901-367-1), p. 250.
  4. Alexis de Gourgues : La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Chaulnes : Res Universis, 1992. Reprise de l'édition restaurée de 1873. (ISBN 2-87760-904-9)
  5. Voir Hervé Lapouge: "Châteaux du Nontronnais". Dans : Nontron & le Pays Nontronnais, sous la coordination de Jacques Lagrange. Pilote 24. Vol.1 1996 (p. 177 à 249 ) et Vol.2 1997 (p. 13 à 74)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]